Viens et vois

0

Viens et vois ( russe : Иди и смотри , Idi i smotri ; biélorusse : Ідзі і глядзі , Idzi i hliadzi ) est un film anti-guerre soviétique de 1985réalisé par Elem Klimov et mettant en vedette Aleksei Kravchenko et Olga Mironova. [4] Son scénario, écrit par Klimov et Ales Adamovich , est basé sur le livre de 1978 I Am from the Fiery Village [5] (titre original : Я из огненной деревни, [6] Ya iz ognennoj derevni , 1977), dont Adamovich était co-auteur. [7]Klimov a dû combattre huit ans de censure de la part des autorités soviétiques avant de pouvoir être autorisé à produire le film dans son intégralité. [8] [9]

Viens et vois
Venez et voyez (affiche).jpg Affiche de sortie en salle russe
Dirigé par Elém Klimov
Scénario de
  • Alès Adamovitch
  • Elém Klimov
Mettant en vedette
  • Alexeï Kravchenko
  • Olga Mironova
Cinématographie Alexeï Rodionov
Édité par Valeriya Belova
Musique par Oleg Yanchenko
Sociétés de production
  • Biélorussiefilm
  • Mosfilm
Distribué par Sovexportfilm
Date de sortie
  • 9 juillet 1985 ( Moscou ) ( 09/07/1985 )
Durée de fonctionnement 142 min [1]
Pays Union soviétique [2]
Langues
  • biélorusse
  • russe
  • Allemand
Box-office 21 millions de dollars [3]

L’intrigue du film se concentre sur l’ occupation allemande nazie de la Biélorussie et les événements dont a été témoin un jeune adolescent partisan biélorusse nommé Flyora, qui – contre la volonté de sa mère – rejoint le mouvement de résistance biélorusse, et dépeint ensuite les atrocités nazies et les souffrances humaines infligées à la population des villages d’Europe de l’Est. Le film mélange l’Hyperréalisme avec un surréalisme sous-jacent, et l’ existentialisme philosophique avec des thèmes poétiques, psychologiques, politiques et apocalyptiques.

Come and See a reçu un accueil critique généralement positif à sa sortie et a reçu le prix FIPRESCI au 14e Festival international du film de Moscou . Depuis, il est considéré comme l’un des plus grands films de tous les temps . [dix]

Parcelle

En 1943, deux garçons biélorusses creusent dans une tranchée remplie de sable à la recherche de fusils abandonnés afin de rejoindre les forces partisanes soviétiques . L’aîné du village les avertit de ne pas déterrer les armes car cela éveillerait les soupçons des occupants allemands . L’un des garçons, Flyora, trouve un fusil SVT-40 , bien qu’ils soient tous les deux vus par un Fw 189 volant au-dessus de leur tête.

Un Focke-Wulf Fw 189 . Un seul avion de reconnaissance de ce modèle apparaît à plusieurs reprises dans des scènes volant au-dessus de la tête de Flyora tout au long de Come and See .

Le lendemain, deux partisans arrivent chez Flyora pour le conscrire . Flyora devient un milicien de rang inférieur et reçoit l’ordre d’effectuer des tâches subalternes. Lorsque les partisans sont prêts à partir, le commandant partisan, Kosach, dit que Flyora doit rester au camp. Amèrement déçu, Flyora entre dans la forêt en pleurant et rencontre Glasha, une jeune fille travaillant comme infirmière dans le camp, et les deux se lient avant que le camp ne soit soudainement attaqué par des parachutistes et des bombardiers en piqué allemands .

Flyora est partiellement assourdi par les explosions avant que les deux ne se cachent dans la forêt pour éviter les soldats allemands. Flyora et Glasha se rendent dans son village, seulement pour trouver sa maison déserte et couverte de mouches. Niant que sa famille est morte, Flyora pense qu’ils se cachent sur une île voisine à travers une tourbière . Alors qu’ils courent du village en direction du marais, Glasha regarde par-dessus son épaule, voyant un tas de corps de villageois exécutés empilés derrière une maison, mais n’alerte pas Flyora.

Les deux deviennent hystériques après avoir pataugé dans la tourbière, où Glasha crie alors à Flyora que sa famille est en fait morte dans le village; ce qui a conduit ce dernier à tenter de la noyer. Ils sont bientôt accueillis par Rubezh, un combattant partisan, qui les emmène vers un grand groupe de villageois qui ont fui les Allemands. Flyora voit le doyen du village, grièvement brûlé par les Allemands, qui lui dit qu’il a été témoin de l’exécution de sa famille et qu’il n’aurait pas dû déterrer les fusils. Flyora, entendant cela, tente alors de se suicider par culpabilité, mais Glasha et les villageois le sauvent et le réconfortent.

Rubezh emmène Flyora et deux autres hommes pour trouver de la nourriture dans un entrepôt voisin, seulement pour le trouver gardé par les troupes allemandes. Au cours de leur retraite, le groupe erre sans le savoir à travers un Champ de mines entraînant la mort des deux compagnons. Ce soir-là, Rubezh et Flyora se faufilent dans un village occupé et parviennent à voler une vache à un fermier collaborateur. Alors qu’ils s’échappent à travers un champ ouvert, Rubezh et la vache sont abattus par une mitrailleuse allemande . Le lendemain matin, Flyora tente de voler un cheval et une charrette mais le propriétaire l’attrape et au lieu de lui faire du mal, il aide à cacher l’identité de Flyora à l’ approche des troupes SS .

Flyora est emmené au village de Perekhody, où ils discutent à la hâte d’une fausse identité pour lui, tandis que l’unité SS, accompagnée de collaborateurs de l’ Armée de libération russe et du bataillon Schutzmannschaft 118 , encercle et occupe le village. Flyora essaie d’avertir les habitants de la ville alors qu’ils sont parqués vers la mort, mais est obligé de les rejoindre à l’intérieur d’une église en bois. Flyora et une jeune fille sont autorisées à s’échapper de l’église, mais cette dernière est traînée par les cheveux sur le sol et dans un camion pour être violée collectivement . Flyora est obligée de regarder plusieurs cocktails Molotovet des grenades sont lancées sur et à l’intérieur de l’église avant qu’elle ne soit encore incendiée avec un lance-flammes alors que d’autres soldats tirent dans le bâtiment. Un officier allemand pointe une arme sur la tête de Flyora pour poser pour une photo avant de le laisser s’effondrer au sol alors que les soldats partent.

Les deux photos (Klara ; à gauche et Adolf ; à droite) fusionnées par Klimov pour créer l’image sur laquelle Flyora arrête de prendre des photos

Flyora erre plus tard hors du village brûlé en direction des Allemands, où il découvre qu’ils ont été pris en embuscade par les partisans. Après avoir récupéré sa veste et son fusil, Flyora tombe sur la jeune fille en état de fugue , les jambes et le visage couverts de sang après avoir été violée collectivement et brutalisée par les militaires. Flyora retourne au village et constate que ses compagnons partisans ont capturé onze des Allemands et leurs collaborateurs, dont le commandant, un SS-Sturmbannführer . Alors que certains des hommes capturés, dont le commandant et le principal collaborateur, plaident pour leur vie et détournent le blâme, un jeune officier fanatique, un Obersturmführer , ne s’excuse pas et jure qu’ils mèneront à bien leur mission génocidaire.

Kosach oblige le collaborateur à arroser les Allemands avec un bidon d’essence apporté par Flyora, mais la foule dégoûtée les abat tous avant qu’ils ne puissent être incendiés. Alors que les partisans partent, Flyora remarque un portrait encadré d’ Adolf Hitler dans une flaque d’eau et procède à plusieurs reprises. Ce faisant, un montage de clips de la vie d’Hitler est joué à l’envers, mais quand Hitler est montré comme un bébé sur les genoux de sa mère , Flyora arrête de tirer et pleure. Une carte de titre informe: “628 villages biélorusses ont été détruits, ainsi que tous leurs habitants.” [9] Flyora se précipite pour rejoindre ses camarades, et ils marchent à travers les bois de bouleaux alors que la neige recouvre le sol.

Moulage

  • Aleksei Kravchenko comme Flyora / Florian Gaishun
  • Olga Mironova comme Glasha/Glafira
  • Liubomiras Laucevičius comme Kosach (exprimé par Valery Kravchenko)
  • Vladas Bagdonas comme Rubezh
  • Tatyana Shestakova comme la mère de Flyora
  • Yevgeny Tilicheyev comme Gezhel le collaborateur soviétique
  • Viktors Lorents dans le rôle de Walter Stein le commandant allemand
  • Jüri Lumiste en tant qu’officier allemand fanatique

Production

Klimov a co-écrit le scénario avec Ales Adamovich , qui s’est battu avec les partisans biélorusses à l’adolescence. Selon les souvenirs du réalisateur, le travail sur le film a commencé en 1977 :

Le 40e anniversaire de la Grande Victoire approchait. [5] [10] [11] La direction devait recevoir quelque chose d’actualité. J’avais lu et relu le livre I Am from the Fiery Village, qui consistait en des récits de première main de personnes qui ont miraculeusement survécu aux horreurs du génocide fasciste en Biélorussie. Beaucoup d’entre eux étaient encore en vie à l’époque, et les Biélorusses ont réussi à enregistrer certains de leurs souvenirs sur film. Je n’oublierai jamais le visage et les yeux d’un paysan, et son souvenir tranquille de la façon dont tout son village avait été parqué dans une église, et comment, juste avant qu’ils ne soient sur le point d’être brûlés, un officier leur a fait l’offre : “Celui qui n’a pas les enfants peuvent partir”. Et il n’a pas pu le supporter, il est parti et a laissé derrière lui sa femme et ses petits enfants… ou comment un autre village a été incendié : les adultes ont tous été parqués dans une grange, mais les enfants sont restés. Et plus tard, les hommes ivres les ont entourés de chiens de berger et ont laissé les chiens déchiqueter les enfants.

Et puis j’ai pensé : le monde ne connaît pas Khatyn ! Ils sont au courant de Katyn , du massacre des officiers polonais là-bas. Mais ils ne connaissent pas la Biélorussie. Même si plus de 600 villages y ont été incendiés !

Et j’ai décidé de faire un film sur cette tragédie. J’ai parfaitement compris que le film finirait dur. J’ai décidé que le rôle central du garçon du village Flyora ne serait pas joué par un acteur professionnel qui, après s’être plongé dans un rôle difficile, aurait pu se protéger psychologiquement grâce à son expérience d’acteur, sa technique et ses compétences accumulées. Je voulais trouver un garçon simple de quatorze ans. Il fallait le préparer aux expériences les plus difficiles, puis les filmer. Et en même temps, il fallait le protéger du stress pour qu’il ne soit pas laissé à la poubelle après le tournage, mais qu’il soit rendu à sa mère vivant et en bonne santé. Heureusement, avec Aleksei Kravchenko, qui a joué Flyora et qui est devenu plus tard un bon acteur, tout s’est bien passé.

J’ai compris que ce serait un film très brutal et qu’il était peu probable que les gens puissent le regarder. Je l’ai dit à mon co-auteur du scénario, l’écrivain Ales Adamovich. Mais il a répondu : « Qu’ils ne le regardent pas, alors. C’est quelque chose que nous devons laisser après nous. Comme preuve de guerre et comme plaidoyer pour la paix.

— Elém Klimov [8]

Come and See a été tourné uniquement sur le sol biélorusse. Les événements avec les gens, les paysans, se sont en fait déroulés comme le montre le film. [Il] n’a pas d’acteurs professionnels. Même la langue parlée dans le film est le biélorusse. Ce qui était important, c’est que tous les événements décrits dans le film se soient réellement produits en Biélorussie. [12]

Pendant huit ans [10] , le tournage n’a pas pu commencer car le Comité d’État pour la cinématographie (Goskino) n’a pas accepté le scénario, le jugeant trop réaliste, le qualifiant de propagande pour « l’esthétique de la saleté » et du « naturalisme ». [8] Parallèlement à cela, la mort de sa femme Larisa Shepitko , également cinéaste, en 1979 l’oblige à achever d’abord le travail qu’elle a commencé sur ce qui devait être son prochain film, Farewell ; il serait finalement libéré en 1983. [13] Finalement en 1984, Klimov a pu commencer à filmer sans avoir compromis du tout la censure. Le seul changement est devenu le nom du film lui-même, qui a été changé en Come and Seedu titre original, Kill Hitler [14] [15] (Elem Klimov le dit également dans la sortie du DVD britannique de 2006). [16]

Le film a été tourné dans l’ordre chronologique sur une période de neuf mois. [14] Aleksei Kravchenko a dit qu’il a subi “la fatigue et la faim les plus débilitantes. J’ai suivi un régime alimentaire très sévère, et après la fin du tournage, je suis retourné à l’école non seulement mince, mais aux cheveux gris.” [14] [17] Contrairement à ce que certaines rumeurs suggèrent, cependant, les cheveux de Kravchenko ne sont pas devenus gris en permanence. En fait, une graisse spéciale Silber Interference Grease-Paint, à côté d’une fine couche d’argent réel, a été utilisée pour teindre ses cheveux. Cela a rendu difficile le retour de ses cheveux à la normale, alors Kravchenko a dû vivre avec ses cheveux comme ça pendant un certain temps après le tournage du film. [15]

Pour préparer Kravchenko, 14 ans, au rôle, Klimov a fait appel à un hypnotiseur . “[Le jeu de Kravchenko] aurait pu avoir une fin très triste. Il aurait pu atterrir dans un asile d’aliénés”, a déclaré M. Klimov. [15] “J’ai réalisé que je devais lui injecter un contenu qu’il ne possédait pas”, “C’est un âge où un garçon ne sait pas ce qu’est la vraie haine, ce qu’est le véritable amour.” En fin de compte, M. Kravchenko a pu se concentrer si intensément qu’il semblait s’être hypnotisé pour le rôle” [14] [18] avec un entraînement autogène . [15]

Pour créer le sens maximum de l’immédiateté, le réalisme , l’ Hyperréalisme et le surréalisme opèrent dans une égale mesure [19] , Klimov et son caméraman Rodionov ont utilisé des couleurs naturalistes, un écran large et de nombreux plans Steadicam ; le film regorge de gros plans extrêmes de visages, ne bronche pas devant les détails désagréables des chairs brûlées et des cadavres ensanglantés, et les fusils étaient souvent chargés de balles réelles plutôt qu’à blanc . [5] [14] [15] [20] [21]Aleksei Kravchenko a mentionné dans des interviews que les balles passaient parfois à seulement 4 pouces (10 centimètres) au-dessus de sa tête [14] (comme dans la scène de la vache). [5] En même temps “la mise en scène est fragmentaire et décousue : il y a des discontinuités entre les plans car les personnages apparaissent en gros plan puis disparaissent hors champ.” “Klimov utilise une gamme de techniques qui attirent l’attention sur la caméra. Les gros plans extrêmes d’ acteurs regardant fixement la caméra sont un motif récurrent.” “Ailleurs … le moment de la révélation est marqué par un zoom avant / travelling désorientant “. [5]

Musique

La bande originale est une musique rythmiquement amorphe composée par Oleg Yanchenko. [10] [22] À quelques moments clés du film, la musique classique de compositeurs principalement allemands ou autrichiens est utilisée, comme Le Danube bleu de Johann Strauss II . [23] La chanson de marche soviétique ” La guerre sacrée “, [24] la chanson folklorique allemande Im Wald im grünen Walde [ la citation nécessaire ] et la chanson folklorique russe ” Korobeiniki ” ( lit. ‘” Colporteurs “‘) [22] sont jouées dans le film une fois. La marche militaire allemande “Vieux camarades” est joué alors que l’armée allemande commence son attaque contre le village. [ citation nécessaire ] Pendant la scène où Glasha danse, la musique de fond est constituée de quelques fragments de la chanson de Mary Dixon du film Circus de Grigori Aleksandrov de 1936. [22] [25] À la fin, lors du montage photographique, la musique de Richard Wagner est utilisée, notamment le Ride from Die Walküre [ 22] et l’ Ouverture de Tannhäuser .

À la fin du film, les partisans traversent une forêt hivernale au son de Lacrimosa de Mozart avant que la caméra ne s’incline vers le ciel et que le générique de fin n’apparaisse. [22] Le critique de cinéma Roger Ebert a commenté cette scène comme suit : [26]

Il y a une scène curieuse ici dans un bois, le soleil tombant à travers les feuilles, quand la bande sonore, qui a été sinistre et lugubre, se libère soudainement dans Mozart. Et qu’est-ce que cela signifie? Un fantasme, je crois, et pas celui de Florya, qui n’a probablement jamais entendu une telle musique. Le Mozart descend dans le film comme un deus ex machina , pour nous sortir de son désespoir. On peut l’accepter si on veut, mais ça ne change rien. C’est comme une raillerie ironique.

Signification du titre

Le titre original biélorusse du film dérive du chapitre 6 du Livre de l’Apocalypse , où dans les premier, troisième, cinquième et septième versets est écrit “ідзі і глядзі” [27] (anglais : “Venez et voyez” , grec : Ἐρχου καὶ ἴδε , Erchou kai ide ) [28] comme une invitation à regarder la destruction causée par les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse . [29] [30] Le chapitre 6, versets 7-8 a été cité comme étant particulièrement pertinent pour le film :

Et quand il eut ouvert le quatrième sceau, j’entendis la voix de la quatrième bête dire : « Viens et vois ! Et j’ai regardé, et voici un cheval pâle: et son nom qui était assis sur lui était la mort, et l’enfer le suivait. Et le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, de tuer par l’épée, et par la faim, et par la mort, et par les bêtes de la terre.

Réception et héritage

Learn more.

Anya Taylor Joy

Rachel Griffiths

Pain

Animatronique

Come and See a eu sa première mondiale dans le programme de compétition du 14e Festival international du film de Moscou le 9 juillet 1985. [31] [ échec de la vérification ] Il est sorti en salles le 17 octobre 1985, [32] attirant 28,9 millions de téléspectateurs [9] [ 14] et se classant sixième au box-office de 1986. [9]

restauration 2017

En 2017, le film a reçu une restauration officielle supervisée par Karen Shakhnazarov . Il a remporté le Venice Classics Award du meilleur film restauré et a également été à nouveau projeté dans plusieurs cinémas indépendants européens. [33] [34] [35]

Médias domestiques

En 2001, le film est sorti en DVD aux États-Unis par Kino Lorber . Cette version est actuellement épuisée . Le film est devenu disponible sur FilmStruck , [11] le service de streaming de la collection Criterion depuis son ouverture le 1er novembre 2016 jusqu’à sa fermeture le 29 novembre 2018, et à partir de novembre 2019 sur le nouveau service Criterion Channel. [36] Le 18 décembre 2019, Janus Films a sorti une bande-annonce [37] [38] pour une restauration 2k qui a été présentée en première au Film Forum de New York le 21 février 2020 [39] [40] avec une sortie en salles[41] [40] puis un communiqué de presse à domicile via Criterion a été publié le 30 juin 2020. [42] [32]

Box-office

Come and See a rapporté 71 909 $ aux États-Unis et au Canada, [32] [40] et 20,9 millions de dollars dans d’autres territoires, pour un total mondial de près de 21 millions de dollars, [3] plus plus de 1,1 million de dollars avec les ventes de vidéos à domicile. [32]

Réponse critique

Revues contemporaines

La réception initiale a été positive. Walter Goodman a écrit pour le New York Times que “L’histoire est déchirante et la présentation est graphique … Un matériau puissant, puissamment rendu …”, et a rejeté la fin comme “une dose d’inspirationalisme instantané”, mais a concédé à Klimov ” talent incontestable.” [43] Rita Kempley, du Washington Post , a écrit que “dirigé avec une éloquence colérique, [Klimov] puise dans ce monde souterrain hallucinatoire de sang et de boue et de folie croissante que Francis Ford Coppola a trouvé dans Apocalypse Now .Et bien qu’il tire une performance étonnamment vive de son rôle d’adolescent inexpérimenté, la prouesse de Klimov est sa poésie visuelle, musclée et animiste, comme celle de son compatriote Andrei Konchalovsky dans son épopée Siberiade . ” [44] Mark Le Fanu a écrit dans Sight & Sound that Come and See est un “film de guerre puissant… Le réalisateur a obtenu une excellente performance de son acteur central Kravchenko”. [45]

Selon Klimov, le film était si choquant pour le public que des ambulances étaient parfois appelées pour emmener des téléspectateurs particulièrement impressionnables, tant en Union soviétique qu’à l’étranger. [10] [16] Au cours d’une des discussions après le film, un vieil homme allemand s’est levé et a dit : “J’étais un soldat de la Wehrmacht ; de plus, un officier de la Wehrmacht. J’ai voyagé à travers toute la Pologne et Biélorussie, atteignant enfin l’Ukraine. Je vais témoigner : tout ce qui est dit dans ce film est la vérité. Et la chose la plus effrayante et la plus honteuse pour moi, c’est que ce film sera vu par mes enfants et petits-enfants”. [46]

Évaluations rétrospectives

Le film a depuis été largement acclamé au 21e siècle. En 2001, Daneet Steffens de Entertainment Weekly a écrit que “Klimov alterne les horreurs de la guerre avec des images occasionnelles de conte de fées; ensemble, ils imprègnent le film d’une qualité dérangeante sans vergogne qui persiste longtemps après le générique.” [47]

En 2001, J. Hoberman de The Village Voice a passé en revue Come and See , écrivant ce qui suit: “Réalisé pour une intensité baroque, Come and See est un film d’art robuste avec des aspirations au visionnaire – pas tant graphique que littéral dans son esprit. représentation d’un meurtre de masse. (Le film a été comparé à la fois à La Liste de Schindler et Il faut sauver le soldat Ryan , et il ne serait pas surprenant d’apprendre que Steven Spielbergl’avait projeté avant de faire l’un ou l’autre.) L’atrocité centrale du film est un cirque barbare de musique tonitruante et de chiens qui aboient dans lequel un escadron de soldats allemands ivres rassemble et fait parader les paysans jusqu’à leur mort ardente … Le peu de mort réelle – Les images de cadavres du camp utilisées par Klimov sont doublement troublantes en ce qu’elles diminuent rétrospectivement le soin avec lequel il orchestre la destruction de la ville. Pour la plupart, il préfère montrer la Gorgone telle que reflétée dans le bouclier de Persée . Il y a peu d’images plus indélébiles que la vue de l’expression pétrifiée par la peur du jeune Aleksei Kravchenko.” [48] Dans la même publication en 2009, Elliott Stein a décrit Come and Seecomme “un mélange surprenant de poétisme lyrique et de cauchemar expressionniste”. [49]

En 2002, Scott Tobias de l’AV Club écrivait que « les impressions de Klimov sont inoubliables : la cacophonie hurlante d’un attentat à la bombe interrompue par le faible son d’une fugue de Mozart, un champ sombre et aride soudainement illuminé par des fusées éclairantes orange étrangement belles, l’allemand “Les troupes apparaissent comme des fantômes dans l’épais brouillard matinal. Produit de l’ ère de la glasnost , Come and See est loin d’être un mémorial patriotique de la victoire durement gagnée de la Russie. Au lieu de cela, c’est un rappel effrayant des terribles coûts de cette victoire.” [50] Le magazine britannique The Word a écrit que ” Come and See est largement considéré comme le meilleur film de guerre jamais réalisé, mais peut-être pas par les fans de Great Escape .” Tim Lott a écrit en 2009 que le film “rend Apocalypse Now léger”. [52]

En 2006, Geoffrey Macnab de Sight & Sound écrivait: “L’étonnant film de guerre de Klimov combine un lyrisme intense avec le genre d’effusion de sang violente qui ferait même marquer une pause à Sam Peckinpah “. [53]

Le 16 juin 2010, Roger Ebert a publié une critique de Come and See dans le cadre de sa série “Great Movies”, le décrivant comme “l’un des films les plus dévastateurs jamais réalisés sur quoi que ce soit, et dans celui-ci, les survivants doivent envier les morts. Le film dépeint la brutalité et est parfois très réaliste, mais il y a une superposition d’exagérations sourdes et cauchemardesques… Je ne dois pas décrire la fameuse séquence à la fin. Elle doit se dérouler comme une surprise pour vous. Elle prétend faire reculer l’histoire. Vous verrons comment. C’est indiciblement déprimant, parce que l’histoire ne peut jamais se défaire et qu’elle est avec nous pour toujours. [26]

Come and See apparaît sur de nombreuses listes de films considérés comme les meilleurs . En 2008, Come and See a été placé au numéro 60 sur “Les 500 plus grands films de tous les temps” du magazine Empire en 2008. [54] Il a également fait la liste de Channel 4 des 50 films à voir avant de mourir [55] et a été classé numéro 24 dans “Les 100 meilleurs films du cinéma mondial ” du magazine Empire en 2010 . Maintenant , nonFull Metal Jacket énonce l’impact déshumanisant du conflit de manière plus vivante ou féroce … Un chef-d’œuvre impressionniste et peut-être le pire film de rendez-vous de tous les temps . Enquêtes sonores sur les plus grands films jamais réalisés [58] Lefilm est généralement considéré comme l’un des plus grands films anti-guerre jamais réalisés, et l’un des plus historiquement fidèles aux descriptions des crimes sur le front de l’Est [14] [12]. [59] [60] [61] [62]

Sur l’agrégateur de critiques Rotten Tomatoes , le film détient un taux d’approbation de 97%, basé sur 36 critiques, et une note moyenne de 8,50/10. Le consensus des critiques du site Web se lit comme suit: “Aussi efficace que les films puissent être anti-guerre, Come and See est une odyssée déchirante à travers le pire dont l’humanité est capable, réalisé avec une intensité de bravoure par Elem Klimov.” [4]

Klimov n’a plus fait de films après Come and See , [63] amenant certains critiques à spéculer sur les raisons. En 2001, Klimov a déclaré: “J’ai perdu tout intérêt à faire des films … Tout ce qui était possible, je sentais que j’avais déjà fait.” [18]

Distinctions

Come and See a été sélectionné comme candidature soviétique pour le meilleur film en langue étrangère à la 58e cérémonie des Oscars , mais n’a pas été accepté comme nominé. [64]

Décerner Date de cérémonie Catégorie Destinataire(s) Résultat Réf(s)
14e Festival international du film de Moscou [31] 12 juillet 1985 Prix ​​d’or Elém Klimov Gagné [31] [5] [11] [9] [14]
Prix ​​FIPRESCI Elém Klimov Gagné [65] [14] [31]
74e Festival international du film de Venise [33] 9 septembre 2017 Venice Classics Award du meilleur film restauré Idi i smotri ( Venez et voyez ) Gagné [33]

Voir également

Références

  1. ^ Venez et voyez (15)” . Commission britannique de classification des films . 16 décembre 1986 . Récupéré le 29 mai 2013 .
  2. ^ IDI I SMOTRI (1985) ” . Institut britannique du cinéma . Récupéré le 5 décembre 2018 .
  3. ^ un bVenez et Voyez (1985) ” . Mojo au box-office . IMDb . Récupéré le 22 décembre 2020 .
  4. ^ un bViens et vois (Idi i smotri) (1985) ” . Tomates pourries . Médias Fandango . Récupéré le 18 juillet 2021 .
  5. ^ un bcdef Chapman , James ( 2008 ). “Chapitre 2 la guerre comme tragédie (pp. 103ff.)” . Guerre et cinéma . Islington : Livres de réaction . ISBN 978-1-86189347-5.
  6. ^ Адамович, Алесь [ Adamovitch, Ales ]; Брыль, Янка [Visière, Vanya] ; Калесник, Уладзимир Андрэевич [Kalesnik, Uladimir Andreïevitch] (1977). Я из огненной деревни… [ Je suis du village de feu… ] (en biélorusse). Minsk : Мастацкая лит-ра [Art lit-ra].
  7. ^ Rein, Leonid (2011). Les rois et les pions. Collaboration en Biélorussie pendant la Seconde Guerre mondiale . New York : Livres Berghahn . ISBN 978-0-85745043-2. Les histoires de survivants des villages incendiés ont été recueillies dans les années 1970 par trois écrivains biélorusses, Ales’ Adamovich, Janka Bryl’ et Vladimir Kolesnik et publiées sous la forme d’un livre en russe et en biélorusse sous le titre Ya iz ognennoj derevni … [I suis du village de feu]. Voir Adamovich et al., Ya iz ognennoj derevni… ( Minsk , 1977).
  8. ^ un bc Марина Мурзина [Marina Murzina] (20 octobre 2010). Иди и смотри : съёмки превратились для Элема Климова в борьбу с цензурой[ Viens et vois : le tournage vire pour Elem Klimov à la lutte contre la censure]. Аргументы и факты [Arguments et faits] (en russe). N° 42 . Récupéré le 30 août 2016 .
  9. ^ un bcde Youngblood , Denise Jeanne (2007). Films de guerre russes. Sur le front du cinéma, 1914-2005 . Lawrence, Kansas : Presse universitaire du Kansas . p. 197 . ISBN 978-0-700-61489-9.
  10. ^ un bcde Dunne , Nathan (18 juillet 2016). “Exposition Atrocity : Come and See est-il le plus grand film de guerre jamais réalisé par la Russie ?” . Le Journal de Calvert . Récupéré le 20 juillet 2019 .
  11. ^ un bc Noah , Will (10 janvier 2018). “Les satires de repousser les limites d’Elem Klimov” . La collection Critère . Récupéré le 11 novembre 2018 .
  12. ^ un b Holloway, Ron (1986). “Entretien avec Elem Klimov” . Kinéma . Récupéré le 18 février 2020 .
  13. ^ “Venez et voyez” (PDF) . Janus Films . 2020 . Récupéré le 23 mars 2020 .
  14. ^ un bcdefghij Niemi , Robert ( 2018 ) . _ _ _ “Venez et voyez [russe: Idi i smotri] (1985) (pp. 61-63)” . 100 grands films de guerre. La véritable histoire derrière les films . Santa Barbara, Californie : ABC-CLIO . ISBN 978-1-440-83386-1.
  15. ^ un bcde Wess , Richard (22 juin 2020) . “9 faits incontournables sur Venez et voyez” . La Russie au-delà . Récupéré le 7 juillet 2020 .
  16. ^ un b Elem Klimov à propos de Come and see (interview avec sous-titres anglais). 18 juin 2010 . Récupéré le 20 février 2020 .
  17. ^ Вера Маевская [Vera Maevskaia] (20 juillet 2004). Алек Ceй кравченко: “со ъъемок фильма кллоова” иди и смотри “я Вернул не только сй”[Aleksey Kravchenko: “De la réalisation du film Come and See de Klimov, je suis revenu non seulement terriblement maigre, mais aussi grisonnant”]. Бульвар [Boulevard] (en russe). N° 29 . Récupéré le 31 mars 2018 .
  18. ^ un b Ramsey, Nancy (28 janvier 2001). “FILM; Ils ont apprécié la réalité sociale, non socialiste” . Le New York Times . Archivé de l’original le 23 novembre 2018 . Récupéré le 17 juillet 2020 .
  19. ^ Menashe, Louis (2014) [2010]. Moscou croit aux larmes. Les Russes et leurs films . Washington, DC : New Academia Publishing, LLC. p. 95 – 96 . ISBN 978-0-984-58322-5.
  20. ^ Stilwell, Blake (26 avril 2017). “Ce film soviétique de la Seconde Guerre mondiale utilisait de vraies balles au lieu d’ébauches” . wearethemighty.com . Récupéré le 31 mars 2018 .
  21. ^ Gault, Matthieu (28 mai 2016). ” “Come and See” transforme le front de l’Est en un paysage d’enfer hallucinant” . warisboring.com . Récupéré le 31 mars 2018 .
  22. ^ un bcde Egorova , Tatiana K. (1997). Musique de film soviétique. Une enquête historique . Traduit par Tatiana A. Ganf et Natalia Aleksandrovna Egunova. Reading, Berkshire : Harwood Academic Publishers. p. 243 . ISBN 978-3-718-65910-4.
  23. ^ “Whitegirl Julia Stiles dans Save the Last Dance” . Presse de New York . 16 février 2015 . Récupéré le 6 novembre 2021 .
  24. ^ Kirschenbaum, Lisa A. (2010). Biess, Frank; Moeller, Robert G. (éd.). Histoires de la suite. L’héritage de la Seconde Guerre mondiale en Europe . New York : Livres Berghahn . p. 67 . ISBN 978-1-845-45732-7.
  25. ^ Salys, Rimgaïla (2009). Les films de comédie musicale de Grigorii Aleksandrov. Le rire compte . Bristol : Livres d’intelligence. p. 151 . ISBN 978-1-841-50282-3.
  26. ^ un b Ebert, Roger (16 juin 2010). “Venez et voyez” . RogerEbert.com . Récupéré le 25 février 2014 .
  27. ^ “Біблія, Адкрыцьцё, Кіраўнік 6. Lire la Bible en ligne” [La Bible, Apocalypse, Chapitre 6] (en biélorusse) . Récupéré le 30 avril 2019 .
  28. ^ Guirlande, Anthony Charles (2007). Un témoignage de Jésus-Christ – Volume 1. Un commentaire sur le livre de l’Apocalypse . SpiritAndTruth.org. 2007. p. 325 . ISBN 978-0-978-88641-7.
  29. ^ Sage, Damon (28 octobre 2013). “Top 10 des films de guerre. 5. Venez et voyez ” . Le Gardien . Londres . Récupéré le 4 juillet 2016 .
  30. La même citation biblique est au centre du film Horsemen (2009).
  31. ^ un bcd ” 1985 : 14e Festival international du film de Moscou” . MIF . 28 juin – 12 juillet 1985 . Récupéré le 17 juillet 2020 .
  32. ^ un bcdVenez et Voyez ( 1985) – l’Information Financière” . Les Chiffres . Services d’information Nash, LLC . Récupéré le 19 décembre 2021 .
  33. ^ un bc ” Biennale Cinéma 2017 | Récompenses officielles du 74e Festival du film de Venise” . Festival du film de Venise . 9 septembre 2017 . Récupéré le 18 février 2020 .
  34. ^ “Venez et voyez (Idi I Smotri) – sous-titré en anglais – Lumière Cinema Maastricht” . lumiere.nl . Récupéré le 18 février 2020 .
  35. ^ “La nouvelle restauration de Come and See d’Elem Klimov remporte le prix du meilleur film restauré aux classiques de Venise” . blu-ray.com . 11 septembre 2017 . Récupéré le 19 février 2020 .
  36. ^ “Venez et voyez – Le canal de critère” . critèrechannel.com . Récupéré le 28 février 2020 .
  37. ^ Janus Films [@janusfilms] (18 décembre 2019). « VENEZ VOIR https://bit.ly/2rO8YbL » (Tweet) . Récupéré le 18 février 2020 – via Twitter .
  38. ^ Janus Films (13 décembre 2019). “VENEZ VOIR – NOUVELLE BANDE-ANNONCE DE RESTAURATION” . Récupéré le 18 février 2020 – via Vimeo .
  39. ^ Barfield, Charles (18 décembre 2019). ” “Come And See” 2K Restoration Trailer: Elem Klimov Incredible War est réédité en 2020 ” . theplaylist.net . Récupéré le 18 février 2020 .
  40. ^ un bcCome and See (réédition du 21 février 2020)” . Mojo du box-office. IMDb . Récupéré le 18 mars 2020 .
  41. ^ “WANDA – Janus Films” . Janus Films . Récupéré le 18 mars 2020 .
  42. ^ Janus Films [@janusfilms] (26 décembre 2019). “Cliquez pour voir l’affiche complète de notre nouvelle restauration de VENEZ VOIR ! Sera bientôt en vente @Criterion” (Tweet) . Récupéré le 18 mars 2020 – via Twitter .
  43. ^ Goodman, Walter (6 février 1987). “Film: ‘Venez et voyez’, du soviétique” . Le New York Times . Récupéré le 30 mai 2013 .
  44. ^ Kempley, Rita (25 septembre 1987). ” Venez voir la revue” . Le Washington Post . Washington, DC Récupéré le 7 janvier 2017 .
  45. ^ Le Fanu, Mark (printemps 1987). “Partisan | Venez voir la critique” . Vue et son . Récupéré le 18 février 2020 .
  46. ^ Pasternack, Jessé (21 septembre 2020). “Le pouvoir indéniable de venir et voir” . Cinéma de l’Université de l’Indiana . Récupéré le 1er janvier 2022 .
  47. ^ Steffens, Daneet (2 novembre 2001). “Venez et voyez” . Divertissement hebdomadaire . Récupéré le 20 janvier 2017 .
  48. ^ Hoberman, J. (30 janvier 2001). “Grand Solitaire” . La Voix du Village . La ville de New York . Récupéré le 25 février 2014 .
  49. ^ Stein, Elliott (18 août 2009). “Venez et voyez” . La Voix du Village . La ville de New York . Récupéré le 25 février 2014 .
  50. ^ Tobias, Scott (19 avril 2002). “Venez et voyez” . Le Club AV . Chicago: Onion, Inc. Récupéré le 25 février 2014 .
  51. ^ La Parole . N° 41. Londres. juillet 2006. p. 122. {{cite news}}: Manquant ou vide |title=( aide )
  52. ^ Lott, Tim (24 juillet 2009). “Les pires meilleurs films jamais réalisés” . Le Gardien . Londres . Récupéré le 25 février 2014 .
  53. ^ Macnab, Geoffrey (2006). “NA” . Vue et son . Institut britannique du cinéma. 16 : 86.
  54. ^ “Les 500 plus grands films de tous les temps” . Empire . Novembre 2008. Archivé de l’original le 10 mars 2012 . Récupéré le 19 février 2020 .
  55. ^ “Les 50 films de Film4 à voir avant de mourir” . Canal 4 . 22 juillet 2006. Archivé de l’original le 27 avril 2008 . Récupéré le 19 février 2020 .
  56. ^ “Les 100 meilleurs films du cinéma mondial” . Empire . 2010. Archivé de l’original le 2 décembre 2011 . Récupéré le 19 février 2020 .
  57. ^ de Semlyen, Phil (11 octobre 2010). “Devenez un expert des films de guerre dans dix films faciles” . Empire . Archivé de l’original le 19 octobre 2012 . Récupéré le 18 février 2020 .
  58. ^ “Votes pour IDI I SMOTRI (1985)” . Vue et son . Institut britannique du cinéma . Récupéré le 20 janvier 2017 .
  59. ^ Kirschenbaum, Lisa A. (2006). L’héritage du siège de Leningrad, 1941–1995. Mythe, mémoires et monuments . Presse universitaire de Cambridge . pp. 180f. ISBN 978-1-139-46065-1.
  60. ^ “Idi i smotri | Viennale” . Festival international du film de Vienne . 15 novembre 2019 . Récupéré le 18 février 2020 .
  61. ^ Kumar, Arun (30 juin 2019). “Venez et voyez [1985]: Un rappel effrayant et indélébile du carnage nazi” . highonfilms.com . Récupéré le 18 février 2020 .
  62. ^ Goscilo, Helena; Hashamova, Yana, éd. (2010). Cinépaternité. Pères et fils dans le cinéma soviétique et post-soviétique . Bloomington, Indiana : Indiana University Press . pp. 95ff. ISBN 978-0-253-22187-2.
  63. ^ Bergan, Ronald (4 novembre 2003). “Nécrologie : Elem Klimov” . Le Gardien . Londres . Récupéré le 8 juin 2009 .
  64. ^ “Les 58e Oscars (1986) Nominés et Gagnants” . Académie des arts et des sciences du cinéma . 24 mars 1986 . Récupéré le 5 mars 2020 .
  65. ^ “14e Festival international du film de Moscou – Fipresci” . FIPRESCI . 12 juillet 1985 . Récupéré le 19 février 2020 .

Lectures complémentaires

  • Le Fanu, Marc (30 juin 2020). ” Venez et voyez : les orphelins de la tempête” . La collection Critère . Récupéré le 4 juillet 2020 .
  • Menashe, Louis (2014) [2010]. Moscou croit aux larmes. Les Russes et leurs films . Washington, DC : New Academia Publishing, LLC. p. 95—96 . ISBN 978-0-98458322-5.
  • Michaels, Lloyd (2008). « Viens et vois (1985) : L’épopée intime de Klimov ». Revue trimestrielle du cinéma et de la vidéo . 25 (3): 212-218. doi : 10.1080/10509200601091458 . S2CID 191450553 .

Liens externes

  • Venez voir à IMDb Edit this at Wikidata
  • Venez voir à AllMovie Edit this at Wikidata
  • Venez voir sur Russian Film Hub
  • Film complet sur YouTube

Portails : Union soviétique Film années 1980 La Seconde Guerre mondiale

You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More