Urbanisation

0

L’urbanisation (ou urbanisation ) fait référence au déplacement de la population des zones rurales vers les zones urbaines , à la diminution correspondante de la proportion de personnes vivant dans les zones rurales et à la manière dont les sociétés s’adaptent à ce changement. [1] C’est principalement le processus par lequel les villes se forment et s’agrandissent à mesure que de plus en plus de personnes commencent à vivre et à travailler dans les zones centrales . [2]

Carte mondiale de l'urbanisation Carte de l’urbanisation mondiale montrant le pourcentage d’urbanisation et les plus grands centres de population mondiaux par pays en 2018, sur la base des estimations de l’ONU. Guangzhou , une ville de 14,5 millions d’habitants, est l’une des 8 métropoles adjacentes situées dans la plus grande agglomération au monde, entourant le delta de la rivière des Perles en Chine. Mumbai est la ville la plus peuplée de l’Inde et la huitième ville la plus peuplée du monde , avec une population métropolitaine totale d’environ 18,5 millions d’habitants. Moscou , la capitale et la plus grande ville de Russie , est la plus grande zone métropolitaine d ‘ Europe ; avec plus de 20 millions d’habitants dans sa zone métropolitaine . Ho Chi Minh-Ville est la plus grande ville du Vietnam avec une population dans la zone métropolitaine de plus de 21,2 millions d’habitants.

Bien que les 2 concepts soient parfois utilisés de manière interchangeable, l’urbanisation doit être distinguée de la croissance urbaine . l’urbanisation/croissance urbaine/suburbanisation/anti-urbanisme fait référence à la proportion de la population nationale totale vivant dans des zones classées comme urbaines, tandis que la croissance urbaine se réfère strictement au nombre absolu de personnes vivant dans ces zones. [3] On prévoit que d’ici 2050, environ 64 % du Monde en développement et 86 % du Monde développé seront urbanisés. [4] Cela équivaut à environ 3 milliards de citadins d’ici 2050, dont la plupart se produiront en Afrique et en Asie . [5]Notamment, les Nations Unies ont également récemment prévu que la quasi-totalité de la croissance démographique mondiale de 2017 à 2030 se fera par les villes, avec environ 1,1 milliard de nouveaux citadins au cours des 10 prochaines années. [6]

L’urbanisation concerne un éventail de disciplines, notamment l’urbanisme , la géographie , la sociologie , l’architecture , l’économie , l’ éducation , les statistiques et la santé publique . Le phénomène a été étroitement lié à la Modernisation , à l’Industrialisation et au processus sociologique de rationalisation . [7]L’urbanisation peut être considérée comme une condition spécifique à un moment donné (par exemple, la proportion de la population totale ou la superficie des villes ou des agglomérations), ou comme une augmentation de cette condition au fil du temps. Par conséquent, l’urbanisation peut être quantifiée soit en termes de niveau de développement urbain par rapport à la population globale, soit en termes de taux d’ augmentation de la proportion urbaine de la population. L’urbanisation crée d’énormes changements sociaux, économiques et environnementaux, qui offrent une opportunité de durabilité avec le “potentiel d’utiliser les ressources plus efficacement, de créer une utilisation des terres plus durable et de protéger la biodiversité des écosystèmes naturels”. [5] Développer la résilience urbaine et la durabilité urbaineface à l’urbanisation croissante est au centre de la politique internationale dans l’objectif de développement durable 11 “Villes et communautés durables”.

L’urbanisation n’est pas simplement un phénomène moderne, mais une transformation rapide et historique des racines sociales humaines à l’échelle mondiale, par laquelle la culture à prédominance rurale est rapidement remplacée par une culture à prédominance urbaine . Le premier changement majeur dans les modèles de peuplement a été l’accumulation de chasseurs-cueilleursdans les villages il y a plusieurs milliers d’années. La culture villageoise est caractérisée par des lignées communes, des relations intimes et un comportement communautaire, tandis que la culture urbaine est caractérisée par des lignées éloignées, des relations inconnues et un comportement compétitif. Ce mouvement de population sans précédent devrait se poursuivre et s’intensifier au cours des prochaines décennies, faisant proliférer les villes à des tailles impensables il y a seulement un siècle. En conséquence, la courbe de croissance de la population urbaine mondiale a jusqu’à récemment suivi un modèle quadratique-hyperbolique. [8]

Histoire

Urbanisation au cours des 500 dernières années [9] Une carte mondiale illustrant la première apparition et la propagation des centres urbains dans le monde, basée sur. [dix]

Depuis le développement des premières villes de la civilisation de la vallée de l’Indus , de la Mésopotamie et de l’ Égypte jusqu’au XVIIIe siècle, un équilibre existait entre la grande majorité de la population qui s’adonnait à l’agriculture de subsistance dans un contexte rural, et de petits noyaux de population dans les villes où l’activité économique consistait principalement en commerce sur les marchés et en fabrication à petite échelle. En raison de l’état primitif et relativement stagnant de l’agriculture tout au long de cette période, le rapport de la population rurale à la population urbaine est resté à un équilibre fixe. Cependant, une augmentation significative du pourcentage de la population urbaine mondiale peut être tracée au 1er millénaire avant notre ère. [11]Une autre augmentation significative peut être attribuée à l’Inde moghole , où 15% de sa population vivait dans des centres urbains au cours des XVIe et XVIIe siècles, plus qu’en Europe à l’époque. [12] [13] En comparaison, le pourcentage de la population européenne vivant dans les villes était de 8 à 13 % en 1800. [14] L’urbanisation de la population humaine s’est rapidement accélérée à partir du milieu du XVIIIe siècle. [15]

Avec le début de la révolution agricole et industrielle britannique [16] à la fin du 18e siècle, cette relation a finalement été rompue et une croissance sans précédent de la population urbaine a eu lieu au cours du 19e siècle, à la fois par une migration continue de la campagne et en raison à la formidable expansion démographique qui s’est produite à cette époque. En Angleterre et au Pays de Galles , la proportion de la population vivant dans des villes de plus de 20 000 habitants bondit de 17 % en 1801 à 54 % en 1891. Par ailleurs, et en adoptant une définition plus large de l’urbanisation, alors que la population urbanisée en Angleterre et au Pays de Galles représentait 72 % % du total en 1891, pour les autres pays le chiffre était de 37 % enFrance , 41% en Prusse et 28% aux États-Unis . [17]

Au fur et à mesure que les ouvriers étaient libérés du travail de la terre en raison d’une productivité agricole plus élevée, ils ont convergé vers les nouvelles Villes industrielles comme Manchester et Birmingham qui connaissaient un boom du commerce, des échanges et de l’industrie. La croissance du commerce mondial a également permis d’importer des céréales d’ Amérique du Nord et de la viande réfrigérée d’ Australasie et d’Amérique du Sud . Spatialement, les villes se sont également étendues en raison du développement des systèmes de transport en commun , ce qui a facilité les trajets sur de plus longues distances vers le centre-ville pour la classe ouvrière..

L’urbanisation s’est rapidement propagée dans le monde occidental et, depuis les années 1950, elle a également commencé à s’implanter dans le Monde en développement . Au tournant du XXe siècle, seulement 15 % de la population mondiale vivait dans les villes. [18] Selon l’ ONU , l’année 2007 a marqué un tournant lorsque plus de 50 % de la population mondiale vivaient dans des villes, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité . [17]

L’Université de Yale a publié en juin 2016 des données d’urbanisation de la période 3700 avant JC à 2000 après JC, les données ont été utilisées pour faire une vidéo montrant le développement des villes dans le monde au cours de la période. [19] [20] [21] Les origines et la propagation des centres urbains à travers le monde ont également été cartographiées par les archéologues. [dix]

causes

Apprendre encore plus Cette section a besoin de citations supplémentaires pour vérification . ( juin 2021 )Aidez -nous à améliorer cet article en ajoutant des citations à des sources fiables . Le matériel non sourcé peut être contesté et supprimé. (Découvrez comment et quand supprimer ce modèle de message)

L’âge de la population compare entre le comté rural de Pocahontas, Iowa et le comté urbain de Johnson, Iowa , illustrant la fuite des jeunes adultes (rouge) vers les centres urbains de l’ Iowa . [22] La ville de Chicago , dans l’Illinois , est un exemple du premier système de grille de développement américain. La grille est appliquée même sur une topographie inégale.

L’urbanisation se produit de manière organique ou planifiée à la suite d’une action individuelle, collective et étatique. Vivre dans une ville peut être culturellement et économiquement bénéfique, car cela peut offrir de plus grandes opportunités d’accès au marché du travail, de meilleures conditions d’éducation, de logement et de sécurité, et réduire le temps et les dépenses de déplacement et de transport. Des conditions telles que la densité, la proximité, la diversité et la concurrence sur le marché sont des éléments d’un environnement urbain jugés bénéfiques. Cependant, il y a aussi des phénomènes sociaux néfastes qui surviennent : aliénation, stress, augmentation du coût de la vie et marginalisation de masse qui sont liés à un mode de vie urbain. [ citation nécessaire ] Banlieue, qui se produit dans les villes des plus grands pays en développement, peut être considérée comme une tentative d’équilibrer ces aspects néfastes de la vie urbaine tout en permettant l’accès à la plus grande partie des ressources partagées. [ citation nécessaire ]

Dans les villes, l’argent, les services, la richesse et les opportunités sont centralisés. De nombreux habitants des campagnes viennent en ville pour faire fortune et modifier leur position sociale. Les entreprises, qui fournissent des emplois et échangent des capitaux, sont plus concentrées dans les zones urbaines. Que la source soit le commerce ou le tourisme, c’est aussi par les ports ou les systèmes bancaires, généralement situés dans les villes, que l’argent étranger entre dans un pays.

De nombreuses personnes s’installent dans les villes pour des opportunités économiques, mais cela n’explique pas entièrement les taux d’urbanisation récents très élevés dans des endroits comme la Chine et l’Inde. L’exode rural est un facteur contribuant à l’urbanisation. Dans les zones rurales, souvent sur de petites exploitations familiales ou des fermes collectives dans les villages, il a toujours été difficile d’accéder aux produits manufacturés, même si la qualité de vie globale relative est très subjective et peut certainement dépasser celle de la ville. La vie à la ferme a toujours été sensible aux conditions environnementales imprévisibles, et en période de sécheresse , d’inondation ou de peste, la survie peut devenir extrêmement problématique.

Les agriculteurs thaïlandais sont considérés comme pauvres, stupides et en mauvaise santé. Alors que les jeunes fuient les fermes, les valeurs et les connaissances de la riziculture et de la campagne s’estompent, y compris la tradition du long kek, qui consiste à aider les voisins à planter, récolter ou construire une maison. Nous perdons ce que nous appelons la thaï-ness, les valeurs d’être gentil, de s’entraider, d’avoir pitié et gratitude – Iam Thongdee, professeur de sciences humaines, Université Mahidol à Bangkok [23]

Dans un article du New York Times concernant la migration aiguë loin de l’agriculture en Thaïlande, la vie d’agriculteur a été décrite comme “chaude et épuisante”. “Tout le monde dit que l’agriculteur travaille le plus mais reçoit le moins d’argent”. Dans un effort pour contrer cette impression, le Département de l’agriculture de Thaïlande cherche à promouvoir l’impression que l’agriculture est « honorable et sûre ». [23]

Cependant, en Thaïlande, l’urbanisation a également entraîné une augmentation massive de problèmes tels que l’obésité. Le passage d’un milieu rural à une communauté urbanisée a également entraîné une transition vers une alimentation principalement basée sur les glucides vers une alimentation plus riche en graisses et en sucre, entraînant par conséquent une augmentation de l’obésité. [24] La vie urbaine, en particulier dans les Bidonvilles urbains modernes du Monde en développement, n’est certainement pas à l’abri de la peste ou des perturbations climatiques telles que les inondations, mais continue d’attirer fortement les migrants. Les inondations de 2011 en Thaïlande et de 2007 à Jakarta en sont des exemples . Les zones urbaines sont également beaucoup plus sujettes à la violence , à la drogue et à d’autres problèmes sociaux urbains. Aux Etats-Unis,l’Industrialisation de l’agriculture a eu des effets négatifs sur l’économie des petites et moyennes exploitations et a fortement réduit la taille du marché du travail rural.

Ce sont les coûts de participation à l’économie urbaine. L’augmentation de vos revenus est annulée par l’augmentation des dépenses. Au final, il vous en reste encore moins pour la nourriture. – Madhura Swaminathan, économiste à l’Indian Statistical Institute de Kolkata [25]

En particulier dans le Monde en développement, les conflits sur les droits fonciers dus aux effets de la mondialisation ont conduit des groupes politiquement moins puissants, tels que les agriculteurs, à perdre ou à confisquer leurs terres, entraînant une migration obligatoire vers les villes. En Chine, où les mesures d’acquisition de terres sont fortes, l’urbanisation a été beaucoup plus étendue et rapide (54 %) qu’en Inde (36 %), où les paysans forment des groupes militants (par exemple les Naxalites ) pour s’opposer à ces efforts. La migration obligatoire et non planifiée entraîne souvent la croissance rapide des Bidonvilles. Ceci est également similaire aux zones de conflit violent, où les gens sont chassés de leurs terres en raison de la violence.

Les villes offrent une plus grande variété de services, y compris des services spécialisés que l’on ne trouve pas dans les zones rurales. Ces services nécessitent des travailleurs, ce qui se traduit par des opportunités d’emploi plus nombreuses et plus variées. Les personnes âgées peuvent être forcées de déménager dans des villes où il y a des médecins et des hôpitaux qui peuvent répondre à leurs besoins de santé. Des opportunités éducatives variées et de haute qualité sont un autre facteur de la migration urbaine, ainsi que la possibilité de rejoindre, de développer et de rechercher des communautés sociales.

L’urbanisation crée également des opportunités pour les femmes qui ne sont pas disponibles dans les zones rurales. Cela crée une transformation liée au genre où les femmes occupent un emploi rémunéré et ont accès à l’éducation. Cela peut entraîner une baisse de la fertilité. Cependant, les femmes sont parfois encore désavantagées en raison de leur position inégale sur le marché du travail, de leur incapacité à obtenir des biens indépendamment des hommes de leur famille et de leur exposition à la violence. [26]

Les habitants des villes sont plus productifs que ceux des zones rurales. Une question importante est de savoir si cela est dû aux effets d’agglomération ou si les villes attirent simplement ceux qui sont les plus productifs. Les géographes urbains ont montré qu’il existe un gain de productivité important dû à la localisation dans des agglomérations denses. [27] Il est donc possible que des agents [ clarification nécessaire ] s’installent dans les villes afin de bénéficier de ces effets d’agglomération.

Agglomération dominante

L’agglomération ou les agglomérations dominantes d’un pays peuvent bénéficier dans une plus large mesure des mêmes choses que les villes offrent, ce qui en fait des aimants non seulement pour la population non urbaine, mais aussi pour la population urbaine et suburbaine d’autres villes. Les agglomérations dominantes sont assez souvent des villes primates , mais ne doivent pas l’être. Par exemple le Grand Manilleest plutôt une agglomération qu’une ville : ses 20 millions d’habitants (plus de 20 % de la population nationale) en font une ville primate, mais Quezon City (2,7 millions), la plus grande municipalité du Grand Manille, et Manille (1,6 million), la capitale, ne le sont pas. La domination d’une agglomération peut être mesurée par la production, la richesse et surtout la population, chacune exprimée en pourcentage d’un pays entier. Le Grand Séoul est une agglomération avec une domination massive sur la Corée du Sud, elle abrite 50% de l’ensemble de la population nationale. [28]

Bien que le Grand Busan-Ulsan (15 %, 8 millions) et le Grand Osaka (14 %, 18 millions) affichent une forte domination dans leurs pays respectifs, ils perdent de la population au profit de leurs rivaux encore plus dominants, Séoul et Tokyo respectivement. [29]

Effets économiques

Une station BTS bondée pendant l’heure de pointe à Bangkok , Thaïlande

Au fur et à mesure que les villes se développent, les effets peuvent inclure une augmentation et un changement spectaculaires des coûts, excluant souvent la classe ouvrière locale du marché, y compris des fonctionnaires tels que les employés des municipalités locales. Par exemple, le livre d’ Eric Hobsbawm The age of revolution: 1789–1848(publié en 1962 et 2005) chapitre 11, déclarait : « Le développement urbain à notre époque était un gigantesque processus de ségrégation de classe, qui a poussé les nouveaux travailleurs pauvres dans de grands bourbiers de misère en dehors des centres gouvernementaux, des entreprises et des zones résidentielles nouvellement spécialisées de la bourgeoisie. La division européenne presque universelle en un «bon» ouest et un «pauvre» est des grandes villes s’est développée au cours de cette période. Cela est probablement dû au vent dominant du sud-ouest qui transporte la fumée de charbon et d’autres polluants atmosphériques sous le vent, ce qui rend les bords ouest des villes préférables à ceux de l’est. [30]

Des problèmes similaires affectent maintenant le Monde en développement, les inégalités croissantes résultant des tendances d’urbanisation rapide. La recherche d’une croissance urbaine rapide et souvent d’efficacité peut conduire à un développement urbain moins équitable. Des groupes de réflexion tels que l’ Overseas Development Institute ont proposé des politiques qui encouragent une croissance à forte intensité de main-d’œuvre comme moyen d’absorber l’afflux de main-d’œuvre peu qualifiée et non qualifiée. [31] L’un des problèmes auxquels ces travailleurs migrants sont confrontés est la croissance des Bidonvilles . Dans de nombreux cas, les travailleurs migrants ruraux-urbains peu qualifiés ou non qualifiés, attirés par les opportunités économiques dans les zones urbaines, ne peuvent pas trouver d’emploi et se loger dans les villes et doivent vivre dans des Bidonvilles. [32]

Les problèmes urbains, ainsi que le développement des infrastructures, alimentent également les tendances à la suburbanisation dans les pays en développement, bien que la tendance des centres-villes dans ces pays tende à continuer à se densifier. L’urbanisation est souvent considérée comme une tendance négative, mais il y a des aspects positifs dans la réduction des dépenses de déplacement et de transport tout en améliorant les opportunités d’emploi, d’éducation, de logement et de transport. Vivre en ville permet aux individus et aux familles de profiter des opportunités de la proximité et de la diversité. [33] [34] [35] [36]Alors que les villes ont une plus grande variété de marchés et de biens que les zones rurales, la congestion des infrastructures, la monopolisation, les frais généraux élevés et les inconvénients des trajets interurbains se combinent souvent pour rendre la concurrence sur le marché plus rude dans les villes que dans les zones rurales. [ citation nécessaire ]

Dans de nombreux pays en développement où les économies sont en croissance, la croissance est souvent erratique et basée sur un petit nombre d’industries. Pour les jeunes de ces pays, il existe des obstacles tels que le manque d’accès aux services financiers et aux services de conseil aux entreprises, la difficulté d’obtenir un crédit pour démarrer une entreprise et le manque de compétences entrepreneuriales, afin qu’ils puissent accéder aux opportunités dans ces industries. L’investissement dans le capital humain afin que les jeunes aient accès à une éducation de qualité et à des infrastructures permettant l’accès aux établissements d’enseignement est impératif pour surmonter les obstacles économiques. [37]

Effets environnementaux

L’urbanisation peut améliorer la qualité de l’environnement pour de nombreuses raisons. Par exemple, l’urbanisation augmente les niveaux de revenus, ce qui stimule le secteur des services respectueux de l’environnement et augmente la demande de produits verts et respectueux de l’environnement. En outre, l’urbanisation améliore l’éminence environnementale grâce à des installations supérieures et à un niveau de vie de meilleure qualité dans les zones urbaines par rapport aux zones rurales. Enfin, l’urbanisation limite les émissions polluantes en augmentant la R&D et les innovations. [38] Dans son livre Whole Earth Discipline, Stewart Brand soutient que les effets de l’urbanisation sont principalement positifs pour l’environnement. Premièrement, le taux de natalité des nouveaux citadins tombe immédiatement au niveau du taux de remplacement et continue de baisser, ce qui réduit les contraintes environnementales causées par la croissance démographique. [39] Deuxièmement, l’émigration des zones rurales réduit les techniques agricoles de subsistance destructrices, telles que l’ agriculture itinérante sur brûlis mal mise en œuvre . Alex Steffen parle également des avantages environnementaux de l’augmentation du niveau d’urbanisation dans “Carbon Zero: Imagining Cities that can save the planet”, . [40]

Cependant, les infrastructures existantes et les pratiques d’urbanisme ne sont pas durables. En juillet 2013, un rapport publié par le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies [41] a averti qu’avec 2,4 milliards de personnes supplémentaires d’ici 2050, la quantité de nourriture produite devra augmenter de 70 %, ce qui pèsera lourdement sur les ressources alimentaires, en particulier dans les pays déjà face à l’insécurité alimentaire due à l’évolution des conditions environnementales. Le mélange de conditions environnementales changeantes et de la population croissante des régions urbaines, selon les experts de l’ONU, mettra à rude épreuve les systèmes d’assainissement et les soins de santé de base, et pourrait provoquer une catastrophe humanitaire et environnementale. [42]

Îlot de chaleur urbain

L’existence d’ îlots de chaleur urbains est devenue une préoccupation croissante au fil des ans. Un îlot de chaleur urbain se forme lorsque les zones industrielles et urbaines produisent et retiennent de la chaleur. Une grande partie de l’énergie solaire qui atteint les zones rurales est consommée par l’évaporation de l’eau de la végétation et du sol. Dans les villes, où il y a moins de végétation et de sols exposés, la majeure partie de l’énergie solaire est plutôt absorbée par les bâtiments et l’asphalte ; conduisant à des températures de surface plus élevées. Les véhicules, les usines et les unités de chauffage et de refroidissement industrielles et domestiques dégagent encore plus de chaleur. [43] En conséquence, les villes sont souvent de 1 à 3 ° C (1,8 à 5,4 ° F) plus chaudes que les paysages environnants. [44] Les impacts comprennent également la réduction de l’humidité du sol et une réduction de la réabsorption des émissions de dioxyde de carbone.[45]

La qualité d’eau

L’ eutrophisation des masses d’eau est un autre effet que les grandes populations urbaines ont sur l’environnement. Lorsqu’il pleut dans ces grandes villes, la pluie filtre les polluants tels que le CO 2 et d’autres gaz à effet de serre dans l’air jusqu’au sol. Ensuite, ces produits chimiques sont emportés directement dans les rivières, les ruisseaux et les océans, provoquant une baisse de la qualité de l’eau et endommageant les écosystèmes marins. [46]

L’eutrophisation est un processus qui provoque des conditions d’eau hypoxiques et des proliférations d’algues qui peuvent nuire à la survie de la vie aquatique. [47] Les proliférations d’algues nocives , qui produisent des toxines dangereuses, se développent dans des environnements eutrophes qui sont également riches en azote et en phosphore. [48] ​​Dans ces conditions idéales, ils dépassent les eaux de surface, ce qui rend difficile pour les autres organismes de recevoir la lumière du soleil et les nutriments. La prolifération des efflorescences algales entraîne une diminution de la qualité globale de l’eau et perturbe l’équilibre naturel des écosystèmes aquatiques. De plus, à mesure que les efflorescences algales meurent, du CO 2 est produit, provoquant un environnement plus acide, un processus connu sous le nom d’acidification. [49]

La surface de l’océan a également la capacité d’absorber le CO 2 de l’atmosphère terrestre à mesure que les émissions augmentent avec l’augmentation de l’urbanisation. En effet, il est rapporté que l’océan absorbe un quart du CO 2 produit par l’homme. [50] Cela a été utile à l’environnement en diminuant les effets nocifs des gaz à effet de serre, mais perpétue également l’acidification. [51] Les changements de pH inhibent la formation appropriée de carbonate de calcium, un composant crucial pour de nombreux organismes marins pour maintenir les coquilles ou les squelettes. [52] [50] Cela est particulièrement vrai pour de nombreuses espèces de mollusques et de coraux. Quoi qu’il en soit, certaines espèces ont pu s’adapter ou prospérer dans un environnement plus acide [53]

Déchets alimentaires

La croissance rapide des communautés crée de nouveaux défis dans le Monde développé et l’un de ces défis est l’augmentation du gaspillage alimentaire [54] également connu sous le nom de gaspillage alimentaire urbain. [55] [56] [57] Le gaspillage alimentaire est l’élimination de produits alimentaires qui ne peuvent plus être utilisés en raison de produits inutilisés, de leur péremption ou de leur détérioration. L’augmentation du gaspillage alimentaire peut soulever des préoccupations environnementales telles que l’augmentation de la production de gaz méthane et l’attraction de vecteurs de maladies . [56] [58] Les décharges sont la troisième cause principale de rejet de méthane, [59]suscitant une inquiétude quant à son impact sur notre ozone et sur la santé des individus. L’accumulation de Déchets alimentaires provoque une fermentation accrue, ce qui augmente le risque de migration des rongeurs et des insectes. Une augmentation de la migration des vecteurs de maladies crée un plus grand potentiel de propagation de la maladie aux humains. [60]

Les systèmes de gestion des déchets varient à toutes les échelles, du global au local, et peuvent également être influencés par le mode de vie. La gestion des déchets n’a été une préoccupation majeure qu’après la Révolution industrielle. Alors que les zones urbaines continuaient de croître avec la population humaine, la bonne gestion des déchets solides est devenue une préoccupation apparente. Pour répondre à ces préoccupations, les gouvernements locaux ont recherché des solutions aux impacts économiques les plus faibles, ce qui impliquait de mettre en œuvre des solutions techniques à la toute dernière étape du processus. [61] La gestion actuelle des déchets reflète ces solutions à motivation économique, telles que l’incinération ou les décharges non réglementées. Pourtant, une augmentation croissante pour aborder d’autres domaines de la consommation du cycle de vie s’est produite depuis la phase initiale de réduction jusqu’à la récupération de chaleur et le recyclage des matériaux. [61]Par exemple, les préoccupations de consommation de masse et de fast fashion sont passées au premier plan des priorités des consommateurs urbains. Outre les préoccupations environnementales (par exemple, les effets du changement climatique), d’autres préoccupations urbaines pour la gestion des déchets sont la santé publique et l’accès aux terres.

Fragmentation de l’habitat

L’urbanisation peut avoir un effet important sur la biodiversité en provoquant une division des habitats et donc l’aliénation des espèces, un processus connu sous le nom de fragmentation de l’habitat . [62] La fragmentation de l’habitat ne détruit pas l’habitat, comme on le voit dans la perte d’habitat , mais le brise plutôt avec des choses comme les routes et les voies ferrées [63] Ce changement peut affecter la capacité d’une espèce à maintenir la vie en la séparant de l’environnement dans lequel elle est capable d’accéder facilement à la nourriture et de trouver des zones où il peut se cacher de la prédation [64] Avec une planification et une gestion appropriées, la fragmentation peut être évitée en ajoutant des couloirs qui facilitent la connexion des zones et permettent de se déplacer plus facilement dans les régions urbanisées. [citation nécessaire ]

Selon les différents facteurs, tels que le niveau d’urbanisation, on peut observer à la fois des augmentations ou des diminutions de la “richesse en espèces”. [65] Cela signifie que l’urbanisation peut être préjudiciable à une espèce mais aussi aider à faciliter la croissance des autres. Dans les cas de développement de logements et de bâtiments, la végétation est souvent complètement supprimée immédiatement afin de rendre la construction plus facile et moins coûteuse, effaçant ainsi toute espèce indigène dans cette zone. La fragmentation de l’habitat peut filtrer les espèces ayant une capacité de dispersion limitée. Par exemple, les insectes aquatiques ont une plus faible richesse spécifique dans les paysages urbains. [66] Plus l’environnement de l’habitat est urbanisé, moins les espèces peuvent atteindre l’habitat. [67]D’autres fois, comme avec les oiseaux, l’urbanisation peut permettre une augmentation de la richesse lorsque les organismes sont capables de s’adapter au nouvel environnement. Cela peut être observé chez les espèces qui peuvent trouver de la nourriture en fouillant les zones développées ou la végétation qui a été ajoutée après l’urbanisation, c’est-à-dire planter des arbres dans les zones urbaines [68]

Effets sanitaires et sociaux

Lorsque les villes ne prévoient pas d’augmentation de la population, cela fait grimper les prix des maisons et des terrains, créant des ghettos riches (ghettos) et pauvres. “Vous obtenez une société très inégale et cette inégalité se manifeste là où les gens vivent, dans nos quartiers, et cela signifie qu’il peut y avoir moins de capacité d’empathie et moins de développement pour toute la société.” – Jack Finegan, spécialiste du programme urbain à ONU-Habitat [69]

Dans le Monde en développement, l’urbanisation ne se traduit pas par une augmentation significative de l’espérance de vie . [70] L’urbanisation rapide a entraîné une augmentation de la mortalité due aux maladies non transmissibles associées au mode de vie, notamment le cancer et les maladies cardiaques . [71] Les différences de mortalité par maladies contagieuses varient en fonction de la maladie et de l’emplacement. [70]

Les niveaux de santé urbains sont en moyenne meilleurs par rapport aux zones rurales. Cependant, les habitants des zones urbaines pauvres telles que les Bidonvilles et les établissements informels souffrent “de manière disproportionnée de maladies, de blessures, de décès prématurés, et la combinaison de la mauvaise santé et de la pauvreté enracine les désavantages au fil du temps”. [26] De nombreux citadins pauvres ont des difficultés à accéder aux services de santé en raison de leur incapacité à les payer ; ils ont donc recours à des prestataires moins qualifiés et non réglementés. [ citation nécessaire ]

Alors que l’urbanisation est associée à des améliorations de l’hygiène publique , de l’assainissement et de l’accès aux soins de santé, elle entraîne également des changements dans les habitudes professionnelles, alimentaires et d’ exercice . [71] Il peut avoir des effets mitigés sur les schémas de santé, atténuant certains problèmes et en accentuant d’autres. [70]

La nutrition

L’un de ces effets est la formation de déserts alimentaires . Près de 23,5 millions de personnes aux États-Unis n’ont pas accès aux supermarchés à moins d’un mile de leur domicile. [72] Plusieurs études suggèrent que les longues distances jusqu’à une épicerie sont associées à des taux plus élevés d’obésité et d’autres disparités en matière de santé. [73]

Les déserts alimentaires dans les pays développés correspondent souvent à des zones à forte densité de chaînes de restauration rapide et de dépanneurs qui offrent peu ou pas de produits frais. [74] Il a été démontré que l’urbanisation est associée à la consommation de moins de fruits frais, de légumes et de grains entiers et à une consommation plus élevée d’aliments transformés et de boissons sucrées. [73] Un accès insuffisant à des aliments sains et des apports élevés en matières grasses, en sucre et en sel sont associés à un risque accru d’obésité, de diabète et de maladies chroniques connexes. Dans l’ ensemble, l’indice de masse corporelle et le taux de cholestérol augmentent fortement avec le revenu national et le degré d’urbanisation. [40]

Aux États-Unis, les déserts alimentaires se trouvent le plus souvent dans les quartiers à faible revenu et à prédominance afro-américaine. [73] Une étude sur les déserts alimentaires à Denver , au Colorado, a révélé qu’en plus des minorités, les quartiers touchés avaient également une forte proportion d’enfants et de nouvelles naissances. [75] Chez les enfants, l’urbanisation est associée à un risque plus faible de dénutrition mais à un risque plus élevé de surpoids . [70]

Asthme

L’urbanisation a également été associée à un risque accru d’asthme. Partout dans le monde, à mesure que les communautés passent de sociétés rurales à des sociétés plus urbaines, le nombre de personnes souffrant d’asthme augmente. Les risques de réduction des taux d’hospitalisation et de décès dus à l’asthme ont diminué chez les enfants et les jeunes adultes des municipalités urbanisées du Brésil. Cette découverte indique que l’urbanisation peut avoir un impact négatif sur la santé de la population, affectant particulièrement la susceptibilité des personnes à l’asthme. [76]

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, de nombreux facteurs contribuent au nombre élevé de personnes souffrant d’asthme. À l’instar des régions des États-Unis où l’urbanisation augmente, les personnes vivant dans des villes en croissance dans les pays à faible revenu sont fortement exposées à la pollution de l’air, ce qui augmente la prévalence et la gravité de l’asthme parmi ces populations. [77] Des liens ont été trouvés entre l’exposition à la pollution de l’air liée au trafic et les maladies allergiques. [78] Les enfants vivant dans des zones urbaines pauvres aux États-Unis ont maintenant un risque accru de morbidité due à l’asthme par rapport aux autres enfants à faible revenu aux États-Unis. [79]De plus, les enfants atteints de croup vivant dans les zones urbaines ont des rapports de risque d’asthme plus élevés que les enfants similaires vivant dans les zones rurales. Les chercheurs suggèrent que cette différence dans les rapports de risque est due aux niveaux plus élevés de pollution de l’air et d’exposition aux allergènes environnementaux trouvés dans les zones urbaines. [80]

L’exposition à des niveaux élevés de polluants de l’air ambiant tels que le dioxyde d’azote (NO 2 ), le monoxyde de carbone (CO) et les particules d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM 2,5 ) peut provoquer la méthylation de l’ADN des sites CpG dans les cellules immunitaires, ce qui augmente le risque de développer de l’asthme chez les enfants. Des études ont montré une corrélation positive entre la méthylation de Foxp3 et l’exposition des enfants au NO 2 , au CO et aux PM 2,5 . De plus, toute exposition à des niveaux élevés de pollution atmosphérique a montré des effets à long terme sur la région Foxp3 . [81]

Malgré l’augmentation de l’accès aux services de santé qui accompagne généralement l’urbanisation, l’augmentation de la densité de population affecte négativement la qualité de l’air, atténuant finalement la valeur positive des ressources de santé, car de plus en plus d’enfants et de jeunes adultes développent de l’asthme en raison des taux de pollution élevés. [76] Cependant, la planification urbaine, ainsi que le contrôle des émissions, peuvent atténuer les effets de la pollution de l’air liée au trafic sur les maladies allergiques telles que l’asthme. [78]

Crime

Historiquement, criminalité et urbanisation vont de pair. L’explication la plus simple est que les zones à forte densité de population sont entourées d’une plus grande disponibilité de biens. Commettre des crimes dans les zones urbanisées est également plus faisable. La Modernisation a également entraîné une augmentation de la criminalité, car les médias modernes ont sensibilisé davantage à l’écart de revenu entre les riches et les pauvres. Cela conduit à un sentiment de privation, qui à son tour peut conduire au crime. Dans certaines régions où l’urbanisation se produit dans des zones plus riches, on observe une augmentation des crimes contre les biens et une diminution des crimes violents. [82]

Les données montrent qu’il y a une augmentation de la criminalité dans les zones urbanisées. Certains facteurs comprennent le revenu par habitant, l’inégalité des revenus et la taille globale de la population. Il existe également une association plus faible entre le taux de chômage, les dépenses de la police et la criminalité. [83] La présence de crime a également la capacité de produire plus de crime. Ces zones ont moins de cohésion sociale et donc moins de contrôle social. Cela est évident dans les régions géographiques où la criminalité se produit. Comme la plupart des crimes ont tendance à se concentrer dans les centres-villes, plus on s’éloigne du centre-ville, plus la fréquence des crimes est faible. [84]

La migration est également un facteur qui peut augmenter la criminalité dans les zones urbanisées. Les gens d’une région sont déplacés et forcés de s’installer dans une société urbanisée. Les voici dans un nouvel environnement avec de nouvelles normes et valeurs sociales. Cela peut conduire à moins de cohésion sociale et à plus de criminalité. [85]

Activité physique

Bien que l’urbanisation ait tendance à produire plus d’effets négatifs, un effet positif que l’urbanisation a eu est une augmentation de l’activité physique par rapport aux zones rurales. Les résidents des zones rurales et des communautés aux États-Unis ont des taux d’obésité plus élevés et pratiquent moins d’activité physique que les résidents urbains. [86] Les résidents ruraux consomment un pourcentage plus élevé de calories grasses et sont moins susceptibles de respecter les directives en matière d’activité physique et plus susceptibles d’être physiquement inactifs. [87] [88] En comparaison avec les régions des États-Unis, l’ouest a la plus faible prévalence d’ inactivité physique et le sud a la plus forte prévalence d’ inactivité physique . [88]Les régions métropolitaines et les grandes régions urbaines de toutes les régions ont la plus forte prévalence d’activité physique parmi les résidents. [88]

Des obstacles tels que l’isolement géographique, les routes achalandées et dangereuses et les stigmates sociaux entraînent une diminution de l’activité physique dans les milieux ruraux. [89] Des limites de vitesse plus rapides sur les routes rurales interdisent la possibilité d’avoir des pistes cyclables, des trottoirs, des sentiers et des accotements le long des routes. [86] Les espaces ouverts moins développés dans les zones rurales, comme les parcs et les sentiers, suggèrent qu’il y a moins de potentiel piétonnier dans ces zones par rapport aux zones urbaines. [86] De nombreux résidents en milieu rural doivent parcourir de longues distances pour utiliser les installations d’exercice, prenant trop de temps dans la journée et dissuadant les résidents d’utiliser les installations récréatives pour obtenir une activité physique. [89]De plus, les résidents des collectivités rurales se déplacent plus loin pour le travail, ce qui réduit le temps qu’ils peuvent consacrer à l’activité physique de loisir et réduit considérablement la possibilité d’utiliser le transport actif pour se rendre au travail. [86]

Les quartiers et les communautés avec des salles de fitness à proximité, une caractéristique commune de l’urbanisation, ont des résidents qui participent à des quantités accrues d’activité physique. [89] Les communautés avec des trottoirs, des lampadaires et des feux de circulation ont des résidents qui participent à plus d’activité physique que les communautés sans ces caractéristiques. [86] Le fait d’avoir une variété de destinations à proximité de l’endroit où les gens vivent augmente l’utilisation des transports actifs, comme la marche et le vélo. [90] Le transport actif est également amélioré dans les communautés urbaines où il y a un accès facile aux transports en commun en raison du fait que les résidents marchent ou font du vélo jusqu’aux arrêts de transport. [90]

Dans une étude comparant différentes régions des États-Unis, des opinions dans tous les domaines ont été partagées selon lesquelles des caractéristiques environnementales telles que l’accès aux trottoirs, des routes sûres, des installations récréatives et des paysages agréables sont positivement associées à la participation à des activités physiques de loisirs. [88] Percevoir que des ressources sont à proximité pour l’activité physique augmente la probabilité que les résidents de toutes les communautés respectent les lignes directrices et les recommandations pour une activité physique appropriée. [90] Spécifique aux résidents ruraux, la sécurité des espaces extérieurs aménagés et la disponibilité pratique des installations récréatives importent le plus lorsqu’il s’agit de prendre des décisions sur l’augmentation de l’activité physique. [87]Afin de lutter contre les niveaux d’inactivité des résidents ruraux, des caractéristiques récréatives plus pratiques, telles que celles discutées dans ce paragraphe, doivent être mises en œuvre dans les communautés et les sociétés rurales. [ citation nécessaire ]

Santé mentale

Les facteurs d’urbanisation qui contribuent à la santé mentale peuvent être considérés comme des facteurs qui affectent l’individu et des facteurs qui affectent le groupe social plus large. Au niveau macro, du groupe social, on pense que les changements liés à l’urbanisation contribuent à la désintégration et à la désorganisation sociales. Ces facteurs macro contribuent aux disparités sociales qui affectent les individus en créant une insécurité perçue. [91] L’insécurité perçue peut être due à des problèmes liés à l’environnement physique, tels que des problèmes de sécurité personnelle, ou à des problèmes liés à l’environnement social, tels qu’une perte de concepts de soi positifs à la suite d’événements négatifs. [92]L’augmentation du stress est un facteur de stress psychologique individuel courant qui accompagne l’urbanisation et qui serait dû à l’insécurité perçue. On pense que les changements dans l’organisation sociale, conséquence de l’urbanisation, entraînent une réduction du soutien social, une augmentation de la violence et la surpopulation. On pense que ce sont ces facteurs qui contribuent à l’augmentation du stress. [93] Il est important de noter que l’urbanisation ou la densité de population ne causent pas à elles seules de problèmes de santé mentale. C’est la combinaison de l’urbanisation avec des facteurs de risque physiques et sociaux qui contribue aux problèmes de santé mentale. Alors que les villes continuent de s’étendre, il est important de prendre en compte et de prendre en compte la santé mentale ainsi que d’autres mesures de santé publique qui accompagnent l’urbanisation. [ citation nécessaire ]

Modification des formulaires

Apprendre encore plus Cette section a besoin de citations supplémentaires pour vérification . ( juin 2021 )Aidez -nous à améliorer cet article en ajoutant des citations à des sources fiables . Le matériel non sourcé peut être contesté et supprimé. (Découvrez comment et quand supprimer ce modèle de message)

Différentes formes d’urbanisation peuvent être classées en fonction du style d’architecture et des méthodes de planification ainsi que de la croissance historique des zones.

Carte montrant les zones urbaines d’au moins un million d’habitants en 2006.

Dans les villes du Monde développé, l’ urbanisation présentait traditionnellement une concentration d’activités humaines et d’établissements autour du centre-ville, ce que l’on appelle l’influx migratoire . L’influx migratoire fait référence à la migration depuis les anciennes colonies et lieux similaires. Le fait que de nombreux immigrants s’installent dans des centres-villes pauvres a conduit à la notion de «périphérisation du noyau», qui décrit simplement que des personnes qui étaient autrefois à la périphérie des anciens empires vivent désormais en plein centre.

Les développements récents, tels que les programmes de réaménagement des centres-villes , signifient que les nouveaux arrivants dans les villes ne s’installent plus nécessairement au centre. Dans certaines régions développées, l’effet inverse, appelé à l’origine contre-urbanisation , s’est produit, les villes perdant de la population au profit des zones rurales, et est particulièrement courante pour les familles les plus riches. Cela a été possible grâce à l’amélioration des communications et a été causé par des facteurs tels que la peur du crime et la pauvreté des environnements urbains. Elle a contribué au phénomène de rétrécissement des villes que connaissent certaines parties du monde industrialisé.

Les migrants ruraux sont attirés par les possibilités que peuvent offrir les villes, mais s’installent souvent dans des Bidonvilles et connaissent une extrême pauvreté. L’incapacité des pays à fournir un logement adéquat à ces migrants ruraux est liée à la sururbanisation , un phénomène dans lequel le taux d’urbanisation croît plus rapidement que le taux de développement économique, entraînant un chômage élevé et une forte demande de ressources. [94] Dans les années 1980, cela a été tenté d’être abordé avec la théorie du biais urbain qui a été promue par Michael Lipton .

La plupart des citadins pauvres des pays en développement incapables de trouver du travail peuvent passer leur vie dans des emplois précaires et mal rémunérés. Selon les recherches de l’ Overseas Development Institute , l’urbanisation favorable aux pauvres nécessitera une croissance à forte intensité de main-d’œuvre, soutenue par la protection des travailleurs, une réglementation flexible de l’utilisation des terres et des investissements dans les services de base. [95]

Banlieue

Lorsque la zone résidentielle se déplace vers l’extérieur, cela s’appelle la suburbanisation. Un certain nombre de chercheurs et d’écrivains suggèrent que la suburbanisation est allée si loin pour former de nouveaux points de concentration en dehors du centre-ville, tant dans les pays développés que dans les pays en développement comme l’Inde. [96] Cette forme de concentration polycentrique et en réseau est considérée par certains modèles émergents d’urbanisation. Elle est appelée tour à tour ville périphérique (Garreau, 1991), ville réseau (Batten, 1995), ville postmoderne (Dear, 2000) ou exurb , bien que ce dernier terme désigne désormais une zone moins dense au-delà des banlieues. Los Angeles est l’exemple le plus connu de ce type d’urbanisation. Aux États-Unis, ce processus s’est inversé à partir de 2011, avec une “réurbanisation” se produisant sous forme de vol suburbainen raison des coûts de transport chroniquement élevés. [97]

… le conflit de classe le plus important dans les pays pauvres du monde aujourd’hui n’est pas entre le travail et le capital. Ce n’est pas non plus entre les intérêts étrangers et nationaux. Elle se situe entre les classes rurales et les classes urbaines. Le secteur rural contient la plus grande partie de la pauvreté et la plupart des sources de progrès potentiels à faible coût ; mais le secteur urbain contient l’essentiel de l’articulation, de l’organisation et du pouvoir. Ainsi, les classes urbaines ont pu gagner la plupart des manches de la lutte avec la campagne…”. – Michael Lipton, auteur de la théorie du biais urbain [98]

Urbanisation planifiée

L’urbanisation peut être planifiée ou organique. L’urbanisation planifiée, c’est-à-dire la communauté planifiée ou le mouvement des cités-jardins , repose sur un plan préalable, qui peut être préparé pour des raisons militaires, esthétiques, économiques ou d’urbanisme . Des exemples peuvent être vus dans de nombreuses villes anciennes; bien qu’avec l’exploration est venue la collision des nations, ce qui signifie que de nombreuses villes envahies ont pris les caractéristiques planifiées souhaitées de leurs occupants. De nombreuses anciennes villes organiques ont connu un réaménagement à des fins militaires et économiques, de nouvelles routes creusées à travers les villes et de nouvelles parcelles de terrain ont été bouclées à diverses fins planifiées, donnant aux villes des conceptions géométriques distinctives. Les agences de l’ONU préfèrent voir les infrastructures urbainesinstallés avant l’urbanisation. Les paysagistes sont responsables des infrastructures paysagères ( parcs publics , systèmes de drainage urbain durable , voies vertes , etc.) qui peuvent être planifiées avant l’urbanisation, ou après pour revitaliser une zone et créer une plus grande habitabilité dans une région. Des concepts de contrôle de l’expansion urbaine sont envisagés dans l’ American Institute of Planners .

Alors que la population continue de croître et de s’urbaniser à un rythme sans précédent, de nouvelles techniques d’urbanisme et de croissance intelligente sont mises en œuvre pour créer une transition vers le développement de villes écologiquement, économiquement et socialement durables. En outre, une approche plus complète souligne l’importance de promouvoir la participation des acteurs non étatiques, qui pourraient inclure les entreprises, les organisations de recherche et à but non lucratif et, surtout, les citoyens locaux. [99] Les principes de la croissance intelligente et du nouvel urbanisme incluent le potentiel piétonnier , le développement à usage mixte, la conception confortable à haute densité, la conservation des terres, l’équité sociale et la diversité économique. Les communautés à usage mixte luttent contre la gentrificationavec des logements abordables pour promouvoir l’équité sociale, réduire la dépendance à l’automobile pour réduire l’utilisation des combustibles fossiles et promouvoir une économie localisée . Les communautés piétonnières ont un PIB moyen par habitant supérieur de 38 % à celui des métros urbains moins praticables (Leinberger, Lynch). En combinant la durabilité économique, environnementale et sociale, les villes deviendront équitables, résilientes et plus attrayantes que l’étalement urbain qui surutilise les terres , favorise l’ utilisation de l’ automobile et isole économiquement la population. [100] [101]

Voir également

  • Portail des villes
  • Portail mondial
  • Retour à la terre
  • Cité-État
  • Contre-urbanisation
  • Division du travail
  • Banlieue
  • Ghetto
  • Hétérosocialité
  • Planification de la population humaine
  • Migration humaine
  • Mégalopole (type de ville)
  • Démographie politique
  • Pseudo-urbanisation
  • Écologie urbaine
  • Exploration Urbaine
  • Histoire urbaine
  • Métabolisme urbain
  • Morphologie urbaine
  • Etudes urbaines
  • Urbanisation par pays
  • Vol blanc

Historique

  • Révolution néolithique
  • Oppidum
  • Polis
  • Révolution urbaine

Régional

  • Urbanisation en Afrique
  • Urbanisation en Chine
  • Urbanisation en Inde
  • Urbanisation au Pakistan
  • Urbanisation aux États-Unis

Références

  1. ^ “Urbanisation” . Navigateur MeSH . Bibliothèque nationale de médecine . Récupéré le 5 novembre 2014 . Processus par lequel une société passe d’un mode de vie rural à un mode de vie urbain. Il se réfère également à l’augmentation progressive de la proportion de personnes vivant dans les zones urbaines.
  2. ^ “Urbanisation dans” . partitions démographiques . Récupéré le 8 juillet 2015 .
  3. ^ Tacoli, Cécile (2015). Urbanisation, exode rural et pauvreté urbaine . McGranahan, Gordon, Satterthwaite, David. Londres : Institut international pour l’environnement et le développement. ISBN 9781784311377. OCLC 942419887 .
  4. ^ “Vie urbaine : ordinateurs en plein air” . L’Économiste . 27 octobre 2012 . Récupéré le 20 mars 2013 .
  5. ^ un b “l’Urbanisation” . UNFPA – Fonds des Nations Unies pour la population .
  6. ^ Barney Cohen (2015). “L’urbanisation, la croissance des villes et le nouveau programme de développement des Nations Unies” . Vol. 3, non. 2. Cornerstone, Journal officiel de l’industrie mondiale du charbon. p. 4–7. Archivé de l’original le 27 juin 2015 . Récupéré le 26 juin 2015 .
  7. ^ Gries, T.; Grundmann, R. (2018). “Fécondité et Modernisation : le rôle de l’urbanisation dans les pays en développement”. Journal du développement international . 30 (3): 493–506. doi : 10.1002/jid.3104 .
  8. ^ Introduction à la macrodynamique sociale : cycles séculaires et tendances millénaires. Moscou : URSS, 2006 ; Korotayev A. La dynamique d’urbanisation du système mondial. Histoire & Mathématiques : dynamiques historiques et évolution des sociétés complexes . Edité par Peter Turchin , Leonid Grinin , Andrey Korotayev et Victor C. de Munck. Moscou : KomKniga, 2006. La dynamique d’urbanisation du système mondial. Histoire & Mathématiques : dynamiques historiques et évolution des sociétés complexes . Edité par Peter Turchin , Leonid Grinin , Andrey Korotayev et Victor C. de Munck. Moscou: KomKniga, 2006. ISBN 5-484-01002-0 . P. 44-62
  9. ^ “L’urbanisation au cours des 500 dernières années” . Notre monde en données . Récupéré le 6 mars 2020 .
  10. ^ un b Stephens, Lucas; Fuller, Dorian; Boivin, Nicole; Rick, Torben ; Gauthier, Nicolas; Kay, Andréa ; Marwick, Ben; Armstrong, Chelsey Geralda; Barton, C. Michael (30 août 2019). “L’évaluation archéologique révèle la première transformation de la Terre par l’utilisation des terres”. Sciences . 365 (6456): 897–902. Bibcode : 2019Sci…365..897S . doi : 10.1126/science.aax1192 . hdl : 10150/634688 . ISSN 0036-8075 . PMID 31467217 . S2CID 201674203 .
  11. ^ Andrey Korotayev et Leonid Grini (2006). “L’urbanisation et le développement politique du système mondial: une analyse quantitative comparative” . Dans Peter Turchin; Léonid Grinin; Victor C. de Munck; et Andrey Korotayev (dir.). Histoire & Mathématiques : dynamiques historiques et évolution des sociétés complexes . Vol. 2. p. 115–153.
  12. ^ Abraham Eraly (2007), Le monde moghol: la vie au dernier âge d’or de l’Inde , p. 5 , Livres de pingouins
  13. ^ Irfan Habib ; Dharma Kumar ; Tapan Raychaudhuri (1987). L’histoire économique de Cambridge de l’Inde (PDF) . Vol. 1. Presse universitaire de Cambridge . p. 170.
  14. ^ Paolo Malanima (2009). L’économie européenne pré-moderne : mille ans (Xe-XIXe siècles) . Éditeurs Brill . p. 244. ISBN 978-9004178229.
  15. ^ Grottes, RW (2004). Encyclopédie de la Ville . Routledge. p. 738. ISBN 978-0415862875.
  16. ^ Révolution industrielle | Définition, histoire, dates, résumé et faits” . Encyclopédie Britannica . Récupéré le 29 octobre 2020 .
  17. ^ un b Christopher Watson (1993). KB Wildey; Wm H. Robinson (éd.). Tendances de l’urbanisation . Actes de la première conférence internationale sur les ravageurs urbains. CiteSeerX 10.1.1.522.7409 .
  18. ^ Annez, Patricia Clarke; En ligneBuckley, Robert M. (2009). “Urbanisation et croissance : définir le contexte” (PDF) . Dans Spence, Michael; Annez, Patricia Clarke; Buckley, Robert M. (éd.). Urbanisation et croissance . ISBN 978-0-8213-7573-0.
  19. ^ Reba, Meredith; Reitsma, Femke ; Seto, Karen C. (7 juin 2016). “Spatialiser 6 000 ans d’urbanisation mondiale de 3700 avant JC à 2000 après JC” . Données scientifiques . 3 : 160034. Bibcode : 2016NatSD…360034R . doi : 10.1038/sdata.2016.34 . ISSN 2052-4463 . PMC 4896125 . PMID 27271481 .
  20. ^ “Données de recherche – Laboratoire Seto” . urban.yale.edu . Récupéré le 9 juillet 2016 .
  21. ^ “L’histoire de l’urbanisation, 3700 avant JC – 2000 après JC” . Youtube . Archivé de l’original le 30 octobre 2021 . Récupéré le 24 septembre 2018 .
  22. ^ basé sur les données du recensement américain de 2000
  23. ^ un b Fuller, Thomas (5 juin 2012). “La jeunesse thaïlandaise cherche une fortune loin de la ferme” . Le New York Times . Récupéré le 5 juin 2012 .
  24. ^ Jitnarin, Nattinee; Kosulwat, Vongsvat ; Rojroongwasinkul, Nipa ; Boonpraderm, Atitada; Haddock, Christopher K.; Poston, Walker SC ; Jitnarin, Nattinee ; Kosulwat, Vongsvat ; Rojroongwasinkul, Nipa (21 janvier 2010). “Facteurs de risque de surpoids et d’obésité chez les adultes thaïlandais : résultats de l’enquête nationale sur la consommation alimentaire thaïlandaise” . Nutriments . 2 (1): 60–74. doi : 10.3390/nu2010060 . PMC 3257614 . PMID 22253992 .
  25. ^ “Mort précoce assurée en Inde où 900 millions ont faim” . Bloomberg. 13 juin 2012 . Récupéré le 13 juin 2012 .
  26. ^ un b “L’urbanisation, le sexe et la pauvreté urbaine : le travail rémunéré et les soins non rémunérés dans la ville” . FNUAP. 2012.
  27. ^ Borowiecki, Karol J. (2013). “Regroupement géographique et productivité: une approche variable instrumentale pour les compositeurs classiques” . Journal d’économie urbaine . 73 (1): 94-110.
  28. ^ KOSIS, Service d’information statistique coréen . (en coréen)
  29. ^ Jacobs, AJ (2011). “Ulsan, Corée du Sud: Une “grande” ville industrielle mondiale et imbriquée” (PDF) . La revue d’études urbaines ouvertes . 4 (8–20) : 8–20. doi : 10.2174/1874942901104010008 – via core.ac.uk.
  30. ^ Benedictus, Lion (12 mai 2017). « Soufflant dans le vent : pourquoi tant de villes ont-elles des extrémités est pauvres ? . Le Gardien .
  31. ^ Grant, Ursula (2008) Opportunité et exploitation sur les marchés du travail urbains Archivé le 18 septembre 2012 à la Wayback Machine London: Overseas Development Institute
  32. ^ Todaro, Michael P. (1969). “Un modèle de migration de main-d’œuvre et de chômage urbain dans les pays moins développés”. La revue économique américaine . 59 (1): 148.
  33. ^ Glaeser, Edward (printemps 1998). « Les villes meurent-elles ? » . Le Journal des perspectives économiques . 12 (2): 139–60. doi : 10.1257/jep.12.2.139 .
  34. ^ Marque, Stewart. “Discipline de la Terre entière – extrait annoté” . Récupéré le 29 novembre 2009 .
  35. ^ Nowak, J. (1997). “Initiative de quartier et économie régionale”. Trimestriel de développement économique . 11 : 3–10. doi : 10.1177/089124249701100101 . S2CID 154678238 .
  36. ^ En utilisant la projection Gall-Peters, on estime qu’en 2015, la population urbaine mondiale devrait dépasser 4 milliards, la majeure partie de cette croissance devrait être urbanisée à 50% en Afrique, en Asie et en Chine.
  37. ^ “État de la population mondiale 2014” . FNUAP. 2014.
  38. ^ Yasin, Iftikhar; Ahmad, Nawaz; Chaudhary, M. Aslam (22 juillet 2019). “Catéchiser l’impression environnementale de l’urbanisation, du développement financier et des institutions politiques: une circonstance d’empreintes écologiques dans 110 pays développés et moins développés”. Recherche sur les indicateurs sociaux . 147 (2): 621–649. doi : 10.1007/s11205-019-02163-3 . ISSN 0303-8300 . S2CID 199855869 .
  39. ^ Urbanisation: une force environnementale avec laquelle il faut compter
  40. ^ Carbon Zero: Imagining Cities that can save the planet par Alex Steffen
  41. ^ “Enquête économique et sociale mondiale (WESS) 2013” Affaires économiques et sociales mondiales. Juillet 2013.
  42. ^ Auber, Tamar (17 juillet 2013) “Le changement climatique et l’expansion urbaine rapide en Afrique menacent la vie des enfants.” Archivé le 13 novembre 2014 sur Wayback Machine UNEARTH News. Récupéré le 10 août 2013.
  43. ^ Parc, H.-S. (1987). Variations de l’intensité des îlots de chaleur urbains affectées par les environnements géographiques . Documents du Centre de recherche sur l’environnement, no. 11. Ibaraki, Japon : Centre de recherche environnementale, Université de Tsukuba.
  44. ^ “Effet d’îlot de chaleur” . Epa.gov (17 novembre 2010). Consulté le 7 avril 2014.
  45. ^ “Réchauffement: une étude montre une urbanisation rapide en Chine réchauffant le climat régional plus rapidement que les autres zones urbaines” .
  46. ^ Jiang, Leiwen; Hoepf Young, Malea; Hardee, Karen (2008). “La population, l’urbanisation et l’environnement”. Montre mondiale . 21 (5) : 34–39.
  47. ^ “À propos de l’eutrophisation | Institut des ressources mondiales” . wri.org . 12 septembre 2013 . Récupéré le 18 novembre 2018 .
  48. ^ “Floraisons d’algues nuisibles” . Administration américaine de la protection de l’environnement . 3 juin 2013 . Récupéré le 18 novembre 2018 .
  49. ^ Ramesh, R; Lakshmi, A; Purvaja, R; Costanzo, SD ; Kelsey, RH; Hawkey, J; Datta, A; Dennison, WC (2013). « Eutrophisation et acidification des océans » (PDF) .
  50. ^ un b “l’Évaluation de Climat nationale” . Évaluation nationale du climat . Récupéré le 18 novembre 2018 .
  51. ^ Feely, Richard A.; Alin, Simone R.; Newton, janvier; Sabine, Christopher L.; Warner, Marc; Devol, Allan; Krembs, Christophe ; Maloy, Carol (août 2010). “Les effets combinés de l’acidification, du mélange et de la respiration des océans sur le pH et la saturation en carbonate dans un estuaire urbanisé”. Sciences estuariennes, côtières et du plateau . 88 (4): 442–449. Bibcode : 2010ECSS…88..442F . doi : 10.1016/j.ecss.2010.05.004 . ISSN 0272-7714 .
  52. ^ Pêcheries, NOAA (9 septembre 2018). “Comprendre l’acidification des océans | NOAA Fisheries” . pêcheries.noaa.gov . Récupéré le 18 novembre 2018 .
  53. ^ “Acidification des océans” . Océan Smithsonien . Récupéré le 18 novembre 2018 .
  54. ^ Thyberg, Krista L.; Tonjes, David J. (2016). “Les moteurs du gaspillage alimentaire et leurs implications pour l’élaboration de politiques durables” . Ressources, conservation et recyclage . 106 : 110–123. doi : 10.1016/j.resconrec.2015.11.016 . ISSN 0921-3449 .
  55. ^ “Article : “Génération de Déchets alimentaires urbains : défis et opportunités” Journal : Int. J. of Environment and Waste Management, 2009 Vol.3 No.1/2 pp.4 – 21 Résumé : Une activité économique accrue et un écart économique plus large entre les zones rurales et urbaines conduit à une urbanisation accélérée et à la génération de 35 % de Déchets alimentaires urbains (UFW) en plus de 2007 à 2025. Outre la mise en décharge, cet article examine les avantages de l’introduction du compostage sur site et de la digestion anaérobie pour le recyclage environnemental des UFW et la réduction des coûts de manutention. Pour l’Asie et l’Afrique, ces solutions pour les UFW pourraient réduire la masse de DMS de 43 % et 55 %, respectivement, aidant ainsi les villes à gérer la quasi-totalité de leurs DMS. Pour l’Amérique du Nord et l’Europe, une telle pratique pourrait réduire tendances du réchauffement de la terre – Éditeurs Inderscience – reliant les universités,le commerce et l’industrie par la recherche”. inderscience.com . Récupéré le 7 octobre 2018 .
  56. ^ un b Adhikari, Bijaya K.; Barrington, Suzelle; Martinez, José (octobre 2006). “Croissance prévue des Déchets alimentaires urbains mondiaux et de la production de méthane”. Gestion des déchets et recherche . 24 (5): 421–433. doi : 10.1177/0734242X06067767 . ISSN 0734-242X . PMID 17121114 . S2CID 34299202 .
  57. ^ Adhikari, Bijaya K.; Barrington, Suzelle F.; Martinez, José (2009). « Génération de Déchets alimentaires urbains : défis et opportunités » (PDF) . Journal international de l’environnement et de la gestion des déchets . 3 (1/2): 4. doi : 10.1504/ijewm.2009.024696 . ISSN 1478-9876 .
  58. ^ “Maladies à transmission vectorielle” . Organisation mondiale de la santé . Récupéré le 19 octobre 2018 .
  59. ^ EPA, OA, États-Unis (23 décembre 2015). “Aperçu des gaz à effet de serre | US EPA” . EPA des États-Unis . Récupéré le 16 octobre 2018 .
  60. ^ Venkateswaran, Sandhya (1994). “Gestion des déchets : dimensions écologiques, économiques et sociales”. Hebdomadaire économique et politique . 29 (45/46): 2907–2911. JSTOR 4401996 .
  61. ^ un b Bai, Xuemei; Mc Phearson, Timon; Cleugh, Hélène; Nagendra, Harini ; Tong, Xin ; Zhu, Tong ; Zhu, Yong-Guan (17 octobre 2017). “Lier l’urbanisation et l’environnement : avancées conceptuelles et empiriques” . Examen annuel de l’environnement et des ressources . 42 (1): 215–240. doi : 10.1146/annurev-environ-102016-061128 . ISSN 1543-5938 .
  62. ^ Elmqvist, Thomas; Zipperer, Wayne ; Güneralp, Burak (2016). “dix”. Urbanisation, perte d’habitat, déclin de la biodiversité : pistes de solutions pour briser le cycle . p. 139–151.
  63. ^ Liu Z, He C, Wu J (2016). “La relation entre la perte d’habitat et la fragmentation pendant l’urbanisation: une évaluation empirique de 16 villes du monde” . PLOS ONE . 11 (4) : e0154613. Bibcode : 2016PLoSO..1154613L . doi : 10.1371/journal.pone.0154613 . PMC 4849762 . PMID 27124180 .
  64. ^ Skagen, Susan K.; Yackel Adams, Amy A.; En ligneAdams, Rod D. (2005). “Survie du nid par rapport à la taille du patch dans un paysage de prairie à herbes courtes très fragmenté” . Le bulletin Wilson . 117 : 23–34. doi : 10.1676/04-038 . S2CID 85173365 .
  65. ^ McKinney, Michael L. (29 janvier 2008). “Effets de l’urbanisation sur la richesse en espèces: Une revue des plantes et des animaux”. Écosystèmes urbains . 11 (2): 161–176. doi : 10.1007/s11252-007-0045-4 . ISSN 1083-8155 . S2CID 23353943 .
  66. ^ Lundkvist, E.; Landin, J.; En ligneKarlsson, F. (2002). “Dispersion des coléoptères plongeurs (Dytiscidae) dans les paysages agricoles et urbains du sud-est de la Suède”. Annales Zoologici Fennici .
  67. ^ Liao, W.; Venn, S.; Niemelä, J. (2020). “Déterminants environnementaux des assemblages de coléoptères plongeurs (Coleoptera: Dytiscidae) dans un paysage urbain” . Biodiversité et Conservation . 29 (7): 2343–2359. doi : 10.1007/s10531-020-01977-9 .
  68. ^ McKinney, Michael (octobre 2002). “Urbanisation, Biodiversité et Conservation” . BioScience . 52 (10): 883. doi : 10.1641/0006-3568(2002)052[0883:UBAC]2.0.CO;2 .
  69. ^ “Dans le canton surpeuplé de Hlaing Tharyar, les Bidonvilles sont assis à côté de communautés fermées (sic) | Coconuts Yangon” . 22 février 2016.
  70. ^ un bcd Eckert S, Kohler S (2014). « Urbanisation et santé dans les pays en développement : une revue systématique » . Santé mondiale et population . 15 (1): 7–20. doi : 10.12927/whp.2014.23722 . PMID 24702762 .
  71. ^ un b Allender S, Foster C, Hutchinson L, Arambepola C (novembre 2008). “Quantification de l’urbanisation en relation avec les maladies chroniques dans les pays en développement : une revue systématique” . Journal de la santé urbaine . 85 (6): 938–51. doi : 10.1007/s11524-008-9325-4 . PMC 2587653 . PMID 18931915 .
  72. ^ Bloc, Jason P.; Subramanian, SV (8 décembre 2015). “Aller au-delà des “déserts alimentaires”: réorienter les politiques des États-Unis pour réduire les disparités dans la qualité de l’alimentation” . PLO Médecine . 12 (12) : e1001914. doi : 10.1371/journal.pmed.1001914 . ISSN 1549-1676 . PMC 4672916 . PMID 26645285 .
  73. ^ un bc Ghosh- Dastidar , Bonnie; Cohen, Deborah; Chasseur, Gérald ; Zenk, Shannon N.; Huang, Christina; Beckman, Robin; Dubowitz, Tamara (2014). “Distance au magasin, prix des aliments et obésité dans les déserts alimentaires urbains” . Journal américain de médecine préventive . 47 (5): 587–595. doi : 10.1016/j.amepre.2014.07.005 . PMC 4205193 . PMID 25217097 .
  74. ^ Cooksey-Stowers, Kristen; Schwartz, Marlene B.; Brownell, Kelly D. (14 novembre 2017). “Les marécages alimentaires prédisent les taux d’obésité mieux que les déserts alimentaires aux États-Unis” . Journal international de recherche environnementale et de santé publique . 14 (11) : 1366. doi : 10.3390/ijerph14111366 . PMC 5708005 . PMID 29135909 .
  75. ^ Stilley, Megan (2012). Déserts alimentaires urbains : une exploration des quartiers du nord de Denver (thèse). L’Université du Colorado à Denver. ProQuest 1013635534 .
  76. ^ un b Ponte, Eduardo Vieira; Cruz, Alvaro A.; Athanazio, Rodrigue; Carvalho-Pinto, Régina; Fernandes, Frederico LA; Barreto, Mauricio L.; Stelmach, Rafael (1er février 2018). “L’urbanisation est associée à une augmentation de la morbidité et de la mortalité par asthme au Brésil”. Le Journal Respiratoire Clinique . 12 (2): 410–417. doi : 10.1111/crj.12530 . ISSN 1752-699X . PMID 27400674 . S2CID 46804746 .
  77. ^ Cruz, Álvaro A.; Stelmach, Raphaël; Ponte, Eduardo V. (1er juin 2017). “Prévalence et gravité de l’asthme dans les communautés à faibles ressources”. Opinion actuelle en allergie et immunologie clinique . 17 (3): 188–193. doi : 10.1097/aci.0000000000000360 . ISSN 1528-4050 . PMID 28333691 . S2CID 6018699 .
  78. ^ un b Carlsten, Christopher; Cavalier, Christopher F. (1er avril 2017). “Pollution de l’air liée au trafic et maladies allergiques”. Opinion actuelle en allergie et immunologie clinique . 17 (2): 85–89. doi : 10.1097/aci.0000000000000351 . ISSN 1528-4050 . PMID 28141628 . S2CID 38066984 .
  79. ^ Keet, Corinne A.; Matsui, Elizabeth C.; McCormack, Meredith C.; Peng, Roger D. (septembre 2017). “Résidence urbaine, pauvreté du quartier, race / origine ethnique et morbidité asthmatique chez les enfants sous Medicaid” . Journal d’allergie et d’immunologie clinique . 140 (3): 822–827. doi : 10.1016/j.jaci.2017.01.036 . PMC 8050806 . PMID 28283418 .
  80. ^ Lin, Sheng-Chieh; Lin, Hui-Wen; Chiang, Bor-Luen (1er septembre 2017). “Association du croup avec l’asthme chez les enfants” . Médecine . 96 (35) : e7667. doi : 10.1097/md.0000000000007667 . ISSN 0025-7974 . PMC 5585480 . PMID 28858086 .
  81. ^ Prunicki, Marie; Stell, Laurier ; Dinakarpandien, Deendayal ; de Planell-Saguer, Mariangels; Lucas, Richard W.; Hammond, S. Katharine ; Balmes, John R.; Zhou, Xiaoying; Paglino, Tara (5 janvier 2018). “L’exposition au NO2, au CO et aux PM2,5 est liée aux différences régionales de méthylation de l’ADN dans l’asthme” . Épigénétique clinique . 10 : 2. doi : 10.1186/s13148-017-0433-4 . ISSN 1868-7083 . PMC 5756438 . PMID 29317916 .
  82. ^ Shelley, LI (1981). Criminalité et Modernisation : L’impact de l’Industrialisation et de l’urbanisation sur la criminalité. Carbondale : presse universitaire du sud de l’Illinois.
  83. ^ Gumus, E. (2004). Crime dans les zones urbaines: Une enquête empirique.
  84. ^ Bruinsma, GJ (2007). Urbanisation et criminalité urbaine: recherche géographique et environnementale néerlandaise. Criminalité et justice, 35(1), 453-502.
  85. ^ Malik, AA (2016). Urbanisation et criminalité : une analyse relationnelle. J. HUMAIN. & Soc. Scl., 21, 68-69.
  86. ^ un bcde Umstattd Meyer , M. Renée ; Moore, Justin B.; Abildso, Christian ; Edwards, Michael B.; Pari, Abigaïl ; Baskin, Monica L. (2016). « Vie active en milieu rural » . Journal de la gestion et de la pratique de la santé publique . 22 (5) : E11–E20. doi : 10.1097/phh.0000000000000333 . PMC 4775461 . PMID 26327514 .
  87. ^ un b Befort, Christie A.; Nazir, Niaman ; Perri, Michael G. (1er septembre 2012). “Prévalence de l’obésité chez les adultes des zones rurales et urbaines des États-Unis : résultats de la NHANES (2005-2008)” . Le Journal de la santé rurale . 28 (4): 392–397. doi : 10.1111/j.1748-0361.2012.00411.x . ISSN 1748-0361 . PMC 3481194 . PMID 23083085 .
  88. ^ un bcd REIS , JARED P.; BOWLES, HEATHER R. ; AINSWORTH, BARBARA E. ; DUBOSE, KATRINA D. ; SMITH, SHARON ; LADITKA, JAMES N. (1er décembre 2004). “Activité physique non professionnelle par degré d’urbanisation et région géographique des États-Unis”. Médecine et science du sport et de l’exercice . 36 (12): 2093–2098. doi : 10.1249/01.mss.0000147589.98744.85 . ISSN 0195-9131 . PMID 15570145 .
  89. ^ un bc Seguin , Rebecca; Connor, Léa; Nelson, Myriam ; LaCroix, Andréa; Eldridge, Galien (2014). “Comprendre les obstacles et les facilitateurs à une alimentation saine et à une vie active dans les communautés rurales” . Journal de la nutrition et du métabolisme . 2014 : 146502. doi : 10.1155/2014/146502 . ISSN 2090-0724 . PMC 4276670 . PMID 25574386 .
  90. ^ un bc Sallis , James F.; Floyd, Myron F.; Rodríguez, Daniel A.; Saelens, Brian E. (7 février 2012). “Rôle des environnements bâtis dans l’activité physique, l’obésité et les maladies cardiovasculaires” . Circulation . 125 (5): 729–737. doi : 10.1161/circulationaha.110.969022 . ISSN 0009-7322 . PMC 3315587 . PMID 22311885 .
  91. ^ Luciano (2016). “Insécurité perçue, santé mentale et urbanisation : résultats d’une étude multicentrique”. Journal international de psychiatrie sociale . 62 (6): 252–61. doi : 10.1177/0020764016629694 . PMID 26896027 . S2CID 37122169 .
  92. ^ Berry, Helen (6 décembre 2007). ” “Banlieues surpeuplées” et “villes tueuses”: un bref examen de la relation entre les environnements urbains et la santé mentale ” .
  93. ^ Srivastava, Kalpana (juillet 2009). « Urbanisation et santé mentale » . Journal de psychiatrie industrielle . 18 (2) : 75–6. doi : 10.4103/0972-6748.64028 . PMC 2996208 . PMID 21180479 .
  94. ^ Davis, Kingsley; Hertz Golden, Hilda (1954). “Urbanisation et développement des zones préindustrielles”. Développement économique et changement culturel . 3 (1): 6–26. doi : 10.1086/449673 . S2CID 155010637 .
  95. ^ “Opportunité et exploitation sur les marchés du travail urbains” (PDF) . Institut de développement outre-mer. Novembre 2008. Archivé de l’original (PDF) le 27 mars 2009 . Récupéré le 12 janvier 2009 .
  96. ^ Sridhar, KS (2007). “Gradients de densité et leurs déterminants: preuves de l’Inde”. Sciences régionales et économie urbaine . 37 (3) : 314–344. doi : 10.1016/j.regsciurbeco.2006.11.001 .
  97. ^ Bora, Madhusmita (1er juillet 2012). “Les changements dans la demande de logements aux États-Unis conduiront probablement à la réurbanisation de l’Amérique” . Nwitimes.com . Récupéré le 20 mars 2013 .
  98. ^ Varshney, A. (éd.) 1993. “Au-delà du biais urbain”, p. 5. Londres : Frank Cass.
  99. ^ Lwasa, Seto, Shauib, Karen (27 novembre 2021). “Chapitre 8 Systèmes urbains et autres établissements” (PDF) . Récupéré le 4 avril 2022 .
  100. ^ Christopher B.Leinberger; Patrick Lynch (2014). Foot Traffic Ahead : Ranking Walkable Urbanism in America’s Largest Metros (PDF) (Rapport). L’école de commerce de l’Université George Washington. Archivé de l’original (PDF) le 24 septembre 2015 . Récupéré le 11 juillet 2015 .
  101. ^ Lovelace, EH (1965). “Contrôle de l’expansion urbaine: l’expérience de Lincoln, Nebraska”. Journal de l’Institut américain des planificateurs . 31:4 (4) : 348–52. doi : 10.1080/01944366508978191 .

Lectures complémentaires

  • Armus, Diego; Lear, John (1998). “La trajectoire de l’histoire urbaine latino-américaine”. Journal d’histoire urbaine . 24 (3): 291–301. doi : 10.1177/009614429802400301 . S2CID 144282123 .
  • Bairoch, Paul. Villes et développement économique: de l’aube de l’histoire à nos jours (U of Chicago Press, 1991). examen en ligne
  • Goldfield, David. éd. Encyclopédie de l’histoire urbaine américaine (2 vol 2006); 1056pp; Recherche d’extrait et de texte
  • Hays, Samuel P (1993). “De l’histoire de la ville à l’histoire de la société urbanisée”. Journal d’histoire urbaine . 19 (1): 3–25. doi : 10.1177/009614429301900401 . S2CID 144479930 .
  • Lees, Andrew. La ville: Une histoire mondiale (New Oxford World History, 2015), 160pp.
  • McShane, Clay. “The State of the Art in North American Urban History”, Journal of Urban History (2006) 32 # 4 pp 582–597, identifie une perte d’influence d’écrivains tels que Lewis Mumford, Robert Caro et Sam Warner, une continuation de l’accent mis sur des périodes étroites et modernes et un déclin général de l’importance du domaine. Les commentaires de Timothy Gilfoyle et Carl Abbott contestent cette dernière conclusion.

Liens externes

Wikimedia Commons a des médias liés à l’ urbanisation .
Wikiquote a des citations liées à: Urbanisation
  • World Urbanization Prospects, the 2014 Revision , Site Web de la Division de la population des Nations Unies
  • Urbanisation en Bulgarie
  • NASA Night Satellite Imagery – Les lumières de la ville peuvent fournir une mesure visuelle simple de l’urbanisation
  • Geopolis : groupe de recherche, Université Paris-Diderot, France
  • L’histoire naturelle de l’urbanisation , par Lewis Mumford
  • La dynamique d’urbanisation du système mondial , par Andrey Korotayev
  • Un bref examen des tendances sociodémographiques mondiales comprend un examen des tendances mondiales de l’urbanisation
  • Étude économique et sociale mondiale 2013 , Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More