Révolution industrielle

0
Apprendre encore plus Il a été suggéré que la vie en Grande-Bretagne pendant la révolution industrielle soit fusionnée dans cet article. ( Discuter ) Proposed since April 2022.

La révolution industrielle a été la transition vers de nouveaux processus de fabrication en Grande-Bretagne, en Europe continentale et aux États-Unis, dans la période d’environ 1760 à quelque part entre 1820 et 1840. [1] Cette transition comprenait le passage des méthodes de production manuelles aux machines , de nouvelles les processus de fabrication chimique et de production de fer , l’utilisation croissante de la vapeur et de l’énergie hydraulique , le développement Des machines-outils et l’essor du système d’usine mécanisée . La révolution industrielle a également entraîné une augmentation sans précédent du taux de croissance démographique.

Révolution industrielle
c. 1760 – env. 1840
Métier à tisser en 1835.jpg Un métier à tisser Roberts dans un atelier de tissage en 1835.
Emplacement
  • Europe de l’Ouest
  • Amérique du Nord
Précédé par Proto-Industrialisation
Suivi par Deuxième révolution industrielle
Événements clés
  • Production textile mécanisée
  • Construction de canaux
  • Machine à vapeur
  • Système d’usine
  • Augmentation de la production de fer

Le textile était l’industrie dominante de la révolution industrielle en termes d’emploi, de valeur de la production et de capital investi. L’ industrie textile a également été la première à utiliser des méthodes de production modernes. [2] : 40

La révolution industrielle a commencé en Grande-Bretagne et de nombreuses innovations technologiques et architecturales étaient d’origine britannique. [3] [4] Au milieu du XVIIIe siècle, la Grande-Bretagne était la première nation commerciale du monde, [5] contrôlant un empire commercial mondial avec des colonies en Amérique du Nord et dans les Caraïbes, et avec une hégémonie militaire et politique majeure sur le sous-continent indien ; notamment avec le Bengale moghol proto-industrialisé , à travers les activités de la Compagnie des Indes orientales . [6] [7] [8] [9]Le développement du commerce et l’essor des affaires ont été parmi les principales causes de la révolution industrielle. [2] : 15

La révolution industrielle a marqué un tournant majeur dans l’histoire ; presque tous les aspects de la vie quotidienne ont été influencés d’une manière ou d’une autre. En particulier, le revenu moyen et la population ont commencé à afficher une croissance soutenue sans précédent. Certains économistes ont déclaré que l’effet le plus important de la révolution industrielle était que le niveau de vie de la population générale du monde occidental a commencé à augmenter de manière constante pour la première fois de l’histoire, bien que d’autres aient déclaré qu’il n’avait pas commencé à s’améliorer de manière significative jusqu’à ce que la fin du XIXe et du XXe siècles. [10] [11] [12]

Le PIB par habitant était globalement stable avant la révolution industrielle et l’émergence de l’ économie capitaliste moderne, [13] tandis que la révolution industrielle a commencé une ère de croissance économique par habitant dans les économies capitalistes. [14] Les historiens de l’économie s’accordent à dire que le début de la révolution industrielle est l’événement le plus important de l’ histoire de l’humanité depuis la domestication des animaux et des plantes. [15]

Le début et la fin précis de la révolution industrielle font encore l’objet de débats parmi les historiens, tout comme le rythme des changements économiques et sociaux . [16] [17] [18] [19] Eric Hobsbawm a soutenu que la révolution industrielle a commencé en Grande-Bretagne dans les années 1780 et n’a été pleinement ressentie que dans les années 1830 ou 1840, [16] tandis que TS Ashton a soutenu qu’elle s’est produite à peu près entre 1760 et 1830. [17] L’ Industrialisation rapide a commencé en Grande-Bretagne, en commençant par la filature mécanisée dans les années 1780, [20] avec des taux élevés de croissance de la production de vapeur et de fer après 1800. Production textile mécanisées’est propagé de la Grande-Bretagne à l’Europe continentale et aux États-Unis au début du XIXe siècle, avec d’importants centres du textile, du fer et du charbon émergeant en Belgique et aux États-Unis et plus tard du textile en France. [2]

Une récession économique s’est produite de la fin des années 1830 au début des années 1840 lorsque l’adoption des premières innovations de la révolution industrielle, telles que la filature et le tissage mécanisés, a ralenti et que leurs marchés ont mûri. Des innovations se sont développées à la fin de la période, telles que l’adoption croissante de locomotives, de bateaux à vapeur et de navires à vapeur et la fonte à chaud . Les nouvelles technologies, telles que le télégraphe électrique , largement introduites dans les années 1840 et 1850, n’étaient pas assez puissantes pour générer des taux de croissance élevés. Une croissance économique rapide a commencé à se produire après 1870, découlant d’un nouveau groupe d’innovations dans ce qu’on a appelé la Deuxième révolution industrielle . Ces innovations comprenaient de nouveaux procédés de fabrication de l’acier , la Production de masse, les chaînes de montage , les réseaux électriques , la fabrication à grande échelle de machines-outils et l’utilisation de machines de plus en plus perfectionnées dans les usines à vapeur. [2] [21] [22] [23]

Étymologie

La première utilisation enregistrée du terme “révolution industrielle” semble avoir été dans une lettre du 6 juillet 1799 écrite par l’envoyé français Louis-Guillaume Otto , annonçant que la France était entrée dans la course à l’Industrialisation. [24] Dans son livre de 1976, Keywords: A Vocabulary of Culture and Society , Raymond Williams déclare dans l’entrée pour “Industry”: “L’idée d’un nouvel ordre social basé sur des changements industriels majeurs était claire à Southey et Owen , entre 1811 et 1818, et était implicite dès Blake au début des années 1790 et Wordsworth au tournant du [19ème] siècle.” Le terme révolution industrielleappliquée au changement technologique devient plus courante à la fin des années 1830, comme dans la description de Jérôme-Adolphe Blanqui en 1837 de la révolution industrielle . [25]

Friedrich Engels dans La condition de la classe ouvrière en Angleterre en 1844 parlait d'”une révolution industrielle, une révolution qui changeait en même temps l’ensemble de la société civile”. Cependant, bien qu’Engels ait écrit son livre dans les années 1840, il n’a été traduit en anglais qu’à la fin des années 1800, et son expression n’est pas entrée dans le langage courant jusque-là. Le mérite d’avoir popularisé le terme peut être attribué à Arnold Toynbee , dont les conférences de 1881 ont donné un compte rendu détaillé du terme. [26]

Les historiens et auteurs économiques tels que Mendels, Pomeranz et Kridte soutiennent que la proto-Industrialisation dans certaines parties de l’Europe, du Monde islamique , de l’Inde moghole et de la Chine a créé les conditions sociales et économiques qui ont conduit à la révolution industrielle, provoquant ainsi la grande divergence . [27] [28] [29]

Certains historiens, comme John Clapham et Nicholas Crafts , ont soutenu que les changements économiques et sociaux se sont produits progressivement et que le terme révolution est un abus de langage. C’est encore un sujet de débat parmi certains historiens. [30]

Conditions

Six facteurs ont facilité l’Industrialisation : des niveaux élevés de productivité agricole pour fournir un excédent de main-d’œuvre et de nourriture ; un vivier de compétences managériales et entrepreneuriales ; des ports, des rivières, des canaux et des routes disponibles pour transporter à moindre coût les matières premières et les produits ; les ressources naturelles telles que le charbon, le fer et les chutes d’eau ; la stabilité politique et un système juridique favorable aux entreprises ; et le capital financier disponible pour investir. Une fois l’Industrialisation amorcée en Grande-Bretagne, de nouveaux facteurs peuvent s’ajouter : l’empressement des entrepreneurs britanniques à exporter le savoir-faire industriel et la volonté d’importer le procédé. La Grande-Bretagne a répondu aux critères et s’est industrialisée à partir du 18ème siècle, puis elle a exporté le processus vers l’Europe occidentale (en particulier la Belgique, la France et les États allemands) au début du 19ème siècle.[31] [32]

Développements technologiques importants

Le début de la révolution industrielle est étroitement lié à un petit nombre d’innovations, [33] commençant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans les années 1830, les gains suivants avaient été réalisés dans les technologies importantes :

  • Textiles – la filature mécanisée du coton alimentée à la vapeur ou à l’eau a augmenté la production d’un travailleur d’un facteur d’environ 500. Le métier à tisser mécanique a augmenté la production d’un travailleur d’un facteur de plus de 40. [34] L’ égreneuse de coton a augmenté la productivité de l’enlèvement des graines du coton par un facteur de 50. [22] D’importants gains de productivité se sont également produits dans la filature et le tissage de la laine et du lin, mais ils n’étaient pas aussi importants que dans le coton. [2]
  • Énergie à vapeur – l’efficacité des machines à vapeur a augmenté de sorte qu’elles utilisent entre un cinquième et un dixième de plus de carburant. L’adaptation des machines à vapeur fixes au mouvement rotatif les a rendues adaptées à des utilisations industrielles. [2] : 82 Le moteur haute pression avait un rapport puissance/poids élevé, ce qui le rendait adapté au transport. [23] La vapeur a connu une expansion rapide après 1800.
  • Fabrication du fer – la substitution du coke au charbon de bois a considérablement réduit le coût du combustible de la production de fonte brute et de fer forgé . [2] : 89–93 L’utilisation du coke a également permis des hauts fourneaux plus grands, [35] [36] résultant en des économies d’échelle . La machine à vapeur a commencé à être utilisée pour alimenter l’air soufflé (indirectement en pompant de l’eau vers une roue hydraulique) au milieu des années 1750, permettant une forte augmentation de la production de fer en surmontant la limitation de l’énergie hydraulique. [37] Le cylindre de soufflage en fonte a été utilisé pour la première fois en 1760. Il a ensuite été amélioré en le rendant à double effet, ce qui a permis un haut fourneau plus élevé.températures. Le processus de formation de flaques a produit un fer de qualité structurelle à un coût inférieur à celui de la forge de parure . [38] Le laminoir était quinze fois plus rapide que le martelage du fer forgé. Le souffle chaud (1828) a considérablement augmenté le rendement énergétique de la production de fer au cours des décennies suivantes.
  • Invention Des machines-outils – Les premières machines-outils ont été inventées. Ceux-ci comprenaient le Tour à visser , l’aléseuse à cylindre et la fraiseuse . Les machines-outils ont rendu possible la fabrication économique de pièces métalliques de précision , même s’il a fallu plusieurs décennies pour développer des techniques efficaces. [39]

Fabrication textile

Statistiques de l’industrie textile britannique Tissage à la main en 1747, de William Hogarth ‘s Industry and Idleness

En 1750, la Grande-Bretagne a importé 2,5 millions de livres de coton brut, dont la majeure partie était filée et tissée par l’industrie artisanale du Lancashire. Le travail était fait à la main dans les maisons des ouvriers ou occasionnellement dans les ateliers des maîtres tisserands. En 1787, la consommation de coton brut était de 22 millions de livres, dont la majeure partie était nettoyée, cardée et filée sur des machines. [2] : 41–42 L’industrie textile britannique a utilisé 52 millions de livres de coton en 1800, qui sont passés à 588 millions de livres en 1850. [40]

La part de la valeur ajoutée par l’industrie textile du coton en Grande-Bretagne était de 2,6 % en 1760, 17 % en 1801 et 22,4 % en 1831. La valeur ajoutée par l’industrie britannique de la laine était de 14,1 % en 1801. Les usines de coton en Grande-Bretagne étaient au nombre d’environ 900 en 1797. En 1760, environ un tiers des tissus de coton fabriqués en Grande-Bretagne étaient exportés, passant aux deux tiers en 1800. En 1781, le coton filé s’élevait à 5,1 millions de livres, ce qui est passé à 56 millions de livres en 1800. En 1800, moins de 0,1% du tissu de coton mondial a été produit sur des machines inventées en Grande-Bretagne. En 1788, il y avait 50 000 fuseaux en Grande-Bretagne, passant à 7 millions au cours des 30 années suivantes. [41]

Les salaires dans le Lancashire , une région centrale pour l’industrie artisanale et plus tard la filature et le tissage en usine, étaient environ six fois supérieurs à ceux de l’Inde en 1770, lorsque la productivité globale en Grande-Bretagne était environ trois fois supérieure à celle de l’Inde. [41]

Coton

Certaines parties de l’Inde, de la Chine, de l’Amérique centrale, de l’Amérique du Sud et du Moyen-Orient ont une longue histoire de fabrication artisanale de textiles en coton , qui est devenue une industrie majeure quelque temps après l’an 1000 après JC. Dans les régions tropicales et subtropicales où il était cultivé, la plupart étaient cultivés par de petits agriculteurs parallèlement à leurs cultures vivrières et étaient filés et tissés dans les ménages, en grande partie pour la consommation domestique. Au XVe siècle, la Chine a commencé à exiger des ménages qu’ils paient une partie de leurs impôts en tissu de coton. Au 17e siècle, presque tous les Chinois portaient des vêtements en coton. Presque partout, le tissu de coton pouvait être utilisé comme moyen d’échange. En Inde, une quantité importante de textiles en coton étaient fabriqués pour des marchés lointains, souvent produits par des tisserands professionnels. Certains marchands possédaient également de petits ateliers de tissage. L’Inde produisait une variété de tissus de coton, certains d’une qualité exceptionnelle. [41]

Le coton était une matière première difficile à obtenir pour l’Europe avant qu’il ne soit cultivé dans les plantations coloniales des Amériques. [41] Les premiers explorateurs espagnols ont trouvé des Amérindiens cultivant des espèces inconnues de coton d’excellente qualité : le coton des îles de la mer ( Gossypium barbadense ) et le coton à graines vertes des hautes terres Gossypium hirsutum . Le coton des îles maritimes a poussé dans les zones tropicales et sur les îles-barrières de Géorgie et de Caroline du Sud, mais a mal poussé à l’intérieur des terres. Le coton Sea Island a commencé à être exporté de la Barbade dans les années 1650. Le coton vert grainé Upland poussait bien dans les régions intérieures du sud des États-Unis, mais n’était pas économique en raison de la difficulté d’enlever les graines, un problème résolu par l’ égreneuse de coton . [22] : 157 Une souche de graine de coton apportée du Mexique à Natchez, Mississippi en 1806 est devenue le matériel génétique parent de plus de 90 % de la production mondiale de coton aujourd’hui ; il produisait des capsules trois à quatre fois plus rapides à cueillir. [41]

Commerce et textile Empires coloniaux européens au début de la révolution industrielle, superposés aux frontières politiques modernes.

L’ ère de la découverte a été suivie d’une période de colonialisme commençant vers le XVIe siècle. Suite à la découverte d’une route commerciale vers l’Inde autour de l’Afrique australe par les Portugais, les Néerlandais ont créé la Verenigde Oostindische Compagnie (en abrégé VOC) ou Dutch East India Company , la première société transnationale au monde et la première Entreprise multinationale à émettre des actions le public. [a] [42] Les Britanniques ont ensuite fondé la Compagnie des Indes orientales, ainsi que de petites entreprises de différentes nationalités qui ont établi des comptoirs commerciaux et employé des agents pour s’engager dans le commerce dans toute la région de l’océan Indien et entre la région de l’océan Indien et l’Europe de l’Atlantique Nord. [41]

L’un des segments les plus importants de ce commerce concernait les textiles de coton, qui étaient achetés en Inde et vendus en Asie du Sud-Est, y compris l’archipel indonésien, où les épices étaient achetées pour être vendues en Asie du Sud-Est et en Europe. Au milieu des années 1760, le tissu représentait plus des trois quarts des exportations de la Compagnie des Indes orientales. Les textiles indiens étaient en demande dans la région de l’Atlantique Nord de l’Europe où auparavant seuls la laine et le lin étaient disponibles; cependant, le nombre de produits en coton consommés en Europe occidentale était mineur jusqu’au début du XIXe siècle. [41]

Production textile européenne pré-mécanisée Un tisserand à Nuremberg , v. 1524

En 1600, les réfugiés flamands ont commencé à tisser des tissus de coton dans les villes anglaises où la filature artisanale et le tissage de la laine et du lin étaient bien établis. Ils ont été laissés seuls par les guildes qui ne considéraient pas le coton comme une menace. Les premières tentatives européennes de filature et de tissage du coton se sont déroulées en Italie au XIIe siècle et dans le sud de l’Allemagne au XVe siècle, mais ces industries ont finalement pris fin lorsque l’approvisionnement en coton a été interrompu. Les Maures en Espagne ont cultivé, filé et tissé du coton à partir du 10e siècle environ. [41]

Le tissu britannique ne pouvait pas rivaliser avec le tissu indien car le coût de la main-d’œuvre indienne était d’environ un cinquième à un sixième de celui de la Grande-Bretagne. [20] En 1700 et 1721, le gouvernement britannique a adopté des lois Calico pour protéger les industries nationales de la laine et du lin des quantités croissantes de tissus de coton importés d’Inde. [2] [43]

La demande de tissu plus épais a été satisfaite par une industrie nationale basée autour du Lancashire qui produisait du fustian , un tissu avec une chaîne de lin et une Trame de coton . Le lin a été utilisé pour la chaîne parce que le coton filé à la roue n’avait pas une résistance suffisante, mais le mélange résultant n’était pas aussi doux que le 100% coton et était plus difficile à coudre. [43]

À la veille de la révolution industrielle, la filature et le tissage étaient pratiqués dans les ménages, pour la consommation domestique et en tant qu’industrie artisanale dans le cadre du système de production . Parfois, le travail était effectué dans l’atelier d’un maître tisserand. Dans le cadre du système de mise à la rue, les travailleurs à domicile produisaient sous contrat avec des marchands vendeurs, qui fournissaient souvent les matières premières. Pendant la morte-saison, les femmes, généralement des femmes d’agriculteurs, faisaient la filature et les hommes le tissage. En utilisant le rouet , il fallait de quatre à huit fileuses pour approvisionner un tisserand à main. [2] [43] [44] : 823

Invention des machines textiles

La navette volante , brevetée en 1733 par John Kay , avec un certain nombre d’améliorations ultérieures dont une importante en 1747, doubla le rendement d’un tisserand, aggravant le déséquilibre entre le filage et le tissage. Il est devenu largement utilisé dans le Lancashire après 1760 lorsque le fils de John, Robert , a inventé la boîte de dépôt, qui facilitait le changement des couleurs de fil. [44] : 821–22

Lewis Paul a breveté le cadre de filage à rouleaux et le système flyer-and-bobbin pour étirer la laine à une épaisseur plus uniforme. La technologie a été développée avec l’aide de John Wyatt de Birmingham . Paul et Wyatt ont ouvert un moulin à Birmingham qui utilisait leur nouveau laminoir propulsé par un âne. En 1743, une usine ouvrit à Northampton avec 50 broches sur chacune des cinq machines de Paul et Wyatt. Celui-ci a fonctionné jusqu’en 1764 environ. Un moulin similaire a été construit par Daniel Bourn à Leominster , mais il a brûlé. Lewis Paul et Daniel Bourn ont breveté des machines à carder en 1748. Basé sur deux ensembles de rouleaux qui se déplaçaient à des vitesses différentes, il a ensuite été utilisé dans le premierfilature de coton . L’invention de Lewis a ensuite été développée et améliorée par Richard Arkwright dans son châssis à eau et Samuel Crompton dans sa mule tournante .

Un modèle de la machine à filer dans un musée de Wuppertal . Inventée par James Hargreaves en 1764, la machine à filer fut l’une des innovations qui déclencha la révolution.

En 1764, dans le village de Stanhill, dans le Lancashire, James Hargreaves a inventé la machine à filer , qu’il a brevetée en 1770. C’était le premier métier à filer pratique à plusieurs broches. [45] Le jenny fonctionnait de la même manière que le rouet, en serrant d’abord les fibres, puis en les tirant, puis en les tordant. [46] C’était une simple machine à cadre en bois qui ne coûtait qu’environ 6 £ pour un modèle à 40 broches en 1792, [47] et était principalement utilisée par les fileuses à domicile. La jenny produisait un fil légèrement tordu qui ne convenait qu’à la Trame , pas à la chaîne . [44] : 825–27

Le cadre de filature ou cadre à eau a été développé par Richard Arkwright qui, avec deux partenaires, l’a breveté en 1769. La conception était en partie basée sur une machine à filer construite pour Thomas High par l’horloger John Kay, qui a été embauché par Arkwright. [44] : 827–30 Pour chaque fuseau, le châssis à eau utilisait une série de quatre paires de rouleaux, chacun fonctionnant à une vitesse de rotation successivement plus élevée, pour extraire la fibre, qui était ensuite tordue par le fuseau. L’espacement des rouleaux était légèrement supérieur à la longueur des fibres.

Un espacement trop rapproché provoquait la rupture des fibres tandis qu’un espacement trop éloigné provoquait un fil irrégulier. Les rouleaux supérieurs étaient recouverts de cuir et la charge sur les rouleaux était appliquée par un poids. Les poids ont empêché la torsion de reculer avant les rouleaux. Les rouleaux inférieurs étaient en bois et en métal, avec des cannelures sur la longueur. Le cadre à eau a pu produire un fil dur de qualité moyenne adapté à la chaîne, permettant enfin la fabrication de tissus 100% coton en Grande-Bretagne. Un cheval propulsa la première usine à utiliser le métier à filer. Arkwright et ses partenaires ont utilisé l’énergie hydraulique dans une usine de Cromford, Derbyshire en 1771, donnant son nom à l’invention.

Le seul exemple survivant d’une mule tournante construite par l’inventeur Samuel Crompton. La mule produisait du fil de haute qualité avec un minimum de travail. Musée de Bolton , Grand Manchester

Le Spinning Mule de Samuel Crompton a été introduit en 1779. Mule implique un hybride car il s’agissait d’une combinaison de la machine à filer et du châssis à eau, dans lequel les broches étaient placées sur un chariot, qui passait par une séquence opérationnelle au cours de laquelle les rouleaux s’arrêtaient. tandis que le chariot s’éloignait du rouleau d’étirage pour finir d’étirer les fibres au fur et à mesure que les broches commençaient à tourner. [44] : 832 La mule de Crompton était capable de produire un fil plus fin que le filage à la main et à moindre coût. Le fil filé Mule était d’une résistance appropriée pour être utilisé comme chaîne et a finalement permis à la Grande-Bretagne de produire des fils très compétitifs en grandes quantités. [44] : 832

L’intérieur de Marshall’s Temple Works à Leeds , West Yorkshire

Réalisant que l’expiration du brevet d’Arkwright augmenterait considérablement l’offre de coton filé et entraînerait une pénurie de tisserands, Edmund Cartwright a développé un métier à tisser vertical qu’il a breveté en 1785. En 1776, il a breveté un métier à tisser à deux hommes qui était plus conventionnel. [44] : 834 Cartwright a construit deux usines; le premier a brûlé et le second a été saboté par ses ouvriers. La conception du métier à tisser de Cartwright avait plusieurs défauts, le plus grave étant la rupture du fil. Samuel Horrocks a breveté un métier à tisser assez réussi en 1813. Le métier à tisser de Horock a été amélioré par Richard Roberts en 1822 et ceux-ci ont été produits en grand nombre par Roberts, Hill & Co. [48]

La demande de coton offrait une opportunité aux planteurs du sud des États-Unis, qui pensaient que le coton upland serait une culture rentable si un meilleur moyen pouvait être trouvé pour retirer la graine. Eli Whitney a relevé le défi en inventant l’ égreneuse de coton bon marché . Un homme utilisant une égreneuse de coton pouvait retirer les graines d’autant de coton upland en une journée qu’auparavant, en travaillant à raison d’une livre de coton par jour, il fallait deux mois à une femme pour traiter. [22] [49]

Ces avancées ont été capitalisées par des entrepreneurs , dont le plus connu est Richard Arkwright. On lui attribue une liste d’inventions, mais celles-ci ont en fait été développées par des personnes telles que Thomas Highs et John Kay ; Arkwright a nourri les inventeurs, breveté les idées, financé les initiatives et protégé les machines. Il crée la filature de coton qui regroupe les processus de production dans une usine, et il développe l’utilisation de l’énergie – d’abord le cheval-vapeur puis l’énergie hydraulique – qui fait de la fabrication du coton une industrie mécanisée. D’autres inventeurs ont augmenté l’efficacité des différentes étapes de filage (cardage, retordage et filage, et laminage) de sorte que l’approvisionnement en filfortement augmenté. Avant longtemps, la vapeur était utilisée pour entraîner les machines textiles. Manchester a acquis le surnom de Cottonopolis au début du 19e siècle en raison de son étalement d’usines textiles. [50]

Bien que la mécanisation ait considérablement réduit le coût du tissu en coton, au milieu du XIXe siècle, le tissu tissé à la machine ne pouvait toujours pas égaler la qualité du tissu indien tissé à la main, en partie à cause de la finesse du fil rendue possible par le type de coton utilisé dans L’Inde, qui autorisait un nombre élevé de threads. Cependant, la productivité élevée de la fabrication textile britannique a permis à des qualités plus grossières de tissus britanniques de sous-vendre des tissus filés et tissés à la main dans l’Inde à bas salaires, détruisant finalement l’industrie. [41]

La laine

Les premières tentatives européennes de filature mécanisée concernaient la laine; cependant, la filature de laine s’est avérée plus difficile à mécaniser que le coton. L’amélioration de la productivité dans la filature de la laine pendant la révolution industrielle a été significative, mais bien inférieure à celle du coton. [2] [9]

Soie Le site de Lombe’s Mill aujourd’hui, reconstruit sous le nom de Derby Silk Mill

On peut dire que la première usine hautement mécanisée était le moulin à soie hydraulique de John Lombe à Derby , opérationnel en 1721. Lombe a appris la fabrication de fil de soie en prenant un emploi en Italie et en agissant comme un espion industriel ; cependant, parce que l’industrie italienne de la soie gardait ses secrets de près, l’état de l’industrie à cette époque est inconnu. Bien que l’usine de Lombe ait connu un succès technique, l’approvisionnement en soie grège d’Italie a été interrompu pour éliminer la concurrence. Afin de promouvoir la fabrication, la Couronne a payé des modèles de machines de Lombe qui ont été exposés dans la Tour de Londres . [51] [52]

Industrie du fer

Le four à réverbère pourrait produire de la fonte à partir de charbon extrait. Le charbon brûlant est resté séparé du fer et n’a donc pas contaminé le fer avec des impuretés comme le soufre et la silice. Cela a ouvert la voie à une augmentation de la production de fer. The Iron Bridge , Shropshire , Angleterre, le premier pont au monde construit en fer a ouvert ses portes en 1781. [53] Statistiques sur la production de fer au Royaume-Uni

La barre de fer était la forme de fer utilisée comme matière première pour fabriquer des articles de quincaillerie tels que des clous, des fils, des charnières, des fers à cheval, des pneus de wagon, des chaînes, etc., ainsi que des formes structurelles. Une petite quantité de barre de fer a été convertie en acier. La fonte était utilisée pour les casseroles, les poêles et d’autres articles où sa fragilité était tolérable. La majeure partie de la fonte a été raffinée et convertie en barres de fer, avec des pertes substantielles. Le fer à barres était également fabriqué par le processus de bloomery , qui était le processus de fusion du fer prédominant jusqu’à la fin du 18e siècle.

Au Royaume-Uni en 1720, il y avait 20 500 tonnes de fonte produites avec du charbon de bois et 400 tonnes avec du coke. En 1750, la production de charbon de fer était de 24 500 et la coke de fer de 2 500 tonnes. En 1788, la production de fonte à charbon était de 14 000 tonnes tandis que la production de fonte à coke était de 54 000 tonnes. En 1806, la production de fonte à charbon était de 7 800 tonnes et la fonte à coke de 250 000 tonnes. [37] : 125

En 1750, le Royaume-Uni a importé 31 200 tonnes de barres de fer et soit affiné à partir de fonte, soit directement produit 18 800 tonnes de barres de fer à l’aide de charbon de bois et 100 tonnes à l’aide de coke. En 1796, le Royaume-Uni fabriquait 125 000 tonnes de barres de fer avec du coke et 6 400 tonnes avec du charbon de bois ; les importations étaient de 38 000 tonnes et les exportations de 24 600 tonnes. En 1806, le Royaume-Uni n’importait pas de barres de fer mais en exportait 31 500 tonnes. [37] : 125

Innovations du procédé fer

Un changement majeur dans les industries du fer pendant la révolution industrielle a été le remplacement du bois et d’autres biocarburants par du charbon. Pour une quantité de chaleur donnée, l’extraction du charbon demandait beaucoup moins de travail que la coupe du bois et sa transformation en charbon de bois, [54] et le charbon était beaucoup plus abondant que le bois, dont les approvisionnements se raréfiaient avant l’énorme augmentation de la production de fer qui eut lieu. à la fin du 18ème siècle. [2] [37] : 122

En 1750 , le coke avait généralement remplacé le charbon de bois dans la fusion du cuivre et du plomb et était largement utilisé dans la production de verre. Lors de la fusion et de l’affinage du fer, le charbon et le coke produisaient un fer inférieur à celui fabriqué avec du charbon de bois en raison de la teneur en soufre du charbon. Les charbons à faible teneur en soufre étaient connus, mais ils contenaient encore des quantités nocives. La conversion du charbon en coke ne réduit que légèrement la teneur en soufre. [37] : 122–25 Une minorité de charbons cokéfient.

Un autre facteur limitant l’industrie du fer avant la révolution industrielle était la rareté de l’énergie hydraulique pour alimenter les soufflets. Cette limitation a été surmontée par la machine à vapeur. [37]

L’utilisation du charbon dans la fonte du fer a commencé un peu avant la révolution industrielle , sur la base des innovations de Sir Clement Clerke et d’autres à partir de 1678, utilisant des fours à réverbération au charbon appelés coupoles . Celles-ci étaient actionnées par les flammes jouant sur le mélange de minerai et de charbon de bois ou de coke , réduisant l’ oxyde en métal. Cela a l’avantage que les impuretés (telles que les cendres de soufre) dans le charbon ne migrent pas dans le métal. Cette technologie fut appliquée au plomb à partir de 1678 et au cuivreà partir de 1687. Il fut également appliqué aux travaux de fonderie de fer dans les années 1690, mais dans ce cas le four à réverbère était connu sous le nom de four à air. (La coupole de fonderie est une innovation différente et plus tardive.) [ citation nécessaire ]

En 1709, Abraham Darby fit des progrès en utilisant du coke pour alimenter ses hauts fourneaux à Coalbrookdale . [55] Cependant, la fonte brute de coke qu’il fabriquait ne convenait pas à la fabrication de fer forgé et était principalement utilisée pour la production de produits en fonte , tels que des pots et des bouilloires. Il avait l’avantage sur ses rivaux en ce que ses pots, coulés selon son procédé breveté, étaient plus fins et moins chers que les leurs.

La fonte brute de coke n’était guère utilisée pour produire du fer forgé jusqu’en 1755-1756, lorsque le fils de Darby, Abraham Darby II , construisit des fours à Horsehay et Ketley où du charbon à faible teneur en soufre était disponible (et non loin de Coalbrookdale). Ces nouveaux fours étaient équipés de soufflets hydrauliques, l’eau étant pompée par des machines à vapeur Newcomen. Les moteurs Newcomen n’étaient pas fixés directement aux cylindres de soufflage car les moteurs seuls ne pouvaient pas produire un souffle d’air régulier. Abraham Darby III a installé des cylindres de soufflage à pompe à vapeur et à eau similaires à la Dale Company lorsqu’il a pris le contrôle en 1768. La Dale Company a utilisé plusieurs moteurs Newcomen pour drainer ses mines et a fabriqué des pièces pour les moteurs qu’elle a vendus dans tout le pays. [37] : 123–25

Les moteurs à vapeur ont rendu pratique l’utilisation d’une pression et d’un volume de souffle plus élevés; cependant, le cuir utilisé dans les soufflets était coûteux à remplacer. En 1757, le maître de fer John Wilkinson a breveté un moteur de soufflage à commande hydraulique pour les hauts fourneaux. [56] Le cylindre de soufflage pour les hauts fourneaux a été introduit en 1760 et le premier cylindre de soufflage en fonte serait celui utilisé à Carrington en 1768 et conçu par John Smeaton . [37] : 124, 135

Les cylindres en fonte à utiliser avec un piston étaient difficiles à fabriquer; les cylindres devaient être exempts de trous et devaient être usinés lisses et droits pour éliminer tout gauchissement. James Watt a eu beaucoup de mal à faire fabriquer un cylindre pour sa première machine à vapeur. En 1774, John Wilkinson, qui a construit un cylindre de soufflage en fonte pour ses forges, a inventé une aléseuse de précision pour aléser les cylindres. Après que Wilkinson a ennuyé le premier cylindre réussi pour une machine à vapeur Boulton et Watt en 1776, il a obtenu un contrat exclusif pour la fourniture de cylindres. [22] [57] Après que Watt ait développé une machine à vapeur rotative en 1782, ils ont été largement appliqués au soufflage, au martelage, au laminage et au refendage. [37] : 124

Les solutions au problème du soufre étaient l’ajout de suffisamment de calcaire dans le four pour forcer le soufre dans le laitier et l’utilisation de charbon à faible teneur en soufre. L’utilisation de chaux ou de calcaire nécessitait des températures de four plus élevées pour former un laitier fluide. L’augmentation de la température du four rendue possible par un soufflage amélioré a également augmenté la capacité des hauts fourneaux et a permis d’augmenter la hauteur du four. [37] : 123–25 En plus d’un coût inférieur et d’une plus grande disponibilité, le coke présentait d’autres avantages importants par rapport au charbon de bois en ce sens qu’il était plus dur et rendait la colonne de matériaux (minerai de fer, combustible, scories) coulant dans le haut fourneau plus poreuse et n’a pas été broyé dans les fours beaucoup plus hauts de la fin du 19e siècle. [58] [59]

Au fur et à mesure que la fonte est devenue moins chère et largement disponible, elle a commencé à être un matériau de structure pour les ponts et les bâtiments. Un premier exemple célèbre était le pont de fer construit en 1778 avec de la fonte produite par Abraham Darby III . [53] Cependant, la majeure partie de la fonte a été convertie en fer forgé .

L’Europe s’est appuyée sur la floraison pour la majeure partie de son fer forgé jusqu’à la production à grande échelle de la fonte. La conversion de la fonte se faisait dans une forge de parure , comme elle l’était depuis longtemps. Un processus de raffinage amélioré connu sous le nom de rempotage et d’estampage a été développé, mais il a été remplacé par le processus de formation de flaques d’ Henry Cort . Cort a développé deux processus de fabrication de fer importants : le laminage en 1783 et le puddling en 1784. [2] : 91 Le puddling a produit un fer de qualité structurelle à un coût relativement faible.

Coupes transversales horizontales (inférieures) et verticales (supérieures) d’un seul four de puddlage . A. Grille de foyer ; B. Briques réfractaires ; C. Reliures croisées ; D. Cheminée ; E. Porte de travail ; F. Foyer ; G. Plaques de retenue en fonte ; H. Mur du pont

Le puddlage était un moyen de décarburer la fonte en fusion par oxydation lente dans un four à réverbère en l’agitant manuellement avec une longue tige. Le fer décarburé, ayant un point de fusion plus élevé que la fonte, était ratissé en boules par le puddler. Lorsque le glob était assez grand, le puddler l’enlevait. La formation de flaques d’eau était un travail éreintant et extrêmement chaud. Peu de flaques vivaient jusqu’à 40 ans. [2] : 218 Parce que la formation de flaques était faite dans un four à réverbère, le charbon ou le coke pouvaient être utilisés comme combustible.

Le processus de formation de flaques a continué à être utilisé jusqu’à la fin du 19e siècle, lorsque le fer a été remplacé par l’acier. Parce que la formation de flaques nécessitait des compétences humaines pour détecter les globules de fer, elle n’a jamais été mécanisée avec succès. Le laminage était une partie importante du processus de formation de flaques car les rouleaux rainurés expulsaient la majeure partie des scories fondues et consolidaient la masse de fer forgé à chaud. Le roulement était 15 fois plus rapide qu’avec un marteau -piqueur . Une utilisation différente du laminage, qui se faisait à des températures plus basses que celle pour expulser les scories, était dans la production de tôles de fer, et plus tard de formes structurelles telles que des poutres, des angles et des rails.

Le processus de formation de flaques a été amélioré en 1818 par Baldwyn Rogers, qui a remplacé une partie du revêtement de sable sur le fond du four à réverbère par de l’oxyde de fer. [60] En 1838 , John Hall a breveté l’utilisation de cendre de robinet torréfiée (silicate de fer) pour le fond du four, réduisant considérablement la perte de fer par l’augmentation des scories causées par un fond tapissé de sable. La cendre du robinet a également retenu du phosphore, mais cela n’était pas compris à l’époque. [37] : 166 Le procédé de Hall utilisait également du tartre de fer ou de la rouille, qui réagissait avec le carbone dans le fer fondu. Le procédé de Hall, appelé puddlage humide , a réduit les pertes de fer avec le laitier de près de 50 % à environ 8 %. [2] : 93

La formation de flaques est devenue largement utilisée après 1800. Jusqu’à cette époque, les fabricants de fer britanniques avaient utilisé des quantités considérables de fer importé de Suède et de Russie pour compléter les approvisionnements nationaux. En raison de l’augmentation de la production britannique, les importations ont commencé à décliner en 1785 et dans les années 1790, la Grande-Bretagne a éliminé les importations et est devenue un exportateur net de barres de fer.

Hot blast , breveté par l’inventeur écossais James Beaumont Neilson en 1828, était le développement le plus important du 19ème siècle pour économiser l’énergie dans la fabrication de la fonte brute. En utilisant de l’air de combustion préchauffé, la quantité de combustible pour fabriquer une unité de fonte brute a d’abord été réduite d’un tiers en utilisant du coke ou des deux tiers en utilisant du charbon ; [61] cependant, les gains d’efficacité se sont poursuivis à mesure que la technologie s’améliorait. [62] Le souffle chaud a également augmenté la température de fonctionnement des fours, augmentant leur capacité. Utiliser moins de charbon ou de coke signifiait introduire moins d’impuretés dans la fonte brute. Cela signifiait que du charbon de qualité inférieure ou de l’ anthracite pouvait être utilisé dans les régions où le charbon à coke n’était pas disponible ou trop cher; [63]cependant, à la fin du 19e siècle, les coûts de transport ont considérablement diminué.

Peu de temps avant la révolution industrielle, une amélioration a été apportée à la production d’ acier , qui était un produit coûteux et utilisé uniquement là où le fer ne faisait pas l’affaire, comme pour les outils de pointe et les ressorts. Benjamin Huntsman a développé sa technique d’ acier au creuset dans les années 1740. La matière première pour cela était de l’acier blister, fabriqué par le processus de cémentation . [64]

L’approvisionnement en fer et en acier moins chers a aidé un certain nombre d’industries, telles que celles qui fabriquaient des clous, des charnières, du fil et d’autres articles de quincaillerie. Le développement Des machines-outils a permis un meilleur travail du fer, ce qui l’a amené à être de plus en plus utilisé dans les industries des machines et des moteurs à croissance rapide. [65]

Puissance de la vapeur

Une machine à vapeur Watt . James Watt a transformé la machine à vapeur d’un mouvement alternatif utilisé pour le pompage en un mouvement rotatif adapté aux applications industrielles. Watt et d’autres ont considérablement amélioré l’efficacité de la machine à vapeur.

Le développement de la machine à vapeur stationnaire a été un élément important de la révolution industrielle ; cependant, au début de la révolution industrielle, la plupart de l’énergie industrielle était fournie par l’eau et le vent. En Grande-Bretagne, en 1800, environ 10 000 chevaux étaient fournis par la vapeur. En 1815, la Puissance de la vapeur était passée à 210 000 ch. [66]

La première utilisation industrielle réussie de la vapeur était due à Thomas Savery en 1698. Il a construit et breveté à Londres une pompe à eau combinée à vide et à pression à faible levée, qui produisait environ un cheval- vapeur (CV) et était utilisée dans de nombreux aqueducs et dans quelques mines (d’où son “nom de marque”, The Miner’s Friend ). La pompe de Savery était économique dans les petites gammes de puissance, mais était sujette aux explosions de chaudières dans les grandes tailles. Les pompes Savery ont continué à être produites jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. [ citation nécessaire ]

La première machine à vapeur à piston réussie a été introduite par Thomas Newcomen avant 1712. Un certain nombre de moteurs Newcomen ont été installés en Grande-Bretagne pour drainer des mines profondes jusqu’alors inexploitables, avec le moteur en surface; il s’agissait de grosses machines, dont la construction nécessitait un capital important et produisaient plus de 3,5 kW (5 ch). Ils ont également été utilisés pour alimenter les pompes d’approvisionnement en eau municipales. Ils étaient extrêmement inefficaces selon les normes modernes, mais lorsqu’ils étaient situés là où le charbon était bon marché aux têtes de mine, ils ont ouvert une grande expansion de l’extraction du charbon en permettant aux mines d’aller plus loin. [67]

Malgré leurs inconvénients, les moteurs Newcomen étaient fiables et faciles à entretenir et ont continué à être utilisés dans les bassins houillers jusqu’aux premières décennies du XIXe siècle. En 1729, lorsque Newcomen mourut, ses moteurs s’étaient répandus (d’abord) en Hongrie en 1722, en Allemagne, en Autriche et en Suède. Au total, 110 sont connus pour avoir été construits en 1733 lorsque le brevet commun a expiré, dont 14 à l’étranger. Dans les années 1770, l’ingénieur John Smeaton a construit de très grands exemples et a introduit un certain nombre d’améliorations. Un total de 1 454 moteurs avaient été construits en 1800. [67]

La machine atmosphérique à vapeur de Newcomen a été la première machine à vapeur à piston pratique. Les machines à vapeur suivantes devaient propulser la révolution industrielle.

Un changement fondamental dans les principes de travail a été apporté par l’ Ecossais James Watt . Avec le soutien financier de son associé anglais Matthew Boulton , il avait réussi en 1778 à perfectionner sa machine à vapeur ., qui incorporait une série d’améliorations radicales, notamment la fermeture de la partie supérieure du cylindre, permettant ainsi à la vapeur basse pression d’entraîner le haut du piston au lieu de l’atmosphère, l’utilisation d’une chemise de vapeur et le célèbre condenseur de vapeur séparé chambre. Le condenseur séparé supprimait l’eau de refroidissement qui avait été injectée directement dans le cylindre, ce qui refroidissait le cylindre et gaspillait de la vapeur. De même, la chemise de vapeur empêchait la vapeur de se condenser dans le cylindre, améliorant également l’efficacité. Ces améliorations ont augmenté l’efficacité du moteur de sorte que les moteurs de Boulton et Watt n’utilisaient que 20 à 25% de charbon par cheval-heure que ceux de Newcomen. Boulton et Watt ont ouvert la Soho Foundry pour la fabrication de tels moteurs en 1795. [ citation nécessaire ]

En 1783, la machine à vapeur Watt avait été entièrement développée en un type rotatif à double effet , ce qui signifiait qu’elle pouvait être utilisée pour entraîner directement les machines rotatives d’une usine ou d’un moulin. Les deux types de moteurs de base de Watt connurent un grand succès commercial et, en 1800, la société Boulton & Watt avait construit 496 moteurs, avec 164 pompes alternatives d’entraînement, 24 hauts fourneaux de service et 308 machines de broyeur ; la plupart des moteurs génèrent de 3,5 à 7,5 kW (5 à 10 ch).

Jusque vers 1800, le modèle le plus courant de machine à vapeur était le moteur à poutre , construit comme partie intégrante d’une salle des machines en pierre ou en brique, mais bientôt divers modèles de moteurs rotatifs autonomes (facilement amovibles, mais pas sur roues) ont été développés. , comme le moteur de table . Vers le début du XIXe siècle, date à laquelle le brevet Boulton et Watt a expiré, l’ingénieur cornouaillais Richard Trevithick et l’Américain Oliver Evans ont commencé à construire des machines à vapeur sans condensation à haute pression, épuisant contre l’atmosphère. La haute pression a produit un moteur et une chaudière suffisamment compacts pour être utilisés sur des locomotives mobiles routières et ferroviaires et des bateaux à vapeur . [citation nécessaire ]

Le développement Des machines-outils , telles que le tour à moteur , les raboteuses , les fraiseuses et les façonneuses alimentées par ces moteurs, a permis de couper facilement et avec précision toutes les pièces métalliques des moteurs et a permis à son tour de construire des moteurs plus gros et plus puissants. . [ citation nécessaire ]

Les petits besoins en énergie industrielle ont continué à être fournis par les muscles animaux et humains jusqu’à l’ électrification généralisée au début du XXe siècle. Ceux-ci comprenaient un atelier à manivelle , à pédale et à cheval, et des machines industrielles légères. [68]

Des machines-outils

Les célèbres premiers tours à visser de Maudslay vers 1797 et 1800 La fraiseuse Middletown de c. 1818, associé à Robert Johnson et Simeon North

Des machines préindustrielles ont été construites par divers artisans – les mécaniciens de chantier ont construit des moulins à eau et à vent, des charpentiers ont fabriqué des charpentes en bois et des forgerons et des tourneurs ont fabriqué des pièces métalliques. Les composants en bois avaient l’inconvénient de changer de dimensions avec la température et l’humidité, et les divers joints avaient tendance à se détacher (se détacher) avec le temps. Au fur et à mesure que la révolution industrielle progressait, les machines avec des pièces et des cadres métalliques sont devenues plus courantes. Les autres utilisations importantes des pièces métalliques concernaient les armes à feu et les fixations filetées, telles que les vis mécaniques, les boulons et les écrous. Il y avait aussi le besoin de précision dans la fabrication des pièces. La précision permettrait un meilleur fonctionnement des machines, l’interchangeabilité des pièces et la standardisation des fixations filetées.

La demande de pièces métalliques a conduit au développement de plusieurs machines-outils . Ils trouvent leur origine dans les outils développés au XVIIIe siècle par les horlogers et les fabricants d’instruments scientifiques pour leur permettre de produire en série de petits mécanismes.

Avant l’avènement Des machines-outils, le métal était travaillé manuellement à l’aide des outils à main de base que sont les marteaux, les limes, les grattoirs, les scies et les ciseaux. Par conséquent, l’utilisation de pièces de machines métalliques a été réduite au minimum. Les méthodes de production manuelles étaient très laborieuses et coûteuses et la précision était difficile à atteindre. [39] [22]

La première grande machine-outil de précision était l’ aléseuse à cylindres inventée par John Wilkinson en 1774. Elle était utilisée pour aléser les cylindres de grand diamètre des premières machines à vapeur. L’aléseuse de Wilkinson différait des anciennes machines en porte -à-faux utilisées pour percer les canons en ce que l’outil de coupe était monté sur une poutre qui traversait le cylindre en train d’être alésé et était soutenu à l’extérieur aux deux extrémités. [22]

La raboteuse , la fraiseuse et la façonneuse ont été développées dans les premières décennies du 19e siècle. Bien que la fraiseuse ait été inventée à cette époque, elle n’a été développée comme outil d’atelier sérieux qu’un peu plus tard au 19e siècle. [39] [22]

Henry Maudslay , qui a formé une école de fabricants de machines-outils au début du XIXe siècle, était un mécanicien aux capacités supérieures qui avait été employé à l’ Arsenal royal de Woolwich . Il a travaillé comme apprenti à la Royal Gun Foundry de Jan Verbruggen . En 1774 , Jan Verbruggen avait installé une aléseuse horizontale à Woolwich qui était le premier tour de taille industrielle au Royaume-Uni. Maudslay a été embauché par Joseph Bramah pour la production de serrures métalliques de haute sécurité nécessitant un savoir-faire de précision. Bramah a breveté un tour qui présentait des similitudes avec le tour à glissière. [22] [44] : 392–95

Maudslay a perfectionné le tour à repose-glissière, qui pouvait couper des vis mécaniques de différents pas de filetage en utilisant des engrenages interchangeables entre la broche et la vis mère. Avant son invention, les vis ne pouvaient pas être coupées avec précision à l’aide de diverses conceptions de tours antérieures, dont certaines copiées à partir d’un gabarit. [22] [44] : 392–95 Le tour à repose-glissière était considéré comme l’une des inventions les plus importantes de l’histoire. Bien que ce ne soit pas entièrement l’idée de Maudslay, il a été la première personne à construire un tour fonctionnel en utilisant une combinaison d’innovations connues de la vis mère, du repose-glissière et du changement de vitesse. [22] : 31, 36

Maudslay a quitté l’emploi de Bramah et a créé sa propre boutique. Il a été engagé pour construire les machines permettant de fabriquer des palans de navires pour la Royal Navy dans les usines de blocs de Portsmouth . Ces machines étaient entièrement métalliques et étaient les premières machines de Production de masse et de fabrication de composants avec un certain degré d’ interchangeabilité . Les leçons que Maudslay a apprises sur le besoin de stabilité et de précision qu’il a adaptées au développement Des machines-outils, et dans ses ateliers, il a formé une génération d’hommes pour s’appuyer sur son travail, comme Richard Roberts , Joseph Clement et Joseph Whitworth . [22]

James Fox de Derby a eu un solide commerce d’exportation de machines-outils pendant le premier tiers du siècle, tout comme Matthew Murray de Leeds. Roberts était un fabricant de machines-outils de haute qualité et un pionnier de l’utilisation de gabarits et de jauges pour la mesure de précision en atelier.

L’effet Des machines-outils pendant la révolution industrielle n’était pas si important car, à part les armes à feu, les fixations filetées et quelques autres industries, il y avait peu de pièces métalliques produites en série. Les techniques de fabrication de pièces métalliques produites en série avec une précision suffisante pour être interchangeables sont largement attribuées à un programme du département américain de la guerre qui a perfectionné des pièces interchangeables pour les armes à feu au début du 19e siècle. [39]

Au cours du demi-siècle qui a suivi l’invention Des machines-outils fondamentales, l’ industrie mécanique est devenue le plus grand secteur industriel de l’économie américaine, en termes de valeur ajoutée. [69]

Produits chimiques

La production à grande échelle de produits chimiques a été un développement important pendant la révolution industrielle. Le premier d’entre eux fut la production d’ acide sulfurique par le procédé à chambre de plomb inventé par l’Anglais John Roebuck ( premier associé de James Watt ) en 1746. Il put augmenter considérablement l’échelle de la fabrication en remplaçant les récipients en verre relativement coûteux. anciennement utilisé avec des chambres plus grandes et moins chères faites de feuilles de plomb rivetées . Au lieu de faire une petite quantité à chaque fois, il a pu faire environ 50 kilogrammes (100 livres) dans chacune des chambres, au moins dix fois plus.

La production d’un alcali à grande échelle devint également un objectif important et Nicolas Leblanc réussit en 1791 à introduire une méthode de production de carbonate de sodium . Le procédé Leblanc était une réaction d’acide sulfurique avec du chlorure de sodium pour donner du sulfate de sodium et de l’acide chlorhydrique . Le sulfate de sodium a été chauffé avec du calcaire ( carbonate de calcium ) et du charbon pour donner un mélange de carbonate de sodium et de sulfure de calcium .. L’ajout d’eau a séparé le carbonate de sodium soluble du sulfure de calcium. Le processus a produit une grande quantité de pollution (l’acide chlorhydrique était initialement évacué dans l’air et le sulfure de calcium était un déchet inutile). Néanmoins, cette soude synthétique s’est avérée économique par rapport à celle de la combustion de plantes spécifiques ( barilla ) ou de varech , qui étaient auparavant les sources dominantes de soude, [70] et aussi à la potasse ( carbonate de potassium ) produite à partir de cendres de bois dur.

Ces deux produits chimiques étaient très importants car ils ont permis l’introduction d’une foule d’autres inventions, remplaçant de nombreuses opérations à petite échelle par des procédés plus rentables et contrôlables. Le carbonate de sodium avait de nombreuses utilisations dans les industries du verre, du textile, du savon et du papier . Les premières utilisations de l’acide sulfurique comprenaient le décapage (élimination de la rouille) du fer et de l’acier et le blanchiment des tissus.

Le développement de la poudre de blanchiment ( hypochlorite de calcium ) par le chimiste écossais Charles Tennant vers 1800, basé sur les découvertes du chimiste français Claude Louis Berthollet , a révolutionné les procédés de blanchiment dans l’industrie textile en réduisant considérablement le temps nécessaire (de mois à jours) pour le procédé traditionnel alors en usage, qui nécessitait une exposition répétée au soleil dans des champs de javel après trempage des textiles avec de l’alcali ou du lait caillé. L’usine de Tennant à St Rollox, North Glasgow , est devenue la plus grande usine chimique du monde.

Après 1860, l’innovation chimique s’est concentrée sur les colorants et l’Allemagne a pris le leadership mondial en construisant une industrie chimique forte. [71] Les chimistes en herbe ont afflué dans les universités allemandes entre 1860 et 1914 pour apprendre les dernières techniques. Les scientifiques britanniques, en revanche, manquaient d’universités de recherche et ne formaient pas d’étudiants avancés; au lieu de cela, la pratique consistait à embaucher des chimistes formés en Allemagne. [72]

Ciment

Le tunnel de la Tamise (ouvert en 1843).
Le ciment a été utilisé dans le premier tunnel sous-marin au monde.

En 1824 , Joseph Aspdin , un maçon britannique devenu maçon, a breveté un procédé chimique de fabrication de ciment portland qui a constitué une avancée importante dans les métiers du bâtiment. Ce processus consiste à fritter un mélange d’ argile et de calcaire à environ 1 400 ° C (2 552 ° F), puis à le broyer en une fine poudre qui est ensuite mélangée à de l’eau, du sable et du gravier pour produire du béton . Le ciment Portland a été utilisé par le célèbre ingénieur anglais Marc Isambard Brunel plusieurs années plus tard lors de la construction du tunnel de la Tamise . [73]Le ciment a été utilisé à grande échelle dans la construction du système d’égouts de Londres une génération plus tard.

Éclairage au gaz

Une autre industrie majeure de la dernière révolution industrielle était l’éclairage au gaz . Bien que d’autres aient fait une innovation similaire ailleurs, l’introduction à grande échelle de celle-ci était l’œuvre de William Murdoch , un employé de Boulton & Watt, la machine à vapeur de Birmingham . pionniers. Le processus consistait en la gazéification à grande échelle du charbon dans des fours, la purification du gaz (élimination du soufre, de l’ammoniac et des hydrocarbures lourds), son stockage et sa distribution. Les premiers services publics d’éclairage au gaz ont été créés à Londres entre 1812 et 1820. Ils sont rapidement devenus l’un des principaux consommateurs de charbon au Royaume-Uni. L’éclairage au gaz a affecté l’organisation sociale et industrielle car il a permis aux usines et aux magasins de rester ouverts plus longtemps qu’avec des bougies de suif ou de l’huile. Son introduction a permis à la vie nocturne de s’épanouir dans les villes et villages, car les intérieurs et les rues pouvaient être éclairés à plus grande échelle qu’auparavant. [74]

Fabrication du verre

Le Crystal Palace a abrité la Grande Exposition de 1851

Le verre a été fabriqué dans la Grèce antique et à Rome. [75] Une nouvelle méthode de production de verre, connue sous le nom de procédé au cylindre , a été développée en Europe au début du 19e siècle. En 1832, ce procédé a été utilisé par les Chance Brothers pour créer du verre en feuille. Ils sont devenus les principaux producteurs de verre à vitres et de plaques. Cette avancée a permis de créer de plus grandes vitres sans interruption, libérant ainsi l’aménagement de l’espace dans les intérieurs ainsi que la fenestration des bâtiments. Le Crystal Palace est l’exemple suprême de l’utilisation de la feuille de verre dans une structure nouvelle et innovante. [76]

Machine à papier

Une machine pour fabriquer une feuille de papier continue sur une boucle de tissu métallique a été brevetée en 1798 par Nicholas Louis Robert qui travaillait pour la famille Saint-Léger Didot en France. La machine à papier est connue sous le nom de Fourdrinier du nom des financiers, les frères Sealy et Henry Fourdrinier , qui étaient papetiers à Londres. Bien que grandement améliorée et avec de nombreuses variantes, la machine Fourdrinier est aujourd’hui le moyen prédominant de production de papier.

La méthode de production continue démontrée par la machine à papier a influencé le développement du laminage continu du fer et plus tard de l’acier et d’autres processus de production continue . [77]

Agriculture

La révolution agricole britannique est considérée comme l’une des causes de la révolution industrielle, car l’amélioration de la productivité agricole a libéré des travailleurs pour travailler dans d’autres secteurs de l’économie. [78] En revanche, l’approvisionnement alimentaire par habitant en Europe était stagnant ou en déclin et ne s’est pas amélioré dans certaines parties de l’Europe jusqu’à la fin du 18e siècle. [79]

Les technologies industrielles qui ont affecté l’agriculture comprenaient le semoir , la charrue hollandaise , qui contenait des pièces en fer, et la batteuse.

L’avocat anglais Jethro Tull a inventé un semoir amélioré en 1701. C’était un semoir mécanique qui distribuait les graines uniformément sur une parcelle de terrain et les plantait à la bonne profondeur. C’était important car le rendement des graines récoltées par rapport aux graines plantées à cette époque était d’environ quatre ou cinq. Le semoir de Tull était très cher et peu fiable et n’avait donc pas beaucoup d’effet. Les semoirs de bonne qualité n’ont été produits qu’au milieu du XVIIIe siècle. [56] : 26

La charrue Rotherham de Joseph Foljambe de 1730 fut la première charrue en fer à succès commercial. [78] : 122 [80] [56] : 18, 21 [81] La batteuse , inventée par l’ingénieur écossais Andrew Meikle en 1784, supplantait le battage à la main au fléau , un travail laborieux qui prenait environ le quart du travail agricole. travail. [82] : 286 Il a fallu plusieurs décennies pour se diffuser [83] et a été la goutte d’eau pour de nombreux ouvriers agricoles, qui ont fait face à la famine, conduisant à la rébellion agricole de 1830 des Swing Riots .

Les machines-outils et les techniques de travail des métaux développées pendant la révolution industrielle ont finalement abouti à des techniques de fabrication de précision à la fin du XIXe siècle pour la production en série d’équipements agricoles, tels que les moissonneuses, les lieuses et les moissonneuses-batteuses. [39]

Exploitation minière

L’extraction du charbon en Grande-Bretagne, en particulier dans le sud du Pays de Galles , a commencé tôt. Avant la machine à vapeur, les fosses étaient souvent des cloches peu profondes suivant un filon de charbon le long de la surface, qui étaient abandonnées au fur et à mesure de l’extraction du charbon. Dans d’autres cas, si la géologie était favorable, le charbon était extrait au moyen d’une galerie ou d’une galerie creusée à flanc de colline. L’extraction de puits a été pratiquée dans certaines régions, mais le facteur limitant était le problème de l’élimination de l’eau. Cela pourrait être fait en transportant des seaux d’eau jusqu’à l’arbre ou à un sough(un tunnel creusé dans une colline pour drainer une mine). Dans les deux cas, l’eau devait être déversée dans un ruisseau ou un fossé à un niveau où elle pouvait s’écouler par gravité. [84]

L’introduction de la pompe à vapeur par Thomas Savery en 1698 et de la machine à vapeur Newcomen en 1712 a grandement facilité l’évacuation de l’eau et permis d’approfondir les puits, permettant d’extraire davantage de charbon. Il s’agissait de développements qui avaient commencé avant la révolution industrielle, mais l’adoption des améliorations apportées par John Smeaton au moteur Newcomen, suivies des moteurs à vapeur plus efficaces de James Watt à partir des années 1770, a réduit les coûts de carburant des moteurs, rendant les mines plus rentables. La machine de Cornouailles , mise au point dans les années 1810, était beaucoup plus efficace que la machine à vapeur Watt . [84]

L’extraction du charbon était très dangereuse en raison de la présence de grisou dans de nombreux filons de charbon. Un certain degré de sécurité a été fourni par la lampe de sécurité qui a été inventée en 1816 par Sir Humphry Davy et indépendamment par George Stephenson . Cependant, les lampes se sont révélées être une fausse aube car elles sont devenues dangereuses très rapidement et ont fourni une faible lumière. Les explosions de grisou se sont poursuivies, déclenchant souvent des explosions de poussière de charbon , de sorte que le nombre de victimes a augmenté pendant tout le XIXe siècle. Les conditions de travail étaient très mauvaises, avec un taux élevé de pertes dues aux chutes de pierres.

Le transport

Au début de la révolution industrielle, le transport intérieur se faisait par des rivières et des routes navigables, avec des navires côtiers employés pour déplacer des marchandises lourdes par voie maritime. Les wagons étaient utilisés pour transporter le charbon vers les rivières pour une expédition ultérieure, mais les canaux n’avaient pas encore été largement construits. Les animaux fournissaient toute la force motrice sur terre, les voiles fournissant la force motrice sur la mer. Les premiers chemins de fer à cheval ont été introduits vers la fin du 18e siècle, les locomotives à vapeur étant introduites dans les premières décennies du 19e siècle. L’amélioration des technologies de navigation a augmenté la vitesse moyenne de navigation de 50 % entre 1750 et 1830. [85]

La révolution industrielle a amélioré l’infrastructure de transport britannique avec un réseau routier à péage, un réseau de canaux et de voies navigables et un réseau ferroviaire. Les matières premières et les produits finis pourraient être transportés plus rapidement et à moindre coût qu’auparavant. L’amélioration des transports a également permis aux nouvelles idées de se répandre rapidement.

Canaux et cours d’eau améliorés Le canal de Bridgewater , célèbre en raison de son succès commercial, traverse le Manchester Ship Canal , l’un des derniers canaux à être construit.

Avant et pendant la révolution industrielle, la navigation sur plusieurs rivières britanniques a été améliorée en supprimant les obstacles, en redressant les courbes, en élargissant et en approfondissant et en construisant des écluses de navigation . La Grande-Bretagne avait plus de 1 600 kilomètres (1 000 mi) de rivières et de ruisseaux navigables en 1750. [2] : 46

Les canaux et les voies navigables permettaient aux matériaux en vrac d’être transportés économiquement sur de longues distances à l’intérieur des terres. En effet, un cheval pouvait tirer une barge avec une charge des dizaines de fois supérieure à la charge pouvant être tirée dans une charrette. [44] [86]

Au Royaume-Uni, des canaux ont commencé à être construits à la fin du 18e siècle pour relier les principaux centres de fabrication à travers le pays. Connu pour son énorme succès commercial, le canal de Bridgewater dans le nord-ouest de l’Angleterre , qui a ouvert ses portes en 1761 et a été principalement financé par le 3e duc de Bridgewater . De Worsley à la ville en croissance rapide de Manchester , sa construction a coûté 168 000 £ (22 589 130 £ en 2013 [update]), [87] [88] mais ses avantages par rapport au transport terrestre et fluvial signifiaient que moins d’un an après son ouverture en 1761, le prix de le charbon à Manchester a chuté d’environ la moitié. [89] Ce succès a contribué à inspirer une période de construction de canaux intense, connue sous le nom deManie des canaux . [90] De nouveaux canaux ont été construits à la hâte dans le but de reproduire le succès commercial du canal de Bridgewater, le plus notable étant le canal de Leeds et Liverpool et le canal de la Tamise et de la Severn qui ont ouvert respectivement en 1774 et 1789.

Dans les années 1820, un réseau national existait. La construction du canal a servi de modèle pour l’organisation et les méthodes utilisées plus tard pour construire les chemins de fer. Ils ont finalement été largement remplacés en tant qu’entreprises commerciales rentables par la propagation des chemins de fer à partir des années 1840. Le dernier grand canal à être construit au Royaume-Uni était le Manchester Ship Canal , qui, lors de son ouverture en 1894, était le plus grand canal maritime du monde [91] et a ouvert Manchester en tant que port . Cependant, il n’a jamais obtenu le succès commercial espéré par ses sponsors et a signalé les canaux comme un mode de transport en voie de disparition à une époque dominée par les chemins de fer, plus rapides et souvent moins chers.

Le réseau de canaux britannique, avec ses bâtiments d’usine survivants, est l’une des caractéristiques les plus durables du début de la révolution industrielle que l’on puisse voir en Grande-Bretagne. [ citation nécessaire ]

Routes Construction de la première route en macadam aux États-Unis (1823). Au premier plan, des ouvriers cassent des pierres “pour ne pas dépasser 6 onces de poids ou passer un anneau de deux pouces”. [92]

La France était connue pour avoir un excellent réseau routier à l’époque de la révolution industrielle ; cependant, la plupart des routes du continent européen et du Royaume-Uni étaient en mauvais état et dangereusement défoncées. [86] [23]

Une grande partie du système routier britannique d’origine était mal entretenue par des milliers de paroisses locales, mais à partir des années 1720 (et parfois plus tôt) , des fiducies d’autoroute à péage ont été créées pour facturer des péages et entretenir certaines routes. Un nombre croissant de routes principales ont été à péage à partir des années 1750, au point que presque toutes les routes principales d’Angleterre et du Pays de Galles étaient sous la responsabilité d’une fiducie à péage . De nouvelles routes aménagées ont été construites par John Metcalf , Thomas Telford et plus particulièrement John McAdam , le premier tronçon de route « macadamisé » étant Marsh Road à Ashton Gate , Bristol en 1816. [93]La première route macadamisée aux États-Unis était la “Boonsborough Turnpike Road” entre Hagerstown et Boonsboro, Maryland en 1823. [92]

Les principales autoroutes à péage rayonnaient de Londres et étaient le moyen par lequel la Royal Mail pouvait atteindre le reste du pays. Le transport de marchandises lourdes sur ces routes se faisait au moyen de charrettes lentes, à larges roues, tirées par des attelages de chevaux. Les marchandises plus légères étaient transportées par des charrettes plus petites ou par des équipes de chevaux de bât . Les diligences transportaient les riches, et les moins riches pouvaient payer pour monter sur des charrettes de transporteurs .

La productivité du transport routier a considérablement augmenté pendant la révolution industrielle et le coût du voyage a chuté de façon spectaculaire. Entre 1690 et 1840, la productivité a presque triplé pour le portage à longue distance et a quadruplé pour l’ entraînement scénique . [94]

Les chemins de fer Tableau représentant l’ ouverture du Liverpool and Manchester Railway en 1830, le premier chemin de fer interurbain au monde et qui a engendré Railway Mania en raison de son succès.

La réduction de la friction était l’une des principales raisons du succès des chemins de fer par rapport aux wagons. Cela a été démontré sur un tramway en bois recouvert de plaques de fer en 1805 à Croydon, en Angleterre.

“Un bon cheval sur une route à péage ordinaire peut tirer deux mille livres, soit une tonne. Un groupe de gentilshommes a été invité à assister à l’expérience, afin que la supériorité de la nouvelle route puisse être établie par une démonstration oculaire. Douze wagons étaient chargés de pierres. , jusqu’à ce que chaque chariot pesait trois tonnes, et les chariots étaient attachés ensemble. Un cheval était alors attaché, qui tirait les chariots avec facilité, six miles [10 km] en deux heures, s’étant arrêté quatre fois, afin de montrer qu’il avait le puissance de démarrage, ainsi que de tirer sa grande charge.” [95]

Les chemins de fer ont été rendus pratiques par l’introduction généralisée de fer puddlé bon marché après 1800, le laminoir pour la fabrication de rails et le développement de la machine à vapeur à haute pression également vers 1800.

Les wagons pour déplacer le charbon dans les zones minières avaient commencé au 17ème siècle et étaient souvent associés à des systèmes de canaux ou de rivières pour le transport ultérieur du charbon. Celles-ci étaient toutes tirées par des chevaux ou reposaient sur la gravité, avec une machine à vapeur stationnaire pour ramener les wagons au sommet de la pente. Les premières applications de la locomotive à vapeur étaient sur les voies de wagon ou de plaque (comme on les appelait alors souvent à partir des plaques de fonte utilisées). Les chemins de fer publics tirés par des chevaux n’ont commencé qu’au début du XIXe siècle, lorsque les améliorations apportées à la production de porc et de fer forgé réduisaient les coûts.

Les locomotives à vapeur ont commencé à être construites après l’introduction des moteurs à vapeur à haute pression après l’expiration du brevet Boulton et Watt en 1800. Les moteurs à haute pression épuisaient la vapeur dans l’atmosphère, supprimant le condenseur et l’eau de refroidissement. Ils étaient également beaucoup plus légers et de plus petite taille pour une puissance donnée que les moteurs à condensation stationnaires. Quelques-unes de ces premières locomotives étaient utilisées dans les mines. Les chemins de fer publics à vapeur ont commencé avec le Stockton and Darlington Railway en 1825. [96]

L’introduction rapide des chemins de fer a suivi les essais Rainhill de 1829 , qui ont démontré la conception réussie des locomotives de Robert Stephenson et le développement en 1828 du vent chaud , qui a considérablement réduit la consommation de carburant pour la fabrication du fer et augmenté la capacité du haut fourneau .

Le 15 septembre 1830, le Liverpool and Manchester Railway , le premier chemin de fer interurbain au monde, a été ouvert et a été suivi par le Premier ministre, le duc de Wellington . [97] Le chemin de fer a été machiné par Joseph Locke et George Stephenson , a relié la ville industrielle rapidement se développante de Manchester avec la ville portuaire de Liverpool . L’ ouverturea été entaché de problèmes, en raison de la nature primitive de la technologie employée, cependant, les problèmes ont été progressivement aplanis et le chemin de fer est devenu un grand succès, transportant des passagers et du fret. Le succès du chemin de fer interurbain, en particulier dans le transport de marchandises et de marchandises, a conduit à Railway Mania .

La construction des principaux chemins de fer reliant les grandes villes et villages a commencé dans les années 1830, mais n’a pris de l’ampleur qu’à la toute fin de la première révolution industrielle. Après que de nombreux ouvriers aient terminé les chemins de fer, ils ne sont pas retournés à leur mode de vie rural, mais sont plutôt restés dans les villes, fournissant des ouvriers supplémentaires pour les usines.

Autres développements

D’autres développements comprenaient des roues hydrauliques plus efficaces , basées sur des expériences menées par l’ingénieur britannique John Smeaton , [98] les débuts d’une industrie mécanique [22] [99] et la redécouverte du béton (à base de mortier de chaux hydraulique ) par John Smeaton, perdu depuis 1300 ans. [100]

Effets sociaux

Système d’usine

Avant la révolution industrielle, la majeure partie de la main-d’œuvre était employée dans l’agriculture, soit en tant qu’agriculteurs indépendants, propriétaires ou locataires, soit en tant qu’ouvriers agricoles sans terre . Il était courant pour les familles de diverses parties du monde de filer du fil, de tisser du tissu et de confectionner leurs propres vêtements. Les ménages ont également filé et tissé pour la production marchande. Au début de la révolution industrielle, l’Inde, la Chine et les régions d’Irak et d’ailleurs en Asie et au Moyen-Orient produisaient la plupart des tissus de coton du monde tandis que les Européens produisaient des articles en laine et en lin.

En Grande-Bretagne, au XVIe siècle, le système de production, par lequel les agriculteurs et les citadins produisaient des biens pour un marché dans leurs maisons, souvent décrit comme une industrie artisanale , était pratiqué. Les produits typiques du système de production comprenaient la filature et le tissage. Les capitalistes marchands fournissaient généralement les matières premières, payaient les travailleurs à la pièce et étaient responsables de la vente des marchandises. Le détournement des fournitures par les travailleurs et la mauvaise qualité étaient des problèmes courants. L’effort logistique pour l’approvisionnement et la distribution des matières premières et le ramassage des produits finis étaient également des limites du système de sortie. [2] : 57–59

Certaines premières machines à filer et à tisser, comme une jenny à 40 broches pour environ six livres en 1792, étaient abordables pour les propriétaires de chalets. [2] : 59 Les machines ultérieures telles que les métiers à filer, les mules à filer et les métiers à tisser électriques étaient chères (surtout si elles étaient alimentées par l’eau), donnant lieu à la propriété capitaliste des usines.

La majorité des ouvriers des usines textiles pendant la révolution industrielle étaient des femmes célibataires et des enfants, dont de nombreux orphelins. Ils travaillaient généralement de 12 à 14 heures par jour avec seulement le dimanche de congé. Il était courant pour les femmes d’occuper des emplois saisonniers dans les usines pendant les périodes creuses du travail agricole. Le manque de moyens de transport adéquats, les longues heures de travail et les bas salaires ont rendu difficile le recrutement et le maintien des travailleurs. [41] De nombreux travailleurs, tels que les agriculteurs déplacés et les ouvriers agricoles, qui n’avaient que leur travail à vendre, sont devenus des ouvriers d’usine par nécessité. (Voir : British Agricultural Revolution , Batteuse )

Le changement dans le rapport social de l’ouvrier d’usine par rapport aux agriculteurs et aux propriétaires de chalets a été mal perçu par Karl Marx ; cependant, il a reconnu l’augmentation de la productivité rendue possible par la technologie. [101]

Niveaux de vie

Certains économistes, comme Robert E. Lucas, Jr. , affirment que l’effet réel de la révolution industrielle a été que “pour la première fois dans l’histoire, le niveau de vie des masses de gens ordinaires a commencé à connaître une croissance soutenue… Rien de semblable à ce comportement économique n’est mentionné par les économistes classiques, même en tant que possibilité théorique.” [dix]D’autres, cependant, soutiennent que si la croissance des pouvoirs productifs globaux de l’économie était sans précédent pendant la révolution industrielle, le niveau de vie de la majorité de la population n’a pas augmenté de manière significative avant la fin des XIXe et XXe siècles et que, à bien des égards, le niveau de vie des travailleurs a décliné sous le capitalisme précoce : par exemple, des études ont montré que les salaires réels en Grande-Bretagne n’ont augmenté que de 15 % entre les années 1780 et 1850, et que l’espérance de vie en Grande-Bretagne n’a commencé à augmenter de façon spectaculaire que dans les années 1870. [11] [12] De même, la taille moyenne de la population a diminué pendant la révolution industrielle, ce qui implique que leur état nutritionnel diminuait également. Les salaires réels ne suivaient pas le prix des aliments. [102] [103]

Pendant la révolution industrielle, l’ espérance de vie des enfants a augmenté de façon spectaculaire. Le pourcentage d’enfants nés à Londres décédés avant l’âge de cinq ans est passé de 74,5% en 1730-1749 à 31,8% en 1810-1829. [104]

Les effets sur les conditions de vie de la révolution industrielle ont été très controversés et ont été vivement débattus par les historiens économiques et sociaux des années 1950 aux années 1980. [105] Une série d’essais des années 1950 par Henry Phelps Brown et Sheila V. Hopkins a établi plus tard le consensus académique selon lequel la majeure partie de la population, qui se trouvait au bas de l’échelle sociale, a subi de graves réductions de son niveau de vie. [105] Pendant 1813–1913, il y avait une augmentation significative dans les salaires d’ouvrier. [106] [107]

Alimentation et nutrition

La faim et la malnutrition chroniques étaient les normes pour la majorité de la population du monde, y compris la Grande-Bretagne et la France, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Jusque vers 1750, en grande partie à cause de la malnutrition, l’espérance de vie en France était d’environ 35 ans et d’environ 40 ans en Grande-Bretagne. La population des États-Unis de l’époque était bien nourrie, beaucoup plus grande en moyenne et avait une espérance de vie de 45 à 50 ans, bien que l’espérance de vie aux États-Unis ait diminué de quelques années au milieu du XIXe siècle. La consommation alimentaire par habitant a également diminué au cours d’un épisode connu sous le nom d’ Antebellum Puzzle . [108]

L’approvisionnement alimentaire en Grande-Bretagne a été affecté par les Corn Laws (1815–1846). Les lois sur le maïs, qui imposaient des droits de douane sur les céréales importées, ont été promulguées pour maintenir les prix élevés au profit des producteurs nationaux. Les Corn Laws ont été abrogées dans les premières années de la grande famine irlandaise .

Les technologies initiales de la révolution industrielle, telles que les textiles mécanisés, le fer et le charbon, n’ont guère contribué, voire rien, à faire baisser les prix des denrées alimentaires . [79] En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, l’approvisionnement alimentaire a augmenté avant la révolution industrielle en raison de meilleures pratiques agricoles; cependant, la population a également augmenté, comme l’a noté Thomas Malthus . [2] [82] [109] [110] Cette condition s’appelle le piège de Malthusian et elle a finalement commencé à être surmontée par des améliorations de transport, telles que des canaux, des routes améliorées et des bateaux à vapeur. [111] Les chemins de fer et les bateaux à vapeur ont été introduits vers la fin de la révolution industrielle. [82]

Logement

La croissance rapide de la population au XIXe siècle comprenait les nouvelles villes industrielles et manufacturières, ainsi que des centres de services tels qu’Édimbourg et Londres. [112] Le facteur critique était le financement, qui était géré par des sociétés de construction qui traitaient directement avec de grandes entreprises contractantes. [113] [114] La location privée des propriétaires de logement était le mode d’occupation dominant. P. Kemp dit que c’était généralement avantageux pour les locataires. [115] Les gens ont emménagé si rapidement qu’il n’y avait pas assez de capital pour construire des logements convenables pour tout le monde, de sorte que les nouveaux arrivants à faible revenu se sont entassés dans des bidonvilles de plus en plus surpeuplés. L’eau potable, l’assainissement et les installations de santé publique étaient inadéquats; le taux de mortalité était élevé, en particulier la mortalité infantile, ettuberculose chez les jeunes adultes. Le choléra dû à l’eau polluée et la typhoïde étaient endémiques. Contrairement aux zones rurales, il n’y a pas eu de famines comme celle qui a dévasté l’Irlande dans les années 1840. [116] [117] [118]

Une importante littérature d’exposé s’est développée condamnant les conditions insalubres. La publication de loin la plus célèbre fut celle de l’un des fondateurs du mouvement socialiste, La condition de la classe ouvrière en Angleterre en 1844. Friedrich Engels décrivait des sections de ruelles de Manchester et d’autres villes industrielles, où les gens vivaient dans des baraques et des cabanes rudimentaires, certaines pas. entièrement clos, certains avec des sols en terre battue. Ces bidonvilles avaient des allées étroites entre des lots et des habitations de forme irrégulière. Il n’y avait pas d’installations sanitaires. La densité de population était extrêmement élevée. [119] Cependant, tout le monde ne vivait pas dans de si mauvaises conditions. La révolution industrielle a également créé une classe moyenne d’hommes d’affaires, de commis, de contremaîtres et d’ingénieurs qui vivaient dans de bien meilleures conditions.

Les conditions se sont améliorées au cours du 19ème siècle en raison de nouvelles lois de santé publique réglementant des choses telles que les égouts, l’hygiène et la construction de maisons. Dans l’introduction de son édition de 1892, Engels note que la plupart des conditions sur lesquelles il a écrit en 1844 avaient été grandement améliorées. Par exemple, la Loi sur la santé publique de 1875 a conduit au règlement plus sanitaire de la maison mitoyenne .

Assainissement

Dans La condition de la classe ouvrière en Angleterre en 1844, Friedrich Engels décrit comment les eaux usées non traitées créent des odeurs affreuses et verdissent les rivières dans les villes industrielles.

En 1854 , John Snow a retracé une épidémie de choléra à Soho à Londres à la contamination fécale d’un puits d’eau public par une fosse d’aisance domestique. Les découvertes de Snow selon lesquelles le choléra pouvait se propager par de l’eau contaminée ont mis quelques années à être acceptées, mais ses travaux ont conduit à des changements fondamentaux dans la conception des systèmes publics d’eau et de déchets.

Approvisionnement en eau

L’approvisionnement en eau préindustriel reposait sur des systèmes gravitaires et le pompage de l’eau était effectué par des roues hydrauliques. Les tuyaux étaient généralement en bois. Des pompes à vapeur et des tuyaux en fer permettaient l’acheminement généralisé de l’eau vers les abreuvoirs pour chevaux et les ménages. [23]

Alphabétisation et Industrialisation

Learn more.

L’Industrialisation moderne a commencé en Angleterre et en Écosse au XVIIIe siècle, où les niveaux d’alphabétisation des agriculteurs étaient relativement élevés, en particulier en Écosse. Cela a permis le recrutement d’artisans alphabétisés, d’ouvriers qualifiés, de contremaîtres et de gestionnaires qui supervisaient les usines textiles et les mines de charbon naissantes. Une grande partie de la main-d’œuvre n’était pas qualifiée, et en particulier dans les usines de textile, des enfants aussi jeunes que huit ans se sont avérés utiles pour s’occuper des tâches ménagères et augmenter le revenu familial. En effet, les enfants étaient retirés de l’école pour travailler aux côtés de leurs parents dans les usines. Cependant, au milieu du XIXe siècle, la main-d’œuvre non qualifiée était courante en Europe occidentale et l’industrie britannique est montée en gamme, nécessitant beaucoup plus d’ingénieurs et de travailleurs qualifiés capables de gérer des instructions techniques et de gérer des situations complexes. L’alphabétisation était essentielle pour être embauché.[120] [121] Un haut fonctionnaire du gouvernement a déclaré au Parlement en 1870 :

De la fourniture rapide de l’enseignement primaire dépend la prospérité industrielle. Il ne sert à rien d’essayer de donner un enseignement technique à nos concitoyens sans éducation élémentaire ; les ouvriers sans instruction – et beaucoup de nos ouvriers sont totalement sans instruction – sont, pour la plupart, des ouvriers non qualifiés, et si nous quittons notre travail – des gens plus longtemps non qualifiés, malgré leur force de nerfs et leur énergie déterminée, ils deviendront surclassés dans la concurrence de le monde. [122]

L’invention de la machine à papier et l’application de la vapeur aux processus industriels d’ impression ont soutenu une expansion massive de l’édition de journaux et de brochures, ce qui a contribué à l’augmentation de l’alphabétisation et des demandes de participation politique de masse. [123]

Vêtements et biens de consommation

Service à thé et café Wedgwood

Les consommateurs ont profité de la baisse des prix des vêtements et des articles ménagers tels que les ustensiles de cuisine en fonte et, au cours des décennies suivantes, des cuisinières pour la cuisine et le chauffage des locaux. Le café, le thé, le sucre, le tabac et le chocolat sont devenus abordables pour beaucoup en Europe. La révolution de la consommation en Angleterre du début des années 1600 à environ 1750 avait vu une augmentation marquée de la consommation et de la variété des biens et produits de luxe par des individus issus de milieux économiques et sociaux différents. [124] Avec l’amélioration des technologies de transport et de fabrication, les opportunités d’achat et de vente sont devenues plus rapides et plus efficaces qu’auparavant. L’expansion du commerce textile dans le nord de l’Angleterre signifiait que le costume trois pièces devenait abordable pour les masses. [125]Fondée par Josiah Wedgwood en 1759, la porcelaine fine et la vaisselle en porcelaine de Wedgwood commençaient à devenir une caractéristique commune sur les tables à manger. [126] La prospérité croissante et la mobilité sociale au XVIIIe siècle ont augmenté le nombre de personnes disposant d’un revenu disponible pour la consommation, et la commercialisation de biens (dont Wedgwood a été un pionnier) pour les particuliers, par opposition aux articles pour le ménage, a commencé à apparaître. , et le nouveau statut des marchandises en tant que symboles de statut liés aux changements de mode et recherchés pour leur attrait esthétique. [126]

Avec la croissance rapide des villes et des cités, le shopping est devenu une partie importante de la vie quotidienne. Le lèche-vitrines et l’achat de marchandises deviennent une activité culturelle à part entière, et de nombreuses boutiques exclusives s’ouvrent dans des quartiers urbains élégants : dans le Strand et Piccadilly à Londres, par exemple, et dans des villes thermales comme Bath et Harrogate. La prospérité et l’expansion des industries manufacturières telles que la poterie et la métallurgie ont considérablement accru le choix des consommateurs. Là où autrefois les ouvriers mangeaient dans des assiettes en métal avec des ustensiles en bois, les ouvriers ordinaires dînaient maintenant sur la porcelaine de Wedgwood. Les consommateurs en sont venus à exiger une gamme de nouveaux articles ménagers et d’ameublement : des couteaux et des fourchettes en métal, par exemple, ainsi que des tapis, des moquettes, des miroirs, des cuisinières, des casseroles, des poêles, des montres, des horloges et une gamme vertigineuse de meubles. L’âge dela consommation de masse était arrivée.

— « La Grande- Bretagne géorgienne , La montée du consumérisme », Dr Matthew White, British Library . [125]

Winchester High Street, 1853. Le nombre de High Streets (la rue principale pour le commerce de détail en Grande-Bretagne) dans les villes et cités a rapidement augmenté au 18e siècle.

De nouvelles entreprises dans diverses industries sont apparues dans les villes et les cités de toute la Grande-Bretagne. La confiserie était l’une de ces industries qui a connu une expansion rapide. Selon l’historienne de l’alimentation Polly Russell : “le chocolat et les biscuits sont devenus des produits pour les masses, grâce à la révolution industrielle et aux consommateurs qu’elle a créés. Au milieu du XIXe siècle, les biscuits sucrés étaient une indulgence abordable et les affaires étaient en plein essor. Des fabricants tels que Huntley & Palmers à Reading, Carr’s of Carlisle et McVitie’s à Édimbourg sont passés de petites entreprises familiales à des opérations à la pointe de la technologie ». [127] En 1847 , Fry’s of Bristol a produit la première barre de chocolat. [128] Leur concurrent Cadbury de Birmingham a été le premier à commercialiser l’association entre la confiserie et la romance lorsqu’ils ont produit une boîte de chocolats en forme de cœur pour la Saint-Valentin en 1868. [129] Le grand magasin est devenu une caractéristique commune dans les grandes rues principales à travers La Grande-Bretagne, avec Harding, Howell & Co. , a ouvert ses portes en 1796 sur Pall Mall , à Londres, un concurrent pour le premier grand magasin. [130] En plus des marchandises vendues dans le nombre croissant de magasins, les vendeurs de rue étaient courants dans une région de plus en plus urbanisée .pays. Dr Matthew White : “Les foules pullulaient dans toutes les artères . Des dizaines de vendeurs de rue “criaient” des marchandises d’un endroit à l’autre, annonçant la richesse des biens et services proposés. offrant leurs diverses marchandises à la vente, tandis que les rémouleurs de couteaux et les réparateurs de chaises et de meubles cassés se trouvaient aux coins des rues ». [131] Une des premières sociétés de boissons non alcoolisées , R. White’s Lemonade , a commencé en 1845 en vendant des boissons à Londres dans une brouette. [132]

L’augmentation des taux d’alphabétisation, l’Industrialisation et l’invention du chemin de fer ont créé un nouveau marché pour la littérature populaire bon marché pour les masses et la possibilité de la diffuser à grande échelle. Les Penny Dreadfuls ont été créés dans les années 1830 pour répondre à cette demande. [133] The Guardian a décrit les penny dreadfuls comme “le premier goût britannique de la culture populaire produite en série pour les jeunes” et “l’équivalent victorien des jeux vidéo”. [134] Dans les années 1860 et 1870, plus d’un million de périodiques pour garçons étaient vendus par semaine. [134] Labellisé « auteur-preneur » par la Paris Review , Charles Dickensa utilisé les innovations de la révolution pour vendre ses livres, telles que les puissantes nouvelles presses à imprimer, l’augmentation des revenus publicitaires et l’expansion des chemins de fer. [135] Son premier roman, The Pickwick Papers (1836), est devenu un phénomène d’édition, avec son succès sans précédent suscitant de nombreuses retombées et des marchandises allant des cigares Pickwick , des cartes à jouer, des figurines en porcelaine, des puzzles Sam Weller , du cirage des bottes Weller et des blagues. livres. [135] Nicholas Dames dans The Atlantic écrit, “Littérature” n’est pas une catégorie assez grande pour Pickwick . Il a défini le sien, un nouveau que nous avons appris à appeler « divertissement ». [136]

En 1861, l’Entrepreneur gallois Pryce Pryce-Jones créa la première entreprise de vente par correspondance , une idée qui allait changer la nature du commerce de détail . [137] Vendant de la flanelle galloise , il a créé des catalogues de vente par correspondance, avec des clients capables de commander par courrier pour la première fois – ceci à la suite de l ‘ Uniform Penny Post en 1840 et de l’invention du timbre-poste ( Penny Black ) où il y avait une charge de un centime pour le transport et la livraison entre deux endroits au Royaume-Uni, quelle que soit la distance, et les marchandises étaient livrées dans tout le Royaume-Uni via le système ferroviaire nouvellement créé. [138]Au fur et à mesure que le réseau ferroviaire s’étendait à l’étranger, son entreprise augmentait également. [138]

Augmentation de la population

La révolution industrielle a été la première période de l’histoire au cours de laquelle il y a eu une augmentation simultanée de la population et du revenu par habitant. [139]

Selon Robert Hughes dans The Fatal Shore , la population de l’Angleterre et du Pays de Galles, qui était restée stable à six millions de 1700 à 1740, a augmenté de façon spectaculaire après 1740. La population de l’Angleterre avait plus que doublé, passant de 8,3 millions en 1801 à 16,8 millions en 1850 et, en 1901, avait presque doublé à nouveau pour atteindre 30,5 millions. [140] L’amélioration des conditions a conduit la population de la Grande-Bretagne à passer de 10 millions à 40 millions dans les années 1800. [141] [142] La population de l’Europe est passée d’environ 100 millions en 1700 à 400 millions en 1900. [143]

Urbanisation

Le Black Country en Angleterre, à l’ouest de Birmingham

La croissance de l’industrie moderne depuis la fin du XVIIIe siècle a entraîné une urbanisation massive et l’essor de nouvelles grandes villes, d’abord en Europe, puis dans d’autres régions, car de nouvelles opportunités ont amené un grand nombre de migrants des communautés rurales vers les zones urbaines. En 1800, seuls 3 % de la population mondiale vivaient en ville [144] , contre près de 50 % aujourd’hui (début du XXIe siècle). [145] Manchester avait une population de 10 000 habitants en 1717, mais en 1911, elle était passée à 2,3 millions. [146]

Effet sur les femmes et la vie de famille

Les historiennes des femmes ont débattu de l’effet de la révolution industrielle et du capitalisme en général sur le statut des femmes. [147] [148] Prenant un parti pessimiste, Alice Clarka soutenu que lorsque le capitalisme est arrivé dans l’Angleterre du XVIIe siècle, il a abaissé le statut des femmes car elles ont perdu une grande partie de leur importance économique. Clark soutient que dans l’Angleterre du XVIe siècle, les femmes étaient engagées dans de nombreux aspects de l’industrie et de l’agriculture. La maison était une unité centrale de production et les femmes jouaient un rôle essentiel dans la gestion des exploitations agricoles et dans certains métiers et propriétés foncières. Leurs rôles économiques utiles leur donnaient une sorte d’égalité avec leurs maris. Cependant, soutient Clark, à mesure que le capitalisme se développait au XVIIe siècle, il y avait de plus en plus de division du travail, le mari prenant des emplois rémunérés à l’extérieur de la maison et la femme réduite aux travaux ménagers non rémunérés. Les femmes des classes moyennes et supérieures étaient confinées à une existence domestique oisive, supervisant des domestiques; les femmes de la classe inférieure ont été contraintes d’accepter des emplois mal rémunérés. Le capitalisme, donc,[149]

Dans une interprétation plus positive, Ivy Pinchbeck soutient que le capitalisme a créé les conditions de l’émancipation des femmes. [150] Tilly et Scott ont souligné la continuité dans le statut des femmes, trouvant trois étapes dans l’histoire anglaise. À l’ère préindustrielle, la production était principalement destinée à l’usage domestique et les femmes produisent une grande partie des besoins des ménages. La deuxième étape était «l’économie familiale des salaires» des débuts de l’Industrialisation; toute la famille dépendait des salaires collectifs de ses membres, y compris le mari, la femme et les enfants plus âgés. La troisième étape ou étape moderne est «l’économie familiale de consommation», dans laquelle la famille est le lieu de consommation et les femmes sont employées en grand nombre dans des emplois de détail et de bureau pour soutenir les normes croissantes de consommation. [151]

Les idées d’économie et de travail acharné caractérisaient les familles de la classe moyenne alors que la révolution industrielle balayait l’Europe. Ces valeurs ont été affichées dans le livre Self-Help de Samuel Smiles , dans lequel il déclare que la misère des classes les plus pauvres était «volontaire et auto-imposée – les résultats de l’oisiveté, du manque d’économie, de l’intempérance et de l’inconduite». [152]

Conditions de travail

Structure sociale et conditions de travail

En termes de structure sociale, la révolution industrielle a vu le triomphe d’une classe moyenne d’industriels et d’hommes d’affaires sur une classe terrienne de noblesse et de gentry. Les travailleurs ordinaires trouvèrent de plus en plus d’opportunités d’emploi dans les nouvelles usines et usines, mais celles-ci étaient souvent soumises à des conditions de travail strictes avec de longues heures de travail dominées par un rythme imposé par les machines. Pas plus tard qu’en 1900, la plupart des ouvriers de l’industrie aux États-Unis travaillaient encore 10 heures par jour (12 heures dans la sidérurgie), mais gagnaient de 20% à 40% de moins que le minimum jugé nécessaire pour une vie décente; [153] cependant, la plupart des travailleurs du textile, qui était de loin la première industrie en termes d’emploi, étaient des femmes et des enfants. [41]Pour les ouvriers des classes laborieuses, la vie industrielle « était un désert pierreux, qu’ils devaient rendre habitable par leurs propres efforts ». [154] En outre, des conditions de travail difficiles prévalaient bien avant la révolution industrielle. La société préindustrielle était très statique et souvent cruelle – le travail des enfants , les conditions de vie sales et les longues heures de travail étaient tout aussi répandus avant la révolution industrielle. [155]

Usines et urbanisation Manchester, Angleterre (” Cottonopolis “), photographié en 1840, montrant la masse des cheminées d’usine

L’Industrialisation conduit à la création de l’ usine . Le système d’usine a contribué à la croissance des zones urbaines, car un grand nombre de travailleurs ont migré vers les villes à la recherche de travail dans les usines. Nulle part cela n’a été mieux illustré que les moulins et les industries associées de Manchester, surnommée « Cottonopolis », et la première ville industrielle du monde. [156] Manchester a connu une multiplication par six de sa population entre 1771 et 1831. Bradford a augmenté de 50 % tous les dix ans entre 1811 et 1851 et en 1851, seulement 50 % de la population de Bradford y était réellement née. [157]

De plus, entre 1815 et 1939, 20% de la population européenne a quitté son foyer, poussée par la pauvreté, une population en croissance rapide et le déplacement de l’agriculture paysanne et de la fabrication artisanale. Ils ont été attirés à l’étranger par l’énorme demande de main-d’œuvre à l’étranger, la disponibilité immédiate de terres et le transport bon marché. Pourtant, beaucoup n’ont pas trouvé une vie satisfaisante dans leur nouveau foyer, ce qui a conduit 7 millions d’entre eux à retourner en Europe. [158] Cette migration de masse a eu de grands effets démographiques : en 1800, moins d’un pour cent de la population mondiale se composait d’Européens d’outre-mer et de leurs descendants ; en 1930, ils représentaient 11 %. [159] Les Amériques ont ressenti le poids de cette énorme émigration, largement concentrée aux États-Unis.

Pendant une grande partie du XIXe siècle, la production se faisait dans de petits moulins, qui étaient généralement alimentés par l’eau et construits pour répondre aux besoins locaux. Plus tard, chaque usine aurait sa propre machine à vapeur et une cheminée pour donner un tirage efficace à travers sa chaudière.

Dans d’autres industries, la transition vers la production en usine n’a pas été aussi source de division. Certains industriels eux-mêmes ont tenté d’améliorer les conditions d’usine et de vie de leurs ouvriers. L’un des premiers réformateurs de ce genre fut Robert Owen , connu pour ses efforts de pionnier dans l’amélioration des conditions des travailleurs des usines de New Lanark et souvent considéré comme l’un des principaux penseurs du premier mouvement socialiste .

En 1746, une usine de laiton intégrée fonctionnait à Warmley près de Bristol . La matière première est entrée à une extrémité, a été fondue en laiton et a été transformée en casseroles, épingles, fils et autres marchandises. Des logements ont été fournis aux travailleurs sur place. Josiah Wedgwood et Matthew Boulton (dont la manufacture de Soho a été achevée en 1766) étaient d’autres premiers industriels de premier plan, qui utilisaient le système d’usine.

Travail des enfants Un jeune « dessinateur » tirant un bac à charbon le long d’une galerie de mine. [160] En Grande-Bretagne, les lois adoptées en 1842 et 1844 améliorent les conditions de travail dans les mines.

La révolution industrielle a entraîné une augmentation de la population, mais les chances de survivre à l’enfance ne se sont pas améliorées tout au long de la révolution industrielle, bien que les taux de mortalité infantile aient été considérablement réduits. [104] [161] Il y avait encore peu de possibilités d’éducation et on s’attendait à ce que les enfants travaillent. Les employeurs pouvaient payer un enfant moins qu’un adulte même si leur productivité était comparable; il n’y avait pas besoin de force pour faire fonctionner une machine industrielle, et comme le système industriel était complètement nouveau, il n’y avait pas d’ouvriers adultes expérimentés. Cela a fait du travail des enfants le travail de choix pour la fabrication dans les premières phases de la révolution industrielle entre les XVIIIe et XIXe siècles. En Angleterre et en Ecosse en 1788, les deux tiers des ouvriers de 143les filatures de coton ont été décrites comme des enfants. [162]

Le travail des enfants existait avant la révolution industrielle, mais avec l’augmentation de la population et de l’éducation, il est devenu plus visible. De nombreux enfants ont été forcés de travailler dans des conditions relativement mauvaises pour un salaire bien inférieur à celui de leurs aînés, [163] 10 à 20 % du salaire d’un homme adulte. [ citation nécessaire ]

Des rapports ont été rédigés détaillant certains des abus, en particulier dans les mines de charbon [164] et les usines textiles, [165] et ceux-ci ont contribué à populariser le sort des enfants. Le tollé général, en particulier parmi les classes supérieures et moyennes, a contribué à susciter des changements dans le bien-être des jeunes travailleurs.

Les politiciens et le gouvernement ont essayé de limiter le travail des enfants par la loi, mais les propriétaires d’usines ont résisté ; certains estimaient qu’ils aidaient les pauvres en donnant à leurs enfants de l’argent pour acheter de la nourriture afin d’éviter la famine , et d’autres se félicitaient simplement de la main-d’œuvre bon marché. En 1833 et 1844, les premières lois générales contre le travail des enfants, les Factory Acts , ont été adoptées en Grande-Bretagne : les enfants de moins de neuf ans n’étaient pas autorisés à travailler, les enfants n’étaient pas autorisés à travailler la nuit et la journée de travail des jeunes de moins de 18 était limité à douze heures. Les inspecteurs d’usine ont supervisé l’exécution de la loi, mais leur rareté a rendu l’application difficile. [ citation nécessaire ]Une dizaine d’années plus tard, l’emploi des enfants et des femmes dans les mines est interdit. Bien que de telles lois aient réduit le nombre d’enfants qui travaillent, le travail des enfants est resté significativement présent en Europe et aux États-Unis jusqu’au XXe siècle. [166]

Organisation du travail

La révolution industrielle a concentré la main-d’œuvre dans les moulins, les usines et les mines, facilitant ainsi l’organisation de coalitions ou de syndicats pour aider à faire avancer les intérêts des travailleurs. Le pouvoir d’un syndicat pourrait exiger de meilleures conditions en retirant tout le travail et en provoquant un arrêt conséquent de la production. Les employeurs ont dû choisir entre céder aux revendications syndicales au détriment d’eux-mêmes ou subir le coût de la perte de production. Les travailleurs qualifiés étaient difficiles à remplacer, et ce furent les premiers groupes à réussir à faire progresser leurs conditions grâce à ce type de négociation.

La principale méthode utilisée par les syndicats pour faire changer les choses était la grève . De nombreuses grèves ont été des événements douloureux pour les deux parties, les syndicats et la direction. En Grande-Bretagne, le Combination Act de 1799 interdisait aux travailleurs de former tout type de syndicat jusqu’à son abrogation en 1824. Même après cela, les syndicats étaient encore sévèrement restreints. Un journal britannique de 1834 décrivait les syndicats comme “les institutions les plus dangereuses qui aient jamais été autorisées à s’implanter, à l’abri de la loi, dans n’importe quel pays…” [167]

En 1832, le Reform Act étendit le vote en Grande-Bretagne mais n’accorda pas le suffrage universel. Cette année-là, six hommes de Tolpuddle dans le Dorset ont fondé la Friendly Society of Agricultural Labourers pour protester contre la baisse progressive des salaires dans les années 1830. Ils ont refusé de travailler pour moins de dix shillings par semaine, bien qu’à ce moment-là, les salaires aient été réduits à sept shillings par semaine et devaient encore être réduits à six. En 1834, James Frampton, un propriétaire foncier local, écrivit au Premier ministre, Lord Melbourne, pour se plaindre de l’union, invoquant une loi obscure de 1797 interdisant aux gens de prêter serment les uns aux autres, ce que les membres de la Friendly Society avaient fait. James Brine, James Hammett, George Loveless, le frère de George, James Loveless, le beau-frère de George, Thomas Standfield, et le fils de Thomas, John Standfield, ont été arrêtés, reconnus coupables et transportés en Australie. Ils sont devenus connus sous le nom de Martyrs de Tolpuddle . Dans les années 1830 et 1840, le mouvement chartiste a été le premier mouvement politique ouvrier organisé à grande échelle qui a fait campagne pour l’égalité politique et la justice sociale. Sa Charte des réformes a reçu plus de trois millions de signatures mais a été rejetée par le Parlement sans considération.

Les travailleurs ont également formé des sociétés amicales et des sociétés coopératives en tant que groupes de soutien mutuel en cas de difficultés économiques. Des industriels éclairés, comme Robert Owen , ont également soutenu ces organisations pour améliorer les conditions de la classe ouvrière.

Les syndicats ont lentement surmonté les restrictions légales au droit de grève. En 1842, une grève générale impliquant les ouvriers du coton et les charbonniers est organisée par le mouvement chartiste qui arrête la production dans toute la Grande-Bretagne. [168]

Finalement, une organisation politique efficace pour les travailleurs a été réalisée grâce aux syndicats qui, après les extensions du droit de vote en 1867 et 1885, ont commencé à soutenir les partis politiques socialistes qui ont ensuite fusionné pour devenir le Parti travailliste britannique .

Luddites Refer to caption Refer to caption Luddites brisant un métier à tisser électrique en 1812

L’Industrialisation rapide de l’économie anglaise a coûté leur emploi à de nombreux artisans. Le mouvement a d’abord commencé avec les travailleurs de la dentelle et de la bonneterie près de Nottingham et s’est étendu à d’autres domaines de l’industrie textile en raison de l’Industrialisation précoce. De nombreux tisserands se sont également retrouvés soudainement au chômage car ils ne pouvaient plus rivaliser avec des machines qui ne nécessitaient qu’une main-d’œuvre relativement limitée (et non qualifiée) pour produire plus de tissu qu’un seul tisserand. Beaucoup de ces chômeurs, tisserands et autres ont tourné leur animosité contre les machines qui avaient pris leur emploi et ont commencé à détruire les usines et les machines. Ces attaquants sont devenus connus sous le nom de Luddites, soi-disant adeptes de Ned Ludd , une figure du folklore. [169]Les premières attaques du mouvement luddite ont commencé en 1811. Les luddites ont rapidement gagné en popularité et le gouvernement britannique a pris des mesures drastiques, utilisant la milice ou l’ armée pour protéger l’industrie. Les émeutiers qui ont été capturés ont été jugés et pendus, ou transportés à vie. [170]

Les troubles se sont poursuivis dans d’autres secteurs au fur et à mesure de leur Industrialisation, comme avec les ouvriers agricoles dans les années 1830, lorsque de grandes parties du sud de la Grande-Bretagne ont été touchées par les troubles du capitaine Swing . Les batteuses étaient une cible particulière et la combustion des meules de foin était une activité populaire. Cependant, les émeutes ont conduit à la première formation de syndicats et à de nouvelles pressions en faveur de réformes.

Déplacement du centre de gravité de la production

Les centres traditionnels de production de textiles faits à la main tels que l’Inde, certaines parties du Moyen-Orient et plus tard la Chine n’ont pas pu résister à la concurrence des textiles fabriqués à la machine, qui pendant des décennies ont détruit les industries textiles faites à la main et laissé des millions de personnes sans travail. , dont beaucoup mouraient de faim. [41]

La révolution industrielle a également généré une division économique énorme et sans précédent dans le monde, mesurée par la part de la production manufacturière.

Part de la production manufacturière mondiale totale (pourcentage) [171]

1750 1800 1860 1880 1900
L’Europe  23.2 28.1 53.2 61.3 62,0
États-Unis 0,1 0,8 7.2 14.7 23.6
Japon 3.8 3.5 2.6 2.4 2.4
Reste du monde 73,0 67,7 36,6 20.9 11.0

Le coton et l’expansion de l’esclavage

Les textiles de coton bon marché ont augmenté la demande de coton brut; auparavant, il était principalement consommé dans les régions subtropicales où il était cultivé, avec peu de coton brut disponible pour l’exportation. En conséquence, les prix du coton brut ont augmenté. La production britannique est passée de 2 millions de livres en 1700 à 5 millions de livres en 1781 à 56 millions en 1800. [172] L’invention de l’ égreneuse de coton par l’américain Eli Whitney en 1792 fut l’événement décisif. Il a permis au coton à graines vertes de devenir rentable, entraînant la croissance généralisée de la grande plantation d’esclaves aux États-Unis, au Brésil et aux Antilles. En 1791, la production américaine de coton était d’environ 2 millions de livres, atteignant 35 millions en 1800, dont la moitié était exportée. l’Amériqueles plantations de coton étaient très efficaces et rentables, et capables de répondre à la demande. [173] La guerre civile américaine a créé une “famine de coton” qui a conduit à une production accrue dans d’autres régions du monde, y compris les colonies européennes en Afrique . [174]

Effet sur l’environnement

Les niveaux de pollution de l’air ont augmenté pendant la révolution industrielle, déclenchant les premières lois environnementales modernes à être adoptées au milieu du XIXe siècle.

Les origines du mouvement environnemental résident dans la réponse aux niveaux croissants de pollution par la fumée dans l’atmosphère pendant la révolution industrielle. L’émergence de grandes usines et l’immense croissance concomitante de la consommation de charbon ont donné lieu à un niveau sans précédent de pollution de l’air dans les centres industriels ; après 1900, le grand volume de rejets chimiques industriels s’est ajouté à la charge croissante de déchets humains non traités. [175] Les premières lois environnementales modernes à grande échelle ont pris la forme des Alkali Acts britanniques , adoptés en 1863, pour réglementer la pollution atmosphérique délétère ( acide chlorhydrique gazeux ) dégagé par le procédé Leblanc , utilisé pour produire de la soude . Un inspecteur Alcali et quatre sous-inspecteurs ont été nommés pour limiter cette pollution. Les responsabilités de l’inspection ont été progressivement élargies, aboutissant à l’Alkali Order 1958 qui plaçait toutes les grandes industries lourdes qui émettaient de la fumée , du sable, de la poussière et des vapeurs sous surveillance.

L’industrie du gaz manufacturé a commencé dans les villes britanniques en 1812–1820. La technique utilisée produisait des effluents hautement toxiques qui étaient déversés dans les égouts et les rivières. Les compagnies gazières ont été poursuivies à plusieurs reprises dans le cadre de poursuites pour nuisance. Ils ont généralement perdu et modifié les pires pratiques. La ville de Londres a inculpé à plusieurs reprises des sociétés gazières dans les années 1820 pour avoir pollué la Tamise et empoisonné ses poissons. Enfin, le Parlement a rédigé des chartes d’entreprise pour réglementer la toxicité. [176] L’industrie a atteint les États-Unis vers 1850, provoquant pollution et poursuites judiciaires. [177]

Dans les villes industrielles, les experts locaux et les réformateurs, en particulier après 1890, ont pris l’initiative d’identifier la dégradation et la pollution de l’environnement et d’initier des mouvements populaires pour exiger et réaliser des réformes. [178] Généralement, la plus haute priorité allait à la pollution de l’eau et de l’air. La Coal Smoke Abatement Society a été créée en Grande-Bretagne en 1898, ce qui en fait l’une des plus anciennes ONG environnementales. Elle a été fondée par l’artiste Sir William Blake Richmond , frustré par le voile jeté par la fumée de charbon. Bien qu’il y ait eu des lois antérieures, la loi de 1875 sur la santé publiqueexigeait que tous les appareils de chauffage et foyers consomment leur propre fumée. Il prévoyait également des sanctions contre les usines qui émettaient de grandes quantités de fumée noire. Les dispositions de cette loi ont été étendues en 1926 avec le Smoke Abatement Act pour inclure d’autres émissions, telles que la suie, les cendres et les particules granuleuses, et pour habiliter les autorités locales à imposer leurs propres réglementations. [179]

Nations et nationalisme

Dans son livre Nations and Nationalism de 1983 , le philosophe Ernest Gellner soutient que la révolution industrielle et la modernisation économique ont stimulé la création de nations. [180]

Industrialisation au-delà de la Grande-Bretagne

Europe continentale

La révolution industrielle en Europe continentale est venue plus tard qu’en Grande-Bretagne. Il a commencé en Belgique et en France, puis s’est étendu aux États allemands au milieu du XIXe siècle. Dans de nombreuses industries, cela impliquait l’application de la technologie développée en Grande-Bretagne dans de nouveaux endroits. En règle générale, la technologie était achetée en Grande-Bretagne ou des ingénieurs et entrepreneurs britanniques partaient à l’étranger à la recherche de nouvelles opportunités. En 1809, une partie de la vallée de la Ruhr en Westphalie s’appelait «l’Angleterre miniature» en raison de ses similitudes avec les zones industrielles de Grande-Bretagne. La plupart des gouvernements européens ont fourni un financement public aux nouvelles industries. Dans certains cas (comme le fer ), la disponibilité différente des ressources localement signifiait que seuls certains aspects de la technologie britannique étaient adoptés.[181] [182]

Autriche-Hongrie

Les royaumes des Habsbourg qui devinrent l’Autriche-Hongrie en 1867 comptaient 23 millions d’habitants en 1800, passant à 36 millions en 1870. Au niveau national, le taux de croissance industrielle par habitant était en moyenne d’environ 3% entre 1818 et 1870. Cependant, il y avait de fortes différences régionales. Le système ferroviaire a été construit dans la période 1850-1873. Avant leur arrivée, le transport était très lent et coûteux. Dans les régions alpines et bohémiennes ( République tchèque moderne ), la proto-Industrialisation a commencé en 1750 et est devenue le centre des premières phases de la révolution industrielle après 1800. L’industrie textile était le principal facteur, utilisant la mécanisation, les machines à vapeur et le système de l’usine. Dans les terres tchèques , le “premier métier à tisser mécanique a suivi à Varnsdorf en 1801”,[183] ​​avec l’apparition des premières machines à vapeur en Bohême et en Moravie quelques années plus tard. La production textile a prospéré en particulier à Prague [184] et à Brno (en allemand : Brünn), qui était considérée comme la « Manchester morave ». [185] Les terres tchèques , en particulier la Bohême, sont devenues le centre de l’Industrialisation en raison de ses ressources naturelles et humaines. L’industrie du fer s’est développée dans les régions alpines après 1750, avec des centres plus petits en Bohême et en Moravie. La Hongrie – la moitié orientale de la double monarchie, était fortement rurale avec peu d’industrie avant 1870. [186]

En 1791 , Prague organisa la première Exposition universelle / Liste des expositions universelles , Bohême ( République tchèque moderne ). La première exposition industrielle a eu lieu à l’occasion du couronnement de Léopold II en tant que roi de Bohême, qui a eu lieu à Clementinum , et a donc célébré la sophistication considérable des méthodes de fabrication dans les terres tchèques à cette époque. [187]

L’évolution technologique a accéléré l’Industrialisation et l’urbanisation. Le PNB par habitant a augmenté d’environ 1,76% par an de 1870 à 1913. Ce niveau de croissance se compare très favorablement à celui d’autres pays européens tels que la Grande-Bretagne (1%), la France (1,06%) et l’Allemagne (1,51%). [188] Cependant, dans une comparaison avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne: l’économie austro-hongroise dans son ensemble était encore considérablement à la traîne, car la modernisation soutenue avait commencé beaucoup plus tard. [189]

Belgique

Belgium was the second country in which the Industrial Revolution took place and the first in continental Europe: Wallonia (French-speaking southern Belgium) took the lead. Starting in the middle of the 1820s, and especially after Belgium became an independent nation in 1830, numerous works comprising coke blast furnaces as well as puddling and rolling mills were built in the coal mining areas around Liège and Charleroi. The leader was a transplanted Englishman John Cockerill. His factories at Seraing integrated all stages of production, from engineering to the supply of raw materials, as early as 1825.[190][191]

Wallonia exemplified the radical evolution of industrial expansion. Thanks to coal (the French word “houille” was coined in Wallonia),[192] the region geared up to become the 2nd industrial power in the world after Britain. But it is also pointed out by many researchers, with its Sillon industriel, ‘Especially in the Haine, Sambre and Meuse valleys, between the Borinage and Liège…there was a huge industrial development based on coal-mining and iron-making…’.[193] Philippe Raxhon wrote about the period after 1830: “It was not propaganda but a reality the Walloon regions were becoming the second industrial power all over the world after Britain.”[194] “The sole industrial centre outside the collieries and blast furnaces of Walloon was the old cloth-making town of Ghent.”[195] Professor Michel De Coster stated: “The historians and the economists say that Belgium was the second industrial power of the world, in proportion to its population and its territory […] But this rank is the one of Wallonia where the coal-mines, the blast furnaces, the iron and zinc factories, the wool industry, the glass industry, the weapons industry… were concentrated.”[196] Many of the 19th-century coal mines in Wallonia are now protected as World Heritage sites[197]

Wallonia was also the birthplace of a strong Socialist party and strong trade unions in a particular sociological landscape. At the left, the Sillon industriel, which runs from Mons in the west, to Verviers in the east (except part of North Flanders, in another period of the industrial revolution, after 1920). Even if Belgium is the second industrial country after Britain, the effect of the industrial revolution there was very different. In ‘Breaking stereotypes’, Muriel Neven and Isabelle Devious say:

The industrial revolution changed a mainly rural society into an urban one, but with a strong contrast between northern and southern Belgium. During the Middle Ages and the Early Modern Period, Flanders was characterised by the presence of large urban centres […] at the beginning of the nineteenth century this region (Flanders), with an urbanisation degree of more than 30 percent, remained one of the most urbanised in the world. By comparison, this proportion reached only 17 percent in Wallonia, barely 10 percent in most West European countries, 16 percent in France, and 25 percent in Britain. Nineteenth-century Industrialisation did not affect the traditional urban infrastructure, except in Ghent…Also, in Wallonia, the traditional urban network was largely unaffected by the Industrialisation process, even though the proportion of city-dwellers rose from 17 to 45 percent between 1831 and 1910. Especially in the Haine, Sambre and Meuse valleys, between the Borinage and Liège, where there was a huge industrial development based on coal-mining and iron-making, urbanisation was fast. During these eighty years, the number of municipalities with more than 5,000 inhabitants increased from only 21 to more than one hundred, concentrating nearly half of the Walloon population in this region. Nevertheless, Industrialisation remained quite traditional in the sense that it did not lead to the growth of modern and large urban centres, but to a conurbation of industrial villages and towns developed around a coal mine or a factory. Communication routes between these small centres only became populated later and created a much less dense urban morphology than, for instance, the area around Liège where the old town was there to direct migratory flows.[198]

France

The industrial revolution in France followed a particular course as it did not correspond to the main model followed by other countries. Notably, most French historians argue France did not go through a clear take-off.[199] Instead, France’s economic growth and Industrialisation process was slow and steady through the 18th and 19th centuries. However, some stages were identified by Maurice Lévy-Leboyer:

  • French Revolution and Napoleonic wars (1789–1815),
  • Industrialisation, along with Britain (1815–1860),
  • economic slowdown (1860–1905),
  • renewal of the growth after 1905.

Germany

Based on its leadership in chemical research in the universities and industrial laboratories, Germany, which was unified in 1871, became dominant in the world’s chemical industry in the late 19th century. At first the production of dyes based on aniline was critical.[200]

Germany’s political disunity—with three dozen states—and a pervasive conservatism made it difficult to build railways in the 1830s. However, by the 1840s, trunk lines linked the major cities; each German state was responsible for the lines within its own borders. Lacking a technological base at first, the Germans imported their engineering and hardware from Britain, but quickly learned the skills needed to operate and expand the railways. In many cities, the new railway shops were the centres of technological awareness and training, so that by 1850, Germany was self-sufficient in meeting the demands of railroad construction, and the railways were a major impetus for the growth of the new steel industry. Observers found that even as late as 1890, their engineering was inferior to Britain’s. However, German unification in 1870 stimulated consolidation, nationalisation into state-owned companies, and further rapid growth. Unlike the situation in France, the goal was the support of Industrialisation, and so heavy lines crisscrossed the Ruhr and other industrial districts and provided good connections to the major ports of Hamburg and Bremen. By 1880, Germany had 9,400 locomotives pulling 43,000 passengers and 30,000 tons of freight, and pulled ahead of France.[201]

Sweden

During the period 1790–1815 Sweden experienced two parallel economic movements: an agricultural revolution with larger agricultural estates, new crops, and farming tools and commercialisation of farming, and a proto Industrialisation, with small industries being established in the countryside and with workers switching between agricultural work in summer and industrial production in winter. This led to economic growth benefiting large sections of the population and leading up to a consumption revolution starting in the 1820s. Between 1815 and 1850, the protoindustries developed into more specialised and larger industries. This period witnessed increasing regional specialisation with mining in Bergslagen, textile mills in Sjuhäradsbygden, and forestry in Norrland. Several important institutional changes took place in this period, such as free and mandatory schooling introduced in 1842 (as the first country in the world), the abolition of the national monopoly on trade in handicrafts in 1846, and a stock company law in 1848.[202]

From 1850 to 1890, Sweden experienced its “first” Industrial Revolution with a veritable explosion in export, dominated by crops, wood, and steel. Sweden abolished most tariffs and other barriers to free trade in the 1850s and joined the gold standard in 1873. Large infrastructural investments were made during this period, mainly in the expanding railroad network, which was financed in part by the government and in part by private enterprises.[203] From 1890 to 1930, new industries developed with their focus on the domestic market: mechanical engineering, power utilities, papermaking and textile.

Japan

The industrial revolution began about 1870 as Meiji period leaders decided to catch up with the West. The government built railroads, improved roads, and inaugurated a land reform program to prepare the country for further development. It inaugurated a new Western-based education system for all young people, sent thousands of students to the United States and Europe, and hired more than 3,000 Westerners to teach modern science, mathematics, technology, and foreign languages in Japan (Foreign government advisors in Meiji Japan).

In 1871, a group of Japanese politicians known as the Iwakura Mission toured Europe and the United States to learn western ways. The result was a deliberate state-led Industrialisation policy to enable Japan to quickly catch up. The Bank of Japan, founded in 1882,[204] used taxes to fund model steel and textile factories. Education was expanded and Japanese students were sent to study in the west.

Modern industry first appeared in textiles, including cotton and especially silk, which was based in home workshops in rural areas.[205]

United States

Slater’s Mill in Pawtucket, Rhode Island.

During the late 18th and early 19th centuries when the UK and parts of Western Europe began to industrialise, the US was primarily an agricultural and natural resource producing and processing economy.[206] The building of roads and canals, the introduction of steamboats and the building of railroads were important for handling agricultural and natural resource products in the large and sparsely populated country of the period.[207][208]

Important American technological contributions during the period of the Industrial Revolution were the cotton gin and the development of a system for making interchangeable parts, the latter aided by the development of the milling machine in the US. The development of machine tools and the system of interchangeable parts was the basis for the rise of the US as the world’s leading industrial nation in the late 19th century.

Oliver Evans invented an automated flour mill in the mid-1780s that used control mechanisms and conveyors so that no labour was needed from the time grain was loaded into the elevator buckets until the flour was discharged into a wagon. This is considered to be the first modern materials handling system an important advance in the progress toward mass production.[39]

The United States originally used horse-powered machinery for small-scale applications such as grain milling, but eventually switched to water power after textile factories began being built in the 1790s. As a result, Industrialisation was concentrated in New England and the Northeastern United States, which has fast-moving rivers. The newer water-powered production lines proved more economical than horse-drawn production. In the late 19th century steam-powered manufacturing overtook water-powered manufacturing, allowing the industry to spread to the Midwest.

Thomas Somers and the Cabot Brothers founded the Beverly Cotton Manufactory in 1787, the first cotton mill in America, the largest cotton mill of its era,[209] and a significant milestone in the research and development of cotton mills in the future. This mill was designed to use horsepower, but the operators quickly learned that the horse-drawn platform was economically unstable, and had economic losses for years. Despite the losses, the Manufactory served as a playground of innovation, both in turning a large amount of cotton, but also developing the water-powered milling structure used in Slater’s Mill.[210]

In 1793, Samuel Slater (1768–1835) founded the Slater Mill at Pawtucket, Rhode Island. He had learned of the new textile technologies as a boy apprentice in Derbyshire, England, and defied laws against the emigration of skilled workers by leaving for New York in 1789, hoping to make money with his knowledge. After founding Slater’s Mill, he went on to own 13 textile mills.[211] Daniel Day established a wool carding mill in the Blackstone Valley at Uxbridge, Massachusetts in 1809, the third woollen mill established in the US (The first was in Hartford, Connecticut, and the second at Watertown, Massachusetts.) The John H. Chafee Blackstone River Valley National Heritage Corridor retraces the history of “America’s Hardest-Working River’, the Blackstone. The Blackstone River and its tributaries, which cover more than 70 kilometres (45 mi) from Worcester, Massachusetts to Providence, Rhode Island, was the birthplace of America’s Industrial Revolution. At its peak over 1,100 mills operated in this valley, including Slater’s mill, and with it the earliest beginnings of America’s Industrial and Technological Development.

Merchant Francis Cabot Lowell from Newburyport, Massachusetts memorised the design of textile machines on his tour of British factories in 1810. Realising that the War of 1812 had ruined his import business but that demand for domestic finished cloth was emerging in America, on his return to the United States, he set up the Boston Manufacturing Company. Lowell and his partners built America’s second cotton-to-cloth textile mill at Waltham, Massachusetts, second to the Beverly Cotton Manufactory. After his death in 1817, his associates built America’s first planned factory town, which they named after him. This enterprise was capitalised in a public stock offering, one of the first uses of it in the United States. Lowell, Massachusetts, using nine kilometres (5+1⁄2 miles) of canals and 7,500 kilowatts (10,000 horsepower) delivered by the Merrimack River, is considered by some as a major contributor to the success of the American Industrial Revolution. The short-lived utopia-like Waltham-Lowell system was formed, as a direct response to the poor working conditions in Britain. However, by 1850, especially following the Great Famine of Ireland, the system had been replaced by poor immigrant labour.

A major U.S. contribution to Industrialisation was the development of techniques to make interchangeable parts from metal. Precision metal machining techniques were developed by the U.S. Department of War to make interchangeable parts for small firearms. The development work took place at the Federal Arsenals at Springfield Armory and Harpers Ferry Armory. Techniques for precision machining using machine tools included using fixtures to hold the parts in the proper position, jigs to guide the cutting tools and precision blocks and gauges to measure the accuracy. The milling machine, a fundamental machine tool, is believed to have been invented by Eli Whitney, who was a government contractor who built firearms as part of this program. Another important invention was the Blanchard lathe, invented by Thomas Blanchard. The Blanchard lathe, or pattern tracing lathe, was actually a shaper that could produce copies of wooden gun stocks. The use of machinery and the techniques for producing standardised and interchangeable parts became known as the American system of manufacturing.[39]

Precision manufacturing techniques made it possible to build machines that mechanised the shoe industry[212] and the watch industry. The Industrialisation of the watch industry started in 1854 also in Waltham, Massachusetts, at the Waltham Watch Company, with the development of machine tools, gauges and assembling methods adapted to the micro precision required for watches.

Second Industrial Revolution

Sächsische Maschinenfabrik in Chemnitz, Germany, 1868

Steel is often cited as the first of several new areas for industrial mass-production, which are said to characterise a “Second Industrial Revolution”, beginning around 1850, although a method for mass manufacture of steel was not invented until the 1860s, when Sir Henry Bessemer invented a new furnace which could convert molten pig iron into steel in large quantities. However, it only became widely available in the 1870s after the process was modified to produce more uniform quality.[44][213] Bessemer steel was being displaced by the open hearth furnace near the end of the 19th century.

Sir Henry Bessemer’s Bessemer converter, the most important technique for making steel from the 1850s to the 1950s. Located in Sheffield ( Steel City)

This Second Industrial Revolution gradually grew to include chemicals, mainly the chemical industries, petroleum (refining and distribution), and, in the 20th century, the automotive industry, and was marked by a transition of technological leadership from Britain to the United States and Germany.

The increasing availability of economical petroleum products also reduced the importance of coal and further widened the potential for Industrialisation.

A new revolution began with electricity and electrification in the electrical industries. The introduction of hydroelectric power generation in the Alps enabled the rapid Industrialisation of coal-deprived northern Italy, beginning in the 1890s.

By the 1890s, Industrialisation in these areas had created the first giant industrial corporations with burgeoning global interests, as companies like U.S. Steel, General Electric, Standard Oil and Bayer AG joined the railroad and ship companies on the world’s stock markets.

New Industrialism

The New Industrialist movement advocates for increasing domestic manufacturing while reducing emphasis on a financial-based economy that relies on real estate and trading speculative assets. New Industrialism has been described as “supply-side progressivism” or embracing the idea of “Building More Stuff.”[214] New Industrialism developed after the China Shock that resulted in lost manufacturing jobs in the U.S. after China joined the World Trade Organization in 2001. The movement strengthened after the reduction of manufacturing jobs during the Great Recession and when the U.S. was not able to manufacture enough tests or facemasks during the COVID-19 pandemic.[215] New Industrialism calls for building enough housing to satisfy demand in order to reduce the profit in land speculation, to invest in infrastructure, and to develop advanced technology to manufacture green energy for the world.[215] New Industrialists believe that the United States isn’t building enough productive capital and should invest more into economic growth.[216]

Causes

Regional GDP per capita changed very little for most of human history before the Industrial Revolution.

The causes of the Industrial Revolution were complicated and remain a topic for debate. Geographic factors include Britain’s vast mineral resources. In addition to metal ores, Britain had the highest quality coal reserves known at the time, as well as abundant water power, highly productive agriculture, and numerous seaports and navigable waterways.[59]

Some historians believe the Industrial Revolution was an outgrowth of social and institutional changes brought by the end of feudalism in Britain after the English Civil War in the 17th century, although feudalism began to break down after the Black Death of the mid 14th century, followed by other epidemics, until the population reached a low in the 14th century. This created labour shortages and led to falling food prices and a peak in real wages around 1500, after which population growth began reducing wages. Inflation caused by coinage debasement after 1540 followed by precious metals supply increasing from the Americas caused land rents (often long-term leases that transferred to heirs on death) to fall in real terms.[217]

The Enclosure movement and the British Agricultural Revolution made food production more efficient and less labour-intensive, forcing the farmers who could no longer be self-sufficient in agriculture into cottage industry, for example weaving, and in the longer term into the cities and the newly developed factories.[218] The colonial expansion of the 17th century with the accompanying development of international trade, creation of financial markets and accumulation of capital are also cited as factors, as is the scientific revolution of the 17th century.[219] A change in marrying patterns to getting married later made people able to accumulate more human capital during their youth, thereby encouraging economic development.[220]

Until the 1980s, it was universally believed by academic historians that technological innovation was the heart of the Industrial Revolution and the key enabling technology was the invention and improvement of the steam engine.[221] Marketing professor Ronald Fullerton suggested that innovative marketing techniques, business practices, and competition also influenced changes in the manufacturing industry.[222]

Lewis Mumford has proposed that the Industrial Revolution had its origins in the Early Middle Ages, much earlier than most estimates.[223] He explains that the model for standardised mass production was the printing press and that “the archetypal model for the industrial era was the clock”. He also cites the monastic emphasis on order and time-keeping, as well as the fact that medieval cities had at their centre a church with bell ringing at regular intervals as being necessary precursors to a greater synchronisation necessary for later, more physical, manifestations such as the steam engine.

The presence of a large domestic market should also be considered an important driver of the Industrial Revolution, particularly explaining why it occurred in Britain. In other nations, such as France, markets were split up by local regions, which often imposed tolls and tariffs on goods traded among them.[224] Internal tariffs were abolished by Henry VIII of England, they survived in Russia until 1753, 1789 in France and 1839 in Spain.

Governments’ grant of limited monopolies to inventors under a developing patent system (the Statute of Monopolies in 1623) is considered an influential factor. The effects of patents, both good and ill, on the development of Industrialisation are clearly illustrated in the history of the steam engine, the key enabling technology. In return for publicly revealing the workings of an invention the patent system rewarded inventors such as James Watt by allowing them to monopolise the production of the first steam engines, thereby rewarding inventors and increasing the pace of technological development. However, monopolies bring with them their own inefficiencies which may counterbalance, or even overbalance, the beneficial effects of publicising ingenuity and rewarding inventors.[225] Watt’s monopoly prevented other inventors, such as Richard Trevithick, William Murdoch, or Jonathan Hornblower, whom Boulton and Watt sued, from introducing improved steam engines, thereby retarding the spread of steam power.[226][227]

Causes in Europe

Interior of the London Coal Exchange, c. 1808.
European 17th-century colonial expansion, international trade, and creation of financial markets produced a new legal and financial environment, one which supported and enabled 18th-century industrial growth.

One question of active interest to historians is why the Industrial Revolution occurred in Europe and not in other parts of the world in the 18th century, particularly China, India, and the Middle East (which pioneered in shipbuilding, textile production, water mills, and much more in the period between 750 and 1100[228]), or at other times like in Classical Antiquity[229] or the Middle Ages.[230] A recent account argued that Europeans have been characterized for thousands of years by a freedom-loving culture originating from the aristocratic societies of early Indo-European invaders.[231] Many historians, however, have challenged this explanation as being not only Eurocentric, but also ignoring historical context. In fact, before the Industrial Revolution, “there existed something of a global economic parity between the most advanced regions in the world economy.”[232] These historians have suggested a number of other factors, including education, technological changes[233] (see Scientific Revolution in Europe), “modern” government, “modern” work attitudes, ecology, and culture.[234]

China was the world’s most technologically advanced country for many centuries; however, China stagnated economically and technologically and was surpassed by Western Europe before the Age of Discovery, by which time China banned imports and denied entry to foreigners. China was also a totalitarian society. China also heavily taxed transported goods.[235][236] Modern estimates of per capita income in Western Europe in the late 18th century are of roughly 1,500 dollars in purchasing power parity (and Britain had a per capita income of nearly 2,000 dollars[237]) whereas China, by comparison, had only 450 dollars. India was essentially feudal, politically fragmented and not as economically advanced as Western Europe.[238]

Historians such as David Landes and sociologists Max Weber and Rodney Stark credit the different belief systems in Asia and Europe with dictating where the revolution occurred.[239][240] The religion and beliefs of Europe were largely products of Judaeo-Christianity and Greek thought. Conversely, Chinese society was founded on men like Confucius, Mencius, Han Feizi (Legalism), Lao Tzu (Taoism), and Buddha (Buddhism), resulting in very different worldviews.[241] Other factors include the considerable distance of China’s coal deposits, though large, from its cities as well as the then unnavigable Yellow River that connects these deposits to the sea.[242]

Regarding India, the Marxist historian Rajani Palme Dutt said: “The capital to finance the Industrial Revolution in India instead went into financing the Industrial Revolution in Britain.”[243] In contrast to China, India was split up into many competing kingdoms after the decline of the Mughal Empire, with the major ones in its aftermath including the Marathas, Sikhs, Bengal Subah, and Kingdom of Mysore. In addition, the economy was highly dependent on two sectors—agriculture of subsistence and cotton, and there appears to have been little technical innovation. It is believed that the vast amounts of wealth were largely stored away in palace treasuries by monarchs prior to the British take over.[citation needed]

Economic historian Joel Mokyr argued that political fragmentation (the presence of a large number of European states) made it possible for heterodox ideas to thrive, as entrepreneurs, innovators, ideologues and heretics could easily flee to a neighboring state in the event that the one state would try to suppress their ideas and activities. This is what set Europe apart from the technologically advanced, large unitary empires such as China and India[contradictory] by providing “an insurance against economic and technological stagnation”.[244] China had both a printing press and movable type, and India had similar levels of scientific and technological achievement as Europe in 1700, yet the Industrial Revolution would occur in Europe, not China or India. In Europe, political fragmentation was coupled with an “integrated market for ideas” where Europe’s intellectuals used the lingua franca of Latin, had a shared intellectual basis in Europe’s classical heritage and the pan-European institution of the Republic of Letters.[245]

In addition, Europe’s monarchs desperately needed revenue, pushing them into alliances with their merchant classes. Small groups of merchants were granted monopolies and tax-collecting responsibilities in exchange for payments to the state. Located in a region “at the hub of the largest and most varied network of exchange in history,”[246] Europe advanced as the leader of the Industrial Revolution. In the Americas, Europeans found a windfall of silver, timber, fish, and maize, leading historian Peter Stearns to conclude that “Europe’s Industrial Revolution stemmed in great part from Europe’s ability to draw disproportionately on world resources.”[247]

Modern capitalism originated in the Italian city-states around the end of the first millennium. The city-states were prosperous cities that were independent from feudal lords. They were largely republics whose governments were typically composed of merchants, manufacturers, members of guilds, bankers and financiers. The Italian city-states built a network of branch banks in leading western European cities and introduced double entry bookkeeping. Italian commerce was supported by schools that taught numeracy in financial calculations through abacus schools.[240]

Causes in Britain

As the Industrial Revolution developed British manufactured output surged ahead of other economies.

Great Britain provided the legal and cultural foundations that enabled entrepreneurs to pioneer the Industrial Revolution.[248] Key factors fostering this environment were:

  • The period of peace and stability which followed the unification of England and Scotland[2]
  • There were no internal trade barriers, including between England and Scotland, or feudal tolls and tariffs, making Britain the “largest coherent market in Europe”[2]: 46
  • The rule of law (enforcing property rights and respecting the sanctity of contracts)[2]
  • A straightforward legal system that allowed the formation of joint-stock companies (corporations)[2]
  • Free market (capitalism)[2]
  • Geographical and natural resource advantages of Great Britain were the fact that it had extensive coastlines and many navigable rivers in an age where water was the easiest means of transportation and Britain had the highest quality coal in Europe. Britain also had a large number of sites for water power.[2]

“An unprecedented explosion of new ideas, and new technological inventions, transformed our use of energy, creating an increasingly industrial and urbanised country. Roads, railways and canals were built. Great cities appeared. Scores of factories and mills sprang up. Our landscape would never be the same again. It was a revolution that transformed not only the country, but the world itself.”

– British historian Jeremy Black on the BBC’s Why the Industrial Revolution Happened Here.[126]

There were two main values that drove the Industrial Revolution in Britain. These values were self-interest and an entrepreneurial spirit. Because of these interests, many industrial advances were made that resulted in a huge increase in personal wealth and a consumer revolution.[126] These advancements also greatly benefitted British society as a whole. Countries around the world started to recognise the changes and advancements in Britain and use them as an example to begin their own Industrial Revolutions.[249]

A debate sparked by Trinidadian politician and historian Eric Williams in his work Capitalism and Slavery (1944) concerned the role of slavery in financing the Industrial Revolution. Williams argued that European capital amassed from slavery was vital in the early years of the revolution, contending that the rise of industrial capitalism was the driving force behind abolitionism instead of humanitarian motivations. These arguments led to significant historiographical debates among historians, with American historian Seymour Drescher critiquing Williams’ arguments in Econocide (1977).[250]

William Bell Scott Iron and Coal, 1855–60

Instead, the greater liberalisation of trade from a large merchant base may have allowed Britain to produce and use emerging scientific and technological developments more effectively than countries with stronger monarchies, particularly China and Russia. Britain emerged from the Napoleonic Wars as the only European nation not ravaged by financial plunder and economic collapse, and having the only merchant fleet of any useful size (European merchant fleets were destroyed during the war by the Royal Navy[251]). Britain’s extensive exporting cottage industries also ensured markets were already available for many early forms of manufactured goods. The conflict resulted in most British warfare being conducted overseas, reducing the devastating effects of territorial conquest that affected much of Europe. This was further aided by Britain’s geographical position—an island separated from the rest of mainland Europe.

William and Mary Presenting the Cap of Liberty to Europe, 1716, Sir James Thornhill. Enthroned in heaven with the Virtues behind them are the royals William III and Mary II who had taken the throne after the Glorious Revolution and signed the English Bill of Rights of 1689. William tramples on arbitrary power and hands the red cap of liberty to Europe where, unlike Britain, absolute monarchy stayed the normal form of power execution. Below William is the French king Louis XIV. [252]

Another theory is that Britain was able to succeed in the Industrial Revolution due to the availability of key resources it possessed. It had a dense population for its small geographical size. Enclosure of common land and the related agricultural revolution made a supply of this labour readily available. There was also a local coincidence of natural resources in the North of England, the English Midlands, South Wales and the Scottish Lowlands. Local supplies of coal, iron, lead, copper, tin, limestone and water power resulted in excellent conditions for the development and expansion of industry. Also, the damp, mild weather conditions of the North West of England provided ideal conditions for the spinning of cotton, providing a natural starting point for the birth of the textiles industry.

The stable political situation in Britain from around 1689 following the Glorious Revolution, and British society’s greater receptiveness to change (compared with other European countries) can also be said to be factors favouring the Industrial Revolution. Peasant resistance to Industrialisation was largely eliminated by the Enclosure movement, and the landed upper classes developed commercial interests that made them pioneers in removing obstacles to the growth of capitalism.[253] (This point is also made in Hilaire Belloc’s The Servile State.)

The French philosopher Voltaire wrote about capitalism and religious tolerance in his book on English society, Letters on the English (1733), noting why England at that time was more prosperous in comparison to the country’s less religiously tolerant European neighbours. “Take a view of the Royal Exchange in London, a place more venerable than many courts of justice, where the representatives of all nations meet for the benefit of mankind. There the Jew, the Mahometan [Muslim], and the Christian transact together, as though they all professed the same religion, and give the name of infidel to none but bankrupts. There the Presbyterian confides in the Anabaptist, and the Churchman depends on the Quaker’s word. If one religion only were allowed in England, the Government would very possibly become arbitrary; if there were but two, the people would cut one another’s throats; but as there are such a multitude, they all live happy and in peace.”[254]

Britain’s population grew 280% 1550–1820, while the rest of Western Europe grew 50–80%. Seventy percent of European urbanisation happened in Britain 1750–1800. By 1800, only the Netherlands was more urbanised than Britain. This was only possible because coal, coke, imported cotton, brick and slate had replaced wood, charcoal, flax, peat and thatch. The latter compete with land grown to feed people while mined materials do not. Yet more land would be freed when chemical fertilisers replaced manure and horse’s work was mechanised. A workhorse needs 1.2 to 2.0 ha (3 to 5 acres) for fodder while even early steam engines produced four times more mechanical energy.

In 1700, five-sixths of the coal mined worldwide was in Britain, while the Netherlands had none; so despite having Europe’s best transport, lowest taxes, and most urbanised, well-paid, and literate population, it failed to industrialise. In the 18th century, it was the only European country whose cities and population shrank. Without coal, Britain would have run out of suitable river sites for mills by the 1830s.[255] Based on science and experimentation from the continent, the steam engine was developed specifically for pumping water out of mines, many of which in Britain had been mined to below the water table. Although extremely inefficient they were economical because they used unsaleable coal.[256] Iron rails were developed to transport coal, which was a major economic sector in Britain.

Economic historian Robert Allen has argued that high wages, cheap capital and very cheap energy in Britain made it the ideal place for the industrial revolution to occur.[257] These factors made it vastly more profitable to invest in research and development, and to put technology to use in Britain than other societies.[257] However, two 2018 studies in The Economic History Review showed that wages were not particularly high in the British spinning sector or the construction sector, casting doubt on Allen’s explanation.[258][259]

Transfer of knowledge

This section needs additional citations for verification. Please help improve this article by adding citations to reliable sources. Unsourced material may be challenged and removed. (September 2019) (Learn how and when to remove this template message)

A Philosopher Lecturing on the Orrery by Joseph Wright of Derby (c. 1766). Informal philosophical societies spread scientific advances

Knowledge of innovation was spread by several means. Workers who were trained in the technique might move to another employer or might be poached. A common method was for someone to make a study tour, gathering information where he could. During the whole of the Industrial Revolution and for the century before, all European countries and America engaged in study-touring; some nations, like Sweden and France, even trained civil servants or technicians to undertake it as a matter of state policy. In other countries, notably Britain and America, this practice was carried out by individual manufacturers eager to improve their own methods. Study tours were common then, as now, as was the keeping of travel diaries. Records made by industrialists and technicians of the period are an incomparable source of information about their methods.

Another means for the spread of innovation was by the network of informal philosophical societies, like the Lunar Society of Birmingham, in which members met to discuss ‘natural philosophy’ (i.e. science) and often its application to manufacturing. The Lunar Society flourished from 1765 to 1809, and it has been said of them, “They were, if you like, the revolutionary committee of that most far reaching of all the eighteenth-century revolutions, the Industrial Revolution”.[260] Other such societies published volumes of proceedings and transactions. For example, the London-based Royal Society of Arts published an illustrated volume of new inventions, as well as papers about them in its annual Transactions.

There were publications describing technology. Encyclopaedias such as Harris’s Lexicon Technicum (1704) and Abraham Rees’s Cyclopaedia (1802–1819) contain much of value. Cyclopaedia contains an enormous amount of information about the science and technology of the first half of the Industrial Revolution, very well illustrated by fine engravings. Foreign printed sources such as the Descriptions des Arts et Métiers and Diderot’s Encyclopédie explained foreign methods with fine engraved plates.

Periodical publications about manufacturing and technology began to appear in the last decade of the 18th century, and many regularly included notice of the latest patents. Foreign periodicals, such as the Annales des Mines, published accounts of travels made by French engineers who observed British methods on study tours.

Protestant work ethic

Another theory is that the British advance was due to the presence of an entrepreneurial class which believed in progress, technology and hard work.[261] The existence of this class is often linked to the Protestant work ethic (see Max Weber) and the particular status of the Baptists and the dissenting Protestant sects, such as the Quakers and Presbyterians that had flourished with the English Civil War. Reinforcement of confidence in the rule of law, which followed establishment of the prototype of constitutional monarchy in Britain in the Glorious Revolution of 1688, and the emergence of a stable financial market there based on the management of the national debt by the Bank of England, contributed to the capacity for, and interest in, private financial investment in industrial ventures.[262]

Dissenters found themselves barred or discouraged from almost all public offices, as well as education at England’s only two universities at the time (although dissenters were still free to study at Scotland’s four universities). When the restoration of the monarchy took place and membership in the official Anglican Church became mandatory due to the Test Act, they thereupon became active in banking, manufacturing and education. The Unitarians, in particular, were very involved in education, by running Dissenting Academies, where, in contrast to the universities of Oxford and Cambridge and schools such as Eton and Harrow, much attention was given to mathematics and the sciences – areas of scholarship vital to the development of manufacturing technologies.

Historians sometimes consider this social factor to be extremely important, along with the nature of the national economies involved. While members of these sects were excluded from certain circles of the government, they were considered fellow Protestants, to a limited extent, by many in the middle class, such as traditional financiers or other businessmen. Given this relative tolerance and the supply of capital, the natural outlet for the more enterprising members of these sects would be to seek new opportunities in the technologies created in the wake of the scientific revolution of the 17th century.

Criticisms

The industrial revolution has been criticised for causing ecological collapse, mental illness, pollution and detrimental social systems.[263][264] It has also been criticised for valuing profits and corporate growth over life and wellbeing. Multiple movements have arisen which reject aspects of the industrial revolution, such as the Amish or primitivists.[265]

Individualism humanism and harsh conditions

Humanists and individualists criticise the Industrial revolution for mistreating women and children and turning men into work machines that lacked autonomy.[266] Critics of the Industrial revolution promoted a more interventionist state and formed new organizations to promote human rights.[267]

Primitivism

A primitive lifestyle living outside the Industrial Revolution

Primitivism argues that the Industrial Revolution have created an un-natural frame of society and the world in which humans need to adapt to an un-natural urban landscape in which humans are perpetual cogs without personal autonomy.[268]

Certain primitivists argue for a return to pre-industrial society,[269] while others argue that technology such as modern medicine, and agriculture[270] are all positive for humanity assuming they controlled and serve humanity and have no effect on the natural environment.

Pollution and ecological collapse

A dog forced to eat trash due to pollution, the Industrial Revolution has forced animals into harsh environments most are unable to survive in, leading to starvation and eventual extinction

The Industrial Revolution has been criticised for leading to immense ecological and habitat destruction, certain studies state that over 95% of species have gone extinct since humanity became the dominant species on earth. It has also led to immense decrease in the biodiversity of life on earth. The Industrial revolution has been stated as is inherently unsustainable and will lead to eventual collapse of society, mass hunger, starvation, and resource scarcity.[271]

The Anthropocene

The Anthropocene is a proposed epoch or mass extinction coming from humanity (Anthro is the Greek root for humanity). Since the start of the Industrial revolution humanity has permanently changed the earth, such as immense decrease in biodiversity, and mass extinction caused by the Industrial revolution. The effects include permanent changes to the earth’s atmosphere and soil, forests, the mass destruction of the Industrial revolution has led to catastrophic impacts on the earth. Most organisms are unable to adapt leading to mass extinction with the remaining undergoing evolutionary rescue, as a result of the Industrial revolution.

Permanent changes in the distribution of organisms from human influence will become identifiable in the geologic record. Researchers have documented the movement of many species into regions formerly too cold for them, often at rates faster than initially expected.[272] This has occurred in part as a result of changing climate, but also in response to farming and fishing, and to the accidental introduction of non-native species to new areas through global travel.[273] The ecosystem of the entire Black Sea may have changed during the last 2000 years as a result of nutrient and silica input from eroding deforested lands along the Danube River.[274]

Opposition from Romanticism

During the Industrial Revolution, an intellectual and artistic hostility towards the new Industrialisation developed, associated with the Romantic movement. Romanticism revered the traditionalism of rural life and recoiled against the upheavals caused by industrialization, urbanization and the wretchedness of the working classes.[275] Its major exponents in English included the artist and poet William Blake and poets William Wordsworth, Samuel Taylor Coleridge, John Keats, Lord Byron and Percy Bysshe Shelley. The movement stressed the importance of “nature” in art and language, in contrast to “monstrous” machines and factories; the “Dark satanic mills” of Blake’s poem “And did those feet in ancient time”.[276] Mary Shelley’s Frankenstein reflected concerns that scientific progress might be two-edged. French Romanticism likewise was highly critical of industry.[277]

See also

  • icon Business and economics portal
  • World portal
  • Automation
  • Capitalist mode of production
  • Carboniferous period
  • Chinese industrialization
  • Deindustrialization
  • Digital Revolution
  • Division of labour
  • Dual revolution
  • Economic history of the United Kingdom
  • Fourth Industrial Revolution
  • History of capitalism
  • Hydraulics
  • Industrial Age
  • Industrial society
  • Information revolution
  • Laissez-faire
  • Law of the handicap of a head start – Dialectics of progress
  • Machine Age
  • Petroleum Revolution
  • The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism
  • Science and invention in Birmingham
  • Steam
  • Textile manufacture during the British Industrial Revolution, a good description of the early industrial revolution

Footnotes

  1. ^ A transnational corporation differs from a traditional multinational corporation in that it does not identify itself with one national home. While traditional multinational corporations are national companies with foreign subsidiaries, transnational corporations spread out their operations in many countries sustaining high levels of local responsiveness. An example of a transnational corporation is the Royal Dutch Shell corporation whose headquarters may be in The Hague (Netherlands) but its registered office and main executive body are headquartered in London, United Kingdom. Another example of a transnational corporation is Nestlé who employ senior executives from many countries and try to make decisions from a global perspective rather than from one centralized headquarters. While the VOC established its main administrative center, as the second headquarters, in Batavia (Dutch East Indies, 1610–1800), the company’s global headquarters was in Amsterdam (Dutch Republic). Also, the company had important operations elsewhere.

References

  1. ^ “Industrial History of European Countries”. European Route of Industrial Heritage. Council of Europe. Retrieved 2 June 2021. {{cite web}}: External link in |ref= (help)
  2. ^ a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. ISBN 978-0-521-09418-4.
  3. ^ Horn, Jeff; Rosenband, Leonard; Smith, Merritt (2010). Reconceptualizing the Industrial Revolution. Cambridge MA, London: MIT Press. ISBN 978-0-262-51562-7.
  4. ^ E. Anthony Wrigley, “Reconsidering the Industrial Revolution: England and Wales.” Journal of Interdisciplinary History 49.01 (2018): 9–42.
  5. ^ Reisman, George (1998). Capitalism: A complete understanding of the nature and value of human economic life. Jameson Books. p. 127. ISBN 978-0-915463-73-2.
  6. ^ Tong, Junie T. (2016). Finance and Society in 21st Century China: Chinese Culture Versus Western Markets. CRC Press. p. 151. ISBN 978-1-317-13522-7.
  7. ^ Esposito, John L., ed. (2004). The Islamic World: Past and Present. Vol. 1: Abba – Hist. Oxford University Press. p. 174. ISBN 978-0-19-516520-3.
  8. ^ Ray, Indrajit (2011). Bengal Industries and the British Industrial Revolution (1757-1857). Routledge. pp. 7–10. ISBN 978-1-136-82552-1.
  9. ^ a b Landes, David (1999). The Wealth and Poverty of Nations. W.W. Norton & Company. ISBN 978-0-393-31888-3.
  10. ^ a b Lucas, Robert E., Jr. (2002). Lectures on Economic Growth. Cambridge: Harvard University Press. pp. 109–10. ISBN 978-0-674-01601-9.
  11. ^ a b Feinstein, Charles (September 1998). “Pessimism Perpetuated: Real Wages and the Standard of Living in Britain during and after the Industrial Revolution”. Journal of Economic History. 58 (3): 625–58. doi:10.1017/s0022050700021100.
  12. ^ a b Szreter & Mooney; Mooney (February 1998). “Urbanization, Mortality, and the Standard of Living Debate: New Estimates of the Expectation of Life at Birth in Nineteenth-Century British Cities”. The Economic History Review. 51 (1): 104. doi:10.1111/1468-0289.00084. hdl:10.1111/1468-0289.00084.
  13. ^ Robert Lucas, Jr. (2003). “The Industrial Revolution”. Federal Reserve Bank of Minneapolis. Archived from the original on 27 November 2007. Retrieved 14 November 2007. it is fairly clear that up to 1800 or maybe 1750, no society had experienced sustained growth in per capita income. (Eighteenth century population growth also averaged one-third of 1 percent, the same as production growth.) That is, up to about two centuries ago, per capita incomes in all societies were stagnated at around $400 to $800 per year.
  14. ^ Lucas, Robert (2003). “The Industrial Revolution Past and Future“. Archived from the original on 27 November 2007. [consider] annual growth rates of 2.4 percent for the first 60 years of the 20th century, of 1 percent for the entire 19th century, of one-third of 1 percent for the 18th century
  15. ^ McCloskey, Deidre (2004). “Review of The Cambridge Economic History of Modern Britain (edited by Roderick Floud and Paul Johnson), Times Higher Education Supplement, 15 January 2004”.
  16. ^ a b Eric Hobsbawm, The Age of Revolution: Europe 1789–1848, Weidenfeld & Nicolson Ltd., p. 27 ISBN 0-349-10484-0
  17. ^ a b Joseph E Inikori. Africans and the Industrial Revolution in England, Cambridge University Press. ISBN 0-521-01079-9 Google Books
  18. ^ Berg, Maxine; Hudson, Pat (1992). “Rehabilitating the Industrial Revolution” (PDF). The Economic History Review. 45 (1): 24–50. doi:10.2307/2598327. JSTOR 2598327.
  19. ^ Rehabilitating the Industrial Revolution Archived 9 November 2006 at the Wayback Machine by Julie Lorenzen, Central Michigan University. Retrieved November 2006.
  20. ^ a b Gupta, Bishnupriya. “Cotton Textiles and the Great Divergence: Lancashire, India and Shifting Competitive Advantage, 1600–1850” (PDF). International Institute of Social History. Department of Economics, University of Warwick. Retrieved 5 December 2016.
  21. ^ Taylor, George Rogers (1951). The Transportation Revolution, 1815–1860. ISBN 978-0-87332-101-3.
  22. ^ a b c d e f g h i j k l m Roe, Joseph Wickham (1916), English and American Tool Builders, New Haven, Connecticut: Yale University Press, LCCN 16011753. Reprinted by McGraw-Hill, New York and London, 1926 (LCCN 27-24075); and by Lindsay Publications, Inc., Bradley, Illinois, ( ISBN 978-0-917914-73-7).
  23. ^ a b c d Hunter, Louis C. (1985). A History of Industrial Power in the United States, 1730–1930, Vol. 2: Steam Power. Charlottesville: University Press of Virginia. p. 18.“There exist everywhere roads suitable for hauling”.Robert Fulton on roads in France
  24. ^ Crouzet, François (1996). “France”. In Teich, Mikuláš; Porter, Roy (eds.). The industrial revolution in national context: Europe and the USA. Cambridge University Press. p. 45. ISBN 978-0-521-40940-7. LCCN 95025377.
  25. ^ BLANQUI Jérôme-Adolphe, Histoire de l’économie politique en Europe depuis les anciens jusqu’à nos jours, 1837, ISBN 978-0-543-94762-8
  26. ^ Hudson, Pat (1992). The Industrial Revolution. London: Edward Arnold. p. 11. ISBN 978-0-7131-6531-9.
  27. ^ Ogilvie, Sheilagh (2008). “Protoindustrialization”. In Durlauf, Steven; Blume, Lawrence (eds.). The New Palgrave Dictionary of Economics. Vol. 6. Palgrave Macmillan. pp. 711–714. ISBN 978-0-230-22642-5.
  28. ^ Elvin 1973, pp. 7, 113–199. sfn error: no target: CITEREFElvin1973 (help)
  29. ^ Broadberry, Stephen N.; Guan, Hanhui; Li, David D. (1 April 2017). “China, Europe and the Great Divergence: A Study in Historical National Accounting, 980–1850”. CEPR Discussion Paper. SSRN 2957511.
  30. ^ Nicholas Crafts, “The first industrial revolution: Resolving the slow growth/rapid industrialization paradox.” Journal of the European Economic Association 3.2-3 (2005): 525-534.
  31. ^ Christine Rider, ed. Encyclopedia of the Age of the Industrial Revolution 1700–1920, (2007) pp xiii to xxxv.
  32. ^ Phyllis Deane “The Industrial Revolution in Great Britain” in Carlo M. Cipolla ed., The Fontana Economic History of Europe: The Emergence of industrial societies Vol 4 part 2 (1973) pp 161–174.
  33. ^ Bond, Eric; Gingerich, Sheena; Archer-Antonsen, Oliver; Purcell, Liam; Macklem, Elizabeth (17 February 2003). “The Industrial Revolution – Innovations”. Industrialrevolution.sea.ca. Retrieved 30 January 2011.
  34. ^ Ayres 1989, p. 17
  35. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. p. 218. ISBN 978-0-521-09418-4.
  36. ^ Rosen, William (2012). The Most Powerful Idea in the World: A Story of Steam, Industry and Invention. University of Chicago Press. p. 149. ISBN 978-0-226-72634-2.
  37. ^ a b c d e f g h i j k Tylecote, R. F. (1992). A History of Metallurgy, Second Edition. London: Maney Publishing, for the Institute of Materials. ISBN 978-0-901462-88-6.
  38. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. p. 91. ISBN 978-0-521-09418-4.
  39. ^ a b c d e f g Hounshell, David A. (1984), From the American System to Mass Production, 1800–1932: The Development of Manufacturing Technology in the United States, Baltimore, Maryland: Johns Hopkins University Press, ISBN 978-0-8018-2975-8, LCCN 83016269, OCLC 1104810110
  40. ^ Hopkins, Eric (2000). Industrialization and Society. London: Routledge. p. 2.
  41. ^ a b c d e f g h i j k l Beckert, Sven (2014). Empire of Cotton: A Global History. US: Vintage Books Division Penguin Random House. ISBN 978-0-375-71396-5.
  42. ^ “Archived copy”. Archived from the original on 7 February 2015. Retrieved 5 July 2015.{{cite web}}: CS1 maint: archived copy as title (link) VOC at the National Library of the Netherlands (in Dutch)
  43. ^ a b c Ayres, Robert (1989). “Technological Transformations and Long Waves” (PDF): 16–17. Archived from the original (PDF) on 1 March 2012. Retrieved 20 December 2012. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  44. ^ a b c d e f g h i j k McNeil 1990
  45. ^ R. Ray Gehani (1998). “Management of Technology and Operations”. p. 63. John Wiley and Sons, 1998
  46. ^ Ayres 1989, p. 1
  47. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. p. 63. ISBN 978-0-521-09418-4.
  48. ^ Ayres 1989, p. 18
  49. ^ Lakwete, Angela (2005). Inventing the Cotton Gin: Machine and Myth in Antebellum America. Johns Hopkins University Press. ISBN 978-0-8018-8272-2.
  50. ^ G.E. Mingay (1986). “The Transformation of Britain, 1830–1939”. p. 25. Routledge, 1986
  51. ^ Hills, Richard L. “Cotchett, Thomas”. Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/75296. (Subscription or UK public library membership required.)
  52. ^ Fairclough, K. R. “Sorocold, George”. Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/47971. (Subscription or UK public library membership required.)
  53. ^ a b “Ironbridge Gorge”. UNESCO World Heritage Centre. UNESCO. Retrieved 20 December 2017.
  54. ^ Gordon, Robert B (1996). American Iron 1607–1900. Baltimore and London: Johns Hopkins University Press. p. 156. ISBN 978-0-8018-6816-0.
  55. ^ Adams, Ryan (27 July 2012). “Danny Boyle’s intro on Olympics programme”. Awards Daily. Retrieved 20 December 2017.
  56. ^ a b c Temple, Robert; Needham, Joseph (1986). The Genius of China: 3000 years of science, discovery and invention. New York: Simon and Schuster. pp. 65. ISBN 9780671620288. Based on the works of Joseph Needham
  57. ^ Author Simon Winchester dates the start of the Industrial Revolution to 4 May 1776, the day that John Wilkinson presented James Watt with his precision-made cylinder. (19 August 2018) Fareed Zakaria . CNN.com
  58. ^ Rosenberg, Nathan (1982). Inside the Black Box: Technology and Economics. Cambridge; New York: Cambridge University Press. p. 85. ISBN 978-0-521-27367-1.
  59. ^ a b Landes, David. S. (1969). The Unbound Prometheus: Technological Change and Industrial Development in Western Europe from 1750 to the Present. Cambridge; New York: Press Syndicate of the University of Cambridge. ISBN 978-0-521-09418-4.
  60. ^ Journal of the Iron and Steel Institute. 1879. p. 20.
  61. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. p. 92. ISBN 978-0-521-09418-4.
  62. ^ Ayres 1989, p. 21
  63. ^ Rosenberg, Nathan (1982). Inside the Black Box: Technology and Economics. Cambridge; New York: Cambridge University Press. p. 90. ISBN 978-0-521-27367-1.
  64. ^ “Steel Production | History of Western Civilization II”. courses.lumenlearning.com. Retrieved 1 May 2022.
  65. ^ “Iron Making | Boundless World History”. courses.lumenlearning.com. Retrieved 9 January 2020.
  66. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. p. 104. ISBN 978-0-521-09418-4.
  67. ^ a b L. T. C. Rolt and J. S. Allen, The Steam Engine of Thomas Newcomen (Landmark Publishing, Ashbourne 1997). p. 145.
  68. ^ Hunter & Bryant 1991
  69. ^ Economics 323–2: Economic History of the United States Since 1865 http://faculty.wcas.northwestern.edu/~jmokyr/Graphs-and-Tables.PDF
  70. ^ Clow, Archibald; Clow, Nan L. (June 1952). Chemical Revolution. Ayer Co. pp. 65–90. ISBN 978-0-8369-1909-7.
  71. ^ Lion Hirth, State, Cartels and Growth: The German Chemical Industry (2007) p. 20
  72. ^ Johann P. Murmann, Knowledge and competitive advantage: the co-evolution of firms, technology, and national institutions (2003) pp. 53–54
  73. ^ Properties of Concrete Published lecture notes from University of Memphis Department of Civil Engineering. Retrieved 17 October 2007.
  74. ^ Charles Hunt, A history of the introduction of gas lighting (W. King, 1907) online.
  75. ^ Patrick Degryse, Glass making in the Greco-Roman world: results of the ARCHGLASS project (Leuven University Press, 2014).
  76. ^ Hentie Louw, “Window-glass making in Britain c. 1660-c. 1860 and its architectural impact.” Construction History (1991): 47-68 online.
  77. ^ Misa, Thomas J. (1995). A Nation of Steel: The Making of Modern America 1965–1925. Baltimore and London: Johns Hopkins University Press. p. 243. ISBN 978-0-8018-6502-2.
  78. ^ a b Overton, Mark (1996). Agricultural Revolution in England: The transformation if the agrarian economy 1500–1850. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-56859-3.
  79. ^ a b Pomeranz, Kenneth (2000), The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy, Princeton University Press, ISBN 978-0-691-09010-8
  80. ^ “The Rotherham Plow”. Rotherham: The Unofficial Website. Archived from the original on 14 August 2014.
  81. ^ “The Rotherham Plow”. Rotherham.co.uk. Archived from the original on 24 September 2015.
  82. ^ a b c Clark 2007
  83. ^ Atack, Jeremy; Passell, Peter (1994). A New Economic View of American History. New York: W.W. Norton and Co. p. 282. ISBN 978-0-393-96315-1.
  84. ^ a b John U. Nef, Rise of the British coal industry (2v 1932).
  85. ^ Coren, Michael J. (31 January 2018). “The speed of Europe’s 18th-century sailing ships is revamping history’s view of the Industrial Revolution”. Quartz. Retrieved 31 January 2018.
  86. ^ a b Grübler, Arnulf (1990). The Rise and Fall of Infrastructures: Dynamics of Evolution and Technological Change in Transport (PDF). Heidelberg and New York: Physica-Verlag.
  87. ^ UK Retail Price Index inflation figures are based on data from Clark, Gregory (2017). “The Annual RPI and Average Earnings for Britain, 1209 to Present (New Series)”. MeasuringWorth. Retrieved 2 December 2021.
  88. ^ Timbs 1860, p. 363
  89. ^ The Times newspaper: Bridgewater Collieries, London, 1 December 1913, retrieved 19 July 2008
  90. ^ Kindleberger 1993, pp. 192–93
  91. ^ “1 January 1894: Opening of the Manchester ship canal”. The Guardian. 1 January 1894. Retrieved 28 July 2012. Six years in the making, the world’s largest navigation canal gives the city direct access to the sea
  92. ^ a b “1823 – First American Macadam Road” (Painting – Carl Rakeman) US Department of Transportation – Federal Highway Administration (Accessed 10 October 2008)
  93. ^ Richard Brown (1991). “Society and Economy in Modern Britain 1700–1850” p. 136. Routledge, 1991
  94. ^ Gerhold, Dorian (August 1996). “Productivity Change in Road Transport before and after Turnpiking, 1690-1840”. The Economic History Review. 49 (3): 511. JSTOR 2597761 – via JSTOR.
  95. ^ Fling, Harry M. (1868). Railroads of the United States, Their History and Statistics. Philadelphia: John. E. Potter and Co. pp. 12, 13.
  96. ^ Jack Simmons, and Gordon Biddle, eds. The Oxford Companion to British Railway History: From 1603 to the 1990s (2nd ed. 1999).
  97. ^ Herbert L. Sussman (2009). “Victorian Technology: Invention, Innovation, and the Rise of the Machine”. p. 2. ABC-CLIO, 2009
  98. ^ Rosen, William (2012). The Most Powerful Idea in the World: A Story of Steam, Industry and Invention. University of Chicago Press. p. 127. ISBN 978-0-226-72634-2.
  99. ^ Musson; Robinson (1969). Science and Technology in the Industrial Revolution. University of Toronto Press. p. 477. ISBN 9780802016379.
  100. ^ Encyclopædia Britannica (2008) “Building construction: the reintroduction of modern concrete”
  101. ^ Hunt, E.K.; Lautzenheiser, Mark (2014). History of Economic Thought: A Critical Perspective. PHI Learning. ISBN 978-0-7656-2599-1.
  102. ^ Küchenhoff, Helmut (2012). “The Diminution of Physical Stature of the British Male Population in the 18th-Century”. Cliometrica. 6 (1): 45–62. doi:10.1007/s11698-011-0070-7. S2CID 154692462. Retrieved 20 November 2018.
  103. ^ Snowdon, Brian (April–June 2005). “Measures of Progress and Other Tall Stories: From Income to Anthropometrics”. World Economics. 6 (2): 87–136. Retrieved 20 November 2018.
  104. ^ a b Mabel C. Buer, Health, Wealth and Population in the Early Days of the Industrial Revolution, London: George Routledge & Sons, 1926, p. 30 ISBN 0-415-38218-1
  105. ^ a b Woodward, D. (1981) Wage rates and living standards in pre-industrial England Past & Present 1981 91(1):28–46
  106. ^ Crafts, N; Mills, Terence C. (1994). “Trends in Real Wages in Britain, 1750–1913” (PDF). Explorations in Economic History. 31 (2): 176. doi:10.1006/exeh.1994.1007.
  107. ^ R.M. Hartwell, The Rising Standard of Living in England, 1800–1850, Economic History Review, 1963, p. 398 ISBN 0-631-18071-0
  108. ^ Fogel, Robert W. (2004). The Escape from Hunger and Premature Death, 1700–2100. London: Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-80878-1.
  109. ^ Malthus, Thomas (1798). An Essay on the Principle of Population (PDF). London. Retrieved 12 February 2016.
  110. ^ Temple, Robert; Needham, Joseph (1986). The Genius of China: 3000 years of science, discovery and invention. New York: Simon and Schuster<Based on the works of Joseph Needham>{{cite book}}: CS1 maint: postscript (link)
  111. ^ Wells, David A. (1891). Recent Economic Changes and Their Effect on Production and Distribution of Wealth and Well-Being of Society. New York: D. Appleton and Co. ISBN 978-0-543-72474-8. RECENT ECONOMIC CHANGES AND THEIR EFFECT ON DISTRIBUTION OF WEALTH AND WELL BEING OF SOCIETY WELLS.
  112. ^ Gregory Clark, “Shelter from the storm: housing and the industrial revolution, 1550–1909.” Journal of Economic History 62#2 (2002): 489–511.
  113. ^ Dyos, H. J. (1968). “The Speculative Builders and Developers of Victorian London”. Victorian Studies. 11: 641–690. JSTOR 3825462.
  114. ^ Christopher Powell, The British building industry since 1800: An economic history (Taylor & Francis, 1996).
  115. ^ P. Kemp, “Housing landlordism in late nineteenth-century Britain.” Environment and Planning A 14.11 (1982): 1437–47.
  116. ^ Dyos, H. J. (1967). “The Slums of Victorian London”. Victorian Studies. 11 (1): 5–40. JSTOR 3825891.
  117. ^ Anthony S. Wohl, The eternal slum: housing and social policy in Victorian London (1977).
  118. ^ Martin J. Daunton, House and home in the Victorian city: working-class housing, 1850–1914 (1983).
  119. ^ Enid Gauldie, Cruel habitations: a history of working-class housing 1780–1918 (Allen & Unwin, 1974)
  120. ^ Theodore S. Hamerow, The birth of a new Europe: State and society in the nineteenth century (University of North Carolina Press, 1989) pp 148–174.
  121. ^ Robert Allan Houston, “The Development of Literacy: Northern England, 1640-1750.” Economic History Review (1982) 35#2: 199-216 online.
  122. ^ Hamerow, p 159.
  123. ^ Henry Milner, Civic literacy: How informed citizens make democracy work (University Press of New England, 2002).
  124. ^ Fairchilds, Cissie. “Review: Consumption in Early Modern Europe. A Review Article”. Comparative Studies in Society and History, Vol. 35, No. 4. (Oct., 1993), pp. 851.
  125. ^ a b “The rise of consumerism”. British Library. Retrieved 29 June 2021.
  126. ^ a b c d “Why the Industrial Revolution Happened Here”. BBC. 11 January 2017.
  127. ^ “History Cook: the rise of the chocolate biscuit”. Financial Times. Retrieved 23 August 2021.
  128. ^ Mintz, Sidney (2015). The Oxford Companion to Sugar and Sweets. Oxford University Press. p. 157.
  129. ^ Guinness World Records 2017. Guinness World Records. 8 September 2016. p. 90. ISBN 9781910561348.
  130. ^ “A history of the department store”. BBC Culture. Retrieved 15 September 2019.
  131. ^ White, Matthew. “The rise of cities in the 18th century”. British Library. Retrieved 3 April 2022.
  132. ^ Kotler, Philip; Armstrong, Gary (2010). Principles of Marketing. Pearson Education. p. 278.
  133. ^ Turner, E. S. (1975). Boys Will be Boys. Harmondsworth: Penguin. p. 20. ISBN 978-0-14-004116-3.
  134. ^ a b “Penny dreadfuls: the Victorian equivalent of video games”. The Guardian. Retrieved 12 March 2019.
  135. ^ a b “The Sam Weller Bump”. The Paris Review. Retrieved 27 June 2021.
  136. ^ Dames, Nicholas (June 2015). “Was Dickens a Thief?”. The Atlantic. Retrieved 27 June 2021.
  137. ^ Shuttleworth, Peter (25 December 2020). “The mail-order pioneer who started a billion-pound industry”. BBC News. Retrieved 5 August 2021.
  138. ^ a b “Pryce-Jones: Pioneer of the Mail Order Industry”. BBC. Retrieved 12 March 2019.
  139. ^ Hudson, Pat (1992). The Industrial Revolution. New York: Routledge, Chapman, and Hall, Inc. p. 3. ISBN 978-0-7131-6531-9.
  140. ^ “The UK population: past, present and future – Chapter 1” (PDF). Statistics.gov.uk
  141. ^ “A portrait of Britain in 2031”. The Independent. 24 October 2007.
  142. ^ BBC – History – Victorian Medicine – From Fluke to Theory. Published: 1 February 2002.
  143. ^ “Modernization – Population Change”. Encyclopædia Britannica.
  144. ^ “Human Population: Urbanization”. Population Reference Bureau. Archived 26 October 2009 at the Wayback Machine
  145. ^ “Human Population: Population Growth: Question and Answer”. Population Reference Bureau. Archived 8 October 2009 at the Wayback Machine
  146. ^ Manchester (England, United Kingdom). Encyclopædia Britannica.
  147. ^ Eleanor Amico, ed. Reader’s guide to women’s studies (1998) pp. 102–04, 306–08.
  148. ^ Thomas, Janet (1988). “Women and Capitalism: Oppression or Emancipation? A Review Article”. Comparative Studies in Society and History. 30 (3): 534–549. doi:10.1017/S001041750001536X. JSTOR 178999. S2CID 145599586.
  149. ^ Alice Clark, Working life of women in the seventeenth century (1919).
  150. ^ Ivy Pinchbeck, Women Workers in the Industrial Revolution (1930).
  151. ^ Louise Tilly and Joan Wallach Scott, Women, work, and family (1987).
  152. ^ Smiles, Samuel (1875). Thrift. London: John Murray. pp. 30–40.
  153. ^ “United States History – The Struggles of Labor”. Library of Congress Country Studies.
  154. ^ Hobsbawm, Eric J. (1969). Industry and Empire: From 1750 to the Present Day. Vol. 3. Harmondsworth, England: Penguin. p. 65. ISBN 978-1-56584-561-9.
  155. ^ R.M. Hartwell, The Industrial Revolution and Economic Growth, Methuen and Co., 1971, pp. 339–41 ISBN 0-416-19500-8
  156. ^ “Manchester – the first industrial city”. Entry on Sciencemuseum website. Archived from the original on 9 March 2012. Retrieved 17 March 2012.
  157. ^ “Life in Industrial Towns”. History Learning Site.
  158. ^ Hoeder, Dirk (2002). Cultures in Contact. Durham, NC: Duke University Press. pp. 331–32.
  159. ^ Guarneri, Carl (2007). America in the World. Boston: McGraw-Hill. p. 180.
  160. ^ Dunn, James (1905). From Coal Mine Upwards: or Seventy Years of an Eventful Life. ISBN 978-1-4344-6870-3.
  161. ^ Bar, Michael; Leukhina, Oksana (2007). “Demographic Transition and Industrial Revolution: A Macroeconomic Investigation” (PDF). Archived from the original (PDF) on 27 November 2007. Retrieved 5 November 2007. The decrease [in mortality] beginning in the second half of the 18th century was due mainly to declining adult mortality. Sustained decline of the mortality rates for the age groups 5–10, 10–15, and 15–25 began in the mid-19th century, while that for the age group 0–5 began three decades later. Although the survival rates for infants and children were static over this period, the birth rate & overall life expectancy increased. Thus the population grew, but the average Briton was about as old in 1850 as in 1750 (see figures 5 & 6, p. 28). Population size statistics from mortality.org put the mean age at about 26.
  162. ^ “Child Labour and the Division of Labour in the Early English Cotton Mills”. Douglas A. Galbi. Centre for History and Economics, King’s College, Cambridge CB2 1ST.
  163. ^ The Life of the Industrial Worker in Nineteenth-Century England, Laura Del Col, West Virginia University.
  164. ^ “Testimony Gathered by Ashley’s Mines Commission”. 2008. Retrieved 22 March 2008.
  165. ^ “The Life of the Industrial Worker in Nineteenth-Century England”. 2008. Retrieved 22 March 2008.
  166. ^ “Photographs of Lewis Hine: Documentation of Child Labor”. The U.S. National Archives and Records Administration.
  167. ^ Evatt, Herbert (2009). The Tolpuddle Martyrs. Sydney: Sydney University Press. p. 49. ISBN 978-0-586-03832-1.
  168. ^ “General Strike 1842”. Archived from the original on 9 June 2007. Retrieved 9 June 2007. From chartists.net. Retrieved 13 November 2006.
  169. ^ Byrne, Richard (August 2013). “A Nod to Ned Ludd”. The Baffler. 23 (23): 120–128. doi:10.1162/BFLR_a_00183. Retrieved 2 August 2020.
  170. ^ “Luddites in Marsden: Trials at York”. Archived from the original on 26 March 2012. Retrieved 2 August 2020.
  171. ^ Kennedy, Paul (1987). The Rise and Fall of the Great Powers. New York: Random House. p. 149.
  172. ^ Beckert, p. 86.
  173. ^ Beckert, Sven (2014). Empire of Cotton: A Global History. Vintage Books Division Penguin Random House. p. 103.
  174. ^ Ronald Bailey, “The other side of slavery: Black labor, cotton, and textile industrialization in Great Britain and the United States.” Agricultural History 68.2 (1994): 35-50.
  175. ^ Fleming, James R.; Knorr, Bethany R. “History of the Clean Air Act”. American Meteorological Society. Retrieved 14 February 2006.
  176. ^ Leslie Tomory, “The Environmental History of the Early British Gas Industry, 1812–1830.” Environmental history 17#1 (2012): 29–54.
  177. ^ Joel A. Tarr, “Toxic Legacy: The Environmental Impact of the Manufactured Gas Industry in the United States.” Technology and culture 55#1 (2014): 107–47. online
  178. ^ Harold L. Platt, Shock cities: the environmental transformation and reform of Manchester and Chicago (2005) excerpt.
  179. ^ Brian William Clapp, An environmental history of Britain since the industrial revolution (Routledge, 2014).
  180. ^ Gellner, Ernest (2008). Nations and Nationalism. Cornell University Press. ISBN 9780801475009.
  181. ^ Alan S. Milward and S. B. Saul, The Economic Development of Continental Europe 1780-1870 (Harvard UP, 1973).
  182. ^ Alan Milward and Samuel Berrick Saul, The Development of the Economies of Continental Europe 1850–1914 (Harvard UP, 1977).
  183. ^ “On the Industrial History of the Czech Republic”. European Route of Industrial Heritage. Council of Europe. Retrieved 2 June 2021.
  184. ^ Carter, F. W. (1973). “The Industrial Development of Prague 1800-1850”. The Slavonic and East European Review. JSTOR. 51 (123): 243–275. JSTOR 4206709. Retrieved 2 June 2021.
  185. ^ “On the Industrial History of the Czech Republic”. European Route of Industrial Heritage. Retrieved 2 June 2021.
  186. ^ Martin Moll, “Austria-Hungary” in Christine Rider, ed., Encyclopedia of the Age of the Industrial Revolution 1700–1920 (2007) pp 24-27.
  187. ^ “The era of enlightenment”. Archived from the original on 16 March 2012. Retrieved 11 March 2011.
  188. ^ David Good, The Economic Rise of the Habsburg Empire
  189. ^ Millward and Saul, The Development of the Economies of Continental Europe 1850-1914 pp 271–331.
  190. ^ Chris Evans, Göran Rydén, The Industrial Revolution in Iron; The impact of British Coal Technology in Nineteenth-Century Europe Published by Ashgate Publishing, Ltd., Farnham 2005, pp. 37–38 ISBN 0-7546-3390-X.
  191. ^ Milward and Saul, Economic Development of Continental Europe 1780-1870 pp 292–96, 437–453.
  192. ^ a word from Walloon origin
  193. ^ Muriel Neven and Isabelle Devos, ‘Breaking stereotypes’, in M. Neven and I. Devos (editors), ‘Recent work in Belgian Historical Demography’, in Revue belge d’histoire contemporaine, XXXI, 2001, 3–4, pp. 347–59 FLWI.ugent.be Archived 29 October 2008 at the Wayback Machine
  194. ^ Philippe Raxhon, Le siècle des forges ou la Wallonie dans le creuset belge (1794–1914), in B. Demoulin and JL Kupper (editors), Histoire de la Wallonie, Privat, Toulouse, 2004, pp. 233–76 [246] ISBN 2-7089-4779-6
  195. ^ “European Route of Industrial Heritage”. En.erih.net. Archived from the original on 31 July 2013. Retrieved 19 August 2013.
  196. ^ Michel De Coster, Les enjeux des conflits linguistiques, L’Harmattan, Paris, 2007, ISBN 978-2-296-03394-8, pp. 122–23
  197. ^ “Major Mining Sites of Wallonia”. UNESCO WOrld Heritage List. UNESCO. Retrieved 18 March 2021.
  198. ^ Muriel Neven and Isabelle Devos, Breaking stereotypes, art. cit., pp. 315–16
  199. ^ Jean Marczewski, ” Y a-t-il eu un “take-off” en France ? “, 1961, dans les Cahiers de l’ISEA
  200. ^ Haber 1958
  201. ^ Allan Mitchell, Great Train Race: Railways and the Franco-German Rivalry, 1815–1914 (2000)
  202. ^ Lennart SchÖn, “Proto-Industrialisation and factories: Textiles in Sweden in the mid-nineteenth century.” Scandinavian Economic History Review 30.1 (1982): 57-71 online.
  203. ^ Bengtsson, Erik; Missiaia, Anna; Olsson, Mats; Svensson, Patrick (2018). “Wealth inequality in Sweden, 1750–1900†”. The Economic History Review. 71 (3): 772–794. doi:10.1111/ehr.12576. ISSN 1468-0289. S2CID 154088734.
  204. ^ “History”. Bank of Japan. Retrieved 5 May 2015.
  205. ^ G.C. Allen, Short Economic History of Modern Japan (1972)
  206. ^ Atack, Jeremy; Passell, Peter (1994). A New Economic View of American History. New York: W.W. Norton and Co. p. 469. ISBN 978-0-393-96315-1.
  207. ^ Chandler Jr., Alfred D. (1993). The Visible Hand: The Management Revolution in American Business. Belknap Press of Harvard University Press. ISBN 978-0-674-94052-9.
  208. ^ Taylor, George Rogers (1969). The Transportation Revolution, 1815–1860. ISBN 978-0-87332-101-3.
  209. ^ Bagnall, William R. The Textile Industries of the United States: Including Sketches and Notices of Cotton, Woolen, Silk, and Linen Manufacturers in the Colonial Period. Vol. I. The Riverside Press, 1893.
  210. ^ “Made in Beverly – A History of Beverly Industry”, by Daniel J. Hoisington. A publication of the Beverly Historic District Commission. 1989.
  211. ^ Encyclopædia Britannica (1998): Samuel Slater
  212. ^ Thomson, Ross (1989). The Path to Mechanized Shoe Production in the United States. Chapel Hill and London: The University of North Carolina Press. ISBN 978-0-8078-1867-1.
  213. ^ Morison, Elting E. (1966). Men, Machines and Modern Times. Cambridge, MA and London: The M.I.T Press.
  214. ^ Klein, Ezra (19 September 2021). “Opinion | The Economic Mistake the Left Is Finally Confronting”. The New York Times. ISSN 0362-4331. Retrieved 8 February 2022.
  215. ^ a b Smith, Noah (3 February 2022). “A New Industrialist roundup”. Noahpinion. Retrieved 5 February 2022.
  216. ^ “The Next Big Idea in Economic Growth”. Bloomberg.com. 16 February 2016. Retrieved 5 February 2022.
  217. ^ Overton, Mar (1996). Agricultural Revolution in England: The transformation if the agrarian economy 1500–1850. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-56859-3.
  218. ^ Kreis, Steven (11 October 2006). “The Origins of the Industrial Revolution in England”. Historyguide.org. Retrieved 30 January 2011.
  219. ^ “Scientific Revolution”. Microsoft Encarta Online Encyclopedia 2009. Archived 28 October 2009 at the Wayback Machine 31 October 2009.
  220. ^ Baten, Jörg (2016). A History of the Global Economy. From 1500 to the Present. Cambridge University Press. pp. 13–16. ISBN 978-1-107-50718-0.
  221. ^ Hudson, Pat. The Industrial Revolution, Oxford University Press US. ISBN 0-7131-6531-6
  222. ^ Fullerton, Ronald A. (January 1988). “How Modern Is Modern Marketing? Marketing’s Evolution and the Myth of the “Production Era””. The Journal of Marketing. 52 (1): 108–25. doi:10.2307/1251689. JSTOR 1251689.
  223. ^ “Technics & Civilization”. Lewis Mumford. Retrieved 8 January 2009.
  224. ^ Deane, Phyllis. The First Industrial Revolution, Cambridge University Press. ISBN 0-521-29609-9 Google Books
  225. ^ Eric Schiff, Industrialisation without national patents: the Netherlands, 1869–1912; Switzerland, 1850–1907, Princeton University Press, 1971.
  226. ^ Michele Boldrin and David K. Levine, Against Intellectual Monopoly, “Chapter 1, final online version January 2, 2008” (PDF). (55 KB), p. 15. Cambridge University Press, 2008. ISBN 978-0-521-87928-6
  227. ^ Mott-Smith, Morton (1964) [Unabridged and revised version of the book first published by D. Appleton-Century Company in 1934 under the former title: The Story of Energy]. The Concept of Energy Simply Explained. New York: Dover Publications, Inc. pp. 13–14. ISBN 978-0-486-21071-1.
  228. ^ Mokyr, Joel (1990). The Lever of Riches: Technological Creativity and Economic Progress. New York: Oxford University Press. pp. 40–44. ISBN 978-0-19-507477-2.
  229. ^ Why No Industrial Revolution in Ancient Greece? Archived 27 September 2011 at the Wayback Machine J. Bradford DeLong, Professor of Economics, University of California at Berkeley, 20 September 2002. Retrieved January 2007.
  230. ^ The Origins of the Industrial Revolution in England |The History Guide, Steven Kreis, 11 October 2006 – Accessed January 2007
  231. ^ Duchesne, Ricardo (2011). The Uniqueness of Western Civilization. Leiden: Brill. ISBN 978-90-04-23276-1.
  232. ^ Vries, Pier (2001). “Are Coal and Colonies Really Crucial?”. Journal of World History. 2: 411.
  233. ^ Jackson J. Spielvogel (2009). Western Civilization: Since 1500. p. 607.
  234. ^ Bond, Eric; Gingerich, Sheena; Archer-Antonsen, Oliver; Purcell, Liam; Macklem, Elizabeth (17 February 2003). “The Industrial Revolution – Causes”. Industrialrevolution.sea.ca. Retrieved 30 January 2011.
  235. ^ Temple, Robert (1986). The Genius of China: 3000 years of science, discovery and invention. New York: Simon and Schuster.Based on the works of Joseph Needham>
  236. ^ Merson, John (1990). The Genius That Was China: East and West in the Making of the Modern World. Woodstock, NY: The Overlook Press. ISBN 978-0-87951-397-9.A companion to the PBS Series “The Genius That Was China
  237. ^ “Cobb-Douglas in pre-modern Europe1 – Simulating early modern growth” (PDF). (254 KB) Jan Luiten van Zanden, International Institute of Social History/University of Utrecht. May 2005. Retrieved January 2007.
  238. ^ Landes, David (1999). The Wealth and Poverty of Nations. W.W. Norton & Company. ISBN 978-0-393-31888-3.
  239. ^ Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus. Press Syndicate of the University of Cambridge. pp. 20–32. ISBN 978-0-521-09418-4.
  240. ^ a b Stark, Rodney (2005). The Victory of Reason: How Christianity Led to Freedom, Capitalism and Western Success. New York: Random House Trade Paperbacks. ISBN 978-0-8129-7233-7.
  241. ^ Merson 1990, pp. 34–35
  242. ^ How Earth Made Us: Fire by Professor Iain Stewart
  243. ^ South Asian History Archived 27 January 2007 at the Wayback Machine – Pages from the history of the Indian subcontinent: British rule and the legacy of colonisation. Rajni-Palme Dutt India Today (Indian Edition published 1947). Retrieved January 2007.
  244. ^ Jones, Eric (1981). The European Miracle: Environments, Economies and Geopolitics in the History of Europe and Asia. Cambridge: Cambridge University Press. p. 119.
  245. ^ Mokyr, Joel (6 January 2018). Mokyr, J.: A Culture of Growth: The Origins of the Modern Economy. (eBook and Hardcover). press.princeton.edu. ISBN 9780691180960. Retrieved 9 March 2017.
  246. ^ Christian, David (2004). Maps of Time. Berkeley: University of California Press. pp. 390. ISBN 9780520235007.
  247. ^ Stearns, Peter (1998). The Industrial Revolution in World History. Boulder, Colorado: Westview Press. p. 36.
  248. ^ Julian Hoppit, “The Nation, the State, and the First Industrial Revolution,” Journal of British Studies (April 2011) 50#2 pp. 307–31
  249. ^ Kiely, Ray (November 2011). “Industrialization and Development: A Comparative Analysis”. UGL Press Limited: 25–26.
  250. ^ “Eric Williams’ Economic Interpretation of British Abolitionism – Seventy Years After Capitalism and Slavery” (International Journal of Business Management and Commerce, Vol. 3 No. 4) August 2018
  251. ^ The Royal Navy itself may have contributed to Britain’s industrial growth. Among the first complex industrial manufacturing processes to arise in Britain were those that produced material for British warships. For instance, the average warship of the period used roughly 1000 pulley fittings. With a fleet as large as the Royal Navy, and with these fittings needing to be replaced every 4 to 5 years, this created a great demand which encouraged industrial expansion. The industrial manufacture of rope can also be seen as a similar factor.
  252. ^ Old Naval College Archived 26 June 2007 at the Wayback Machine
  253. ^ Barrington Moore, Jr., Social Origins of Dictatorship and Democracy: Lord and Peasant in the Making of the Modern World, pp. 29–30, Boston, Beacon Press, 1966.
  254. ^ Voltaire, François Marie Arouet de. (1909–1914) [1734]. “Letter VI – On the Presbyterians. Letters on the English”. www.bartleby.com. The Harvard Classics. Retrieved 22 July 2017.
  255. ^ E.A. Wrigley, Continuity chance and change.
  256. ^ Hunter, Louis C. (1985). A History of Industrial Power in the United States, 1730–1930, Vol. 2: Steam Power. Charlottesville: University Press of Virginia.
  257. ^ a b Crafts, Nicholas (1 April 2011). “Explaining the first Industrial Revolution: two views” (PDF). European Review of Economic History. 15 (1): 153–68. doi:10.1017/S1361491610000201. ISSN 1361-4916.
  258. ^ Humphries, Jane; Schneider, Benjamin (23 May 2018). “Spinning the industrial revolution” (PDF). The Economic History Review. 72: 126–155. doi:10.1111/ehr.12693. ISSN 0013-0117. S2CID 152650710.
  259. ^ Stephenson, Judy Z. (13 May 2017). “‘Real’ wages? Contractors, workers, and pay in London building trades, 1650–1800”. The Economic History Review. 71 (1): 106–32. doi:10.1111/ehr.12491. ISSN 0013-0117. S2CID 157908061.
  260. ^ “The Lunar Society”. Archived from the original on 7 February 2008. Retrieved 7 February 2008.{{cite web}}: CS1 maint: bot: original URL status unknown (link) at Moreabout, the website of the Birmingham Jewellery Quarter guide, Bob Miles.
  261. ^ Foster, Charles (2004). Capital and Innovation: How Britain Became the First Industrial Nation. Northwich: Arley Hall Press. ISBN 978-0-9518382-4-2. Argues that capital accumulation and wealth concentration in an entrepreneurial culture following the commercial revolution made the industrial revolution possible, for example.
  262. ^ Robert Green, ed., The Weber Thesis Controversy (D.C. Heath, 1973)
  263. ^ Jelinski, L. W.; Graedel, T. E.; Laudise, R. A.; McCall, D. W.; Patel, C. K. (1 February 1992). “Industrial ecology: concepts and approaches”. Proceedings of the National Academy of Sciences. 89 (3): 793–797. Bibcode:1992PNAS…89..793J. doi:10.1073/pnas.89.3.793. PMC 48326. PMID 11607253.
  264. ^ Albert, Michael J. (29 April 2020). “The Dangers of Decoupling: Earth System Crisis and the ‘Fourth Industrial Revolution'”. Global Policy. 11 (2): 245–254. doi:10.1111/1758-5899.12791. S2CID 218777050 – via Wiley Online Library.
  265. ^ Thompson, E. P. (1967). “Time, Work-Discipline, and Industrial Capitalism”. Past & Present. 38 (38): 56–97. doi:10.1093/past/38.1.56. JSTOR 649749 – via JSTOR.
  266. ^ Robert B. Bain “Children and the industrial revolution: Changes in policy.” OAH Magazine of History 15.1 (2000): 48-56.
  267. ^ Micheline Ishay, “What are human rights? Six historical controversies.” Journal of Human Rights 3.3 (2004): 359-371 online.
  268. ^ Chamsy el-Ojeili & Dylan Taylor (2020) “The Future in the Past”: Anarcho-primitivism and the Critique of Civilization Today, Rethinking Marxism, 32:2, 168-186, DOI: 10.1080/08935696.2020.1727256
  269. ^ Smith, Mick (2002). “The State of Nature: The Political Philosophy of Primitivism and the Culture of Contamination” (PDF). Environmental Values. 11 (4): 407–425. doi:10.3197/096327102129341154. JSTOR 30301899.
  270. ^ Smith, Mick (14 May 2007). “Wild-life: anarchy, ecology, and ethics”. Environmental Politics. 16 (3): 470–487. doi:10.1080/09644010701251714. S2CID 144572405 – via www.tandfonline.com.
  271. ^ Mawle, Angela (1 July 2010). “Climate change, human health, and unsustainable development”. Journal of Public Health Policy. 31 (2): 272–277. doi:10.1057/jphp.2010.12. PMID 20535108.
  272. ^ Harvey, Fiona; Correspondent, Environment (18 August 2011). “Climate change driving species out of habitats much faster than expected”. The Guardian. Retrieved 8 November 2015.
  273. ^ Waters, C.N.; et al. (8 January 2016). “The Anthropocene is functionally and stratigraphically distinct from the Holocene”. Science. 351 (6269): aad2622. doi:10.1126/science.aad2622. PMID 26744408. S2CID 206642594.
  274. ^ Nuwer, Rachel (14 September 2012). “From Ancient Deforestation, a Delta Is Born”. The New York Times. Retrieved 14 June 2018.
  275. ^ Michael Löwy and Robert Sayre, eds., Romanticism against the Tide of Modernity (Duke University Press, 2001).
  276. ^ ICONS – a portrait of England. Icon: Jerusalem (hymn) Feature: And did those feet? Archived 12 December 2009 at the Wayback Machine Accessed 28 June 2021
  277. ^ AJ George, The development of French romanticism: the impact of the industrial revolution on literature (1955)

Further reading

  • Ashton, Thomas S. (1948). “The Industrial Revolution (1760–1830)”. Oxford University Press. Archived from the original on 12 March 2017. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Artzrouni, Marc (1990). “Mathematical Investigations of the Escape from the Malthusian Trap”. Mathematical Population Studies. 2 (4): 269–87. doi:10.1080/08898489009525313. PMID 12283330.
  • Berlanstein, Lenard R., ed. (1992). The Industrial Revolution and work in nineteenth-century Europe. London and New York: Routledge.
  • Bernstein, Peter L. (1998). Against the Gods: The Remarkable Story of Risk (Reprint ed.). New York: John Wiley & Sons. pp. 135–193. ISBN 978-0471295631.
  • Chambliss, William J. (editor), Problems of Industrial Society, Reading, Massachusetts: Addison-Wesley Publishing Co, 1973. ISBN 978-0-201-00958-3
  • Chernow, Ron (2004). Alexander Hamilton. New York: Penguin Books. ISBN 978-0143034759. online
  • Cipolla, Carlo M. The Fontana Economic History of Europe, vol. 3: The Industrial Revolution (1973)
  • Cipolla, Carlo M. The Fontana Economic History of Europe: The Emergence of industrial societies vol 4 part 1 (1973) covers France, Germany, Britain, Habsburg Empire (Austria), Italy, and Low Countries. online
  • Cipolla, Carlo M. The Fontana Economic History of Europe: The Emergence of industrial societies (1973) vol 4 part 2 covers topics online
  • Clapham, J.H. (1930) An Economic History of Modern Britain: The Early Railway Age, 1820–1850 (2nd ed. 1930) online
  • Clapham, J.H. The Economic Development of France and Germany: 1815–1914 (1921) online, a famous classic, filled with details.
  • Clark, Gregory (2007). A Farewell to Alms: A Brief Economic History of the World. Princeton University Press. ISBN 978-0-691-12135-2.
  • Crafts, Nicholas. “The first industrial revolution: Resolving the slow growth/rapid industrialization paradox.” Journal of the European Economic Association 3.2-3 (2005): 525–534. online
  • Craig, John (1953). The Mint: A History of the London Mint from A.D. 287 to 1948. Cambridge, England: Cambridge University Press. pp. 239–316. ASIN B0000CIHG7.
  • Daunton, M.J. (1995). “Progress and Poverty: An Economic and Social History of Britain, 1700–1850”. Oxford University Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Davies, Glyn (1997) [1994]. A History of Money: From Ancient Times to the Present Day (Reprint ed.). Cardiff: University of Wales Press. pp. 283–353, 464–485. ISBN 978-0708313510.
  • Dunham, Arthur Louis (1955). “The Industrial Revolution in France, 1815–1848”. New York: Exposition Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Gatrell, Peter (2004). “Farm to factory: a reinterpretation of the Soviet industrial revolution”. The Economic History Review. 57 (4): 794. doi:10.1111/j.1468-0289.2004.00295_21.x.
  • Green, Constance Mclaughlin. (1939) Holyoke Massachusetts A Case History Of The Industrial Revolution In America online
  • Griffin, Emma (2010). Short History of the British Industrial Revolution. Palgrave.
  • Greenspan, Alan; Wooldridge, Adrian (2018). Capitalism in America: A History. New York: Penguin Press. pp. 29–59. ISBN 978-0735222441.
  • Haber, Ludwig Fritz (1958). The Chemical Industry During the Nineteenth Century: A Study of the Economic Aspect of Applied Chemistry in Europe and North America.
  • Haber, Ludwig Fritz (1971). The Chemical Industry: 1900–1930: International Growth and Technological Change.
  • Hunter, Louis C.; Bryant, Lynwood (1991). A History of Industrial Power in the United States, 1730–1930, Vol. 3: The Transmission of Power. Cambridge, Massachusetts: MIT Press. ISBN 978-0-262-08198-6.
  • Jacob, Margaret C. (1997). “Scientific Culture and the Making of the Industrial West”. Oxford: Oxford University Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Kindleberger, Charles Poor (1993). A Financial History of Western Europe. Oxford University Press US. ISBN 978-0-19-507738-4.
  • Kisch, Herbert (1989). “From Domestic Manufacture to Industrial Revolution The Case of the Rhineland Textile Districts”. Oxford University Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Kornblith, Gary. The Industrial Revolution in America (1997)
  • Kynaston, David (2017). Till Time’s Last Sand: A History of the Bank of England, 1694–2013. New York: Bloomsbury. pp. 50–142. ISBN 978-1408868560.
  • Landes, David S. (1969). The Unbound Prometheus: Technological Change and Industrial Development in Western Europe from 1750 to the Present. Cambridge; New York: Press Syndicate of the University of Cambridge. ISBN 978-0-521-09418-4.
  • Maddison, Angus (2003). “The World Economy: Historical Statistics”. Paris: Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD). {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Mantoux, Paul (1961) [1928]. The Industrial Revolution in the Eighteenth Century (First English translation 1928 ed.).
  • Martin, Frederick (1876). The History of Lloyd’s and of Marine Insurance in Great Britain. London: Macmillan and Company. pp. 161–374. ISBN 978-0341781240.
  • McGraw, Thomas K. (2012). The Founders of Finance: How Hamilton, Gallatin, and Other Immigrants Forged a New Economy. Cambridge, MA: Harvard University Press. ISBN 978-0674066922.
  • McNeil, Ian, ed. (1990). An Encyclopedia of the History of Technology. London: Routledge. ISBN 978-0-415-14792-7.
  • Milward, Alan S. and S.B. Saul. The Development of the Economies of Continental Europe: 1850–1914 (1977)
  • Milward, Alan S. and S.B. Saul. The Economic Development of Continental Europe 1780–1870 (1973)
  • Mokyr, Joel (1999). “The British Industrial Revolution: An Economic Perspective”. {{cite web}}: Missing or empty |url= (help)
  • Olson, James S. Encyclopedia of the Industrial Revolution in America (2001)
  • Pollard, Sidney (1981). “Peaceful Conquest: The Industrialization of Europe, 1760–1970”. Oxford University Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Rappleye, Charles (2010). Robert Morris: Financier of the American Revolution. New York: Simon & Schuster. ISBN 978-1416570912.
  • Rider, Christine, ed. Encyclopedia of the Age of the Industrial Revolution, 1700–1920 (2 vol. 2007)
  • Roe, Joseph Wickham (1916). English and American Tool Builders. New Haven, Connecticut: Yale University Press. LCCN 16011753.. Reprinted by McGraw-Hill, New York and London, 1926 (LCCN 27-24075); and by Lindsay Publications, Inc., Bradley, Illinois, ( ISBN 978-0-917914-73-7).
  • Smelser, Neil J. Social Change in the Industrial Revolution: An Application of Theory to the British Cotton Industry (U of Chicago Press, 1959).
  • Staley, David J. ed. Encyclopedia of the History of Invention and Technology (3 vol 2011), 2000pp
  • Stearns, Peter N. (1998). “The Industrial Revolution in World History”. Westview Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Smil, Vaclav (1994). “Energy in World History”. Westview Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Snooks, G.D. (2000). “Was the Industrial Revolution Necessary?”. London: Routledge. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Szostak, Rick (1991). “The Role of Transportation in the Industrial Revolution: A Comparison of England and France”. Montreal: McGill-Queen’s University Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Timbs, John (1860). Stories of Inventors and Discoverers in Science and the Useful Arts: A Book for Old and Young. Harper & Brothers.
  • Toynbee, Arnold (1884). Lectures on the Industrial Revolution of the Eighteenth Century in England. ISBN 978-1-4191-2952-0. Archived from the original on 3 March 2016. Retrieved 12 February 2016.
  • Uglow, Jenny (2002). “The Lunar Men: The Friends who made the Future 1730–1810”. London: Faber and Faber. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Usher, Abbott Payson (1920). “An Introduction to the Industrial History of England”. University of Michigan Press. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • ‌Zmolek, Michael Andrew. Rethinking the industrial revolution: five centuries of transition from agrarian to industrial capitalism in England (2013)

Historiography

  • Cannadine, David. “The Present and the Past in the English Industrial Revolution 1880-1980”. Past & Present, no. 103, (1984), pp. 131–172. online
  • Hawke, Gary. “Reinterpretations of the Industrial Revolution” in Patrick O’Brien and Roland Quinault, eds. The Industrial Revolution and British Society (1993) pp. 54–78
  • McCloskey, Deirdre (2004). “Review of The Cambridge Economic History of Britain (edited by Roderick Floud and Paul Johnson)”. Times Higher Education Supplement. 15 (January). Retrieved 12 February 2016.
  • More, Charles (2000). “Understanding the Industrial Revolution”. London: Routledge. {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  • Wrigley, E. Anthony. “Reconsidering the Industrial Revolution: England and Wales.” Journal of Interdisciplinary History 49.01 (2018): 9–42.

External links

Wikimedia Commons has media related to Industrial revolution.
Wikiquote has quotations related to Industrial Revolution.
Wikiversity quiz on this Industrial Revolution article
  • Industrial Revolution at Curlie
  • Internet Modern History Sourcebook: Industrial Revolution
  • BBC History Home Page: Industrial Revolution
  • National Museum of Science and Industry website: machines and personalities
  • Factory Workers in the Industrial Revolution
    • The Industrial Revolution – Articles, Video, Pictures, and Facts
  • « Le jour où le monde a décollé » Série de vidéos en six parties de l’Université de Cambridge retraçant la question « Pourquoi la révolution industrielle a-t-elle commencé, quand et où ? ».
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More