Katmandou

0

Kathmandu ( Népal Bhasa : / येँ देय्, Népalais : काठमाडौँ ) Officiellement la ville métropolitaine de Kathmandu ( Népal Bhasa : / येँ महानगरपालिकालिका, népalais : काठमाडौँ महानगालिकालिकालिक l’école ), est la capitale et la plus pop de la ville de NEPALLEM habitants vivant dans 105 649 ménages en 2021 [1] et 2,9 millions de personnes dans son agglomération urbaine. Il est situé dans la Vallée de Katmandou, une grande vallée des hauts plateaux du centre du Népal, à une altitude de 1 400 mètres (4 600 pieds). C’est la deuxième plus grande ville proprement dite de la région des collines de l’Himalaya après Srinagar , et la plus grande Région métropolitaine de la région des collines de l’ Himalaya .

Katmandou ‎ / येँ देय् ( Newar )
काठमाडौँ ( Népalais ) Kantipur, Népal Mandala, Yen
Capitale
Ville métropolitaine de Katmandou
Locus3.jpg Ghanta Ghar-Trichandra College-Katmandou-1591.jpg Tundikhel2020a.jpg Temple de Pashupatinath-2020.jpg Dans le sens des aiguilles d’une montre
Drapeau de Katmandou Drapeau Sceau officiel de Katmandou Joint
Devise(s) : Népalais : सांस्कृतिक सहर, काठमाडौं महानगर , lit. “Ville culturelle, ville métropolitaine de Katmandou”
Katmandou est situé dans la province de Bagmati Katmandou Katmandou Katmandou est situé au Népal Katmandou Katmandou Katmandou est situé en Asie Katmandou Katmandou Voir la carte de la province de BagmatiAfficher la carte du NépalAfficher la carte de l’AsieAfficher tout
Coordonnées : 27.7172°N 85.3240°E27°43′02′′N 85°19′26′′E /  / 27,7172 ; 85.3240Coordonnées : 27°43′02′′N 85°19′26′′E / 27.7172°N 85.3240°E / 27,7172 ; 85.3240
Pays Népal
Province Province de Bagmati
District Katmandou
Fondé par Mandjoushri
Nombre de quartiers 32
Gouvernement
• Taper Gouvernement maire-conseil
• Corps Gouvernement métropolitain de Katmandou
• Maire Bidhya Sundar Shakya
• Député maire Hari Prabha Khadgi ( NC )
Région
• Capitale 49,45 km 2 (19,09 milles carrés)
• Métro 899 km 2 (347 milles carrés)
Élévation 1400 m (4600 pieds)
Population ( 2021 ) [1]
• Capitale 845 767
• Rang 1er
• Densité 17 103/km 2 (44 300/mile carré)
• Métro 2,9 millions
• Métro_Rank 1er
Fuseau horaire UTC+05:45 ( heure normale du Népal )
code postal 446088
Indicatif(s) régional(aux) 01
Site Internet www .katmandou .gov .np

La ville est l’un des plus anciens lieux habités en permanence au monde , fondée au IIe siècle de notre ère. La vallée était historiquement appelée le « Népal Mandala » et a été le foyer du peuple Newar , une civilisation urbaine cosmopolite dans les contreforts de l’ Himalaya . La ville était la capitale royale du Royaume du Népal et abrite des palais, des manoirs et des jardins de l’aristocratie népalaise. Il abrite le siège de l’ Association sud-asiatique de coopération régionale ( SAARC ) depuis 1985. Aujourd’hui, c’est le siège du gouvernement de la république népalaise, créée en 2008, et fait partie de la province de Bagmati .

Katmandou est et a été pendant de nombreuses années le centre de l’ histoire , de l’art , de la culture et de l’économie du Népal . Il a une population multiethnique au sein d’une majorité hindoue et bouddhiste . Les festivités religieuses et culturelles constituent une partie importante de la vie des personnes résidant à Katmandou. Le tourisme est une partie importante de l’économie de la ville. En 2013, Katmandou a été classée troisième parmi les dix premières destinations de voyage à venir dans le monde par TripAdvisor et classée première en Asie. La ville est considérée comme la porte d’entrée de l’ Himalaya népalais et abrite plusieurs sites du patrimoine mondial : le Durbar Square, Swayambhunath , Boudhanath et Pashupatinath . La Vallée de Katmandou connaît une croissance de 4 % par an selon la Banque mondiale en 2010, ce qui en fait l’une des zones métropolitaines à la croissance la plus rapide d’Asie du Sud et la première région du Népal à faire face aux défis sans précédent de l’urbanisation et de la modernisation rapides d’une métropole. échelle. [2]

Les quartiers historiques de Katmandou ont été gravement endommagés par un tremblement de terre de magnitude 7,8 en avril 2015. Certains bâtiments ont été restaurés tandis que d’autres sont encore en cours de reconstruction.

Étymologie

Le terme indigène Népal Bhasa pour Katmandou est Yen . Le nom népalais Katmandou vient de Kasthamandap , qui se tenait sur la place Durbar . En sanskrit , Kāṣṭha ( sanskrit : काष्ठ ) signifie « bois » et Maṇḍapa ( sanskrit : मण्डप ) signifie « pavillon ». Ce pavillon public, également connu sous le nom de Maru Sattaà Newari, a été reconstruit en 1596 par Biseth à l’époque du roi Laxmi Narsingh Malla. La structure de trois étages était entièrement en bois et n’utilisait ni clous ni supports en fer. Selon les légendes, tout le bois utilisé pour construire la pagode provenait d’un seul arbre. [3] La structure s’est effondrée lors d’un tremblement de terre majeur en avril 2015.

Les colophons des manuscrits anciens, datés du XXe siècle, font référence à Katmandou sous le nom de Kāṣṭhamaṇḍap Mahānagar au Népal Mandala . Mahānagar signifie “grande ville”. La ville s’appelle Kāṣṭhamaṇḍap dans un vœu que les prêtres bouddhistes récitent encore à ce jour. Ainsi, Katmandou est également connue sous le nom de Kāṣṭhamaṇḍap . À l’époque médiévale, la ville était parfois appelée Kāntipur ( sanskrit : कान्तिपुर ). Ce nom est dérivé de deux mots sanskrits – Kānti et Pur . Kānti est un mot qui signifie “beauté” et est principalement associé à la lumière et au Pursignifie lieu, lui donnant ainsi le sens de “Ville lumière”.

Parmi le peuple indigène Newar, Katmandou est connu sous le nom de Yeṃ Dey ( Newar : येँ देय् ), et Patan et Bhaktapur sont connus sous le nom de Yala Dey ( Newar : यल देय् ) et Khwopa Dey ( Newar : ख्वप देय.् ) respectivement. [4] “Yen” est la forme plus courte de Yambu ( Newar : यम्बु ), qui à l’origine faisait référence à la moitié nord de Katmandou. Les anciennes colonies du nord étaient appelées Yambi tandis que la colonie du sud était connue sous le nom de Yangala. [5] [6]

L’orthographe «Katmandu» était souvent utilisée dans les anciens textes en anglais. Plus récemment, cependant, l’orthographe “Katmandou” est devenue plus courante en anglais. [7]

Histoire

Manjushree, avec Chandrahrasa, la divinité bouddhiste qui aurait créé la vallée

Des fouilles archéologiques dans certaines parties de Katmandou ont trouvé des preuves de civilisations anciennes. La plus ancienne de ces découvertes est une statue, trouvée à Maligaon, datée de 185 après JC. [8] L’excavation de Dhando Chaitya a découvert une brique avec une inscription en écriture Brahmi . Les archéologues pensent qu’il a deux mille ans. [8] Les inscriptions en pierre sont un élément omniprésent sur les sites du patrimoine et sont des sources clés pour l’histoire du Népal .

La première référence occidentale à Katmandou apparaît dans un récit des pères jésuites, le jésuite portugais, le père. Joao Cabral qui passa par la Vallée de Katmandou au printemps 1628 [9] et fut reçu gracieusement par le roi de l’époque, probablement le roi Lakshminarasimha Malla de Katmandou en route du Tibet vers l’Inde, [10] et rapporta qu’ils avaient atteint ” Cadmendu”, la capitale du royaume du Népal. [11]

Histoire ancienne

L’histoire ancienne de Katmandou est décrite dans ses Mythes et légendes traditionnels . Selon Swayambhu Purana , l’actuelle Katmandou était autrefois un lac immense et profond nommé ” Nagdaha “, car il regorgeait de serpents. Le lac a été coupé drainé par Bodhisatwa Manjushree avec son épée, et l’eau a été évacuée de là. Il a ensuite établi une ville appelée Manjupattan et a fait de Dharmakar le souverain de la vallée. Après un certain temps, un démon nommé Banasur a fermé la sortie et la vallée s’est à nouveau transformée en lac. Alors le Seigneur Krishnaest venu au Népal, a tué Banasur et a de nouveau vidé l’eau en coupant le bord de la colline de Chobhar avec ce Chakra Sudharshan. Il a amené des Gopals avec lui et a fait de Bhuktaman le roi du Népal. [12] [13] [14]

Kotirudra Samhita de Shiva Purana , Chapitre 11, Shloka 18 fait référence à l’endroit comme étant la ville de Nayapala, célèbre pour son Pashupati Shivalinga. Le nom Népal provient probablement de cette ville Nayapala.

Il existe très peu de documents historiques sur la période précédant les dirigeants médiévaux de Licchavi . Selon Gopalraj Vansawali , une généalogie de la monarchie népalaise, les dirigeants de la Vallée de Katmandou avant les Licchavis étaient Gopalas , Mahispalas, Aabhirs, Kiratas et Somavanshi. [14] [15] La dynastie Kirata a été établie par Yalamber . Pendant l’ère Kirata, une colonie appelée Yambu existait dans la moitié nord de l’ancien Katmandou. Dans certaines langues sino-tibétaines, Katmandou s’appelle encore Yambu. Une autre petite colonie appelée Yengal était présente dans la moitié sud de l’ancien Katmandou, près de Manjupattan. Pendant le règne du septième souverain Kirata, Jitedasti, les moines bouddhistes sont entrés dans la Vallée de Katmandou et ont établi un monastère forestier à Sankhu .

Carte de Katmandou, 1802 L’ère Licchavi

Les Licchavis de la plaine indo-gangétique ont migré vers le nord et ont vaincu les Kirats , établissant la dynastie Licchavi, vers 400 après JC. A cette époque, suite au génocide des Shakyas à Lumbini par les Virudhaka , les survivants ont migré vers le nord et sont entrés dans le monastère forestier lora se faisant passer pour des Koliyas. De Sankhu, ils ont migré vers Yambu et Yengal (Lanjagwal et Manjupattan) et ont établi les premiers monastères bouddhistes permanents de Katmandou. Cela a créé la base du bouddhisme Newar , qui est la seule tradition bouddhiste basée sur le sanskrit qui subsiste dans le monde. [16]Avec leur migration, Yambu s’appelait Koligram et Yengal s’appelait Dakshin Koligram [17] pendant la majeure partie de l’ère Licchavi. [18]

Finalement, le dirigeant Licchavi Gunakamadeva a fusionné Koligram et Dakshin Koligram, fondant la ville de Katmandou. [18] La ville a été conçue sous la forme de Chandrahrasa , l’épée de Manjushri. La ville était entourée de huit casernes gardées par des Ajimas . L’une de ces casernes est toujours utilisée à Bhadrakali (en face de Singha Durbar). La ville a servi de point de transit important dans le commerce entre l’Inde et le Tibet, entraînant une croissance phénoménale de l’architecture. Des descriptions de bâtiments tels que Managriha, Kailaskut Bhawan et Bhadradiwas Bhawan ont été trouvées dans les journaux survivants des voyageurs et des moines qui ont vécu à cette époque. Par exemple, le célèbre voyageur chinois du VIIe siècle Xuanzang a décrit Kailaskut Bhawan, le palais du roi Licchavi Amshuverma . [19]La route commerciale a également conduit à des échanges culturels. L’art du peuple Newar – les habitants indigènes de la Vallée de Katmandou – est devenu très recherché à cette époque, à la fois dans la vallée et dans tout le grand Himalaya. Les artistes Newar ont beaucoup voyagé à travers l’Asie, créant de l’art religieux pour leurs voisins. Par exemple, Araniko a dirigé un groupe d’artistes compatriotes à travers le Tibet et la Chine. Bhrikuti , la princesse du Népal qui a épousé le monarque tibétain Songtsän Gampo , a joué un rôle déterminant dans l’introduction du bouddhisme au Tibet.

L’ère Malla Skyline de Katmandou, vers 1793 Place Durbar de Katmandou, 1852 Vue de la Vallée de Katmandou depuis Swayambhunath , 1863

L’ère Licchavi a été suivie par l’ ère Malla . Les dirigeants de Tirhut , après avoir été attaqués par le sultanat de Delhi , ont fui vers le nord dans la Vallée de Katmandou. Ils se sont mariés avec la royauté népalaise, ce qui a conduit à l’ère Malla. Les premières années de l’ère Malla ont été turbulentes, avec des raids et des attaques de Khas et de musulmans turcs . Il y a aussi eu un tremblement de terre dévastateur qui a coûté la vie à un tiers de la population de Katmandou, dont le roi Abhaya Malla . Ces catastrophes ont conduit à la destruction de la plupart de l’architecture de l’ère Licchavi (comme Mangriha et Kailashkut Bhawan), et la perte de la littérature recueillie dans divers monastères de la ville. Malgré les difficultés initiales, Katmandou a repris de l’importance et, pendant la majeure partie de l’ère Malla, a dominé le commerce entre l’Inde et le Tibet. La monnaie népalaise est devenue la monnaie standard du commerce trans-himalayen.

Au cours de la dernière partie de l’ère Malla, la Vallée de Katmandou comprenait quatre villes fortifiées : Kantipur, Lalitpur, Bhaktapur et Kirtipur. Celles-ci ont servi de capitales à la confédération Malla du Népal. Ces États se sont affrontés dans les arts, l’architecture, l’esthétique et le commerce, ce qui a entraîné un développement formidable. Les rois de cette période ont directement influencé ou participé à la construction de bâtiments publics, de places et de temples, ainsi qu’au développement des trombes d’eau, à l’institutionnalisation des fiducies (appelées guthis ), à la codification des lois, à l’écriture de drames et la représentation de pièces de théâtre sur les places de la ville. La preuve d’un afflux d’idées en provenance d’Inde, du Tibet, de Chine, de Perse et d’Europe, entre autres, peut être trouvée dans une inscription en pierre datant de l’époque du roi.Pratap Malla . Des livres ont été trouvés de cette époque qui décrivent leur tradition tantrique (par exemple Tantrakhyan), la médecine (par exemple Haramekhala), la religion (par exemple Mooldevshashidev), la loi, la morale et l’histoire. Amarkosh , un dictionnaire sanskrit-népalais Bhasa de 1381 après JC, a également été trouvé. Les bâtiments architecturaux remarquables de cette époque comprennent la place Katmandou Durbar , la place Patan Durbar , la place Bhaktapur Durbar , l’ancien durbar de Kirtipur , Nyatapola , Kumbheshwar , le temple Krishna et d’autres.

Époque médiévale

L’ancien palais royal aujourd’hui démoli en 1920 Premier règne du Shah

Le royaume de Gorkha a mis fin à la confédération Malla après la bataille de Katmandou en 1768. Cela a marqué le début de l’ère moderne à Katmandou. La bataille de Kirtipur a été le début de la conquête Gorkha de la Vallée de Katmandou. Katmandou a été adoptée comme capitale de l’ empire Gorkha , et l’empire lui-même a été surnommé le Népal. Au début de cette ère, Katmandou a maintenu sa culture distinctive. Des bâtiments à l’architecture népalaise caractéristique, comme la tour de neuf étages de Basantapur, ont été construits à cette époque. Cependant, le commerce a diminué en raison de la guerre continuelle avec les nations voisines. Bhimsen Thapasoutenu la France contre la Grande-Bretagne; cela a conduit au développement de structures militaires modernes, telles que des casernes modernes à Katmandou. La tour de neuf étages Dharahara a été construite à l’origine à cette époque.

Règle Rana

Le règne de Rana sur le Népal a commencé avec le massacre de Kot en 1846, qui s’est produit près de Hanuman Dhoka Durbar. Au cours de ce massacre, la plupart des hauts fonctionnaires népalais ont été massacrés par Jung Bahadur Rana et ses partisans. Un autre massacre, le massacre de Bhandarkhal , a également été mené par Kunwar et ses partisans à Katmandou. Pendant le régime Rana, l’alliance de Katmandou est passée d’anti-britannique à pro-britannique; cela a conduit à la construction des premiers bâtiments dans le style de l’architecture de l’Europe occidentale. Les plus connus de ces bâtiments sont Singha Durbar, Garden of Dreams , Shital Niwas et l’ancien palais Narayanhiti. La première route commerciale moderne de la Vallée de Katmandou, la New Road, a également été construit à cette époque. Trichandra College (le premier collège du Népal), Durbar High School (la première école moderne du Népal) et Bir Hospital (le premier hôpital du Népal) ont été construits à Katmandou à cette époque. L’éducation n’était accessible qu’à la classe privilégiée. Le règne de Rana était marqué par le despotisme, l’exploitation économique et la persécution religieuse. [20] [21]

Géographie

Katmandou se trouve dans la partie nord-ouest de la Vallée de Katmandou au nord de la rivière Bagmati et couvre une superficie de 50,7 km 2 (19,6 milles carrés). L’altitude moyenne est de 1 400 mètres (4 600 pieds) au-dessus du niveau de la mer . [22] La ville est délimitée par plusieurs autres municipalités de la Vallée de Katmandou : au sud des Bagmati par Lalitpur Metropolitan City (Patan), avec laquelle elle forme une aire urbaine entourée par une rocade , au sud-ouest par Kirtipur et à l’est par Madyapur Thimi . Au nord, l’aire urbaine s’étend sur plusieurs communes ; Nagarjun , Tarakeshwor, Tokha , Budhanilkantha , Gokarneshwor et Kageshwori Manohara . Cependant, l’agglomération urbaine s’étend bien au-delà des municipalités voisines, par exemple jusqu’à Bhaktapur , et couvre presque toute la Vallée de Katmandou .

Vue panoramique sur la Vallée de Katmandou depuis Swayambhu

Katmandou est disséquée par huit rivières, la rivière principale de la vallée, la Bagmati et ses affluents, dont la Bishnumati , la Dhobi Khola, la Manohara Khola, la Hanumante Khola et la Tukucha Khola sont prédominantes. Les montagnes d’où proviennent ces rivières se situent dans la plage d’altitude de 1 500 à 3 000 mètres (4 900 à 9 800 pieds) et ont des cols qui permettent d’accéder à Katmandou et à sa vallée. [23] [24] [25] Un ancien canal coulait autrefois de la colline de Nagarjuna à travers Balaju jusqu’à Katmandou; ce canal est aujourd’hui éteint.

La ville de Katmandou et la vallée environnante se trouvent dans la zone de forêt de mousson à feuilles caduques (plage d’altitude de 1 200 à 2 100 mètres (3 900 à 6 900 pieds)), l’une des cinq zones de végétation définies pour le Népal. Les espèces d’arbres dominantes dans cette zone sont le chêne , l’ orme , le hêtre , l’érable et autres, avec des conifères à plus haute altitude. [26]

  • Expansion urbaine à Katmandou, 2015.

  • Les pentes vertes et végétalisées qui entourent la zone métropolitaine de Katmandou (gris clair, centre de l’image) comprennent à la fois des réserves forestières et des parcs nationaux

  • L’autoroute Araniko relie Katmandou à Bhaktapur et continue jusqu’à la frontière chinoise .

  • Le nord-est de Katmandou avec Gaurishankar en arrière-plan.

Administration de Katmandou

Katmandou et les villes adjacentes sont composées de quartiers , qui sont largement utilisés et plus familiers aux habitants. Cependant, administrativement, la ville est divisée en 32 quartiers, numérotés de 1 à 32. Auparavant, il y avait 35 quartiers, ce qui en faisait la ville métropolitaine avec le plus grand nombre de quartiers. [27]

Agglomération de Katmandou

La Vallée de Katmandou était l’une des zones métropolitaines à la croissance la plus rapide d’Asie du Sud avec 2,5 millions d’habitants en 2010. [2] Il n’y a pas d’agglomération officiellement définie de Katmandou. La zone urbaine de la Vallée de Katmandou est divisée en trois districts différents (deuxième niveau de divisions administratives au sein d’une province ), qui s’étendent très peu au-delà de la frange de la vallée, sauf vers les chaînes du sud, qui ont une population relativement faible. [28] Ils ont les trois densités de population les plus élevées du pays. Ces 3 districts sont administrés par 21 organes de niveau local ; 2 villes métropolitaines (Katmandou et Lalitpur), 16 municipalités et 3communes rurales . Le tableau de données suivant décrit ces districts qui seraient probablement considérés comme une agglomération :

District administratif ( népalais : जिल्ला ) Superficie (km 2 ) Population (recensement de 2001) Population (recensement de 2011) Population (recensement de 2021) [1] Densité de population (/km 2 ) [1]
District de Katmandou 395 1 081 845 1 740 977 2 017 532 5108
District de Lalitpur 385 337 785 466 784 548 401 1424
District de Bhaktapur 119 225 461 303 027 430 408 3617
Agglomération de Katmandou 899 1 645 091 2 510 788 2 996 341 3333

Climat

Katmandou
Carte climatique ( explication )
J F M UN M J J UN S O N
14 19 2 19 21 5 34 25 8 61 28 12 124 29 16 236 29 19 363 28 20 331 29 20 200 28 19 51 27 13 8.3 24 8 13 20 4
Moyenne max. et min. températures en °C
Cumuls des précipitations en mm
Conversion impériale
J F M UN M J J UN S O N
0,6 66 36 0,7 70 41 1.3 77 46 2.4 82 54 4.9 84 61 9.3 84 66 14 82 68 13 84 68 7.9 82 66 2 81 55 0,3 75 46 0,5 68 39
Moyenne max. et min. températures en °F
Total des précipitations en pouces

Cinq grandes régions climatiques se trouvent au Népal. Parmi celles-ci, la Vallée de Katmandou se trouve dans la zone tempérée chaude (altitude allant de 1 200 à 2 300 mètres (3 900 à 7 500 pieds)), où le climat est assez tempéré, atypique pour la région. Cette zone est suivie par la zone tempérée froide avec une altitude variant entre 2 100 et 3 300 mètres (6 900 et 10 800 pieds). Selon la classification climatique de Köppen , les parties de la ville avec des altitudes plus basses ont un climat subtropical humide (Cwa), tandis que les parties de la ville avec des altitudes plus élevées ont généralement un climat subtropical des hautes terres.(Cwb). Dans la Vallée de Katmandou, représentative du climat de sa vallée, la température estivale moyenne varie de 28 à 30 °C (82 à 86 °F). La température moyenne en hiver est de 10,1 ° C (50,2 ° F).

La ville a généralement un climat avec des journées chaudes suivies de nuits et de matinées fraîches. Des conditions météorologiques imprévisibles sont attendues, étant donné que les températures peuvent chuter à 1 ° C (34 ° F) ou moins pendant l’hiver. Lors d’un front froid en 2013, les températures hivernales de Katmandou sont tombées à -4 ° C (25 ° F) et la température la plus basse a été enregistrée le 10 janvier 2013, à -9,2 ° C (15,4 ° F). Les précipitations sont principalement basées sur la mousson (environ 65% du total concentré pendant les mois de mousson de juin à septembre) et diminuent considérablement (100 à 200 cm (39 à 79 po)) de l’est du Népal à l’ouest du Népal. Les précipitations ont été enregistrées à environ 1 400 millimètres (55,1 pouces) pour la Vallée de Katmandou et en moyenne à 1 407 millimètres (55,4 pouces) pour la ville de Katmandou. L’ humidité moyenne est de 75 %. [23][29] [30] Le graphique ci-dessous est basé sur les données du Bureau népalais des normes et de la météorologie, météorologie météorologique pour 2005. Le graphique fournit des températures minimales et maximales au cours de chaque mois. La quantité annuelle de précipitations était de 1 124 millimètres (44,3 po) pour 2005, selon les données mensuelles incluses dans le tableau ci-dessus. [30] La décennie 2000-2010 a vu des anomalies de précipitations très variables et sans précédent à Katmandou. Cela était principalement dû à la variation annuelle de la mousson du sud-ouest. [ citation nécessaire ]Par exemple, 2001 n’a enregistré que 356 mm (14 po) de précipitations en raison d’une saison de mousson extraordinairement faible. En revanche, 2003 a été l’année la plus humide jamais enregistrée à Katmandou, totalisant plus de 2 900 mm (114 po) de précipitations en raison d’une saison de mousson exceptionnellement forte.

Données climatiques pour Katmandou (moyennes 1981-2010 ; extrêmes 1967-1994)
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc An
Record élevé en °C (°F) 24,4
(75,9)
28,3
(82,9)
33,3
(91,9)
35,0
(95,0)
36,1
(97,0)
37,2
(99,0)
32,8
(91,0)
33,3
(91,9)
33,3
(91,9)
33,3
(91,9)
29,4
(84,9)
28,3
(82,9)
37,2
(99,0)
Moyenne élevée °C (°F) 19,1
(66,4)
21,4
(70,5)
25,3
(77,5)
28,2
(82,8)
28,7
(83,7)
29,1
(84,4)
28,4
(83,1)
28,7
(83,7)
28,1
(82,6)
26,8
(80,2)
23,6
(74,5)
20,2
(68,4)
25,6
(78,1)
Moyenne quotidienne °C (°F) 10,8
(51,4)
13,0
(55,4)
16,7
(62,1)
19,9
(67,8)
22,2
(72,0)
24,1
(75,4)
24,3
(75,7)
24,3
(75,7)
23,3
(73,9)
20,1
(68,2)
15,7
(60,3)
12,0
(53,6)
18,9
(66,0)
Moyenne basse °C (°F) 2,4
(36,3)
4,5
(40,1)
8,2
(46,8)
11,7
(53,1)
15,7
(60,3)
19,1
(66,4)
20,2
(68,4)
20,0
(68,0)
18,5
(65,3)
13,4
(56,1)
7,8
(46,0)
3,7
(38,7)
12,1
(53,8)
Record bas °C (°F) −9,2
(15,4)
−1,1
(30,0)
1,7
(35,1)
4,4
(39,9)
9,4
(48,9)
13,9
(57,0)
16,1
(61,0)
16,1
(61,0)
13,3
(55,9)
5,6
(42,1)
0,6
(33,1)
−1,7
(28,9)
−9,2
(15,4)
Précipitations moyennes mm (pouces) 14,4
(0,57)
18,7
(0,74)
34,2
(1,35)
61,0
(2,40)
123,6
(4,87)
236,3
(9,30)
363,4
(14,31)
330.8
(13.02)
199,8
(7,87)
51,2
(2,02)
8,3
(0,33)
13,2
(0,52)
1 454,9
(57,28)
Jours de précipitations moyennes 2 3 4 6 12 17 23 22 15 4 1 1 110
Humidité relative moyenne (%) 79 71 61 53 57 73 81 83 82 79 85 80 74
Heures d’ensoleillement mensuelles moyennes 223 254 260 231 229 186 136 159 132 252 244 250 2 556
Source 1 : Département d’hydrologie et de météorologie, [31] Organisation météorologique mondiale (jours de précipitations) [32]
Source 2 : Institut météorologique danois (soleil et humidité relative), [33] Sistema de Clasificación Bioclimática Mundial (extrêmes) [34]

Qualité de l’air

La pollution de l’air est un problème majeur dans la Vallée de Katmandou [35] [36] [37] , ce qui lui vaut le surnom de “The Dust Bowl”. [38] [39] [40] Selon la base de données sur la pollution de l’air ambiant de l’Organisation mondiale de la santé de 2016, [41] la concentration moyenne annuelle de PM2,5 (matières particulaires) en 2013 était de 49 μg/m 3 , ce qui est 4,9 fois plus élevé que recommandé par l’ Organisation mondiale de la santé . [42] [43] Depuis le début de 2017, le gouvernement du Népal et l’ambassade des États-Unis à Katmandou surveillent et partagent publiquement des données sur la qualité de l’air en temps réel. Au Népal et à Katmandou ,les décès prématurés annuels dus à la pollution de l’air ont atteint respectivement 37 399 et 9 943, selon un reportage de Republica publié le 23 novembre 2019. Cela indique qu’environ un quart du total des décès dus à la pollution de l’air au Népal se produisent à Katmandou. [44] [45]

Gouvernement et services publics

Administration civique

Bureau du Premier ministre du Népal à Singha Durbar , Katmandou

Kathmandu Municipal Corporation (KMC) est la principale agence nodale de l’administration de Katmandou. La municipalité de Katmandou a été transformée en ville métropolitaine en 1995.

La métropole de Katmandou est divisée en cinq secteurs : le secteur central, le secteur est, le secteur nord, le centre-ville et le secteur ouest. Pour l’administration civique, la ville est en outre divisée en 35 quartiers administratifs. Le Conseil administre la zone métropolitaine de la ville de Katmandou par l’intermédiaire de ses 177 représentants élus et de 20 membres nommés. Il tient des réunions semestrielles pour examiner, traiter et approuver le budget annuel et prendre des décisions politiques majeures. [23] [46]Les documents de profil de quartier pour les 35 quartiers préparés par le Conseil métropolitain de Katmandou sont détaillés et fournissent des informations pour chaque quartier sur la population, la structure et l’état des maisons, le type de routes, les établissements d’enseignement, de santé et financiers, les installations de divertissement, l’espace de stationnement, dispositions de sécurité, etc. Il comprend également des listes de projets de développement achevés, en cours et prévus, ainsi que des données informatives sur le patrimoine culturel, les festivals, les sites historiques et les habitants locaux. Le quartier 16 est le plus grand, avec une superficie de 437,4 ha ; le quartier 26 est le plus petit, avec une superficie de 4 ha. [47]

Katmandou est le siège du district environnant de Katmandou . La ville de Katmandou forme ce district avec 10 autres municipalités, à savoir Budanilkantha , Chandragiri , Dakshinkali , Gokarneshwar , Kageshwari Manohara , Kirtipur , Nagarjun , Shankharapur , Tarakeshwar et Tokha .

La loi et l’ordre

La police métropolitaine est le principal organisme d’application de la loi de la ville. Il est dirigé par un commissaire de police . La police métropolitaine est une division de la police népalaise et le contrôle administratif incombe au ministère de l’intérieur .

Consulat des Pays-Bas . Katmandou accueille 28 missions diplomatiques

Pompiers

Le service d’incendie, connu sous le nom de Barun Yantra Karyalaya ( népalais : वारुण यन्त्र कार्यालय ), a ouvert sa première station à Katmandou en 1937 avec un seul véhicule. [48] ​​Une tour de fer a été érigée pour surveiller la ville et surveiller un incendie. Par mesure de précaution, des pompiers ont été envoyés dans les zones désignées comme zones accidentogènes. [48] ​​En 1944, le service d’incendie a été étendu aux villes voisines de Lalitpur et Bhaktapur. En 1966, un service d’incendie a été créé à l’aéroport central de Katmandou . [48] ​​En 1975, un don du gouvernement ouest-allemand a ajouté sept camions de pompiers au service d’incendie de Katmandou. [48]Le service d’incendie de la ville est également négligé par une organisation non gouvernementale internationale, la Firefighters Volunteer Association of Nepal (FAN), qui a été créée en 2000 dans le but de sensibiliser le public aux incendies et d’améliorer la sécurité. [48]

Électricité et approvisionnement en eau

Bains publics, Katmandou. 1979

L’électricité à Katmandou est réglementée et distribuée par la Nepal Electricity Authority (NEA). Les installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement sont fournies par la Kathmandu Upatyaka Khanepani Limited (KUKL). Il y a une grave pénurie d’eau pour les besoins domestiques tels que la boisson, le bain, la cuisine, la lessive et l’irrigation. Les gens utilisent de l’eau minérale en bouteille, de l’eau des camions-citernes et des anciens dhunge dharas ( népalais : ढुङ्गे धारा ) à toutes les fins liées à l’eau. La pénurie d’eau de la ville devrait être résolue par l’achèvement du projet d’approvisionnement en eau de Melamchi, très en proie à la fin de 2019. [49] [50]

La gestion des déchets

La gestion des déchets peut se faire par le biais du compostage dans les unités municipales de gestion des déchets et dans les maisons équipées d’unités de compostage domestique. Les deux systèmes sont courants et établis en Inde et dans les pays voisins. [51]

Démographie

Le caractère urbain cosmopolite de Katmandou en a fait la ville la plus peuplée du Népal. Selon le recensement national de la population de 2011, la population totale de la ville de Katmandou était de 975 543 dans 254 292 ménages avec un taux de croissance annuel de 6,12% par rapport au chiffre de la population de 2001. [52] 70% de la population totale résidant à Katmandou sont entre 15 et 59 ans.

En une décennie, la population est passée de 427 045 en 1991 à 671 805 en 2001. La population devait atteindre 915 071 en 2011 et 1 319 597 en 2021. Pour maintenir cette croissance démographique, la zone contrôlée par le KMC de 5 076,6 hectares (12 545 acres) s’est étendue à 8 214 hectares (20 300 acres) en 2001. Avec cette nouvelle superficie, la densité de population qui était de 85 en 1991 est restée à 85 en 2001 ; il est susceptible de passer à 111 en 2011 et 161 en 2021. [53]

Groupes ethniques

Le groupe ethnique le plus important est celui des natifs Newars , dont les différents groupes de castes combinés ont une population de 25 %. Les Bahuns ont une population presque égale avec 24%, tandis que la population Chhetri est de 18%. D’autres groupes à Katmandou comprennent les Janajatis, dont les Tamang (8%), les Magar (4%), les Gurung (3%), les Rai (2%) et les Limbu (1%). [54] Plus récemment, d’autres groupes ethniques montagnards et groupes de caste du Teraï en sont venus à représenter une proportion substantielle de la population de la ville, et il y a même environ 12 000 Marwadis, principalement des marchands.

Selon les données de 2011, les principales religions de la ville de Katmandou sont l’hindouisme 81,3%, le bouddhisme 9%, l’islam 4,4% et les autres 5,2%. [55]

Le profil linguistique de Katmandou a subi des changements drastiques pendant le règne de la dynastie Shah en raison de son fort penchant pour la culture hindoue. La Langue sanskrite était donc préférée et les gens étaient encouragés à l’apprendre même en fréquentant des centres d’apprentissage du sanskrit dans le Teraï. Des écoles sanskrites ont été spécialement créées à Katmandou et dans la région du Teraï pour inculquer la culture et les pratiques hindoues traditionnelles originaires du Népal. [56] Selon le recensement de 2011, 61,26 % de la ville parlaient népalais , 19,00 % newar , 5,55 % tamang , 2,82 % maithili , 1,81 % hindi , 1,60 % bhojpuri , 1,23 % gurung , 1,16 % magar .et 1,04% Sherpa comme première langue. L’anglais est également compris par beaucoup. [57]

Architecture et paysage urbain

Site du patrimoine mondial de la Vallée de Katmandou (WHS) Sept monuments et bâtiments

Kathmandu Market 1920.jpg Kathmandu Market 1920.jpg Kathmandu Durbar Market 2007.jpg Kathmandu Durbar Market 2007.jpg IMG 0483 Kathmandu Pashupatinath.jpg IMG 0483 Kathmandu Pashupatinath.jpg Changu Narayan (5244433170).jpg Changu Narayan (5244433170).jpg SwayambhunathAtNight.jpg SwayambhunathAtNight.jpg Boudhanath Img291.jpg Boudhanath Img291.jpg Patan1.jpg Patan1.jpg Bhaktapur palais 55 fenetres.JPG Bhaktapur palais 55 fenetres.JPG

• Place Katmandou Durbar en 1920 •
• Place Katmandou Durbar en 2007 •
• Pashupatinath • Changunarayan •
• Swayambhunath • Boudhanath •
• Place Patan Durbar •
• Place Bhaktapur Durbar •

Cette boîte:

  • voir
  • parler
  • Éditer

L’ancienne route commerciale entre l’Inde et le Tibet qui passait par Katmandou a permis de fusionner les traditions artistiques et architecturales d’autres cultures avec l’art et l’architecture locaux. [58] Les monuments de la ville de Katmandou ont été influencés au cours des siècles par les pratiques religieuses hindoues et bouddhistes. Le trésor architectural de la Vallée de Katmandou a été classé dans les sept groupes bien connus de monuments et bâtiments du patrimoine. En 2006, l’UNESCO a déclaré ces sept groupes de monuments comme site du patrimoine mondial(WHS). Les sept zones de monuments couvrent une superficie de 189 hectares (470 acres), la zone tampon s’étendant sur 2 394 hectares (5 920 acres). Les sept zones de monuments inscrites à l’origine en 1979 et avec une modification mineure en 2006 sont les places Durbar de Hanuman Dhoka , Patan et Bhaktapur , les temples hindous de Pashupatinath et Changunarayan , les stupas bouddhistes de Swayambhunath et Boudhanath . [59] [60]

Places Durbar

La signification littérale de Durbar Square est un “lieu de palais”. Il existe trois places Durbar préservées dans la Vallée de Katmandou et une non préservée à Kirtipur . La place Durbar de Katmandou se trouve dans la vieille ville et possède des bâtiments patrimoniaux représentant quatre royaumes (Kantipur, Lalitpur, Bhaktapur, Kirtipur) ; la plus ancienne étant la dynastie Licchavi. Le complexe compte 50 temples et est réparti dans deux quadrilatères du Durbar Square. Le quadrilatère extérieur a le temple Kasthamandap , Kumari Ghar et Shiva-Parvati ; le quadrilatère intérieur a le palais Hanuman Dhoka . Les places ont été gravement endommagées lors du tremblement de terre d’avril 2015 .

Hanuman Dhoka est un complexe de structures avec le palais royal des rois Malla et de la dynastie Shah. Il s’étend sur cinq hectares. L’aile orientale, avec dix cours, est la partie la plus ancienne, datant du milieu du XVIe siècle. Il a été agrandi par le roi Pratap Malla au 17ème siècle avec de nombreux temples. La famille royale a vécu dans ce palais jusqu’en 1886, date à laquelle elle a déménagé au palais Narayanhiti. L’inscription en pierre à l’extérieur est en quinze langues.

Kumari Ghar est un palais au centre de la ville de Katmandou, à côté de la place Durbar où réside un Kumari royal sélectionné parmi plusieurs Kumaris. Kumari, ou Kumari Devi, est la tradition d’adorer les jeunes filles pré-pubères comme des manifestations de l’énergie féminine divine ou devi dans les pays d’Asie du Sud. Au Népal, le processus de sélection est très rigoureux. Auparavant, à l’époque de la monarchie, la reine et les prêtres avaient l’habitude de nommer le Kumari proposé avec un processus délicat d’examen astrologique et d’examen physique de 32 ‘gunas’. La porcelaine ( népalais : चिना), un ancien rapport astrologique hindou, du Kumari et du roi régnant, devait être similaire. On pense que le Kumari est une incarnation corporelle de la déesse Taleju (le nom népalais de Durga) jusqu’à ce qu’elle ait ses règles, après quoi on pense que la déesse quitte son corps. Une maladie grave ou une perte de sang importante à la suite d’une blessure la fait également revenir à un statut commun. L’actuelle Kumari, Trishna Shakya, âgée de trois ans au moment de sa nomination, a été installée en septembre 2017, succédant à Matina Shakya qui a été la première Kumari de Katmandou après la fin de la monarchie. [61]

Kasthamandap est un temple à trois étages consacrant une image de Gorakhnath . Il a été construit au 16ème siècle dans le style pagode . Le nom de Katmandou est un dérivé du mot Kasthamandap . Il a été construit sous le règne du roi Laxmi Narsingha Malla. Kasthamandap se trouve à l’intersection de deux anciennes routes commerciales reliant l’Inde et le Tibet sur la place Maru . Il a été construit à l’origine comme une maison de repos pour les voyageurs.

Temple de Pashupatinath

Panorama du temple de Pashupatinath depuis l’autre rive de la rivière Bagmati Pashupatinath vu des rives de la rivière Bagmati

Le temple de Pashupatinath ( népalais : पशुपतिनाथ मन्दिर ) est un célèbre temple hindou du Ve siècle dédié au Seigneur Shiva . Situé sur les rives de la rivière Bagmati , le temple de Pashupatinath est le plus ancien temple hindou de Katmandou. [62] Il a servi de siège à la divinité nationale, Lord Pashupatinath , jusqu’à ce que le Népal soit sécularisé. Cependant, une partie importante du temple a été détruite par Mughalenvahisseurs au 14ème siècle et il ne reste que peu ou rien de l’extérieur du temple d’origine du 5ème siècle. Le temple tel qu’il se présente aujourd’hui a été construit au 19ème siècle, bien que l’image du taureau et l’image noire à quatre têtes de Pashupati aient au moins 300 ans. [63] Le temple est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO . [63] [64] Shivaratri , ou la nuit du Seigneur Shiva, est le festival le plus important qui a lieu ici, attirant des milliers de dévots et de sadhus . [ citation nécessaire ]

Les croyants de Pashupatinath (principalement hindous ) sont autorisés à entrer dans les locaux du temple, mais les visiteurs non hindous ne sont autorisés à voir le temple que de l’autre côté de la rivière Bagmati. [63] Les prêtres qui exécutent les services dans ce temple sont des brahmanes du Karnataka dans le sud de l’Inde depuis l’époque du roi Malla Yaksha Malla . [65] On pense que cette tradition a été lancée à la demande d’ Adi Shankaracharya qui cherchait à unifier les États de Bharatam, une région d’Asie du Sud qui serait gouvernée par un roi mythologique Bharat, en encourageant les échanges culturels. Cette procédure est suivie dans d’autres temples à travers l’Inde, qui ont été sanctifiés par Adi Shankaracharya.

Le temple est construit dans le style architectural de la pagode , avec des constructions cubiques et des chevrons en bois sculpté (tundal) sur lesquels ils reposent, et des toits à deux niveaux en cuivre et en or.

Bodnath

Bâtiments autour du Boudhanath Stupa Boudhanath Stupa, l’un des plus grands du Népal, présenté lors de rénovations après le tremblement de terre de 2015 .

Boudhanath ( népalais : बौद्ध स्तुप ; également écrit comme Bouddhanath , Bodhnath , Baudhanath ou Khāsa Chaitya ), est l’un des sites bouddhistes les plus sacrés du Népal, avec le Swayambhunath . C’est un site touristique très fréquenté. Boudhanath est connu sous le nom de Khāsti par les Newars et sous le nom de Bauddha ou Bodhnāth par les locuteurs du népalais . [66] À environ 11 km (7 mi) du centre et de la périphérie nord-est de Katmandou, le mandala massif du stupa en fait l’un des plus grands stupas sphériques du Népal. [67]Boudhanath est devenu un site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979.

La base du stupa comporte 108 petites représentations du bouddha Dhyani Amitabha . Il est entouré d’un mur de briques avec 147 niches, chacune avec quatre ou cinq moulins à prières gravés du mantra, om mani padme hum . [68] À l’entrée nord où les visiteurs doivent passer se trouve un sanctuaire dédié à Ajima , la déesse de la variole . [68] Chaque année, le stupa attire de nombreux pèlerins bouddhistes tibétains qui exécutent des prosternations de tout le corps dans l’enceinte inférieure intérieure, marchent autour du stupa avec des moulins à prières, chantent et prient. [68]Des milliers de drapeaux de prière sont hissés du haut du stupa vers le bas et parsèment le périmètre du complexe. L’afflux de nombreux réfugiés tibétains de Chine a vu la construction de plus de 50 gompas tibétains ( monastères ) autour de Boudhanath.

Swayambhu

Swayambhunath ( népalais : स्वयम्भू स्तूप ) est un stupa bouddhiste au sommet d’une butte dans la partie nord-ouest de la ville. C’est l’un des sites religieux les plus anciens du Népal . Bien que le site soit considéré comme bouddhiste, il est vénéré à la fois par les bouddhistes et les hindous. Le stupa se compose d’un dôme à la base; au-dessus du dôme, il y a une structure cubique avec les yeux de Bouddha regardant dans les quatre directions. [ clarification nécessaire ] Il y a des torans pentagonaux au- dessus de chacun des quatre côtés, avec des statues gravées dessus. Derrière et au-dessus du torana, il y a treize niveaux. Au-dessus de tous les gradins, il y a un petit espace au-dessus duquel se trouve un gajur .

Rani Pokhari

Ranipokhari ( népalais : रानी पोखरी , lit. ‘Queen’s Pond’) est un étang artificiel historique niché au cœur de Katmandou. Il a été construit par le roi Pratap Malla en 1670 après JC pour sa reine bien-aimée après avoir perdu son fils et n’a pas pu se remettre de sa perte. [69]Une grande statue en pierre d’un éléphant au sud représente l’image de Pratap Malla et de ses deux fils. Le temple Balgopaleshwor se tient immobile à l’intérieur du temple au-dessus de l’étang. Rani Pokhari est ouvert une fois par an lors du dernier jour du festival Tihar, c’est-à-dire Bhai Tika et Chhath. Le plus grand Chhath du monde a lieu chaque année à Ranipokhari. L’étang est l’un des monuments les plus célèbres de Katmandou et est connu pour sa signification religieuse et esthétique. Cependant, Ranipokhari est actuellement en cours de développement, qui a commencé en 2019 et devrait se terminer l’année prochaine, selon les rapports.

Culture

Arts

Sculptures sur pierre, appelées Chaityas , vues dans les coins de rue et les cours

Vallée de Katmandou, la ville de Newars est décrite comme “un énorme trésor d’art et de sculptures”, qui sont faits de bois, de pierre, de métal et de terre cuite , et que l’on trouve à profusion dans les temples, les sanctuaires, les stupas, les gompas, les chaityas et les palais. Les objets d’art sont également vus dans les coins de rue, les ruelles, les cours privées et en pleine terre. La plupart des œuvres d’art se présentent sous la forme d’icônes de dieux et de déesses. La Vallée de Katmandou possède ce trésor artistique depuis très longtemps, mais n’a reçu une reconnaissance mondiale qu’après l’ouverture du pays au monde extérieur en 1950. [56]

L’art religieux du Népal et de Katmandou en particulier consiste en un symbolisme emblématique des déesses mères telles que : Bhavani, Durga, Gaja-Lakshmi, Hariti-Sitala, Mahsishamardini, Saptamatrika (sept déesses mères) et Sri-Lakshmi (déesse de la richesse ). Dès le IIIe siècle avant notre ère, outre les dieux et déesses hindous, les monuments bouddhiques de la période Ashokan (on dit qu’Ashoka a visité le Népal en 250 avant J.-C.) ont embelli le Népal en général et la vallée en particulier. Ces édifices artistiques et architecturaux englobent trois grandes périodes d’évolution: la période Licchavi ou classique (500 à 900 après JC), la période post-classique (1000 à 1400 après JC), avec une forte influence de la forme d’art Palla; la période Malla (à partir de 1400) qui présentait explicitement tantriqueinfluences couplées à l’art de la démonologie tibétaine . [70]

Une large typologie a été attribuée aux motifs décoratifs et aux sculptures créés par le peuple népalais. Ces artistes ont maintenu un mélange d’hindouisme et de bouddhisme. La typologie, basée sur le type de matériau utilisé, est : l’art de la pierre, l’art du métal, l’art du bois, l’art de la terre cuite et la peinture. [71]

Musées

Katmandou abrite un certain nombre de musées et de galeries d’art, dont le Musée national du Népal et le Musée d’histoire naturelle du Népal . L’art et l’architecture du Népal sont une fusion de deux religions anciennes, l’hindouisme et le bouddhisme. Celles-ci se reflètent amplement dans les nombreux temples, sanctuaires, stupas, monastères et palais des sept zones de monuments bien définies de la Vallée de Katmandou qui font partie d’un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette fusion se reflète également dans la planification et les expositions dans les musées et les galeries d’art de Katmandou et de ses villes sœurs de Patan et Bhaktapur. Les musées présentent des artefacts et des peintures uniques du 5ème siècle de notre ère à nos jours, y compris l’exportation archéologique. [72]

Les musées et les galeries d’art à Katmandou comprennent : [72]

  • Le Musée National
  • Le musée d’histoire naturelle
  • Complexe du palais Hanuman Dhoka
  • La bibliothèque Kaiser
  • La Galerie nationale d’art
  • La galerie NEF-ART (Nepal Fine Art)
  • La galerie du Conseil des arts du Népal
  • Musée du Palais Narayanhiti
  • Le musée de Taragaon

Musée national du Népal

Le Musée national se trouve dans la partie ouest de Katmandou, près du stupa de Swayambhunath dans un bâtiment historique construit au début du XIXe siècle par le général Bhimsen Thapa . C’est le musée le plus important du pays, abritant une vaste collection d’armes, d’art et d’antiquités d’importance historique et culturelle. Le musée a été créé en 1928 en tant que maison de collection de trophées de guerre et d’armes, et le nom initial de ce musée était Chhauni Silkhana , ce qui signifie “la maison en pierre des armes et des munitions”. Compte tenu de son orientation, le musée contient de nombreuses armes, y compris des armes à feu fabriquées localement utilisées dans les guerres, des canons en cuir du XVIIIe au XIXe siècle et des œuvres médiévales et modernes en bois, bronze , pierre .et peintures. [73]

Le musée d’histoire naturelle se trouve dans les contreforts sud de la colline de Swayambhunath et possède une importante collection de différentes espèces d’animaux, de papillons et de plantes. Le musée est réputé pour son exposition d’espèces, des coquillages préhistoriques aux animaux empaillés. [73]

Le musée Tribhuvan contient des artefacts liés au roi Tribhuvan (1906–1955). Il contient une variété de pièces, notamment ses effets personnels, des lettres et des papiers, des souvenirs liés à des événements auxquels il a participé et une rare collection de photos et de peintures de membres de la famille royale. Le musée Mahendra est dédié au roi Mahendra (1920-1972). Comme le musée Tribhuvan, il comprend ses effets personnels tels que des décorations, des timbres, des pièces de monnaie et des notes et manuscrits personnels, mais il possède également des reconstructions structurelles de son cabinet et de sa chambre de bureau. Le palais Hanumandhoka, un somptueux complexe de palais médiévaux dans le Durbar, contient trois musées distincts d’importance historique. Ces musées comprennent le musée Birendra, qui contient des objets liés à l’avant-dernier monarque,Roi Birendra . [73]

L’enceinte fermée du musée du palais Narayanhiti se trouve dans la partie centre-nord de Katmandou. « Narayanhiti » ( népalais : नारायणहिटी ) vient de Narayana ( népalais : नारायण ), une forme du dieu hindou Lord Vishnu , et Hiti ( népalais : हिटी ), signifiant « jet d’eau » (le temple du seigneur Vishnu est en face du palais , et la goulotte est à l’est de l’entrée principale de l’enceinte). Le bâtiment actuel du palais a été construit en 1970 en face de l’ancien palais, construit en 1915, sous la forme d’une pagode contemporaine. Il a été construit à l’occasion du mariage du prince héritier de l’époque et héritier présomptif du trône,Birendra . La porte sud du palais se trouve au croisement des routes Prithvipath et Durbar Marg . La zone du palais couvre 30 hectares (74 acres) et est entièrement sécurisée avec des portes de tous les côtés. [74] [75] [76] Ce palais était la scène du massacre royal népalais . Après la chute de la monarchie, il a été transformé en musée.

Le musée de Taragaon présente l’histoire moderne de la Vallée de Katmandou. [77] Il vise à documenter 50 ans de recherche et de conservation du patrimoine culturel de la Vallée de Katmandou, en documentant ce que les artistes, photographes, architectes et anthropologues étrangers ont apporté dans la seconde moitié du XXe siècle. La structure actuelle du musée présente les efforts de restauration et de réhabilitation pour préserver le patrimoine bâti de Katmandou. Il a été conçu par Carl Pruscha (maître-urbaniste de la Vallée de Katmandou) [78] en 1970 et construit en 1971. [79]Les travaux de restauration ont commencé en 2010 pour réhabiliter l’auberge de Taragaon en musée de Taragaon. La conception utilise la brique locale avec des éléments de conception architecturale modernes, ainsi que l’utilisation de cercles, de triangles et de carrés. [78] Le musée se trouve à quelques pas du stupa Boudhanath, qui lui-même peut être vu depuis la tour du musée.

Galeries d’art Une exposition de statues bouddhistes à Katmandou

Katmandou est un centre d’art au Népal, présentant le travail d’artistes contemporains du pays ainsi que des collections d’artistes historiques. Patan en particulier est une ville ancienne réputée pour ses beaux-arts et son artisanat. L’art à Katmandou est dynamique, démontrant une fusion du traditionalisme et de l’art moderne, dérivé d’un grand nombre d’influences nationales, asiatiques et mondiales. L’art népalais est généralement divisé en deux domaines : la peinture traditionnelle idéaliste connue sous le nom de Paubhas au Népal et peut-être plus communément connue sous le nom de Thangkasau Tibet, étroitement liée à l’histoire religieuse du pays et d’autre part à la peinture contemporaine de style occidental, y compris des compositions basées sur la nature ou des œuvres abstraites basées sur des éléments tantriques et des thèmes sociaux pour lesquels les peintres népalais sont bien connus. [73] Au niveau international, l’organisation caritative britannique, le Kathmandu Contemporary Art Center, est impliquée dans la promotion des arts à Katmandou. [80]

Katmandou abrite de nombreuses galeries d’art remarquables. La galerie NAFA, gérée par le département des arts et métiers de l’ Académie du Népal, est installée à Sita Bhavan, un ancien palais néo-classique de Rana. [73]

La galerie d’art contemporain Srijana, à l’intérieur du parc des expositions de Bhrikutimandap, accueille le travail de peintres et sculpteurs contemporains et organise régulièrement des expositions. Elle dispense également des cours du matin et du soir dans les écoles d’art. A noter également la galerie Moti Azima, dans un bâtiment de trois étages à Bhimsenthan qui contient une impressionnante collection d’ustensiles traditionnels et de poupées faites à la main et d’objets typiques d’une maison médiévale Newar , donnant un aperçu important de l’histoire népalaise. La galerie d’art J près de l’ancien palais royal de Durbarmarg présente les œuvres d’éminents peintres népalais établis. La Nepal Art Council Gallery, dans le Babar Mahal , sur le chemin de l’aéroport international de Tribhuvancontient des œuvres d’artistes nationaux et internationaux et de vastes salles régulièrement utilisées pour des expositions d’art. [73]

Littérature

La Bibliothèque nationale du Népal est située à Patan. C’est la plus grande bibliothèque du pays avec plus de 70 000 livres en anglais, népalais , sanskrit , hindi et népalais bahasa . La bibliothèque est en possession de rares livres savants en sanskrit et en anglais datant du 17ème siècle après JC. Katmandou contient également la bibliothèque Kaiser, dans le Kaiser Mahal au rez-de-chaussée du bâtiment du ministère de l’Éducation . Cette collection d’environ 45 000 livres est issue d’une collection personnelle du Kaiser Shamsher Jang Bahadur Rana . Il couvre un large éventail de sujets, y compris l’histoire, le droit, l’art, la religion et la philosophie, ainsi qu’un manuel sanskrit de tantra ., qui aurait plus de 1 000 ans. [73] Le tremblement de terre de 2015 a causé de graves dommages au bâtiment du ministère de l’Éducation et le contenu de la bibliothèque Kaiser a été temporairement déplacé.

Archives des Asa

Les archives Asa sont également remarquables. Ils se spécialisent dans l’histoire médiévale et les traditions religieuses de la Vallée de Katmandou. Les archives, à Kulambhulu, possèdent une collection de quelque 6 000 livres manuscrits à feuilles mobiles et 1 000 manuscrits sur feuilles de palmier (principalement en sanskrit ou népalais bhasa) et un manuscrit daté de 1464. [73]

Cinéma et théâtre

Katmandou abrite le cinéma et les théâtres népalais . La ville contient plusieurs théâtres, dont le National Dance Theatre de Kanti Path, le Ganga Theatre, le Himalayan Theatre et le Aarohan Theatre Group fondé en 1982. Le M. Art Theatre est basé dans la ville. L’école de théâtre Gurukul organise le Festival international de théâtre de Katmandou, attirant des artistes du monde entier. [81] Un mini théâtre a été ouvert au Hanumandhoka Durbar Square, établi par le Durbar Conservation and Promotion Committee.

Katmandou compte un certain nombre de cinémas (anciens établissements à écran unique et quelques nouveaux multiplexes) diffusant des films népalais, bollywoodiens et hollywoodiens . Certains anciens établissements comprennent la salle de cinéma Vishwajyoti, la salle Jai Nepal, la salle de cinéma Kumari, la salle de cinéma Gopi Krishna et la salle de cinéma Guna. Katmandou abrite également des cinémas et des multiplexes aux normes internationales, tels que QFX Cinemas , Cine De Chef, Fcube Cinemas, Q’s Cinemas, Big Movies, BSR Movies et bien d’autres.

Musique Performance musicale bouddhiste traditionnelle pendant Gunla

Katmandou est le centre de la musique et de la danse au Népal, et ces formes d’art font partie intégrante de la compréhension de la ville. Des spectacles musicaux sont organisés dans des lieux culturels. La musique fait partie de l’aspect traditionnel de Katmandou. Gunla est le festival de musique traditionnelle selon le Népal Sambat . La musique Newar est originaire de Katmandou. De plus, la musique de tout le Népal peut être trouvée à Katmandou.

Un certain nombre de hippies ont visité Katmandou dans les années 1970 et ont introduit le rock and roll , le rock et le jazz dans la ville. Katmandou est connue internationalement pour son festival de jazz , populairement connu sous le nom de Jazzmandu . C’est le seul festival de jazz de la région himalayenne et a été créé en mars 2002. Le festival attire des musiciens de pays du monde entier, tels que l’Australie, le Danemark, les États-Unis, le Bénin et l’Inde. [82]

La ville a été référencée dans de nombreuses chansons, dont des œuvres de Cat Stevens (‘Katmandu’, Mona Bone Jakon (1970)), Bob Seger (‘Katmandu’, Beautiful Loser (1975)), Rush (‘ A Passage to Bangkok ‘, Arrivée à Katmandou ; 2112 , 1976), John Lennon (” Nobody Told Me ” (1984, à titre posthume)), Krematorij (” Katmandou “, Three Springs (2000)), Fito Páez ( Tráfico por Katmandú – ” Trafic à travers Katmandou “) et Cavalcade (“Katmandu Kid”) 2019.

Cuisine

L’un des plats typiquement népalais Dal bhat à Katmandou

L’aliment de base de la plupart des habitants de Katmandou est le dal bhat . Il s’agit d’une soupe de riz et de lentilles, généralement servie avec des currys de légumes, de l’achar et parfois du chutney. Momo , un type de version népalaise de la boulette tibétaine, est devenu important au Népal avec de nombreux vendeurs de rue et restaurants qui le vendent. C’est l’un des fast-foods les plus populaires de Katmandou. Diverses variantes népalaises du momo, notamment le momo chamois (c’est-à-dire le buffle), le momo au poulet et le momo végétarien, sont célèbres à Katmandou.

La plupart des cuisines trouvées à Katmandou ne sont pas végétariennes. Cependant, la pratique du végétarisme n’est pas rare et les cuisines végétariennes peuvent être trouvées dans toute la ville. La consommation de bœuf est très rare et considérée comme tabou dans de nombreux endroits. Le buff (viande de buffle d’eau) est très commun. Il existe une forte tradition de consommation de chamois à Katmandou, en particulier chez les Newars , que l’on ne trouve pas dans d’autres régions du Népal. La consommation de porc était considérée comme taboue jusqu’à il y a quelques décennies. En raison du mélange avec la cuisine Kirat de l’est du Népal, le porc a trouvé sa place dans les plats de Katmandou. Une frange d’hindous et de musulmans fervents la considèrent comme tabou. Les musulmans interdisent de manger du buff à partir du Corantandis que les hindous mangent toutes les variétés sauf le bœuf car ils considèrent la vache comme une déesse et un symbole de pureté. Le principal déjeuner / collation pour les habitants et les visiteurs est principalement Momo ou Chowmein .

Katmandou n’avait qu’un seul restaurant de style occidental en 1955. [83] Un grand nombre de restaurants à Katmandou ont depuis ouvert leurs portes, proposant notamment de la cuisine népalaise , de la cuisine tibétaine , de la cuisine chinoise et de la cuisine indienne . De nombreux autres restaurants ont ouvert pour accueillir les locaux, les expatriés et les touristes. La croissance du tourisme à Katmandou a conduit à la créativité culinaire et au développement d’aliments hybrides pour accueillir les touristes tels que le chop suey américain , qui est une sauce aigre-douce avec des nouilles croustillantes avec un œuf frit couramment ajouté sur le dessus et d’autres occidentalisés. adaptations de la cuisine traditionnelle. [83]La cuisine continentale peut être trouvée dans des endroits sélectionnés. Les restaurants de chaînes internationales sont rares, mais certains points de vente de Pizza Hut et KFC y ont récemment ouvert. Elle compte également plusieurs points de vente de la chaîne internationale de glaces Baskin-Robbins . [84]

Katmandou compte une plus grande proportion de buveurs de thé que de buveurs de café. Le thé, connu localement sous le nom de Chiya, est largement servi mais est extrêmement faible selon les normes occidentales. Il est plus riche et contient des feuilles de thé bouillies avec du lait, du sucre et des épices. Les salons de thé qui servent spécialement du thé avec d’autres collations sont largement disponibles. L’alcool est largement consommé et il existe de nombreuses variantes locales de boissons alcoolisées. L’alcool au volant est illégal et les autorités ont une politique de tolérance zéro. [85] Ailaa et thwon (alcool à base de riz) sont les boissons alcoolisées de Katmandou, présentes dans tous les bhattis locaux (restaurants servant de l’alcool). Chhyaang , tongba ( mil ou orge fermenté ) etLes raksi sont des boissons alcoolisées provenant d’autres régions du Népal que l’on trouve à Katmandou. Cependant, les magasins et les bars de Katmandou vendent largement des bières occidentales et népalaises.

Festivals

Le président du Népal Ram Baran Yadav observant le festival de rue de Yenya , qui signifie littéralement « festival de Katmandou » Samyak , un festival bouddhiste au cours duquel les statues de bouddhas des anciens monastères sont exposées ensemble. Remarquez la statue d’ Hanuman à côté des bouddhas sur la photo, un exemple courant d’harmonie religieuse à Katmandou.

La plupart des foires et festivals de Katmandou remontent à la période Malla ou avant. Traditionnellement, ces fêtes étaient célébrées par les Newars. Ces dernières années, ces festivals ont également trouvé une participation plus large d’autres Kathmanduites. En tant que capitale du Népal, divers festivals nationaux sont célébrés à Katmandou. Avec la migration massive vers la ville, les cultures de Khas de l’ouest, Kirats de l’est, Bon/Tibétain du nord et Mithila du sud se rencontrent dans la capitale et se mêlent harmonieusement. Les festivités telles que le Ghode (cheval) Jatra, Indra Jatra , les festivals Dashain Durga Puja , Shivratriet beaucoup d’autres sont observés par toutes les communautés hindoues et bouddhistes de Katmandou avec une ferveur et un enthousiasme dévotionnels. La réglementation sociale dans les codes promulgués intègre les traditions et l’éthique hindoues. Ceux-ci ont été suivis par les rois Shah et les rois précédents, en tant que fervents hindous et protecteurs de la religion bouddhiste.

Danseuse népalaise Lakhe

La continuité culturelle a été maintenue pendant des siècles dans le culte exclusif des déesses et des divinités à Katmandou et dans le reste du pays. Ces divinités comprennent l’ Ajima , [86] Taleju (ou Tulja Bhavani ou Taleju Bhawani) [87] et son autre forme : Digu Taleju (ou Degu Taleju) [88] et Kumari (la déesse vivante). [89] Les édifices artistiques sont maintenant devenus des lieux de culte dans la vie quotidienne des gens, donc une liste est maintenue pour observer les festivals annuels. Il y a 133 festivals organisés dans l’année. [90]

Certaines des fêtes traditionnelles observées à Katmandou, en dehors de celles mentionnées précédemment, sont Bada Dashain , Tihar , Chhath , Maghe Sankranti , Nag Panchami , Janai Purnima , Pancha Dan, Teej / Rishi Panchami , Pahan Charhe , Jana Baha Dyah Jatra (White Machchhendranath Jatra) et Matatirtha Aunsi . [58]

religions

hindouisme

Vallée de Katmandou vue de Halchowk pendant Deepawali , 2013

L’hindouisme est l’une des croyances indigènes de la ville. On suppose que, avec le royaume de Licchhavi (vers 400 à 750), l’hindouisme et la stratification sociale endogame de la caste se sont établis dans la Vallée de Katmandou. Le temple Pashupatinath , le temple Changu Narayan et le Kasthamandap revêtent une importance particulière pour les hindous. D’autres temples hindous notables à Katmandou et dans la vallée environnante comprennent le temple Bajrayogini , le temple Dakshinkali , le temple Guhyeshwari et le sanctuaire Shobha Bhagawati .

La rivière Bagmati qui traverse Katmandou est considérée comme une rivière sacrée à la fois par les hindous et les bouddhistes, et de nombreux temples hindous se trouvent sur les rives de cette rivière. L’importance du Bagmati réside également dans le fait que les hindous sont incinérés sur ses rives et que les Kirants sont enterrés dans les collines à ses côtés. Selon la tradition hindoue népalaise, le cadavre doit être plongé trois fois dans le Bagmati avant la crémation. Le principal endeuillé (généralement le premier fils) qui allume le bûcher funéraire doit prendre un bain d’eau de rivière sacrée immédiatement après la crémation. De nombreux parents qui se joignent au cortège funèbre prennent également un bain dans le Bagmati ou aspergent l’eau bénite sur leur corps à la fin de la crémation car le Bagmati est censé purifier spirituellement les gens.

bouddhisme

Le bouddhisme a été introduit à Katmandou avec l’arrivée de moines bouddhistes à l’époque de Bouddha (vers 563 – 483 avant notre ère [91] ). Ils établirent un monastère forestier à Sankhu . Ce monastère a été rénové par Shakyas après avoir fui le génocide de Virudhaka (r. 491–461 avant notre ère).

Pendant l’ère hindoue Lichchavi (vers 400 à 750), divers monastères et ordres ont été créés qui ont successivement conduit à la formation du bouddhisme Newar , qui est toujours pratiqué dans la langue liturgique principale de l’hindouisme, le sanskrit .

La princesse légendaire Bhrikuti (7e siècle) et l’artiste Araniko (1245-1306 CE) de cette tradition de la Vallée de Katmandou ont joué un rôle important dans la diffusion du bouddhisme au Tibet et en Chine. Il y a plus de 108 monastères traditionnels (Bahals et Bahá’ís) à Katmandou basés sur le bouddhisme Newar. Depuis les années 1960, la population bouddhiste tibétaine permanente de Katmandou a considérablement augmenté, de sorte qu’il existe aujourd’hui plus de cinquante monastères bouddhistes tibétains dans la région. De plus, avec la modernisation du bouddhisme Newar, divers Theravada Bihars ont été établis.

Kirat Mundhum

Kirant Mundhum est l’une des pratiques animistes indigènes du Népal. Il est pratiqué par le Peuple Kirat . Certains aspects animistes des croyances Kirant, comme le culte des ancêtres (culte d’Ajima) se retrouvent également chez les Newars d’origine Kirant. Les anciens sites religieux censés être vénérés par les anciens Kirats, tels que Pashupatinath, Wanga Akash Bhairabh (Yalambar) et Ajima sont désormais vénérés par des personnes de toutes les religions dharmiques à Katmandou. Les Kirats qui ont migré d’autres régions du Népal vers Katmandou pratiquent le Mundhum dans la ville. [92]

Autres religions

Le sikhisme est pratiqué principalement à Gurudwara à Kupundole. Un ancien temple du sikhisme est également présent à Katmandou, aujourd’hui disparu.

Le jaïnisme est pratiqué par une petite communauté. Un temple jaïn est présent à Gyaneshwar, où les jaïns pratiquent leur foi.

Selon les archives de l’ Assemblée spirituelle des bahá’ís du Népal, il y a environ 300 adeptes de la foi bahá’íe dans la Vallée de Katmandou. Ils ont un bureau national à Shantinagar, Baneshwor. Les bahá’ís ont également des cours pour enfants au Centre national et dans d’autres localités de Katmandou.

On dit qu’à Katmandou seulement, il y a 170 églises chrétiennes. Des hôpitaux missionnaires chrétiens, des organisations d’aide sociale et des écoles fonctionnent également. Les citoyens népalais qui ont servi comme soldats dans les armées indiennes et britanniques, qui s’étaient convertis au christianisme pendant leur service, à leur retour au Népal continuent de pratiquer leur religion. Ils ont contribué à la propagation du christianisme et à la construction d’églises au Népal et à Katmandou, en particulier. [93] [94]

Éducation

La plus ancienne école moderne du Népal, la Durbar High School , et la plus ancienne université, le Tri-Chandra College , se trouvent toutes deux à Katmandou. La plus grande (selon le nombre d’étudiants et de collèges), la plus ancienne et la plus distinguée université du Népal , l’Université Tribhuvan , située à Kirtipur . La deuxième plus grande université, l’ Université de Katmandou (KU), se trouve à Dhulikhel , Kavre , à la périphérie de Katmandou. C’est la deuxième plus ancienne université du Népal, créée en novembre 1991. [95]Sans surprise, les meilleures écoles et collèges du Népal sont situés à Katmandou et dans ses villes voisines. Chaque année, des milliers d’étudiants de tout le Népal arrivent à Katmandou pour être admis dans les différentes écoles et collèges. L’une des principales préoccupations des éducateurs et des citoyens concernés est l’afflux massif d’étudiants du Népal vers l’extérieur du Népal pour des études. Chaque année, des milliers d’étudiants demandent des certificats de non-objection pour étudier à l’étranger. Des cabinets de conseil spécialisés dans la préparation des étudiants à partir à l’étranger se trouvent dans tous les endroits importants. Les raisons d’un tel afflux vont de la mauvaise qualité perçue de l’éducation, de l’instabilité politique, de la diminution des opportunités sur le marché du travail, des opportunités de gagner de l’argent tout en apprenant à l’étranger et de meilleures perspectives d’emploi avec un diplôme international.

Soins de santé

Les soins de santé à Katmandou sont les plus développés du Népal, et la ville et la vallée environnante abritent certains des meilleurs hôpitaux et cliniques du pays. L’hôpital de Bir est le plus ancien, créé en juillet 1889 par Bir Shamsher Jang Bahadur Rana . Les hôpitaux notables comprennent Bir Hospital, Nepal Medical College and Teaching Hospital (Jorpati), Tribhuvan University Institute of Medicine (Teaching Hospital), Patan Hospital, Kathmandu Model Hospital, Scheer Memorial Hospital, Om Hospital, Norvic Hospital, Grande International Hospital, Nobel Hospital et beaucoup plus.

La ville est soutenue par des hôpitaux / cliniques spécialisés tels que l’hôpital tropical Shahid Shukraraj, la Fondation Shahid Gangalal, l’hôpital vétérinaire de Katmandou, l’hôpital ophtalmologique du Népal, l’hôpital pour enfants de Kanti, la clinique internationale du Népal (centre de médecine de voyage et de montagne), le centre neurologique, le centre de réadaptation vertébrale et Hôpital de cancérologie de Bhaktapur . La plupart des hôpitaux généraux se trouvent dans le centre-ville, bien que plusieurs cliniques se trouvent ailleurs dans le district de Katmandou.

L’Institut d’ophtalmologie de Tilganga est un hôpital ophtalmologique de Katmandou. Il a été le pionnier de la production de lentilles intraoculaires (LIO) à faible coût, utilisées dans la chirurgie de la cataracte. [96] L’équipe du Dr Sanduk Ruit à Tilganga a été la pionnière de la chirurgie de la cataracte par petite incision sans suture (SICS), [97] [98] une technique qui a été utilisée pour traiter 4 millions des 20 millions de personnes atteintes de cécité par cataracte dans le monde.

Facultés de médecine

Institute of Medicine , le collège central de l’Université Tribhuvan est le premier collège médical du Népal et se trouve à Maharajgunj, Katmandou. Il a été créé en 1972 et a commencé à dispenser une formation médicale à partir de 1978. Les autres grandes institutions comprennent l’Académie des sciences de la santé de Patan, le Collège médical de Katmandou, le Collège médical du Népal, le Collège médical KIST, l’Institut des sciences de la santé de l’armée du Népal, l’Académie nationale des sciences médicales (NAMS ) et l’École des sciences médicales de l’Université de Katmandou (KUSMS), se trouvent également à ou autour de Katmandou. [99]

Économie

Banque centrale du Népal

L’emplacement et le terrain de Katmandou ont joué un rôle important dans le développement d’une économie stable qui s’étend sur des millénaires. La ville se trouve dans un ancien bassin lacustre, avec un sol fertile et un terrain plat. Cette géographie a contribué à former une société basée sur l’agriculture. Ceci, combiné à son emplacement entre l’Inde et la Chine, a contribué à faire de Katmandou un important centre commercial au cours des siècles. Le commerce de Katmandou est une ancienne profession qui a prospéré le long d’une ramification de la route de la soie qui reliait l’Inde et le Tibet. Depuis des siècles, les marchands Lhassa Newar de Katmandou ont fait du commerce à travers l’Himalaya et ont contribué à répandre les styles artistiques et le bouddhisme à travers l’Asie centrale. [100]Les autres occupations traditionnelles sont l’agriculture, la coulée de métal, la sculpture sur bois, la peinture, le tissage et la poterie. [101]

Katmandou est le centre industriel et commercial le plus important du Népal. La Bourse du Népal , le siège de la banque nationale , la chambre de commerce , ainsi que les sièges sociaux des banques nationales et internationales, des sociétés de télécommunications, de l’autorité de l’électricité et de diverses autres organisations nationales et internationales se trouvent à Katmandou. Les principaux pôles économiques sont la New Road , Durbar Marg , Ason et Putalisadak. [101]

La production économique de la zone métropolitaine d’environ Rs. 550 milliards environ par an représentent à eux seuls plus d’un tiers du PIB national (nominal), tandis que le revenu par habitant de 2 200 dollars est environ trois fois supérieur à la moyenne nationale. [102] Katmandou exporte de l’artisanat, des objets d’art, des vêtements, des tapis, du pashmina, du papier ; le commerce représente 21% de ses revenus. [101] [102] La fabrication est également importante et représente 19 % des revenus générés par Katmandou. Les vêtements et les tapis de laine sont les produits manufacturés les plus remarquables. [102] Les autres secteurs économiques de Katmandou comprennent l’agriculture (9%), l’éducation (6%), les transports (6%) et les hôtels et restaurants (5%). [102] Katmandou est célèbre pourchâles en papier lokta et pashmina .

Tourisme

L’hôtel Shanker est l’un des hôtels historiques les plus populaires de la ville

Le tourisme est considéré comme une autre industrie importante au Népal. Cette industrie a commencé vers 1950, lorsque la composition politique du pays a changé et a mis fin à l’isolement du pays du reste du monde. En 1956, le transport aérien a été établi et l’ autoroute Tribhuvan , entre Katmandou et Raxaul (à la frontière de l’Inde), a été lancée. Des organisations distinctes ont été créées à Katmandou pour promouvoir cette activité ; certains d’entre eux comprennent le Conseil de développement du tourisme , le Département du tourisme et le Département de l’ aviation civile. En outre, le Népal est devenu membre de plusieurs associations touristiques internationales. L’établissement de relations diplomatiques avec d’autres nations a encore accentué cette activité. L’hôtellerie, les agences de voyages, la formation des guides touristiques et les campagnes publicitaires ciblées sont les principales raisons de l’essor remarquable de cette industrie au Népal, et à Katmandou en particulier. [103] Depuis lors, le tourisme au Népal a prospéré. C’est l’industrie la plus importante du pays. [104] Le tourisme est une source majeure de revenus pour la plupart des habitants de la ville, avec plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. Des pèlerins hindous et bouddhistes du monde entier visitent les sites religieux de Katmandou tels que Pashupatinath , Swayambhunath , Boudhanath, Changunarayan et Budhanilkantha . De seulement 6 179 touristes en 1961/62, le nombre est passé à 491 504 en 1999/2000. En termes économiques, les devises ont enregistré 3,8% du PIB en 1995/96 mais ont ensuite commencé à baisser. Après la fin de l’insurrection maoïste , il y a eu une augmentation significative du nombre d’arrivées de touristes, avec 509 956 touristes enregistrés en 2009. Depuis lors, le tourisme s’est amélioré à mesure que le pays est devenu une république. Le haut niveau de tourisme est attribué à la grandeur naturelle de l’Himalaya et au riche patrimoine culturel du pays. [103]

Hyatt Regency , Katmandou

Le quartier de Thamel est le principal “ghetto des voyageurs” de Katmandou, regorgeant de maisons d’hôtes, de restaurants, de boutiques et de librairies, destinés aux touristes. Un autre quartier de plus en plus populaire est Jhamel, un nom pour Jhamsikhel qui a été inventé pour rimer avec Thamel. [105] Jhochhen Tol , également connu sous le nom de Freak Street , est le repaire original des voyageurs de Katmandou, rendu populaire par les hippies des années 1960 et 1970 ; il reste une alternative populaire à Thamel. Ason est un bazar et une place cérémonielle sur l’ancienne route commerciale vers le Tibet et constitue un bel exemple de quartier traditionnel.

Avec l’ouverture de l’industrie touristique après le changement de scénario politique du Népal en 1950, l’industrie hôtelière s’est considérablement améliorée. [106] Maintenant, Katmandou possède plusieurs luxes tels que le Hyatt Regency , Dwarika’s , l’hôtel Yak & Yeti, l’hôtel Everest, l’hôtel Radisson, l’hôtel De L’Annapurna, l’hôtel Malla, l’hôtel Shangri-La (non exploité par le Shangri-La Hotel Group ) et Hotel Shanker . Il existe plusieurs hôtels quatre étoiles tels que Akama Hotel, Hotel Vaishali, Hotel Narayani, The Blue Star et Grand Hotel.. Le Garden Hotel, l’Hotel Ambassador et l’Aloha Inn font partie des hôtels trois étoiles de Katmandou. Des hôtels comme Hyatt Regency, De L’Annapurna et Yak & Yeti font également partie des hôtels cinq étoiles avec casinos. [107]

Le transport

Ponts en arc sur la rivière Dhobi Khola à Baneshwor , Katmandou

Route

La longueur totale des routes au Népal est enregistrée à 17 182 km (10 676 mi), en 2003–04. Ce réseau assez important a contribué au développement économique du pays, notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’horticulture, du maraîchage, de l’industrie mais aussi du tourisme. [108] Compte tenu du relief vallonné, les transports à Katmandou sont principalement routiers et aériens. Katmandou est reliée par l’ autoroute Tribhuvan au sud reliant l’Inde, l’ autoroute Prithvi à l’ouest et l’ autoroute Araniko au nord reliant la Chine. L’ autoroute BP relie Katmandou à la partie orientale du Népal en passant par Sindhuli . [109]La voie rapide est en construction et sera la route la plus courte pour relier le Teraï à la vallée. [110]

Sajha Yatayat propose des services de bus réguliers à travers Katmandou et la vallée environnante. D’autres compagnies de bus, y compris des compagnies de micro-bus, exploitent plusieurs itinéraires non réguliers. Les trolleybus opéraient autrefois sur la route entre Tripureshwor et Suryabinayak sur un parcours de 13 kilomètres.

Air

Le principal aéroport international desservant la Vallée de Katmandou est l’ aéroport international de Tribhuvan , à environ 6 kilomètres (3,7 mi) du centre-ville et est exploité par l’ Autorité de l’aviation civile du Népal . [111] Il a deux terminaux, un domestique et un international. À l’heure actuelle, il relie 30 villes du monde en Europe, en Asie et au Moyen-Orient telles qu’Istanbul , Delhi , Mumbai , Bangalore , Kolkata , Singapour , Bangkok , Kuala Lumpur , Dhaka , Paro , Lhassa , Chengdu, Canton et Hong Kong . [111] Depuis 2013, Turkish Airlines relie Istanbul à Katmandou. [112] Oman Air relie également Mascate à Katmandou depuis 2010. [113] Nepal Airlines a commencé à voler vers Tokyo-Narita à partir du 2 mars 2020. [114] Au niveau régional, plusieurs compagnies aériennes népalaises opèrent depuis la ville, notamment Buddha Air , Nepal Airlines , Shree Airlines et Yeti Airlines vers d’autres grandes villes du Népal.

Téléphériques

Les téléphériques sont un autre moyen de transport important en terrain vallonné. [115] Un téléphérique exploité entre Katmandou et Hetauda sur une longueur de 43 km (27 mi) qui transportait 25 tonnes de marchandises par heure. Il a depuis été interrompu en raison d’une faible capacité de charge et de problèmes d’entretien. Pendant la période Rana, un téléphérique a été construit entre Mathatirtha à Katmandou et Dhorsing à Makawanpur de plus de 22 km (14 mi) de longueur, qui transportait une cargaison de 8 tonnes par heure. À l’heure actuelle, un service de téléphérique est exploité à Katmandou dans les collines de Chandragiri . [116]

Une couverture de magazine Nepal Bhasa en 1951

Médias

Katmandou est la plaque tournante de la télévision au Népal. Nepal Television , créée en 1985, est la chaîne de télévision la plus ancienne et la plus regardée au Népal, tout comme NTV PLUS , propriété du gouvernement, ainsi que Kantipur Television , Image Channel , Sagarmatha Television , Himalaya TV , AP1 TV et d’autres chaînes.

Le siège de nombreux organes de presse du pays se trouve également dans la ville, notamment le Kathmandu Tribune, le Gorkhapatra (le plus ancien quotidien national du Népal), le Kathmandu Post , le Nepali Times , Kantipur Publications et son journal Kantipur , Naya Patrika , The Himalayan Times , Karobar Economic Daily , Aarthik Abhiyan National Daily et Jana Aastha National Weekly .

Nepal Republic Media, l’éditeur de myRepublica , a rejoint une alliance éditoriale avec l’ International Herald Tribune (IHT), pour publier l’édition Asie-Pacifique d’IHT depuis Katmandou à partir du 20 juillet 2011. Il existe une agence de presse nationale (RSS) gérée par l’État .

Radio Népal est une organisation publique qui exploite des stations de radio nationales et régionales. Ces stations sont : Hits FM , Radio Kantipur , HBC 94 FM, Radio Sagarmatha et Image FM. La BBC possède également une station de diffusion FM à Katmandou. Peu de stations de radio communautaires telles que Radio Pratibodh – 102,4 MHz, Radio Upatyaka – 87,6 MHz, etc. diffusent également dans la vallée.

Des sports

Dasharath Rangasala

Le football et le cricket sont les sports les plus populaires parmi la jeune génération au Népal et il y a plusieurs stades dans la ville. [117] Le sport est régi par le Conseil national des sports depuis son siège à Katmandou. Le seul stade de football international de la ville est le Dasharath Rangasala , un stade polyvalent utilisé principalement pour les matchs de football et les événements culturels, dans le quartier de Tripureshwor. C’est le plus grand stade du Népal avec une capacité de 25 000 spectateurs, construit en 1956. La Martyr’s Memorial League se tient également sur ce terrain chaque année. Le stade a été rénové avec l’aide chinoise avant les 8e Jeux d’Asie du Sudont eu lieu à Katmandou et des projecteurs ont été installés. Katmandou abrite les plus anciens clubs de football du Népal tels que Ranipokhari Corner Team (RCT), Sankata Club et New Road Team (NRT). Parmi les autres clubs importants figurent le Manang Marsyangdi Club , le Machhindra FC , le Tribhuvan Army Club (TAC) et le Nepal Police Club .

Katmandou abrite également certains des plus anciens clubs de cricket du Népal, tels que le Yengal Sports Club. Kathmandu Kings XI représente Katmandou dans l’ Everest Premier League . [118]

Relations et organisations internationales

Secrétariat de l’ASACR à Katmandou

Afin de promouvoir les relations internationales, la ville métropolitaine de Katmandou (KMC) a mis en place un secrétariat des relations internationales (IRC). La première relation internationale de KMC a été établie en 1975 avec la ville d’ Eugene , Oregon, États-Unis. Cette activité a été renforcée par l’établissement de relations formelles avec 8 autres villes : Matsumoto City ( préfecture de Nagano , Japon), Rochester (New York), Yangon (anciennement Rangoon, Myanmar ), Xi’an ( Shaanxi , Chine), Minsk ( Biélorussie) et Pyongyang ( Corée du Nord). L’effort constant de KMC est d’améliorer son interaction avec les pays de l’ ASACR , d’autres agences internationales et de nombreuses autres grandes villes du monde pour parvenir à une meilleure gestion urbaine et à des programmes de développement pour Katmandou. [119] Katmandou abrite plusieurs organisations internationales et régionales, dont l’ Association sud-asiatique de coopération régionale ( SAARC ).

Villes jumelles – villes sœurs

Katmandou est jumelée avec : [120]

  • Nepal Nepal Amargadhi
  • United States United States Boulder , États-Unis
  • Nepal Nepal Chandannath
  • China China Chengdu , Chine
  • United States United States Eugène , États-Unis
  • United States United States Fredericksburg , États-Unis
  • China China Lhassa , Chine
  • Japan Japan Matsumoto , Japon
  • Nepal Nepal Melamchi
  • Nepal Nepal Pakhribas
  • North Korea North Korea Pyongyang , Corée du Nord
  • Nepal Nepal Ramgramme
  • United States United States Rochester , États-Unis
  • India India Varanasi , Inde
  • China China Xi’an , Chine
  • Myanmar Myanmar Yangon , Birmanie

Villes sœurs proposées

  • Thailand Thailand Bangkok , Thaïlande [120]

Personnes notables

  • Roi Tribhuvan
  • Roi Mahendra
  • Roi Birendra
  • Bhimsen Thapa , Premier ministre du Népal
  • Jung Bahadur Rana , Premier ministre du Népal
  • Rana Jang Pande , Premier ministre du Népal
  • Gehendra Sumsher Rana , premier scientifique du Népal
  • Laxmi Prasad Devkota , écrivain
  • Quatre martyrs du Népal :
    • Dharma Bhakta Mathema
    • Dashrath Chand
    • Shukraraj Shastri
    • Gangalal Shresta
  • Madan Krishna Shrestha , acteur et comédien
  • Hari Bansha Acharya , acteur et comédien
  • Manisha Koirala , actrice de Bollywood
  • Rajesh Hamal , acteur
  • Amrita Acharia , comédienne
  • Curtis Waters , artiste d’enregistrement
  • Anuradha Koirala , militante sociale
  • Pushpa Basnet , activiste social
  • Pardeep Bastola , acteur de cinéma népalais
  • Baikuntha Manandhar , marathonienne
  • Narendra Man Singh , footballeur
  • Paras Khadka , joueur de cricket
  • Sushma Shakya , artiste
  • Gagan Thapa , homme politique
  • Prakash Man Singh , homme politique
  • Priyanka Karki , actrice

Galerie

  • Vallée de Katmandou vue des collines de Shivapuri

  • Singha Durbar

  • Place Basantapur Durbar

  • Entrée d’un immeuble du Durbar Square

  • Déesse Kumari dans une procession de chars

  • Ghanta Ghar et ses environs

  • Dharahara en 2014

  • Ruelle à Boudhanath

Voir également

  • icon iconPortail géographique
  • flag flagPortail du Népal

Références

  1. ^ un bcd ” Copie archivée ” (PDF) . cbs.gov.np . Archivé de l’original (PDF) le 6 février 2022 . Récupéré le 22 février 2022 .{{cite web}}: CS1 maint: archived copy as title (link)
  2. ^ un b “la Gestion de la Transition Urbaine du Népal” . Banque mondiale. Archivé de l’original le 2 novembre 2019 . Récupéré le 1er décembre 2019 .
  3. ^ “Introduction” . Ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 24 juillet 2011 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  4. ^ Kirkpatrick, colonel (1811). Un compte du royaume de Nepaul . Londres : William Miller. p. 159 . Récupéré le 9 mars 2012 . p. 162–63
  5. ^ Tenzin, Sunam G., éd. (2001). Rapport de diagnostic de la ville pour la stratégie de développement de la ville : Katmandou (PDF) . Katmandou. p. 5. Archivé (PDF) de l’original le 17 juillet 2019 . Récupéré le 17 juillet 2019 .
  6. ^ Malla, Kamal P. (décembre 1983). “Les limites de l’archéologie de surface” (PDF) . Journal CNAS . Université Tribhuvan. 11 (1). Archivé (PDF) de l’original le 27 mars 2014 . Récupéré le 28 juillet 2012 .
  7. ^ Corbett, Philippe (5 mai 2015). “Derrière la ligne de date:” Katmandou “devient le style Times” . Times Insider. Le New York Times . Archivé de l’original le 18 avril 2019 . Récupéré le 16 juin 2019 .
  8. ^ un b ” सुस्त उत्खनन ” पुरातत्व ” सम्पदा :: नेपाल ” . Ekantipur.com. 9 juin 2010. Archivé de l’original le 11 septembre 2010 . Récupéré le 15 janvier 2012 .
  9. ^ “Histoire de l’Église catholique au Népal” . apostolicnunciatureindia.com . Archivé de l’original le 29 décembre 2020 . Récupéré le 29 août 2020 .
  10. ^ “Compte suspendu” . varghesepaul.org . Archivé de l’original le 29 août 2021 . Récupéré le 29 août 2021 .
  11. Lévi, Sylvain. Népal . p. 50. Archivé de l’original le 11 décembre 2013 . Récupéré le 1er décembre 2013 .
  12. ^ “Histoire” . Gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 7 janvier 2019 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  13. ^ “Histoire: Népal ancien” . Newa Voyages et Tours . New Travels and Tours Ltd. Archivé de l’original le 21 juillet 2009 . Récupéré le 18 décembre 2009 .
  14. ^ un b avril (21 avril 2010). “Article: झीसं पत्याः यानाच्वनागु अन्धविश्वास – Auteur: विपेन्द्र महर्जन Nepalandal” . Nepalmandal.com. Archivé de l’original le 3 février 2012 . Récupéré le 15 janvier 2012 .
  15. ^ Article: गोपालराज वंशावली Langue: Nepalbhasa, Journal: नेपालभाषा केन्द्रीय विभागया जर्नल, édition: 1, date: 1998, pp. 18-25, 44
  16. ^ “Une brève histoire des manuscrits bouddhistes sanskrits” . Dsbcproject.org. Archivé de l’original le 14 avril 2013 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  17. ^ “Ville métropolitaine de Katmandou” . Kathmandu.gov.np. Archivé de l’original le 22 juin 2012 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  18. ^ un b « काष्ठमण्डप कि होममण्डप » . Gorkhapatra.org.np. Archivé de l’original le 6 juillet 2012 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  19. ^ ” 2 Ekantipur.com. Archivé de l’original le 20 janvier 2012 . Récupéré le 15 janvier 2012 .
  20. ^ Dietrich, Angela (1996). “Moines bouddhistes et dirigeants Rana: une histoire de persécution” . Himalaya bouddhiste: un journal de l’Institut Nagarjuna des méthodes exactes . Archivé de l’original le 1er octobre 2013 . Récupéré le 24 septembre 2013 .
  21. ^ Lal, CK (16 février 2001). “La résonance Rana” . Temps népalais . Archivé de l’original le 28 septembre 2013 . Récupéré le 24 septembre 2013 .
  22. ^ “Bureau de la ville métropolitaine de Katmandou – Introduction” . Bureau de la ville métropolitaine de Katmandou. Archivé de l’original le 23 juin 2012 . Récupéré le 14 août 2014 .
  23. ^ un bc “les Faits de Katmandou ” . Conseil de la ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 31 mars 2017 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  24. ^ “Géographie” . Ville métropolitaine de Katmandou. Archivé de l’original le 4 avril 2009 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  25. ^ Shreshta, SH (2005). Népal en cartes . Vallée de Katmandou . Katmandou : Maison d’édition pédagogique. p. 102–14.
  26. ^ Shrestha SH p. 35
  27. ^ “Bureau de la ville métropolitaine de Katmandou – Quartier n ° 16” . 22 juin 2012. Archivé de l’original le 22 juin 2012.
  28. ^ Vallée de Katmandou (Népal): Quartiers – Statistiques démographiques, graphiques et carte” . citypopulation.de . Archivé de l’original le 15 juillet 2020 . Récupéré le 8 juillet 2020 .
  29. ^ Shreshta, Vinod Prasad (2007). Une géographie concise du Népal . Climat . Katmandou : Mandal Publications. p. 24–28. ISBN 978-99946-55-04-5.
  30. ^ un b “la Température Moyenne et les Pluies de la Ville de Katmandou” . Népal Vista . Bureau népalais des normes, météorologie météorologique. Archivé de l’original le 30 janvier 2013 . Récupéré le 6 novembre 2009 .
  31. ^ “Normales de 1981 à 2010” (PDF) . Département d’hydrologie et de météorologie (Népal). Archivé de l’original (PDF) le 11 mai 2013 . Récupéré le 14 octobre 2012 .
  32. ^ “Service d’information météorologique mondial – Katmandou” . Organisation météorologique mondiale. Archivé de l’original le 16 octobre 2017 . Récupéré le 16 avril 2013 .
  33. ^ Cappelen, John; Jensen, Jens. « Népal – Katmandou » (PDF) . Données climatiques pour des stations sélectionnées (1931–1960) (en danois). Institut météorologique danois. p. 190. Archivé de l’original (PDF) le 16 janvier 2013 . Récupéré le 16 avril 2013 .
  34. ^ “Népal – Katmandou” . Centro de Investigaciones Fitosociológicas. Archivé de l’original le 28 juillet 2019 . Récupéré le 16 avril 2013 .
  35. ^ Lodge, Andrew (21 mars 2014). « La pollution de l’air a-t-elle rendu Katmandou invivable ? . Le Gardien . ISSN 0261-3077 . Archivé de l’original le 12 décembre 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  36. ^ “Dépuration de l’air à Katmandou” . Institut international pour l’environnement et le développement . 7 juin 2016. Archivé de l’original le 6 avril 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  37. ^ “Vous êtes redirigé…” thehimalatimes.com . 24 mars 2017. Archivé de l’original le 5 avril 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  38. ^ “Le bol à poussière” .
  39. ^ Vallée de Katmandou: bol de poussière de pollution” . 17 février 2017.
  40. ^ Shrestha, Nilima Thapa. “Une ville verte est une ville intelligente” .
  41. ^ “Base de données mondiale sur la pollution de l’air ambiant urbain de l’OMS (mise à jour 2016)” . Organisation mondiale de la santé . Archivé de l’original le 1er mars 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  42. ^ “Qualité et santé de l’air ambiant (extérieur)” . Organisation mondiale de la santé . Archivé de l’original le 4 janvier 2016 . Récupéré le 5 octobre 2020 .
  43. ^ “Qualité et santé de l’air ambiant (extérieur)” . Organisation mondiale de la santé . Archivé de l’original le 4 janvier 2016 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  44. ^ “Pollution” . pollution.gov.np . Archivé de l’original le 6 avril 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  45. ^ “AirNow” . airnow.gov . Archivé de l’original le 5 avril 2017 . Récupéré le 4 avril 2017 .
  46. ^ “Conseil de Métropole” . Conseil de la ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 4 avril 2009 . Récupéré le 14 décembre 2009 .
  47. ^ “Profil de quartier” . Conseil de la ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 4 avril 2009 . Récupéré le 14 décembre 2009 .
  48. ^ un bcde Histoire et problème” . Association des pompiers volontaires du Népal (FAN). Archivé de l’original le 14 septembre 2019 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  49. ^ Pas assez pour tout le monde Archivé le 10 novembre 2021 à la Wayback Machine par Sonia Awale, Nepali Times, 25-31 août 2017. Récupéré le 10 septembre 2019
  50. ^ Melamchi retardé par l’extorsion du gouvernement Archivé le 22 juin 2021 à la Wayback Machine par Bikash Thapa, Nepali Times, 28 décembre 2018. Récupéré le 10 septembre 2019
  51. ^ Sharma, Roshan (13 mai 2016). “Vivre au milieu de la crasse” . D+C, développement et coopération. Archivé de l’original le 20 septembre 2016 . Récupéré le 7 juillet 2016 .
  52. ^ “Recensement national de la population et du logement 2011 (Comité de développement du village / Municipalité)” . Bureau central des statistiques . Gouvernement du Népal, Commission nationale de planification, Bureau central des statistiques . Récupéré le 12 novembre 2021 .
  53. ^ “Population” . Ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 4 avril 2009 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  54. ^ “Population de Katmandou 2021 (démographie, cartes, graphiques)” . Archivé de l’original le 24 septembre 2020 . Récupéré le 7 septembre 2020 .
  55. ^ “Asie du Sud :: Népal – le World Factbook – Central Intelligence Agency” . Archivé de l’original le 24 décembre 2018 . Récupéré le 19 décembre 2009 .
  56. ^ un b Jha p. 21
  57. ^ “Vue Grille: LANGUE de Table – NepalMap” . nepalmap.org . Archivé de l’original le 9 mars 2021 . Récupéré le 27 février 2021 .
  58. ^ un b “Festivals” . Ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 4 avril 2009 . Récupéré le 12 décembre 2009 .
  59. ^ Vallée de Katmandou – site du patrimoine mondial de l’Unesco” . Patrimoine mondial – UNESCO.org. Archivé de l’original le 31 octobre 2005 . Récupéré le 25 novembre 2009 .
  60. ^ “Site du patrimoine mondial de la Vallée de Katmandou: Népal” (PDF) . Manuel de préservation du propriétaire patrimonial . Unesco, Katmandou et Bangkok. 2006. Archivé (PDF) de l’original le 4 juin 2012 . Récupéré le 25 novembre 2009 .
  61. ^ “Kumari Devi – La Déesse Vivante” . Visitnepal.com. Archivé de l’original le 7 août 2011 . Récupéré le 19 décembre 2009 .
  62. ^ “Tourisme SAARC” . Nepal.saarctourism.org . Archivé de l’original le 22 juillet 2010 . Récupéré le 4 juillet 2010 .
  63. ^ un bc Mayhew , Bradley; Bindloss, Joe ; Armington, Stan (2006). Népal . Planète Solitaire . p. 166 . ISBN 978-1-74059-699-2.
  64. ^ “Tourisme SAARC” . Nepal.saarctourism.org . Archivé de l’original le 22 juillet 2010 . Récupéré le 25 novembre 2013 .
  65. ^ “Guides spirituels” . Restaurants- végétariens.net . 1er janvier 2006. Archivé de l’original le 12 juin 2010 . Récupéré le 4 juillet 2010 .
  66. ^ Snellgrove (1987), p. 365.
  67. ^ “Fables de Boudhanath et Changunarayan” . nepalnews.com. Archivé de l’original le 5 juillet 2008 . Récupéré le 13 décembre 2009 .
  68. ^ un bc Mayhew , Bradley; Bindloss, Joe ; Armington, Stan (2006). Népal . Planète Solitaire . p. 170-71 . ISBN 978-1-74059-699-2.
  69. ^ “Ranipokhari, l’étang de la reine” . bossnepal.com . Archivé de l’original le 14 mars 2018 . Récupéré le 14 mars 2018 .
  70. ^ Jha p. 23
  71. ^ Jha pp. 23–24
  72. ^ un b “les Musées et les Galeries d’Art du Népal” . Asiatravel.com. Archivé de l’original le 19 août 2012 . Récupéré le 18 décembre 2009 .
  73. ^ un bcdefgh Musées et galeries d’ art ” . Voyage en Asie. Archivé de l’original le 19 août 2012 . Récupéré le 18 décembre 2009 .
  74. ^ Woodhatch, Tom (1999). Manuel du Népal . Le Palais Royal . Guides de voyage sur l’empreinte. p. 194 . ISBN 978-1-900949-44-6. Récupéré le 17 décembre 2009 .
  75. ^ Mayhew, Bradley; Bindloss, Joe ; Armington, Stan (2006). “Histoire – Troubles royaux” . Népal . Planète seule. p. 38 . ISBN 978-1-74059-699-2. Récupéré le 17 décembre 2016 .
  76. ^ Vibhaga, Népal Sūcanā (1975). Palais royal de Narayanhity, résidence du roi du Népal . Palais Royal . Gouvernement de Sa Majesté, Ministère des Communications, Département de l’Information. p. 5. Archivé de l’original le 9 octobre 2021 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  77. ^ Le musée de Taragaon Archivé le 3 septembre 2015 à la Wayback Machine sur Facebook
  78. ^ un b “le Magazine d’ESPACES – Carl Pruscha” . 25 mai 2014. Archivé de l’original le 25 mai 2014.
  79. ^ “Carl Pruscha” 06 Taragaon – Auberge” . Archivé de l’original le 25 mai 2014 . Récupéré le 25 mai 2014 .
  80. ^ “Centre d’art contemporain de Katmandou” . Kathmanduarts.org. Archivé de l’original le 27 juillet 2010 . Récupéré le 4 juillet 2010 .
  81. ^ “Le festival de théâtre commence” . La poste de Katmandou . 18 novembre 2010. Archivé de l’original le 1er janvier 2014 . Récupéré le 1er janvier 2014 .
  82. ^ “Jazzmandu – À propos de nous” . Jazzmandu . Archivé de l’original le 17 juin 2020 . Récupéré le 16 juin 2020 .
  83. ^ un b Lonely Planet (2003), pp. 91–92
  84. ^ Népal. “KFC, Katmandou – Avis sur les restaurants” . TripAdvisor. Archivé de l’original le 4 novembre 2013 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  85. ^ “Népal : Une bouffée de sobriété” . L’Économiste . 28 juillet 2012. Archivé de l’original le 2 décembre 2013 . Récupéré le 25 novembre 2013 .
  86. ^ “Jwajalapa” . Archivé de l’original le 13 août 2011 . Récupéré le 18 septembre 2011 .
  87. ^ “Taleju Bhavani et le culte de Kumari” . Mahavidya . Archivé de l’original le 8 octobre 2019 . Récupéré le 4 février 2020 .
  88. ^ “La reconstruction du temple Degu Taleju est bloquée” . Le Népal naissant . Archivé de l’original le 4 février 2020 . Récupéré le 4 février 2020 .
  89. ^ “Déesses vivantes du Népal” . Revue géographique nationale . 1er juin 2015. Archivé de l’original le 22 août 2019 . Récupéré le 4 février 2020 .
  90. ^ “Katmandu en tant que site du patrimoine mondial” . Ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 3 décembre 2013 . Récupéré le 25 novembre 2013 .
  91. ^ LS Cousins ​​(1996), ” La datation du Bouddha historique Archivé le 26 février 2011 à la Wayback Machine : un article de synthèse”, Journal de la Royal Asiatic Society (3)6(1) : 57–63.
  92. ^ “Élargir l’esprit népalais” . poste de Katmandou . Ekantipur. 2 février 2017. Archivé de l’original le 3 août 2017 . Récupéré le 21 juillet 2017 .
  93. ^ “Églises au Népal” . De l’autre côté. Archivé de l’original le 23 mai 2010 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  94. ^ “La diplomatie en action” . Département d’État américain . Archivé de l’original le 2 août 2020 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  95. ^ “Science, recherche et technologie au Népal” (PDF) . Bajracharya, Dayanand ; Bhuju, Dinesh Raj; Pokhrel, Jiba Raj. Bureau de l’UNESCO à Katmandou . Archivé (PDF) de l’original le 17 août 2018 . Récupéré le 13 novembre 2009 .
  96. ^ Fondation du prix Ramon Magsaysay. “Fondation du prix Ramon Magsaysay” (PDF) . Rmaf.org.ph. Archivé de l’original (PDF) le 2 décembre 2013 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  97. ^ “healio” . Hélio. Mai 2007. Archivé de l’original le 2 décembre 2013 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  98. ^ “Prix Prince Mahidol” . Prix ​​Prince Mahidol. 5 mai 2009. Archivé de l’original le 16 décembre 2014 . Récupéré le 24 novembre 2013 .
  99. ^ “Liste des facultés de médecine du Népal” . Medchrome.com. 26 décembre 2009. Archivé de l’original le 10 janvier 2012 . Récupéré le 15 janvier 2012 .
  100. ^ Lewis, Todd T. “Le bouddhisme, le commerce himalayen et les marchands Newar” . Archivé de l’original le 7 juillet 2011 . Récupéré le 28 juillet 2012 .
  101. ^ un bc “l’ Économie ” . Ville métropolitaine de Katmandou, gouvernement du Népal. Archivé de l’original le 29 juillet 2017 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  102. ^ un bcd ” l’ Économie ” . Bureau de la ville métropolitaine de Katmandou. Archivé de l’original le 29 juillet 2017 . Récupéré le 18 décembre 2009 .
  103. ^ un b Shrestha pp. 86–89
  104. ^ “Où est situé le Népal sur la carte du monde?” . Archivé de l’original le 29 août 2021 . Récupéré le 29 août 2021 .
  105. ^ “Thamel” . Temps népalais . Archivé de l’original le 10 novembre 2021 . Récupéré le 12 mars 2012 .
  106. ^ Shrestha p. 86–87
  107. ^ “Hôtels à Katmandou” . katmandu-hotels.com . Archivé de l’original le 9 janvier 2010 . Récupéré le 13 décembre 2009 .
  108. ^ Shrestha p. 91–96
  109. ^ BP Highway remis Archivé le 1er mars 2020 à la Wayback Machine Récupéré le 1er mars 2020
  110. ^ PROJET DE ROUTE RAPIDE Archivé le 30 mars 2020 à la Wayback Machine Récupéré le 1er mars 2020
  111. ^ un b [1] , Archivé le 28 septembre 2007 à la Wayback Machine
  112. ^ “Turkish Airlines – Nouvelles – turkishairlines.com” . Archivé de l’original le 19 août 2014.
  113. ^ “Oman Air pour lancer Katmandou” . Routesonline.com. 11 février 2010. Archivé de l’original le 14 décembre 2018 . Récupéré le 21 juillet 2017 .
  114. ^ Dernier vol du NAC vers Osaka le 27 février Archivé le 1er mars 2020 à la Wayback Machine Récupéré le 1er mars 2020
  115. ^ Shrestha, Elvin L. “Connecter le Népal avec des cordes – Affaires – Nepali Times” . nepalitimes.com . Archivé de l’original le 7 octobre 2017 . Récupéré le 6 octobre 2017 .
  116. ^ “Collines de Chandragiri” . chandragirihills.com . Archivé de l’original le 7 octobre 2017 . Récupéré le 6 octobre 2017 .
  117. ^ “Programme d’objectifs – Association de football du Népal – 2001” . FIFA . Archivé de l’original le 21 septembre 2007 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  118. ^ “Katmandou Kings XI” . kathmandukingsxi.com . Archivé de l’original le 19 novembre 2018 . Récupéré le 19 novembre 2018 .
  119. ^ “Aperçu des relations internationales de la ville métropolitaine de Katmandou” (PDF) . Ville métropolitaine de Katamandu, gouvernement du Népal. Archivé de l’original (PDF) le 24 juillet 2011 . Récupéré le 20 décembre 2009 .
  120. ^ un b “la Relation internationale de KMC Avec les Villes Sœurs” . kathmandu.gov.np . Ville métropolitaine de Katmandou. Archivé de l’original le 12 novembre 2020 . Récupéré le 12 novembre 2020 .

Lectures complémentaires

  • Béal, Samuel (1884). Si-Yu-Ki : Archives bouddhiques du monde occidental, par Hiuen Tsiang . 2. Traduit par Samuel Béal. Londres. 1884. Réimpression : Delhi. Société de réimpression de livres orientaux. 1969.
  • Mayhew, Bradley; Bindloss, Joe ; Armington, Stan (2006). Planète Solitaire . Planète seule. p. 416.ISBN _ 978-1-74059-699-2. Archivé de l’original le 9 octobre 2021 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  • Mayhew, Bradley; Bindloss, Joe ; Armington, Stan (2006). Népal . Planète Solitaire . p. 166 . ISBN 978-1-74059-699-2.
  • Mayhew, Bradley; Brown, Lindsay; Vivequin, Wanda (2003). Lonely Planet Népal . Planète Solitaire . ISBN 978-1-74059-422-6.
  • Nanjio, Bunyu (1883). Un catalogue de la traduction chinoise du panthéon bouddhiste . Oxford chez Clarendon Press.
  • Shaha, Rishikesh (1992). Népal ancien et médiéval . Éditions Manohar, New Delhi. ISBN 978-81-85425-69-6 .
  • Shreshta, SH (2005). Népal en cartes . Katmandou : Maison d’édition pédagogique. p. 129.
  • Shreshta, Vinod Prasad (2007). Une géographie concise du Népal . Katmandou : Mandal Publications. p. 126. ISBN 978-99946-55-04-5.
  • Snellgrove, David (1987). Bouddhisme indo-tibétain : les bouddhistes indiens et leurs successeurs tibétains . Deux tomes. Publications Shambhala, Boston. ISBN 978-0-87773-311-9 (version 1); ISBN 978-0-87773-379-9 (version 2).
  • Tamot, Kashinath et Ian Alsop. (2001). “Une sculpture de la période Kushan du règne de Jaya Varma, CE 184/185, Katmandou, Népal.” (2001). Asianart.com Archivé le 3 janvier 2010 sur la Wayback Machine
  • Tamot, Kashinath et Ian Alsop. (date inconnue. Mise à jour de l’article précédent). “Une sculpture de la période Kushan du règne de Jaya Varman, CE 185, Katmandou, Népal.” Asianart.com Archivé le 3 janvier 2010 sur la Wayback Machine
  • Thapa, Rajesh Bahadur; Murayama, Yuji; Ale, Shailja (2008). « Katmandou » . Villes . 25 : 45–57. doi : 10.1016/j.cities.2007.10.001 . hdl : 2241/102252 . Archivé de l’original le 2 août 2020 . Récupéré le 4 mai 2020 .
  • Thapa, Rajesh ; Murayama, Yuji (2009). “Examiner les modèles d’urbanisation spatio-temporelle dans la Vallée de Katmandou, au Népal : Approches de télédétection et de métrique spatiale” . Télédétection . 1 (3): 534–556. Bibcode : 2009RemS….1..534T . doi : 10.3390/rs1030534 .
  • Thapa, Rajesh Bahadur; Murayama, Yuji (2010). “Moteurs de la croissance urbaine dans la Vallée de Katmandou, Népal: examen de l’efficacité du processus de hiérarchie analytique”. Géographie appliquée . 30 : 70–83. doi : 10.1016/j.apgeog.2009.10.002 .
  • Thapa, Rajesh Bahadur; Murayama, Yuji (2011). “Modélisation de la croissance urbaine de la Région métropolitaine de Katmandou, Népal”. Informatique, Environnement et Systèmes Urbains . 35 : 25–34. doi : 10.1016/j.compenvurbsys.2010.07.005 .
  • Vibhaga, Népal Sūcanā (1975). Palais royal de Narayanhity, résidence du roi du Népal . Gouvernement de Sa Majesté, Ministère des Communications, Département de l’Information. p. 14. Archivé de l’original le 9 octobre 2021 . Récupéré le 26 avril 2021 .
  • Watters, Thomas. (1904–05). Sur les voyages de Yuan Chwang en Inde. (629–645 CE). Société royale asiatique. Deuxième édition indienne. Éditeurs Munshhiram Manoharlal, New Delhi. (1973).
  • Woodhatch, Tom (1999). Manuel du Népal . Le Palais Royal . Guides de voyage sur l’empreinte. p. 194 . ISBN 978-1-900949-44-6. Récupéré le 17 décembre 2009 .
  • Turkish Airlines – Actualités – turkishairlines.com

Liens externes

Wikimedia Commons a des médias liés à Katmandou .
Wikivoyage a un guide de voyage pour Katmandou .
  • Site officiel Edit this at Wikidata Edit this at Wikidata
  • Données géographiques liées à Katmandou sur OpenStreetMap
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More