hébreu

0

Hébreu ( alphabet hébreu : עִבְרִית ‎, ʿĪvrīt ( aide · info ) , IPA : [ivˈʁit] ou [ʕivˈɾit] ; Écriture samaritaine : ࠏࠁࠓࠉࠕ ; L’ écriture paléo-hébraïque : ) est une langue sémitique du nord -ouest de la famille des langues afroasiatiques . Historiquement, il est considéré comme l’une des langues parlées des Israélites et de leurs descendants les plus anciens : les Judéens et les Samaritains . Il a été largement préservé à travers l’histoire en tant que principale Langue liturgique du judaïsme (depuis la période du Second Temple ) et du samaritanisme . L’hébreu est la seule langue cananéenneencore parlé aujourd’hui, et constitue le seul exemple vraiment réussi d’une langue morte qui a été ravivée . C’est aussi l’une des deux seules langues sémitiques du nord-ouest encore utilisées, l’autre étant l’araméen . [10] [11]

hébreu
עִבְרִית ‎, Ivrit
Temple Scroll.png Partie du rouleau du temple , l’un des plus longs rouleaux de la mer Morte découverts à Qumrân
Prononciation Moderne : [ivˈʁit] Tibérien
: [ʕivˈriθ] [1]
Biblique : [ʕibˈrit]
Originaire de Israël
Région Terre d’Israël
Origine ethnique Israélites ; Juifs et Samaritains
Éteint L’hébreu mishnaïque s’est éteint en tant que langue parlée au 5ème siècle de notre ère, survivant en tant que Langue liturgique avec l’hébreu biblique pour le judaïsme [2] [3] [4]
La relance Relancé à la fin du 19e siècle de notre ère . 9 millions de locuteurs d’ hébreu moderne dont 5 millions sont des locuteurs natifs (2017) [5]
Famille de langues Afro-asiatique

  • sémitique
    • Sémitique occidental
      • Sémitique central
        • Sémitique du Nord-Ouest
          • Cananéen
            • hébreu
Premières formes Hébreu biblique

  • Hébreu mishnique
    • Hébreu médiéval
Formulaires standards
  • Hébreu moderne
Système d’écriture Alphabet
hébreu Braille hébreu Alphabet
paléo-hébreu ( Hébreu biblique archaïque )
Écriture araméenne impériale ( Hébreu biblique tardif )
Écriture samaritaine ( hébreu biblique samaritain )
Formulaires signés Hébreu signé (hébreu oral accompagné d’un signe) [6]
Statut officiel
Langue officielle en Israël (en hébreu moderne ) [7]
Langue minoritaire reconnue
en
Pologne [8]
Afrique du Sud [9]
Régulée par Académie de la langue hébraïque
האקדמיה ללשון העברית ( ha-akademyah la-lashon ha-ʿivrit )
Codes de langue
ISO 639-1 he
ISO 639-2 heb
ISO 639-3 Diversement :
heb – Hébreu moderne
hbo – Hébreu classique (liturgique)
smp – Hébreu samaritain (liturgique)
obm – Moabite (éteint)
xdm – Édomite (éteint)
Glottologue hebr1246
Linguasphère 12-AAB-a
Cet article contient des symboles phonétiques IPA . Sans prise en charge appropriée du rendu , vous pouvez voir des points d’interrogation, des cases ou d’autres symboles à la place des caractères Unicode . Pour un guide d’introduction sur les symboles IPA, voir Help:IPA .
Cet article contient du texte en hébreu . Sans prise en charge appropriée du rendu , vous pouvez voir des points d’interrogation, des cases ou d’autres symboles à la place des lettres hébraïques.

Le mot HÉBREU écrit en hébreu moderne (en haut) et en alphabet paléo-hébreu (en bas)

Les premiers exemples de paléo-hébreu écrit remontent au 10ème siècle avant notre ère. [12] Presque toute la Bible hébraïque est écrite en hébreu biblique , avec une grande partie de sa forme actuelle dans le dialecte qui, selon les érudits, a prospéré vers le 6ème siècle avant notre ère, à l’époque de la captivité babylonienne . Pour cette raison, l’hébreu a été désigné par les Juifs sous le nom de Lashon Hakodesh ( לָשׁוֹן הַקֹּדֶשׁ , lit. «la langue sainte» ou «la langue [de] la sainteté») depuis les temps anciens. La langue n’était pas désignée par le nom hébreu dans la Bible , mais comme Yehudit ( trad. ‘la langue de Juda ‘ ) ou Səpaṯ Kəna’an ( trad. ‘la langue de Canaan ‘ ). [2] [note 1] Mishnah Gittin 9:8 fait référence à la langue comme Ivrit , signifiant hébreu; cependant, Mishnah Megillah se réfère à la langue comme Ashurit , signifiant Assyrien , qui est dérivé du nom de l’alphabet utilisé , contrairement à Ivrit , signifiant l’ alphabet paléo-hébreu . [13]

L’hébreu a cessé d’être une langue parlée régulière entre 200 et 400 de notre ère, déclinant à la suite de la révolte infructueuse de Bar Kokhba qui a été menée contre l’ Empire romain par les Juifs de Judée . [14] [15] [note 2] L’ araméen et, dans une moindre mesure, le grec étaient déjà utilisés comme langues internationales, en particulier parmi les élites sociales et les immigrants. [17] L’hébreu a survécu jusqu’à la période médiévale en tant que langue de la liturgie juive , de la littérature rabbinique , du commerce intra-juif et de la littérature poétique juive . Avec la montée deSionisme au XIXe siècle, la langue hébraïque a connu un renouveau à grande échelle en tant que langue parlée et littéraire, après quoi elle est devenue la langue principale du Yishouv en Palestine et par la suite la lingua franca de l’ État d’Israël avec un statut officiel. Selon Ethnologue , l’hébreu était parlé par cinq millions de personnes dans le monde en 1998 ; [5] en 2013, il était parlé par plus de neuf millions de personnes dans le monde. [18] Après Israël, les États-Unis ont la deuxième plus grande population de langue hébraïque, avec environ 220 000 locuteurs couramment (voir Israéliens américains etjuifs américains ). [19]

L’hébreu moderne est la langue officielle de l’État d’Israël, tandis que les formes d’hébreu d’avant la renaissance sont utilisées pour la prière ou l’étude dans les communautés juives et samaritaines du monde entier aujourd’hui; ce dernier groupe utilise le dialecte samaritain comme Langue liturgique. En tant que langue non première , il est étudié principalement par des juifs non israéliens et des étudiants en Israël, par des archéologues et des linguistes spécialisés dans le Moyen-Orient et ses civilisations , et par des théologiens dans des séminaires chrétiens .

Étymologie

Le mot anglais moderne “hébreu” est dérivé du vieux français Ebrau , via le latin du grec Ἑβραῖος ( hevraîos ) et de l’araméen ‘ibrāy , tous finalement dérivés de l’hébreu biblique Ivri ( עברי ), l’un des nombreux noms pour l’ Israélite ( juif et peuple Samaritain ( Hébreux ). Il est traditionnellement compris comme un adjectif basé sur le nom de l’ancêtre d’ Abraham , Eber , mentionné dans Genèse 10:21 .. On pense que le nom est basé sur la racine sémitique ʕ-br ( עבר ) signifiant “au-delà”, “de l’autre côté”, “à travers”; [20] les interprétations du terme « hébreu » rendent généralement sa signification comme à peu près « de l’autre côté [de la rivière/du désert] » – c’est-à-dire un exonyme pour les habitants de la terre d’ Israël et de Juda , peut-être du point de vue de Mésopotamie , Phénicie ou Transjordanie (avec le fleuve référencé peut-être l’ Euphrate , la Jordanie ou le Litani ;et Canaan ). [21] Comparez le mot Habiru ou l’assyrien apparenté ebru , de sens identique. [22]

L’une des premières références au nom de la langue comme “Ivrit” se trouve dans le prologue du Livre de Ben Sira , [a] [ clarification nécessaire ] du IIe siècle avant notre ère. [23] La Bible hébraïque n’utilise pas le terme « hébreu » en référence à la langue du peuple hébreu ; [24] son ​​historiographie postérieure, dans le Livre des Rois, s’y réfère comme ‏יְהוּדִית Yehudit ‘Judahite (langue)’. [25]

Histoire

L’hébreu appartient au groupe des langues cananéennes . Les langues cananéennes sont une branche de la famille des langues sémitiques du nord -ouest. [26]

Selon Avraham Ben-Yosef, l’hébreu a prospéré en tant que langue parlée dans les royaumes d’Israël et de Juda pendant la période d’environ 1200 à 586 avant notre ère. [27] Les érudits débattent de la mesure dans laquelle l’hébreu était une langue vernaculaire parlée dans les temps anciens après l’ exil babylonien lorsque la langue internationale prédominante dans la région était le vieil araméen .

L’ hébreu a disparu en tant que langue familière dans l’Antiquité tardive , mais il a continué à être utilisé comme langue littéraire, en particulier en Espagne, comme langue de commerce entre juifs de différentes langues maternelles, et comme Langue liturgique du judaïsme, évoluant divers dialectes de l’hébreu médiéval littéraire , jusqu’à sa renaissance en tant que langue parlée à la fin du XIXe siècle. [28] [29]

Inscriptions hébraïques les plus anciennes

L’ Inscription Shebna , provenant de la tombe d’un intendant royal trouvée à Siloé , date du 7ème siècle avant notre ère.

En juillet 2008, l’archéologue israélien Yossi Garfinkel a découvert un éclat de céramique à Khirbet Qeiyafa qui, selon lui, pourrait être la plus ancienne écriture hébraïque jamais découverte, datant d’il y a environ 3 000 ans. [30] L’ archéologue de l’Université hébraïque Amihai Mazar a déclaré que l’inscription était “proto-cananéenne” mais a averti que “la différenciation entre les écritures et entre les langues elles-mêmes à cette période, reste floue”, et a suggéré qu’appeler le texte hébreu pourrait être aller trop loin. [31]

Le calendrier de Guézer remonte également au 10ème siècle avant notre ère au début de la Période monarchique , l’époque traditionnelle du règne de David et de Salomon . Classé comme Hébreu biblique archaïque , le calendrier présente une liste des saisons et des activités agricoles associées. Le calendrier de Gezer (du nom de la ville à proximité de laquelle il a été trouvé) est écrit dans une ancienne écriture sémitique, apparentée à celle phénicienne qui, à travers les Grecs et les Étrusques , devint plus tard l’ Écriture romaine . Le calendrier Gezer est écrit sans aucune voyelle, et il n’utilise pasconsonnes pour impliquer des voyelles même aux endroits où l’orthographe hébraïque ultérieure les exige.

De nombreuses tablettes plus anciennes ont été trouvées dans la région avec des scripts similaires écrits dans d’autres langues sémitiques, par exemple le Protosinaïtique . On pense que les formes originales de l’écriture remontent aux hiéroglyphes égyptiens , bien que les valeurs phonétiques soient plutôt inspirées du principe acrophonique . L’ancêtre commun de l’hébreu et du phénicien se nomme cananéen , et fut le premier à utiliser un alphabet sémitique distinct de celui de l’égyptien. Un document ancien est la célèbre Pierre moabite , écrite en dialecte moabite ; l’ Inscription de Siloé , trouvée près de Jérusalem , est un des premiers exemples d’hébreu. Des échantillons moins anciens d’hébreu archaïque comprennent leostraca trouvés près de Lakish , qui décrivent les événements précédant la prise finale de Jérusalem par Nabuchodonosor et la captivité babylonienne de 586 avant notre ère.

Hébreu classique

Hébreu biblique

Dans son sens le plus large, l’hébreu biblique fait référence à la langue parlée de l’ancien Israël florissant entre le 10ème siècle avant notre ère et le tournant du 4ème siècle de notre ère . [32] Il comprend plusieurs dialectes en évolution et qui se chevauchent. Les phases de l’hébreu classique sont souvent nommées d’après d’importantes œuvres littéraires qui leur sont associées.

  • Hébreu biblique archaïque du Xe au VIe siècle avant notre ère, correspondant à la Période monarchique jusqu’à l’ exil babylonien et représenté par certains textes de la Bible hébraïque ( Tanakh ), notamment le Cantique de Moïse (Exode 15) et le Cantique de Déborah (Juges 5). Aussi appelé vieil hébreu ou paléo-hébreu. Il a été écrit dans l’ alphabet paléo-hébreu . Une écriture dérivée de celle-ci, l’ alphabet samaritain , est encore utilisée par les Samaritains .

Écriture hébraïque utilisée pour écrire un rouleau de la Torah . Notez les ” couronnes ” ornementales sur le dessus de certaines lettres.

  • Hébreu biblique standard vers le VIIIe au VIe siècle avant notre ère, correspondant à la fin de la Période monarchique et à l’exil babylonien. Il est représenté par la majeure partie de la Bible hébraïque qui atteint une grande partie de sa forme actuelle à cette époque. Aussi appelé hébreu biblique, hébreu biblique ancien, hébreu biblique classique ou hébreu classique (au sens le plus étroit).
  • Hébreu biblique tardif , du Ve au IIIe siècle avant notre ère, correspondant à la période perse et représenté par certains textes de la Bible hébraïque , notamment les livres d’Esdras et de Néhémie. Fondamentalement similaire à l’hébreu biblique classique, à part quelques mots étrangers adoptés pour des termes principalement gouvernementaux, et quelques innovations syntaxiques telles que l’utilisation de la particule she- (alternative de “asher”, signifiant “cela, qui, qui”). Il a adopté l’ Écriture araméenne impériale (dont descend l’écriture hébraïque moderne).
  • L’hébreu israélien est un dialecte nordique proposé de l’hébreu biblique, qui aurait existé à toutes les époques de la langue, dans certains cas en concurrence avec l’Hébreu biblique tardif comme explication des caractéristiques linguistiques non standard des textes bibliques.

Premier hébreu post-biblique

  • Rouleau de la mer Morte hébreu du 3ème siècle avant notre ère au 1er siècle de notre ère, correspondant aux périodes hellénistique et romaine avant la destruction du temple de Jérusalem, et représenté par les rouleaux de Qumrân qui forment la plupart (mais pas tous) des rouleaux de la mer Morte . Communément abrégé en hébreu DSS, également appelé hébreu de Qumrân. L’Écriture araméenne impériale des premiers rouleaux du 3ème siècle avant notre ère a évolué vers l’ écriture carrée hébraïque des derniers rouleaux du 1er siècle de notre ère, également connue sous le nom de ketav Ashuri (écriture assyrienne), toujours utilisée aujourd’hui.
  • Hébreu mishnaïque du 1er au 3ème ou 4ème siècle de notre ère, correspondant à la période romaine après la destruction du Temple de Jérusalem et représenté par l’essentiel de la Mishna et de la Tosefta dans le Talmud et par les manuscrits de la mer Morte, notamment le Bar Kokhba lettres et le rouleau de cuivre . Aussi appelé hébreu tannaitique ou hébreu rabbinique ancien.

Parfois, les phases ci-dessus de l’hébreu classique parlé sont simplifiées en “hébreu biblique” (y compris plusieurs dialectes du 10ème siècle avant notre ère au 2ème siècle avant notre ère et existant dans certains manuscrits de la mer Morte) et “hébreu mishnaïque” (y compris plusieurs dialectes du 3ème siècle avant notre ère). au 3ème siècle de notre ère et existant dans certains autres manuscrits de la mer Morte). [33] Cependant, aujourd’hui, la plupart des linguistes hébreux classent l’hébreu des manuscrits de la mer Morte comme un ensemble de dialectes évoluant de l’Hébreu biblique tardif à l’hébreu mishnaïque, incluant ainsi des éléments des deux mais restant distincts des deux. [34]

Au début de la période byzantine au 4ème siècle de notre ère, l’hébreu classique a cessé d’être une langue régulièrement parlée, environ un siècle après la publication de la Mishna, apparemment en déclin depuis les conséquences de la révolte catastrophique de Bar Kokhba vers 135 de notre ère.

Déplacement par l’araméen

Écriture Rachi Un porte-boîte d’allumettes en argent avec inscription en hébreu

Au début du 6ème siècle avant notre ère, l’ empire néo-babylonien a conquis l’ancien royaume de Juda , détruisant une grande partie de Jérusalem et exilant sa population loin à l’est à Babylone . Pendant la captivité babylonienne , de nombreux Israélites ont appris l’araméen, la langue sémitique étroitement liée à leurs ravisseurs. Ainsi, pendant une période significative, l’ élite juive a été influencée par l’araméen. [35]

Après que Cyrus le Grand ait conquis Babylone, il a permis au peuple juif de revenir de captivité. [36] [37] En conséquence, [ mauvaise synthèse ? ] une version locale de l’araméen a été parlée en Israël aux côtés de l’hébreu. Au début de l’ ère commune , l’araméen était la principale langue familière des juifs samariens , babyloniens et galiléens , et les juifs occidentaux et intellectuels parlaient le grec , [ la citation nécessaire ] mais une forme de soi-disant hébreu rabbinique .a continué à être utilisé comme vernaculaire en Judée jusqu’à ce qu’il soit remplacé par l’araméen, probablement au 3ème siècle de notre ère. Certaines classes de sadducéens , de pharisiens , de scribes , d’ermites, de zélotes et de prêtres ont maintenu une insistance sur l’hébreu, et tous les juifs ont maintenu leur identité avec des chansons hébraïques et de simples citations de textes hébreux. [16] [38] [39]

S’il ne fait aucun doute qu’à un certain moment, l’hébreu a été déplacé comme langue parlée de tous les jours de la plupart des Juifs, et que son principal successeur au Moyen-Orient était la langue araméenne étroitement apparentée, puis le grec , [38] [note 2 ] les opinions sur la date exacte de ce changement ont beaucoup changé. [15] Dans la première moitié du 20e siècle, la plupart des savants ont suivi Geiger et Dalman en pensant que l’araméen est devenu une langue parlée en terre d’Israël dès le début de la période hellénistique d’Israël au 4e siècle avant notre ère, et qu’en tant que l’hébreu corollaire a cessé de fonctionner comme langue parlée à peu près à la même époque. Ségal ,Klausner et Ben Yehuda sont des exceptions notables à ce point de vue. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l’accumulation de preuves archéologiques et en particulier l’analyse linguistique des manuscrits de la mer Morte a réfuté ce point de vue. Les manuscrits de la mer Morte, découverts en 1946-1948 près de Qumrân , ont révélé d’anciens textes juifs majoritairement en hébreu, et non en araméen.

Les rouleaux de Qumran indiquent que les textes hébreux étaient facilement compréhensibles pour l’Israélite moyen et que la langue avait évolué depuis les temps bibliques comme le font les langues parlées. [note 3] Une étude récente reconnaît que les rapports de Juifs parlant en araméen indiquent une société multilingue, pas nécessairement la langue principale parlée. Aux côtés de l’araméen, l’hébreu coexistait en Israël en tant que langue parlée. [41] La plupart des érudits datent maintenant la disparition de l’hébreu en tant que langue parlée à la fin de la période romaine , soit environ 200 CE. [42] Il a continué en tant que langue littéraire à travers la période byzantine à partir du 4ème siècle de notre ère.

Les rôles exacts de l’araméen et de l’hébreu restent vivement débattus. Un scénario trilingue a été proposé pour la terre d’Israël. L’hébreu fonctionnait comme langue maternelle locale avec des liens puissants avec l’histoire, les origines et l’âge d’or d’Israël et comme langue de la religion d’Israël; L’araméen a fonctionné comme langue internationale avec le reste du Moyen-Orient; et finalement le grec a fonctionné comme une autre langue internationale avec les régions orientales de l’Empire romain. [ citation nécessaire ] William Schniedewindsoutient qu’après avoir diminué à l’époque persane, l’importance religieuse de l’hébreu a augmenté aux époques hellénistique et romaine, et cite des preuves épigraphiques que l’hébreu a survécu en tant que langue vernaculaire – bien que sa grammaire et son système d’écriture aient été considérablement influencés par l’araméen. [43] Selon un autre résumé, le grec était la langue du gouvernement, l’hébreu la langue de la prière, de l’étude et des textes religieux, et l’araméen était la langue des contrats légaux et du commerce. [44] Il y avait aussi un schéma géographique : selon Spolsky, au début de l’ère commune, « judéo-araméenétait principalement utilisé en Galilée au nord, le grec était concentré dans les anciennes colonies et autour des centres gouvernementaux, et le monolinguisme hébreu se poursuivait principalement dans les villages du sud de la Judée.” [38] En d’autres termes, “en termes de géographie dialectale, au l’époque des tannaim, la Palestine pouvait être divisée entre les régions de langue araméenne de Galilée et de Samarie et une zone plus petite, la Judée, dans laquelle l’ hébreu rabbinique était utilisé parmi les descendants des exilés de retour.” [16] [39] a supposé que le grec Koine était le principal moyen de communication dans les villes côtières et parmi la classe supérieure de Jérusalem, tandis que l’araméen était répandu dans la classe inférieure de Jérusalem, mais pas dans la campagne environnante. [44] Après la répression de la révolte de Bar Kokhba au IIe siècle de notre ère, les Judéens ont été forcés de se disperser. Beaucoup ont déménagé en Galilée, de sorte que la plupart des locuteurs natifs restants de l’hébreu à cette dernière étape auraient été trouvés dans le nord. [45]

Le Nouveau Testament chrétien contient des noms de lieux et des citations sémitiques. [46] La langue de ces gloses sémitiques (et en général la langue parlée par les Juifs dans les scènes du Nouveau Testament) est souvent appelée “hébreu” dans le texte, [47] bien que ce terme soit souvent réinterprété comme faisant référence à l’araméen à la place [note 4] [note 5] et est rendu en conséquence dans les traductions récentes. [49] Néanmoins, ces gloses peuvent également être interprétées comme de l’hébreu. [50] On a soutenu que l’hébreu, plutôt que l’araméen ou le grec koine, était à l’origine de la composition de l’ Évangile de Matthieu . [51] (Voir leHypothèse de l’évangile hébreu ou langue de Jésus pour plus de détails sur l’hébreu et l’araméen dans les évangiles.)

Mishna et Talmud

Le terme « hébreu mishnaïque » fait généralement référence aux dialectes hébreux trouvés dans le Talmud , à l’exception des citations de la Bible hébraïque. Les dialectes s’organisent en hébreu mishnaïque (également appelé hébreu tannaitique , hébreu rabbinique ancien ou hébreu mishnaïque I), qui était une langue parlée , et en hébreu amoraique (également appelé hébreu rabbinique tardif ou hébreu mishnaïque II), qui était une langue littéraire . La première section du Talmud est la Mishnaqui a été publié vers 200 CE, bien que de nombreuses histoires se déroulent beaucoup plus tôt, et a été écrite dans l’ancien dialecte mishnaïque. Le dialecte se retrouve également dans certains manuscrits de la mer Morte. L’hébreu mishnaïque est considéré comme l’un des dialectes de l’hébreu classique qui fonctionnait comme une langue vivante en terre d’Israël. Une forme de transition de la langue se produit dans les autres œuvres de la littérature tannaïtique datant du siècle commençant par l’achèvement de la Mishnah. Ceux-ci incluent les Midrashim halakhiques ( Sifra , Sifre , Mechilta etc.) et la collection élargie de matériel lié à la Mishnah connue sous le nom de Tosefta. Le Talmud contient des extraits de ces œuvres, ainsi que d’autres éléments tannaïtiques non attestés ailleurs; le terme générique pour ces passages est Baraitot . Le dialecte de toutes ces œuvres est très similaire à l’hébreu mishnaïque.

Environ un siècle après la publication de la Mishnah, l’hébreu mishnaïque est tombé en désuétude en tant que langue parlée. La dernière section du Talmud, la Guemara , commente généralement la Mishnah et le Baraitot sous deux formes d’araméen. Néanmoins, l’hébreu a survécu en tant que Langue liturgique et littéraire sous la forme de l’hébreu amoraïque ultérieur , qui apparaît parfois dans le texte de la Gemara.

L’hébreu a toujours été considéré comme la langue de la religion, de l’histoire et de la fierté nationale d’Israël, et après sa disparition en tant que langue parlée, il a continué à être utilisé comme lingua franca parmi les universitaires et les juifs voyageant à l’étranger. [52] Après le IIe siècle de notre ère, lorsque l’ Empire romain a exilé la majeure partie de la population juive de Jérusalem à la suite de la révolte de Bar Kokhba , ils se sont adaptés aux sociétés dans lesquelles ils se trouvaient, mais lettres, contrats, commerce, science, philosophie, médecine, la poésie et les lois ont continué à être écrites principalement en hébreu, qui s’est adapté en empruntant et en inventant des termes.

Hébreu médiéval

Codex d’Alep : Bible hébraïque du Xe siècle avec pointage massorétique (Josué 1:1). Synagogue Kochangadi à Kochi , Inde datée de 1344.

Après le Talmud, divers dialectes littéraires régionaux de l’hébreu médiéval ont évolué. Le plus important est l’hébreu tibérien ou l’hébreu massorétique, un dialecte local de Tibériade en Galilée qui est devenu la norme pour vocaliser la Bible hébraïque et influence donc toujours tous les autres dialectes régionaux de l’hébreu. Cet hébreu tibérien du 7e au 10e siècle de notre ère est parfois appelé « hébreu biblique » car il est utilisé pour prononcer la Bible hébraïque ; cependant, il doit être correctement distingué de l’hébreu biblique historique du 6ème siècle avant notre ère, dont la prononciation originale doit être reconstruite. L’hébreu tibérien intègre la remarquable érudition des Massorètes (demasoret signifiant “tradition”), qui a ajouté des points de voyelle et des points de grammaire aux lettres hébraïques pour préserver des caractéristiques beaucoup plus anciennes de l’hébreu, à utiliser pour chanter la Bible hébraïque. Les Massorètes ont hérité d’un texte biblique dont les lettres étaient considérées comme trop sacrées pour être modifiées, de sorte que leurs marques se présentaient sous la forme d’un pointage dans et autour des lettres. L’ alphabet syriaque , précurseur de l’ alphabet arabe , a également développé des systèmes de pointage des voyelles à cette époque. Le Codex d’Alep , une Bible hébraïque avec le pointage massorétique, a été écrit au 10ème siècle, probablement à Tibériade , et survit à ce jour. C’est peut-être le manuscrit hébreu le plus important qui existe.

Pendant l’ âge d’or de la culture juive en Espagne , un travail important a été fait par les grammairiens pour expliquer la grammaire et le vocabulaire de l’hébreu biblique ; une grande partie de ceci était basée sur le travail des grammairiens de l’arabe classique . Les grammairiens hébreux importants étaient Juda ben David Hayyuj , Jonah ibn Janah , Abraham ibn Ezra [53] et plus tard (en Provence ), David Kimhi . Beaucoup de poésie a été écrite, par des poètes tels que Dunash ben Labrat , Solomon ibn Gabirol , Judah ha-Levi , Moses ibn Ezra et Abraham ibn Ezra ., en un hébreu « épuré » basé sur les travaux de ces grammairiens, et en arabe des mètres quantitatifs ou strophiques. Cet hébreu littéraire a ensuite été utilisé par les poètes juifs italiens. [54]

La nécessité d’exprimer des concepts scientifiques et philosophiques du grec classique et de l’arabe médiéval a motivé l’hébreu médiéval à emprunter la terminologie et la grammaire de ces autres langues, ou à inventer des termes équivalents à partir de racines hébraïques existantes, donnant naissance à un style distinct d’hébreu philosophique. Ceci est utilisé dans les traductions faites par la famille Ibn Tibbon . (Les œuvres philosophiques juives originales étaient généralement écrites en arabe. [ citation nécessaire ] ) Une autre influence importante était Maïmonide , qui a développé un style simple basé sur l’hébreu mishnaïque à utiliser dans son code de droit, le Mishneh Torah .. La littérature rabbinique ultérieure est écrite dans un mélange entre ce style et l’hébreu rabbinique araméen du Talmud.

L’hébreu a persévéré à travers les âges en tant que langue principale à des fins écrites par toutes les communautés juives du monde entier pour un large éventail d’utilisations – non seulement la liturgie, mais aussi la poésie, la philosophie, la science et la médecine, le commerce, la correspondance quotidienne et les contrats. Il y a eu de nombreuses déviations par rapport à cette généralisation comme les lettres de Bar Kokhba à ses lieutenants, qui étaient pour la plupart en araméen, [55] et les écrits de Maïmonide , qui étaient pour la plupart en arabe ; [56] mais dans l’ensemble, l’hébreu n’a pas cessé d’être utilisé à de telles fins. Par exemple, la première imprimerie du Moyen-Orient, à Safed (Israël moderne), a produit un petit nombre de livres en hébreu en 1577, qui ont ensuite été vendus au monde juif voisin.[57] Cela signifiait non seulement que les Juifs bien éduqués dans toutes les parties du monde pouvaient correspondre dans une langue mutuellement intelligible, et que les livres et les documents juridiques publiés ou écrits dans n’importe quelle partie du monde pouvaient être lus par les Juifs dans toutes les autres parties du monde. , mais qu’un juif instruit pouvait voyager et converser avec des juifs dans des endroits éloignés, tout comme les prêtres et autres chrétiens instruits pouvaient converser en latin. Par exemple, le rabbin Avraham Dantzig a écrit le Hayei Adam en hébreu, par opposition au yiddish , comme guide de la Halacha pour le “ moyen de 17 ans” (Ibid. Introduction 1). De même, le Hafetz Chaim , le but du rabbin Yisrael Meir Kagan en écrivant leMishna Berurah devait “produire un travail qui pourrait être étudié quotidiennement afin que les Juifs puissent connaître les bonnes procédures à suivre minute par minute”. L’ouvrage a néanmoins été écrit en hébreu talmudique et en araméen, car “le Juif ordinaire [d’Europe de l’Est] d’il y a un siècle, parlait suffisamment couramment cet idiome pour pouvoir suivre la Mishna Berurah sans aucun problème”. [58]

La relance

Learn more.

langue danoise

langue allemande

Orthographe

monde anglophone

L’ hébreu a été relancé à plusieurs reprises en tant que langue littéraire, notamment par le mouvement Haskalah (Lumières) de l’Allemagne du début et du milieu du XIXe siècle. Au début du XIXe siècle, une forme d’hébreu parlé avait émergé sur les marchés de Jérusalem entre des Juifs d’origines linguistiques différentes pour communiquer à des fins commerciales. Ce dialecte hébreu était dans une certaine mesure un pidgin . [59] Vers la fin de ce siècle, l’activiste juif Eliezer Ben-Yehuda , en raison de l’idéologie du renouveau national ( שיבת ציון , Shivat Tziyon, plus tard le sionisme), a commencé à faire revivre l’hébreu en tant que langue parlée moderne. Finalement, à la suite du mouvement local qu’il a créé, mais plus significativement à la suite des nouveaux groupes d’immigrants connus sous le nom de Deuxième Aliyah , elle a remplacé une vingtaine de langues parlées par les Juifs à cette époque. Ces langues étaient des dialectes juifs de langues locales, y compris le judéo-espagnol (également appelé “judezmo” et “ladino”), le yiddish , le judéo-arabe et le bukhori (tadjiki), ou des langues locales parlées dans la diaspora juive telles que le russe , le persan et le arabe .

Le résultat majeur du travail littéraire des intellectuels hébreux tout au long du XIXe siècle a été une modernisation lexicale de l’hébreu. De nouveaux mots et expressions ont été adaptés en tant que néologismes du vaste corpus d’écrits hébreux depuis la Bible hébraïque, ou empruntés à l’arabe (principalement par Eliezer Ben-Yehuda) et à l’araméen et au latin plus anciens. De nombreux nouveaux mots ont été empruntés ou inventés après les langues européennes, en particulier l’anglais, le russe, l’allemand et le français. L’hébreu moderne est devenu une langue officielle dans la Palestine sous domination britannique en 1921 (avec l’anglais et l’arabe), puis en 1948 est devenu une langue officielle de l’ État d’Israël nouvellement déclaré . L’hébreu est aujourd’hui la langue la plus parlée en Israël.

À l’époque moderne, à partir du XIXe siècle, la tradition littéraire hébraïque a repris vie en tant que langue parlée d’Israël moderne, appelée diversement hébreu israélien , hébreu israélien moderne , hébreu moderne , nouvel hébreu , hébreu standard israélien, hébreu standard , etc. L’hébreu israélien présente certaines caractéristiques de l’hébreu séfarade de sa tradition locale de Jérusalem mais l’adapte avec de nombreux néologismes, des termes empruntés (souvent techniques) aux langues européennes et des termes adoptés (souvent familiers) de l’arabe.

Eliezer Ben-Yehuda

L’usage littéraire et narratif de l’hébreu a été relancé à partir du mouvement Haskalah. Le premier périodique profane en hébreu, HaMe’assef (Le Rassembleur), a été publié par maskilim à Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad ) à partir de 1783. [60] Au milieu du XIXe siècle, les publications de plusieurs journaux hébreux d’Europe de l’Est (par exemple Hamagid , fondé à Ełk en 1856) se multiplient. Les poètes éminents étaient Hayim Nahman Bialik et Shaul Tchernichovsky ; il y avait aussi des romans écrits dans la langue.

La renaissance de la langue hébraïque comme langue maternelle a été initiée à la fin du 19ème siècle par les efforts d’Eliezer Ben-Yehuda. Il a rejoint le mouvement national juif et en 1881 a immigré en Palestine , alors une partie de l’ Empire ottoman . Motivé par les idéaux environnants de rénovation et de rejet du mode de vie « shtetl » de la diaspora , Ben-Yehuda s’est attaché à développer des outils pour faire de la langue littéraire et liturgique une langue parlée de tous les jours . Cependant, sa marque d’hébreu suivait les normes qui avaient été remplacées en Europe de l’Estpar une grammaire et un style différents, dans les écrits de personnes comme Ahad Ha’am et d’autres. Ses efforts d’organisation et son implication dans la création d’écoles et la rédaction de manuels ont poussé l’ activité de vernacularisation dans un mouvement progressivement accepté. Ce n’est cependant qu’à la deuxième Aliyah de 1904-1914 que l’hébreu a pris un véritable élan en Palestine ottomane avec les entreprises les plus organisées mises en place par le nouveau groupe d’immigrants. Lorsque le mandat britannique de la Palestinereconnu l’hébreu comme l’une des trois langues officielles du pays (anglais, arabe et hébreu, en 1922), son nouveau statut formel a contribué à sa diffusion. Une langue moderne construite avec un vocabulaire et une écriture véritablement sémitiques, bien que souvent européenne en phonologie , va prendre place parmi les langues actuelles des nations.

Alors que beaucoup considéraient son travail comme fantaisiste voire blasphématoire [61] (car l’hébreu était la langue sacrée de la Torah et donc certains pensaient qu’il ne fallait pas l’utiliser pour discuter des affaires courantes), beaucoup ont vite compris la nécessité d’une langue commune entre les Juifs du mandat britannique qui, au tournant du XXe siècle, arrivaient en grand nombre de divers pays et parlaient différentes langues. Un comité de la langue hébraïque a été créé. Après l’établissement d’Israël, elle est devenue l’ Académie de la langue hébraïque . Les résultats du travail lexicographique de Ben-Yehuda ont été publiés dans un dictionnaire ( The Complete Dictionary of Ancient and Modern Hebrew , Ben-Yehuda Dictionary [ il ]). Les graines de l’œuvre de Ben-Yehuda sont tombées sur un terrain fertile et, au début du XXe siècle, l’hébreu était en passe de devenir la langue principale de la population juive de la Palestine ottomane et britannique. À l’époque, les membres de l’ Ancien Yishouv et quelques rares sectes hassidiques , notamment celles sous les auspices de Satmar , refusaient de parler hébreu et ne parlaient que le yiddish.

En Union soviétique , l’utilisation de l’hébreu, ainsi que d’autres activités culturelles et religieuses juives, a été supprimée. Les autorités soviétiques considéraient l’usage de l’hébreu comme “réactionnaire” puisqu’il était associé au sionisme , et l’enseignement de l’hébreu dans les écoles primaires et secondaires fut officiellement interdit par le Commissariat du peuple à l’éducation dès 1919, dans le cadre d’un programme global visant à séculariser l’éducation (la langue elle-même n’a pas cessé d’être étudiée dans les universités à des fins historiques et linguistiques [62]). L’ordonnance officielle stipulait que le yiddish, étant la langue parlée des Juifs russes, devait être traité comme leur seule langue nationale, tandis que l’hébreu devait être traité comme une langue étrangère. [63] Les livres et périodiques en hébreu ont cessé d’être publiés et ont été saisis dans les bibliothèques, bien que des textes liturgiques aient été publiés jusque dans les années 1930. Malgré de nombreuses protestations [64] , une politique de suppression de l’enseignement de l’hébreu s’opère dès les années 1930. Plus tard dans les années 1980 en URSS , les études hébraïques sont réapparues en raison de la lutte des personnes pour obtenir l’autorisation d’aller en Israël ( refuseniks ). Plusieurs des enseignants ont été emprisonnés, par exemple Yosef Begun , Ephraim Kholmyansky ,Yevgeny Korostyshevsky et d’autres responsables d’un réseau d’apprentissage de l’hébreu reliant de nombreuses villes de l’URSS.

Hébreu moderne

Panneaux multilingues en hébreu, arabe et anglais sur une autoroute israélienne Clavier bilingue hébreu et anglais

L’hébreu standard, tel que développé par Eliezer Ben-Yehuda, était basé sur l’ orthographe mishnaïque et la prononciation séfarade de l’hébreu . Cependant, les premiers locuteurs de l’hébreu moderne avaient le yiddish comme langue maternelle et introduisaient souvent des calques du yiddish et des correspondances phono-sémantiques de mots internationaux.

Malgré l’utilisation de la prononciation de l’hébreu séfarade comme base principale, l’hébreu israélien moderne s’est adapté à la phonologie de l’hébreu ashkénaze à certains égards, principalement les suivants :

  • l’élimination de l’ articulation pharyngée dans les lettres chet ( ח ) et ayin ( ע ) par la plupart des locuteurs hébreux.
  • la conversion de ( ר ) / r / d’un lambeau alvéolaire [ɾ] en une fricative uvulaire exprimée [ʁ] ou un trille uvulaire [ʀ] , par la plupart des locuteurs, comme dans la plupart des variétés d’allemand standard ou de yiddish. voir Guttural R
  • la prononciation (par de nombreux locuteurs) de tzere ֵ ‎ comme [eɪ] dans certains contextes ( sifréj et téjša au lieu de sépharade sifré et tésha )
  • l’élimination partielle de la voix Shva ְ ‎ ( zmán au lieu de Sephardic zĕman ) [65]
  • dans le langage populaire, avant-dernier accent dans les noms propres ( Dvóra au lieu de Dĕvorá ; Yehúda au lieu de Yĕhudá ) et quelques autres mots [66]
  • de même dans le discours populaire, avant-dernière accentuation dans les formes verbales avec un suffixe pluriel à la deuxième personne ( katávtem “vous avez écrit” au lieu de kĕtavtém ). [note 6]

Le vocabulaire de l’hébreu israélien est beaucoup plus vaste que celui des périodes antérieures. Selon Ghil’ad Zuckermann :

Le nombre de mots hébreux bibliques attestés est de 8198, dont environ 2000 sont des hapax legomena(le nombre de racines hébraïques bibliques, sur lesquelles bon nombre de ces mots sont basés, est de 2099). Le nombre de mots hébreux rabbiniques attestés est inférieur à 20 000, dont (i) 7879 sont rabbiniques par excellence, c’est-à-dire qu’ils n’apparaissent pas dans l’Ancien Testament (le nombre de nouvelles racines hébraïques rabbiniques est de 805) ; (ii) environ 6000 sont un sous-ensemble de l’hébreu biblique ; et (iii) plusieurs milliers sont des mots araméens qui peuvent avoir une forme hébraïque. L’hébreu médiéval a ajouté 6421 mots à l’hébreu (moderne). Le nombre approximatif de nouveaux éléments lexicaux en israélien est de 17 000 (cf. 14 762 dans Even-Shoshan 1970 […]). Avec l’inclusion des termes étrangers et techniques […], le nombre total de mots israéliens, y compris les mots d’origine biblique, rabbinique et médiévale, est supérieur à 60 000. [67] : 64–65

En Israël, l’hébreu moderne est actuellement enseigné dans des institutions appelées Ulpanim (singulier : Ulpan). Il existe des Ulpanim appartenant au gouvernement, ainsi que des privés, proposant des cours en ligne et des programmes en face à face.

Statut actuel

Académie de la langue hébraïque

L’hébreu moderne est la principale langue officielle de l’État d’Israël. En 2013 [mettre à jour], il y avait environ 9 millions de locuteurs de l’hébreu dans le monde, [68] dont 7 millions le parlent couramment. [69] [70] [71]

Actuellement, 90% des Juifs israéliens maîtrisent l’hébreu et 70% sont très compétents. [72] Environ 60 % des Arabes israéliens maîtrisent également l’hébreu, [72] et 30 % déclarent avoir une meilleure maîtrise de l’hébreu que de l’arabe. [18] Au total, environ 53 % de la population israélienne parle l’hébreu comme langue maternelle, [73] tandis que la plupart des autres le parlent couramment. En 2013, l’hébreu était la langue maternelle de 49 % des Israéliens de plus de 20 ans, le russe , l’ arabe , le français , l’ anglais , le yiddish et le ladino étant les langues maternelles de la plupart des autres. Quelque 26 % desles immigrants de l’ex-Union soviétique et 12% des Arabes ont déclaré parler mal ou pas du tout l’hébreu. [72] [74]

Des mesures ont été prises pour garder l’hébreu comme langue principale d’utilisation et pour empêcher l’incorporation à grande échelle de mots anglais dans le vocabulaire hébreu. L’ Académie de la langue hébraïque de l’ Université hébraïque de Jérusalem invente actuellement environ 2 000 nouveaux mots hébreux chaque année pour les mots modernes en trouvant un mot hébreu original qui capture le sens, comme alternative à l’incorporation de plus de mots anglais dans le vocabulaire hébreu. La municipalité de Haïfa a interdit aux fonctionnaires d’utiliser des mots anglais dans les documents officiels et se bat pour empêcher les entreprises d’utiliser uniquement des signes en anglais pour commercialiser leurs services. [75] En 2012, une Knessetprojet de loi pour la préservation de la langue hébraïque a été proposé, qui comprend la stipulation que toute signalisation en Israël doit d’abord et avant tout être en hébreu, comme pour tous les discours des responsables israéliens à l’étranger. L’auteur du projet de loi, le député Akram Hasson , a déclaré que le projet de loi avait été proposé en réponse au fait que l’hébreu “perdait son prestige” et que les enfants incorporaient davantage de mots anglais dans leur vocabulaire. [76]

L’hébreu est l’une des nombreuses langues pour lesquelles la constitution de l’Afrique du Sud appelle à être respectées dans leur utilisation à des fins religieuses. [77] En outre, l’hébreu est une langue officielle minoritaire nationale en Pologne , depuis le 6 janvier 2005. [78]

Phonologie

L’hébreu biblique avait un inventaire de consonnes sémitiques typique, avec pharyngien / ʕ ħ / , une série de consonnes « emphatiques » (éventuellement éjectives , mais cela est débattu), fricative latérale / ɬ / , et dans ses stades plus anciens également uvulaire / χ ʁ / . / χ ʁ / a fusionné avec / ħ ʕ / dans l’hébreu biblique ultérieur, et / b ɡ dkpt / a subi une spirantisation allophonique en [v ɣ ð xf θ] (connu sous le nom de begadkefat ). Le premier système de voyelles bibliques en hébreu contenait les voyelles proto-sémitiques / a aː i iː u uː / ainsi que / oː / , mais ce système a radicalement changé au fil du temps.

Au moment des manuscrits de la mer Morte, / ɬ / était passé à / s / dans les traditions juives, bien que pour les Samaritains, il ait fusionné avec / ʃ / à la place. [34] La tradition de lecture tibérienne du Moyen Âge avait le système de voyelles /a ɛ ei ɔ ou ă ɔ̆ ɛ̆/, bien que d’autres traditions de lecture médiévales aient moins de voyelles.

Un certain nombre de traditions de lecture ont été préservées dans l’usage liturgique. Dans les traditions de lecture juives orientales ( sépharades et mizrahi ), les consonnes emphatiques sont réalisées comme pharyngées, tandis que les traditions ashkénazes (Europe du Nord et de l’Est) ont perdu les emphatiques et les pharyngiens (bien que selon la loi ashkénaze, l’articulation pharyngienne est préférée à l’articulation uvulaire ou glottale). lors de la représentation de la communauté dans un service religieux tel que la prière et la lecture de la Torah ), et montrez le passage de /w/ à /v/. La tradition samaritaine a un système de voyelles complexe qui ne correspond pas étroitement aux systèmes tibériens .

La prononciation de l’hébreu moderne s’est développée à partir d’un mélange des différentes traditions de lecture juives, tendant généralement vers la simplification. Conformément à la prononciation hébraïque séfarade , les consonnes emphatiques sont passées à leurs homologues ordinaires, /w/ à /v/, et [ɣ ð θ] ne sont pas présents. La plupart des Israéliens aujourd’hui fusionnent également / ʕ ħ / avec / ʔ χ / , n’ont pas de gémination contrastive et prononcent / r / comme une fricative uvulaire [ʁ] ou une fricative vélaire exprimée [ɣ] plutôt qu’un trille alvéolaire, à cause de l’ashkénaze. influences hébraïques. Les consonnes /tʃ/ et /dʒ/ sont devenues phonémiques en raison de mots d’emprunt, et /w/ a également été réintroduit.

Les consonnes

Proto-
sémitique
API hébreu Exemple
écrit Biblique Tibérien Moderne Mot Sens
*b [ b ] á ‎ 3 / b /c/ /v/, /b/ /v/, /b/ ב ית maison
*ré [ ré ] ד ‎ 3 / j /ré/ /ð/, /d/ /ré/ ד ב ours
*g [ ɡ ] ø ‎ 3 h / g /ɡ/ /ɣ/, /g/ /ɡ/ ג מל chameau
*p [ p ] פ ‎ 3 / p /p/ /f/, /p/ /f/, /p/ פ חם charbon
*t [ t ] ת ‎ 3 / t /t/ /θ/, /t/ /t/ ת מר palmier
*k [ k ] כ ‎ 3 / k /k/ /x/, /k/ /χ/, /k/ כ ו כ ב étoile
*ṭ [ tʼ ] ט /tʕ/ /tʕ/ /t/ ט בח cuisinier
*q [ kʼ ] ק q /kʕ/ /q/ /k/ ק בר tombeau
*ré [ ð ] / [ d͡ð ] å ‎ 2 z /z/ /z/ /z/ ז כר Masculin
*z [ z ] / [ d͡z ] ז רק jeta
*s [ s ] / [ t͡s ] ס s /s/ /s/ /s/ ס וכר du sucre
[ ʃ ] / [ t͡ʃ ] שׁ ‎ 2 š /ʃ/ /ʃ/ /ʃ/ שׁ מים ciel
*ṯ [ θ ] / [ t͡θ ] שׁ מונה huit
[ ɬ ] / [ t͡ɬ ] שׂ ‎ 1 œ /ɬ/ /s/ /s/ שׂ מאל la gauche
*ṱ [ θʼ ] / [ t͡θʼ ] צ /sʕ/ /sʕ/ /ts/ צ ל ombre
*ṣ [ sʼ ] / [ t͡sʼ ] צ רח a crié
*ṣ́ [ ɬʼ ] / [ t͡ɬʼ ] צ חק ri
*g [ ɣ ] ~ [ ʁ ] ע ` /ʁ/ /ʕ/ /ʔ/, – ע ורב corbeau
*` [ ʕ ] /ʕ/ ע שׂר Dix
[ ʔ ] א ʼ /ʔ/ /ʔ/ /ʔ/, – א ב père
*ḫ [ x ] ~ [ χ ] ח ‎ 2 /χ/ /ħ/ /χ/ ח משׁ cinq
*ḥ [ ħ ] /ħ/ ח בל corde
*h [ h ] ה h /h/ /h/ /h/, – ה גר émigré
*m [ m ] מ m /m/ /m/ /m/ מ ים l’eau
*n [ n ] נ n /n/ /n/ /n/ נ ביא prophète
*r [ ɾ ] ø r /ɾ/ /ɾ/ /ʁ/ ר גל jambe
*l [ l ] ל je /l/ /l/ /l/ ל שׁון langue
*y [ j ] י y /j/ /j/ /j/ י ד main
*w [ w ] ו w /w/ /w/ /v/ ו רד Rose
Proto-sémitique API hébreu Biblique Tibérien Moderne Exemple

Remarques:

  1. Le proto-sémitique était toujours prononcé comme [ ɬ ] en hébreu biblique, mais aucune lettre n’était disponible dans l’alphabet phénicien, de sorte que la lettre ש remplissait une double fonction, représentant à la fois / ʃ / et / ɬ / . Plus tard, cependant, /ɬ/ a fusionné avec /s/ , mais l’ancienne orthographe a été largement conservée, et les deux prononciations de ש ont été distinguées graphiquement en hébreu tibérien comme שׁ ‎ / ʃ/ contre שׂ ‎ / s/ < / ɬ/ .
  2. L’hébreu biblique au 3ème siècle avant notre ère distinguait apparemment encore les phonèmes ġ versus ʻ et versus , comme en témoignent les transcriptions dans la Septante . Comme dans le cas de /ɬ/ , aucune lettre n’était disponible pour représenter ces sons, et les lettres existantes remplissaient une double fonction : ח ‎ pour /χ/ et /ħ/ et ע ‎ pour /ʁ/ et /ʕ/ . Dans tous ces cas, cependant, les sons représentés par la même lettre ont finalement fusionné, ne laissant aucune preuve (autre que les premières transcriptions) des anciennes distinctions.
  3. L’ hébreu et l’araméen ont subi une spirantisation begadkefat à un certain moment, par lequel les sons d’arrêt / b ɡ dkpt / ont été adoucis aux fricatives correspondantes [v ɣ ð xf θ] (écrit ḇ ḡ ḏ ḵ p̄ ṯ ) lorsqu’ils se produisaient après une voyelle et non géminés . Ce changement s’est probablement produit après la disparition des phonèmes originaux du vieil araméen /θ, ð/ au 7ème siècle avant notre ère, [79] et s’est très probablement produit après la perte de l’hébreu /χ, ʁ/ c. 200 avant notre ère. [note 7] On sait qu’il s’est produit en hébreu au 2ème siècle. [80]Après un certain point, cette alternance est devenue contrastive en position médiane et finale du mot (bien que portant une faible charge fonctionnelle ), mais en position initiale du mot, elles sont restées allophoniques. [81] En hébreu moderne , la distinction a une charge fonctionnelle plus élevée du fait de la perte de gémination, bien que seules les trois fricatives /v χ f/ soient encore conservées (la fricative /x/ se prononce /χ/ en hébreu moderne). (Les autres se prononcent comme les arrêts correspondants, car la prononciation de l’hébreu moderne était basée sur la prononciation sépharade qui a perdu la distinction)

Grammaire hébraïque

La grammaire hébraïque est en partie analytique , exprimant des formes telles que le datif , l’ ablatif et l’ accusatif en utilisant des particules prépositionnelles plutôt que des cas grammaticaux . Cependant, l’inflexion joue un rôle décisif dans la formation des verbes et des noms. Par exemple, les noms ont un état de construction , appelé “smikhut”, pour désigner la relation “d’appartenance à”: c’est l’inverse du cas génitif des langues plus fléchies. Les mots en smikhut sont souvent combinés avec des traits d’union. Dans le discours moderne, l’utilisation de la construction est parfois interchangeable avec la préposition “shel”, signifiant “de”. Il existe de nombreux cas, cependant, où les formes déclinées plus anciennes sont conservées (en particulier dans les expressions idiomatiques et autres), et les enclitiques de « personne » sont largement utilisées pour « décliner » les prépositions.

Morphologie

Comme toutes les langues sémitiques, la langue hébraïque présente un modèle de radicaux constitués généralement de racines consonantiques ” trilitères ” ou à 3 consonnes , à partir desquelles les noms, les adjectifs et les verbes sont formés de diverses manières : par exemple en insérant des voyelles, en doublant des consonnes, en allongeant voyelles et/ou ajout de préfixes, suffixes ou infixes . Les racines à 4 consonnes existent également et sont devenues plus fréquentes dans la langue moderne en raison d’un processus d’invention de verbes à partir de noms eux-mêmes construits à partir de verbes à 3 consonnes. Certaines racines trilitères perdent une de leurs consonnes dans la plupart des formes et sont appelées “Nahim” (Repos).

L’hébreu utilise un certain nombre de préfixes à une lettre qui sont ajoutés aux mots à diverses fins. Celles-ci sont appelées prépositions inséparables ou “Lettres d’utilisation” (hébreu : אותיות השימוש , romanisé : Otiyot HaShimush ). Ces éléments incluent : l’ article défini ha- ( /ha/ ) (= “le”); prépositions be- ( /be/ ) (= “in”), le- ( /le/ ) (= “to” ; une version abrégée de la préposition el ), mi- ( /mi/ ) (= “from” ; une version abrégée de la préposition min ); conjonctions ve- ( /ve/ ) (= “et”), she- ( /ʃe/ ) (= “cela”; une version abrégée de la conjonction biblique asher ), ke- ( /ke/ ) (= “comme”, “comme” ; une version abrégée de la conjonction kmo ).

La voyelle accompagnant chacune de ces lettres peut différer de celles énumérées ci-dessus, selon la première lettre ou la voyelle qui la suit. Les règles régissant ces changements sont à peine observées dans le discours familier car la plupart des locuteurs ont tendance à utiliser la forme régulière. Cependant, ils peuvent être entendus dans des circonstances plus formelles. Par exemple, si une préposition est placée devant un mot qui commence par un Shva en mouvement , alors la préposition prend la voyelle /i/ (et la consonne initiale peut être affaiblie) : le familier be-kfar (= “dans un village”) correspond au bi-khfar plus formel .

L’article défini peut être inséré entre une préposition ou une conjonction et le mot auquel il se réfère, créant des mots composés comme mé-ha-kfar (= “du village”). Ce dernier démontre également le changement de la voyelle de mi- . Avec be , le et ke , l’article défini est assimilé au préfixe, qui devient alors ba , la ou ka . Ainsi * be-ha-matos devient ba-matos (= “dans l’avion”). Notez que cela n’arrive pas à (la forme de “min” ou “mi-” utilisée avant la lettre “il”), donc mé-ha-matosest une forme valide, ce qui signifie “depuis l’avion”.

* indique que l’exemple donné est grammaticalement non standard .

Syntaxe

Comme la plupart des autres langues, le vocabulaire de la langue hébraïque est divisé en verbes, noms, adjectifs, etc., et sa structure de phrase peut être analysée par des termes comme objet, sujet, etc.

  • Bien que l’hébreu biblique primitif ait un ordre verbe-sujet-objet, celui-ci est progressivement passé à un ordre sujet-verbe-objet. De nombreuses phrases en hébreu ont plusieurs ordres corrects de mots. [ citation nécessaire ]
  • En hébreu, il n’y a pas d’article indéfini .
  • Les phrases en hébreu n’ont pas besoin d’inclure des verbes ; la copule au présent est omise. Par exemple, la phrase “Je suis ici” ( אני פה ani po ) n’a que deux mots ; un pour moi ( אני ) et un pour ici ( פה ). Dans la phrase “Je suis cette personne” ( אני הוא האדם הזה ani hu ha’adam ha’ze ), le mot pour “suis” correspond au mot pour “il” ( הוא ). Cependant, cela est généralement omis. Ainsi, la phrase ( אני האדם הזה ) est plus souvent utilisée et signifie la même chose.
  • Les phrases négatives et interrogatives ont le même ordre que la phrase déclarative régulière. Une question qui a une réponse oui/non commence par “האם” ( ha’im , une forme interrogative de “si”), mais elle est largement omise dans le discours informel.
  • En hébreu, il existe une préposition spécifique ( את et ) pour les objets directs qui n’auraient pas de marqueur de préposition en anglais. L’expression anglaise “il a mangé le gâteau” serait en hébreu הוא אכל את העוגה hu akhal et ha’ugah (littéralement, “Il a mangé את le gâteau”). Le mot את , cependant, peut être omis, faisant הוא אכל העוגה hu akhal ha’ugah (“Il a mangé le gâteau”). L’ancien Premier ministre israélien David Ben Gourion était convaincu que את ne devrait jamais être utilisé car il allonge la phrase sans ajouter de sens.
  • En hébreu parlé, את ה- ‏ et ha- est aussi souvent contracté en ‏ -תַ ‘ ‏ ta- , par exemple ת’אנשים ta-anashim au lieu de את האנשים et ha-anashim (le ‘ indique une utilisation non standard). Ce phénomène a également été trouvé par des chercheurs dans les documents de Bar Kokhba [ citation nécessaire ] : מעיד אני עלי תשמים … שאני נותן תכבלים ברגליכם , en écrivant תללו au lieu de ו לל , ainsi de suite .

Système d’écriture

Alphabet hébreu

Les utilisateurs de la langue écrivent l’hébreu moderne de droite à gauche en utilisant l’ alphabet hébreu – un abjad “impur” , ou une écriture consonantique, de 22 lettres. L’ancien alphabet paléo-hébreu ressemble à ceux utilisés pour le cananéen et le phénicien . [ citation nécessaire ] Les scripts modernes dérivent de la forme de lettre “carrée”, connue sous le nom d’ Ashurit (Assyrien), qui s’est développée à partir du script araméen . Un hébreu cursifle script est utilisé dans l’écriture manuscrite : les lettres ont tendance à apparaître de forme plus circulaire lorsqu’elles sont écrites en cursive, et varient parfois considérablement de leurs équivalents imprimés. La version médiévale de l’écriture cursive forme la base d’un autre style, connu sous le nom d’ écriture Rachi . Si nécessaire, les voyelles sont indiquées par des signes diacritiques au-dessus ou au-dessous de la lettre représentant le début syllabique, ou par l’utilisation de matres lectionis , qui sont des lettres consonantiques utilisées comme voyelles. D’autres signes diacritiques peuvent servir à indiquer des variations dans la prononciation des consonnes (par exemple bet / vet , shin / sin ); et, dans certains contextes, pour indiquer la ponctuation, l’accentuation et l’interprétation musicale des textes bibliques (voircantillation hébraïque ).

Utilisation liturgique dans le judaïsme

Exemple audio d’hébreu liturgique ( 0 : 17 ) 0:18 C’est une partie de la bénédiction qui est traditionnellement chantée avant l’ Aliyah La-Torah (lecture de la Torah).

Problèmes de lecture de ce fichier ? Voir l’aide aux médias .

L’hébreu a toujours été utilisé comme langue de prière et d’étude, et on trouve les systèmes de prononciation suivants.

L’ hébreu ashkénaze , originaire d’Europe centrale et orientale, est encore largement utilisé dans les services religieux juifs ashkénazes et les études en Israël et à l’étranger, en particulier dans les Haredi et d’autres communautés orthodoxes . Il a été influencé par la prononciation yiddish .

L’ hébreu séfarade est la prononciation traditionnelle des juifs espagnols et portugais et des juifs séfarades des pays de l’ancien Empire ottoman , à l’exception de l’hébreu yéménite . Cette prononciation, sous la forme utilisée par la communauté séfarade de Jérusalem, est à la base de la phonologie hébraïque des locuteurs natifs israéliens. Il a été influencé par la prononciation ladino .

L’hébreu mizrahi (oriental) est en fait un ensemble de dialectes parlés liturgiquement par les juifs dans diverses parties du monde arabe et islamique . Il est dérivé de l’ancienne langue arabe et, dans certains cas, influencé par l’hébreu séfarade . L’ hébreu yéménite ou Temanit diffère des autres dialectes Mizrahi en ayant un système de voyelles radicalement différent et en distinguant les différentes consonnes marquées de manière diacritique qui se prononcent de manière identique dans d’autres dialectes (par exemple gimel et “ghimel”.)

Ces prononciations sont encore utilisées dans les rituels de la synagogue et l’étude religieuse en Israël et ailleurs, principalement par des personnes qui ne sont pas des locuteurs natifs de l’hébreu. Cependant, certains Israéliens traditionalistes utilisent des prononciations liturgiques dans la prière.

De nombreuses synagogues de la diaspora, bien qu’ashkénazes de rite et de composition ethnique, ont adopté la prononciation « séfarade » par respect pour l’hébreu israélien. Cependant, dans de nombreuses écoles et synagogues britanniques et américaines, cette prononciation conserve plusieurs éléments de son substrat ashkénaze, notamment la distinction entre tsere et segol .

Voir également

  • flag flagPortail Israël
  • Portail du judaïsme
  • icon iconPortail des langues
  • Alphabet paléo-hébreu
  • Liste des dictionnaires hébreux
  • Hébraïsme
  • Hébraïsation de l’anglais
  • Abréviations hébraïques
  • Littérature hébraïque
  • Chiffres hébreux
  • Langues juives
  • Liste des mots anglais d’origine hébraïque
  • Romanisation de l’hébreu
  • Étude de la langue hébraïque

Références

Remarques

  1. ^ Voir le texte original
  1. Plus tard, des écrivains hellénistiques tels que Josèphe et l’ Évangile de Jean ont utilisé le terme hébraïsti pour désigner à la fois l’hébreu et l’araméen . [2]
  2. ^ a b Sáenz-Badillos, Ángel (1993): “Il y a un accord général sur le fait que deux périodes principales de RH (hébreu rabbinique) peuvent être distinguées. La première, qui a duré jusqu’à la fin de l’ère tannaitique (vers 200 CE), est caractérisé par RH comme langue parlée se développant progressivement en un médium littéraire dans lequel seraient composés la Michna, le Tosefta, le baraitot et les midrashim tannaitiques La deuxième étape commence avec l’ Amoraim et voit RH être remplacé par l’araméen comme langue vernaculaire parlée, ne survivant que comme une langue littéraire. Ensuite, il a continué à être utilisé dans les écrits rabbiniques ultérieurs jusqu’au Xe siècle, par exemple dans les parties hébraïques des deux Talmuds et dans la littérature midrashique et haggadique. [16]
  3. ^ Fernández & Elwolde : “On pense généralement que les manuscrits de la mer Morte, en particulier le manuscrit de cuivre et aussi les lettres de Bar Kokhba, ont fourni des preuves claires du caractère populaire de MH [hébreu mishnaïque].” [40]
  4. ^ The Cambridge History of Judaism : “Ainsi, dans certaines sources, les mots araméens sont appelés” hébreu “… Par exemple: η επιλεγομενη εβραιστι βηθεσδα ‘qui s’appelle en hébreu Bethesda’ (Jean 5.2). Ce n’est pas un hébreu nom mais plutôt araméen : בית חסדא, ‘la maison d’Hisda’.” [41]
  5. ^ Fitzmyer, Joseph A.: “L’adverbe Ἑβραϊστί (et ses expressions apparentées) semble signifier” en hébreu “, et on a souvent soutenu qu’il signifiait cela et rien de plus. Comme on le sait, il est parfois utilisé avec mots et expressions qui sont clairement araméens. Ainsi, dans Jean 19:13, Ἑβραιστὶ δὲ Γαββαθᾶ est donné comme une explication du Lithostrotos, et Γαββαθᾶ est une forme grecisée du mot araméen gabbětā, ‘lieu élevé.'” [48]
  6. ^ Ces prononciations peuvent provenir d’erreurs d’apprenants formées sur l’analogie d’autres formes suffixées ( katávta , alénu ), plutôt que d’être des exemples d’influence ashkénaze résiduelle.
  7. Selon l’opinion généralement admise, il est peu probable que la spirantisation begadkefat se soit produite avant la fusion de /χ, ʁ/ et /ħ, ʕ/ , sinon [x, χ] et [ɣ, ʁ] devraient être contrastés, ce qui est rare d’un point de vue interlinguistique. Cependant, Blau soutient qu’il est possible que /k/ et /χ/ lénifiés puissent coexister même s’ils sont prononcés de manière identique, puisque l’un serait reconnu comme un allophone alterné (comme c’est apparemment le cas en syriaque nestorien). Voir Blau (2010 :56).

Citations

  1. ^ Sépharade : [ʕivˈɾit] ; Irakien : [ʕibˈriːθ] ; Yéménite : [ʕivˈriːθ] ; Ashkénaze : [iv’ʀis] ou [iv’ris] prononciation stricte [ʔiv’ris] ou [ʔiv’ʀis]
  2. ^ un bc Sáenz- Badillos (1993)
  3. ^ HS Nyberg 1952. Hebreisk Grammatik . s. 2. Réimprimé en Suède par Universitetstryckeriet, Uppsala 2006.
  4. ^ Hébreu moderne à Ethnologue (19e éd., 2016)
    Hébreu classique (liturgique) à Ethnologue (19e éd., 2016)
    Hébreu samaritain (liturgique) à Ethnologue (19e éd., 2016)
    Moabite (éteint) à Ethnologue (19e éd. , 2016)
    Edomite (éteint) à Ethnologue (19e éd., 2016)
  5. ^ un b “Hébreu” . Ethnologue .
  6. ^ Meir, Irit; Sandler, Wendy (2013). Une langue dans l’espace : l’histoire de la langue des signes israélienne .
  7. ^ “Loi fondamentale: Israël – l’État-nation du peuple juif” (PDF) . La Knesset . L’État d’Israël. Archivé de l’original (PDF) le 10 avril 2021 . Récupéré le 31 août 2020 .
  8. ^ Pisarek, Walery. “La relation entre les langues officielles et minoritaires en Pologne” (PDF) . Fédération européenne des institutions nationales pour la langue . Récupéré le 7 novembre 2017 .
  9. ^ “Constitution de la République d’Afrique du Sud, 1996 – Chapitre 1: Dispositions fondatrices | Gouvernement sud-africain” . www.gov.za. _ Récupéré le 29 août 2020 .
  10. Grenoble, Léonore A. ; En ligneWhaley, Lindsay J. (2005). Sauver les langues : une introduction à la revitalisation des langues . Royaume-Uni : Cambridge University Press. p. 63. ISBN 978-0-521-01652-0. Récupéré le 28 mars 2017 . L’hébreu est cité par Paulston et al. (1993 : 276) comme « le seul véritable exemple de renouveau du langage ».
  11. ^ Fesperman, Dan (26 avril 1998). “Une fois que la langue ‘morte’ donne vie à Israël. L’hébreu : après 1 700 ans, une langue ravivée devient un fil conducteur qui unit une nation d’immigrants avec peu de choses en commun sauf la religion” . Le Soleil de Baltimore . Personnel étranger du Soleil . Récupéré le 28 mars 2017 .
  12. ^ “La plus ancienne inscription biblique hébraïque déchiffrée” . Physorg.com. 7 janvier 2010 . Récupéré le 25 avril 2013 .
  13. ^ Hoffman, Joel M. Au début : Une brève histoire de la langue hébraïque. New York, New York University Press, 2006, p. 169.
  14. ^ Saenz-Badillos (1993), p. 171
  15. ^ un b “l’hébreu” dans Le Dictionnaire d’Oxford de l’Église chrétienne , éditent. FL Cross, première édition (Oxford, 1958), 3e édition (Oxford 1997). L’Oxford Dictionary of the Christian Church, qui disait autrefois, en 1958 dans sa première édition, que l’hébreu “avait cessé d’être une langue parlée vers le quatrième siècle avant notre ère”, dit maintenant, dans sa (troisième) édition de 1997, que l’hébreu “a continué à être utilisé comme langue parlée et écrite à l’époque du Nouveau Testament”.
  16. ^ un bc Sáenz- Badillos (1993), p. 170-171
  17. ^ “Si vous ne pouviez pas parler grec à l’époque du christianisme primitif, vous ne pouviez pas trouver de travail. Vous n’obtiendriez pas un bon travail. Un travail professionnel. Vous deviez connaître le grec en plus de votre propre langue. Et donc vous arriviez à un point où les Juifs… la communauté juive, disons, en Égypte et dans les grandes villes comme Alexandrie ne connaissait plus l’hébreu, ils ne connaissaient que le grec. Et donc vous avez besoin d’une version grecque dans la synagogue. – Josheph Blankinsopp, professeur d’études bibliques à l’Université de Notre-Dame dans A&E’s Who Wrote the Bible
  18. ^ un b ” ‘Kometz Aleph – Au’: Combien y a-t-il de locuteurs d’hébreu dans le monde?” . Nachman Gur pour Behadrey Haredim . Archivé de l’original le 4 novembre 2013 . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  19. ^ “Tableau 53. Langues parlées à la maison par langue: 2009” , The 2012 Statistical Abstract , US Census Bureau, archivé de l’original le 25 décembre 2007 , récupéré le 27 décembre 2011
  20. ^ “Strong’s Hebrew: 5676. עֵ֫בֶר (eber) – région à travers ou au-delà, côté” . biblehub.com . Récupéré le 25 mars 2018 .
  21. ^ “הספריה של מט”ח” . Lib.cet.ac.il . Récupéré le 25 avril 2013 .
  22. ^ Muss-Arnolt, William (1905). Un dictionnaire concis des langues assyriennes . Reuther & Reichard. p. 9.
  23. ^ Géza Xeravits; József Zsengellér (25 juin 2008). Études dans le Livre de Ben Sira: Documents de la troisième conférence internationale sur les livres deutérocanoniques, Centre Shime’on, Pápa, Hongrie, 18-20 mai 2006 . Barbue. p. 43–. ISBN 978-90-04-16906-7.
  24. ^ Barton, John, éd. (2004) [2002]. Le monde biblique . 2. Taylor et François. p. 7.
  25. ^ Rois II 18:26.
  26. ^ Ross, Allen P. Présentation de l’hébreu biblique , Baker Academic, 2001.
  27. ^ אברהם בן יוסף ,מבוא לתולדות הלשון העברית (Avraham ben-Yosef, Introduction à l’histoire de la langue hébraïque), page 38, אור-עם, Tel-Aviv, 1981.
  28. ^ Partager, David L. (2017). “Apprendre à lire l’hébreu” . A Verhoeven, Ludo; Perfetti, Charles (éd.). Apprendre à lire à travers les langues et les systèmes d’écriture . Cambridge : Cambridge University Press. p. 156. ISBN 978-1-107-09588-5. Récupéré le 1er novembre 2017 .
  29. ^ Fellman, Jack (1973). Le renouveau d’une langue classique : Eliezer Ben Yehuda et la langue hébraïque moderne . La Haye : Mouton. p. 12. ISBN 978-90-279-2495-7. Récupéré le 1er novembre 2017 .
  30. ^ ” “L’écriture hébraïque la plus ancienne” est trouvée” . BBC News . 30 octobre 2008 . Récupéré le 3 mars 2010 .
  31. ^ “Les archéologues israéliens ont-ils trouvé la plus ancienne inscription hébraïque du monde?” . Haaretz . PA. 30 octobre 2008. Archivé de l’original le 6 août 2011 . Récupéré le 8 novembre 2010 .
  32. ^ William M. Schniedewind, “Prolégomènes pour la sociolinguistique de l’hébreu classique”, Le Journal des Écritures hébraïques vol. 5 article 6 Archivé le 4 février 2012 sur la Wayback Machine
  33. ^ M. Segal, Une grammaire de l’hébreu mishnaïque (Oxford: Clarendon Press, 1927).
  34. ^ un b Qimron, Elisha (1986). L’hébreu des manuscrits de la mer Morte . Études sémitiques de Harvard 29. (Atlanta : Scholars Press).
  35. ^ Nicholas Ostler, Empires of the Word: A Language History of the World , Harper Perennial, Londres, New York, Toronto, Sydney 2006 p80
  36. ^ “Cyrus le Grand : le conquérant le plus miséricordieux de l’histoire ?” . Culture . 6 mai 2019 . Récupéré le 7 septembre 2020 .
  37. ^ Andrew Silow-Carroll. « Qui est le roi Cyrus et pourquoi Netanyahu l’a-t-il comparé à Trump ? . www.timesofisrael.com . Récupéré le 7 septembre 2020 .
  38. ^ un bc Spolsky , Bernard; Shohamy, Elana (1999). Les langues d’Israël : politique, idéologie et pratique . Éducation bilingue et bilinguisme. Vol. 17. Multilingual Matters Ltd. p. 9. ISBN 978-1-85359-451-9.
  39. ^ un b Fernandez, Miguel Perez (1997). Une introduction à la grammaire de l’hébreu rabbinique . BARBUE.
  40. ^ Une grammaire d’introduction de l’hébreu rabbinique (Fernández & Elwolde 1999, p.2)
  41. ^ un b L’Histoire de Cambridge de Judaïsme : La fin de la période romaine-rabbinique. 2006. P.460
  42. ^ Borrás, Judit Targarona et Ángel Sáenz-Badillos (1999). Études juives au tournant du XXe siècle. P.3
  43. ^ Schniedewind, William M. (2006). Seth L. Sanders (éd.). L’araméen, la mort de l’hébreu écrit et le changement de langue à l’époque persane (PDF) . Marges de l’écriture, origines des cultures . Université de Chicago. p. 137–147. ISBN 978-1-885923-39-4.[ lien mort permanent ]
  44. ^ un b Spolsky, B. (1985). “Le multilinguisme juif au premier siècle: un essai de sociolinguistique historique”, Joshua A. Fishman (éd.), Lectures dans la sociologie des langues juives , Leiden: EJ Brill, pp. 35–50. Également adopté par Smelik, Willem F. 1996. The Targum of Judges. P.9
  45. ^ Spolsky, B. (1985), p. 40. et passim
  46. ^ Huehnergard, John et Jo Ann Hackett . Les langues hébraïque et araméenne. Dans The Biblical World (2002), Volume 2 (John Barton, éd.). P.19
  47. ^ Par exemple, Actes 21:40 ; 22:2 ; 26:14 : têi hebraḯdi dialéktôi , lit. ‘dans le dialecte/langue hébreu’
  48. ^ Fitzmyer, Joseph A. 1979. Un Arménien errant: Essais araméens rassemblés. P.43
  49. ^ Geoffrey W. Bromley (ed.) The International Standard Bible Encyclopedia , WB Eerdmans, Grand Rapids, Michigan 1979, 4 vols. vol.1 sub.’araméen’ p.233: ‘dans la langue vernaculaire araméenne de Palestine’
  50. ^ Randall Buth et Chad Pierce “EBRAISTI dans les textes anciens, ἑβραιστί signifie-t-il jamais” araméen “?” dans Buth et Notley eds., Language Environment of First Century Judaea, Brill, 2014 : 66–109. p. 109 “non, Ἑβραιστί ne semble jamais signifier l’araméen dans les textes attestés pendant les périodes du Second Temple et gréco-romaine.”; p. 107 “Jean n’a pas mentionné ce que βεθεσδα ou γαββαθα signifiaient. Ils peuvent tous deux avoir été des emprunts du grec et du latin respectivement.” p103 “βεθεσδα … (בית-אסטא(ן … maison du portique … 3Q15 אסטאן הדרומית portique sud,” et latin gabata (p. 106) “signifie plateau, plat… peut-être un dessin en mosaïque dans le trottoir … ” Le mot d’emprunt latin est attesté comme “bol” dans l’araméen palestinien chrétien ultérieuret גבתא est (p106) “non attesté dans d’autres dialectes araméens” [contre les allégations de beaucoup].
  51. ^ JM Griatz, “L’hébreu à l’époque du Second Temple” QBI, 79 (1960) pp. 32–47
  52. ^ Langues du monde (hébreu) ​​Archivé le 17 janvier 2009 à la Wayback Machine
  53. ^ Abraham ibn Ezra, Grammaire hébraïque , Venise 1546 (hébreu)
  54. ^ T. Carmi, Penguin Book of Hebrew Verse .
  55. ^ Safrai, Shmuel, Shemuel Safrai, M. Stern. 1976. Le peuple juif au premier siècle. P.1036
  56. ^ Renard, Marvin. 1995. Interprétation de Maïmonide. P.326
  57. ^ “1577 La première imprimerie au Moyen-Orient – Safed – Centre d’études judaïques en ligne” . Centre d’études judaïques en ligne . 7 septembre 2017 . Récupéré le 3 août 2018 .
  58. ^ (Ha-Kohen), Israël Meir (1980). Mishnah B’rurah – Israel Meir (ha-Kohen), Aharon Feldman, Aviel Orenstein – Google Livres . ISBN 978-0-87306-198-8. Récupéré le 3 mai 2013 .
  59. ^ “Cette semaine dans l’histoire: Renaissance de la langue hébraïque – Monde juif – Jerusalem Post” .
  60. ^ Spiegel, Shalom. Hebrew Reborn (1930), réimpression de Meridian Books 1962, New York p. 56.
  61. ^ Eliezer Ben Yehuda et la résurgence de la langue hébraïque par Libby Kantorwitz
  62. ^ “La transformation de la culture juive en URSS de 1930 à nos jours (en russe)” . Jewish-heritage.org. Archivé de l’original le 22 décembre 2012 . Récupéré le 25 avril 2013 .
  63. ^ Nosonovsky, Michael (25 août 1997). “Еврейская советская к ультура ыла приговорена к уничтожению В 1930 -е годы” [La culture soviétique juive a été condamnée à la destruction dans les 1930] (en russe). Berkovich-zametki.com . Récupéré le 25 avril 2013 .
  64. Protestation contre la suppression de l’hébreu en Union soviétique 1930-1931 signée par Albert Einstein , entre autres.
  65. ^ Rosén, Haiim B. (1966). Un manuel d’hébreu israélien . Chicago et Londres : L’Université de Chicago Press. p. 0,161 . ISBN 978-0-226-72603-8.
  66. ^ Shisha Halévy, Ariel (1989). Le nom propre : des prolégomènes structuraux à sa syntaxe – une étude de cas en copte . Vienne : VWGÖ. p. 33. Archivé de l’original le 21 juillet 2011.
  67. ^ Zuckermann, Ghil’ad (2003), Contact linguistique et enrichissement lexical en hébreu israélien . Palgrave Macmillan . ISBN 978-1-4039-1723-2 [1]
  68. ^ Klein, Zeev (18 mars 2013). “Un million et demi d’Israéliens luttent avec l’hébreu” . Israël Hayom . Archivé de l’original le 4 novembre 2013 . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  69. ^ “Les différences entre l’anglais et l’hébreu” . École internationale de Francfort . Archivé de l’original le 6 novembre 2013 . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  70. ^ “Hébreu – UCL” . Collège universitaire de Londres . Archivé de l’original le 6 novembre 2013 . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  71. ^ “Pourquoi apprendre une langue?” . Récupéré le 2 novembre 2013 .
  72. ^ un bc Druckman , Yaron (21 janvier 2013). « CBS : 27 % des Israéliens luttent avec l’hébreu – Israel News, Ynetnews » . Ynetnews . Ynetnews.com . Récupéré le 9 novembre 2013 .
  73. ^ Le système de conflit israélien: approches analytiques
  74. ^ “Certains Arabes préfèrent l’hébreu – Éducation – Nouvelles” . Nouvelles nationales d’Israël . Récupéré le 25 avril 2013 .
  75. ^ Silverman, Anav (17 janvier 2013). “Garder la langue vivante d’Israël en hébreu – Culture d’Israël, Ynetnews” . Ynetnews . Ynetnews.com . Récupéré le 25 avril 2013 .
  76. ^ Danan, Deborah (28 décembre 2012). “Druse MK remporte un prix pour avoir aidé à préserver l’hébreu | JPost | Israel News” . JPost . Récupéré le 25 avril 2013 .
  77. ^ “Constitution de la République d’Afrique du Sud, 1996 – Chapitre 1: Dispositions fondatrices | Gouvernement sud-africain” . www.gov.za. _ Récupéré le 29 août 2020 .
  78. ^ Pisarek, Walery. “La relation entre les langues officielles et minoritaires en Pologne” (PDF) . Fédération européenne des institutions nationales pour la langue . Récupéré le 7 novembre 2017 .
  79. ^ Dolgopolsky, Aron (1999). Du proto-sémitique à l’hébreu : Phonologie : approche étymologique dans une perspective hamito-sémitique. Milan : Centro Studi Camito-Semitici. p. 72.
  80. ^ Dolgopolski (1999 : 73)erreur harvcoltxt : pas de cible : CITEREFDolgopolsky1999 ( aide )
  81. ^ Blau, Josué (2010). Phonologie et morphologie de l’hébreu biblique : une introduction . Études linguistiques en ancien sémitique occidental. Vol. 2 (éd. révisée). Lac Winona : Eisenbrauns. p. 78–81. ISBN 978-1-57506-129-0.Pas d’accès au texte via Google Livres.

Sources

  • Hoffman, Joel M. (août 2004). Au commencement : Une brève histoire de la langue hébraïque . New York : NYU Press. ISBN 978-0-8147-3654-8.
  • Izre’el, Shlomo (2001). Hary, Benjamin (éd.). “Le corpus de l’hébreu israélien parlé” . (CoSIH) : Documents de travail I.
  • Klein, Reuven Chaim (2014). Lashon HaKodesh : histoire, sainteté et hébreu . Presse Mosaica. ISBN 978-1-937887-36-0.
  • Kuzar, Ron (2001). Hébreu et sionisme: une étude culturelle analytique du discours . Berlin & New York : Mouton de Gruyter. ISBN 978-3-11-016993-5.
  • Laufer, Asher (1999). Manuel hébreu de l’Association Phonétique Internationale . Presse universitaire de Cambridge . ISBN 978-0-521-65236-0.
  • Sáenz-Badillos, Angel (1993) [1988]. Une histoire de la langue hébraïque . Traduit par John Elwolde. Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-55634-7.

Liens externes

hébreudans les projets frères de Wikipédia

  • Définitions du Wiktionnaire
  • Médias de Commons
  • Citations de Wikiquote
  • Textes de Wikisource
  • Manuels de Wikibooks
  • Guides de voyage de Wikivoyage
  • Ressources de Wikiversité
Pour une liste de mots relatifs à la langue hébraïque, consultez la catégorie de mots de la langue hébraïque dans Wiktionary , le dictionnaire gratuit.
Édition hébraïque deWikipédia, l’encyclopédie libre
Édition hébraïque deWikisource, la bibliothèque gratuite

Gouvernement

  • Site officiel de l’ Académie de la langue hébraïque
  • Ma’agarim – Le projet de dictionnaire historique de l’Académie de la langue hébraïque
  • Phrases en hébreu par le ministère israélien du Tourisme

informations générales

  • Langue hébraïque dans l’ Encyclopédie juive
  • Un guide de l’hébreu sur BBC Online
  • Une brève histoire de la langue hébraïque par Chaim Menachem Rabin
  • Langue hébraïque à Curlie

Tutoriels, cours et dictionnaires

  • Langue hébraïque à l’ Université du Texas à Austin College of Liberal Arts
  • Cours d’hébreu de base par le Foreign Service Institute
  • Cours d’hébreu moderne transcrit phonétiquement par le polyglotte Daniel Epstein
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More