Formose hollandaise

0

L’ île de Taiwan , également connue sous le nom de Formose , était en partie sous la domination coloniale de la République néerlandaise de 1624 à 1662 et de 1664 à 1668. Dans le contexte de l’ ère de la découverte , la Compagnie néerlandaise des Indes orientales a établi sa présence sur Formose pour commerce avec l’ Empire Ming en Chine voisine et le shogunat Tokugawa au Japon, et aussi pour interdire le commerce portugais et espagnol et les activités coloniales en Asie de l’Est .

Gouvernement de Formose Regering van Formosa
荷蘭屬福爾摩沙
1624–1668
Drapeau de Formose Drapeau Emblème de Formose Emblème
Néerlandais et espagnol Taiwan nl.svg Les emplacements de Dutch Formosa, chevauchant une carte de l’île actuelle. Formose hollandaise Possessions espagnoles Royaume de Middag
Statut Colonie néerlandaise
Capital Zeelandia
(aujourd’hui Anping, Tainan)
Langues courantes Néerlandais , Langues Formose , Hokkien
La religion Religion animiste
indigène réformée néerlandaise Religion folklorique chinoise
Gouvernement Colonie
Gouverneur
• 1624–1625 martre sonk
• 1656–1662 Frédéric Coyet
Epoque historique L’ère de la découverte
• Établi 1624
• Siège de Fort Zeelandia 1661–1662
• Abandon de Keelung 1668
Monnaie Florin hollandais
Précédé par succédé par
Préhistoire de Taïwan
Royaume de Middag
Formose espagnole
Royaume de Tungning
Aujourd’hui une partie de République de Chine (Taïwan)

Les Néerlandais n’étaient pas universellement bien accueillis et les soulèvements des aborigènes et des récents arrivants Han ont été réprimés par l’armée néerlandaise à plus d’une occasion. Avec la montée de la dynastie Qing au début du XVIIe siècle, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales a rompu ses liens avec la dynastie Ming et s’est alliée avec les Qing à la place, en échange du droit à un accès sans entrave à leurs routes commerciales et maritimes . La période coloniale a pris fin après le siège de Fort Zeelandia en 1662 par l’armée de Koxinga qui a rapidement démantelé la colonie néerlandaise, expulsé les Néerlandais et établi le royaume loyaliste Ming, anti-Qing de Tungning .

Histoire

Réplique d’un homme des Indes orientales de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales / United East Indies Company (VOC).

Arrière-plan

Carte néerlandaise des Pescadores datant d’environ 1726.

Arrivés tard dans la navigation sur les mers du monde, les Pays- Bas et l’ Angleterre sont venus, au début du XVIIe siècle, inévitablement en conflit avec les forces de l’ Espagne et du Portugal . En termes idéologiques, le conflit s’exprimait dans le fait que les puissances ibériques étaient catholiques, alors que lors du développement commercial de l’Angleterre et des Pays-Bas, les deux avaient séparé leurs institutions religieuses de la Rome papale.

Les Néerlandais ont d’abord tenté de commercer avec la Chine en 1601 [1] mais ont été repoussés par les autorités chinoises, qui étaient déjà engagées dans le commerce avec les Portugais à Macao à partir de 1535.

Lors d’une expédition de 1604 depuis Batavia (la base centrale des Hollandais en Asie), l’amiral van Warwijk entreprit d’attaquer Macao, mais ses forces furent emportées par un typhon , les conduisant aux Pescadores ( Penghu ), un groupe d’îles à 30 miles (50 km) à l’ouest de Formose (Taiwan). Une fois sur place, l’amiral a tenté de négocier des conditions commerciales avec les Chinois sur le continent, mais on lui a demandé de payer des frais exorbitants pour le privilège d’une entrevue. Entouré d’une flotte chinoise largement supérieure, il est parti sans atteindre aucun de ses objectifs. [2]

La Compagnie néerlandaise des Indes orientales a tenté d’utiliser la force militaire pour obliger la Chine à ouvrir un port dans le Fujian au commerce et a exigé que la Chine expulse les Portugais, que les Néerlandais combattaient dans la guerre hollandaise-portugaise , de Macao. Les Néerlandais ont attaqué les navires chinois après 1618 et ont pris des jonques en otage dans une tentative infructueuse d’amener la Chine à répondre à leurs demandes. [3] [4] [5]

En 1622, après une nouvelle attaque hollandaise infructueuse sur Macao ( Poste de commerce du Portugal à partir de 1557) et l’échec de l’installation d’un poste de traite à Fat Tong O (aujourd’hui Hong Kong ), la flotte a navigué vers les Pescadores, cette fois intentionnellement, et procéda à l’établissement d’une base là-bas à Makung . Ils ont construit un fort avec du travail forcé recruté parmi la population chinoise locale. Leur surveillance aurait été si sévère et les rations si courtes que 1 300 des 1 500 Chinois réduits en esclavage sont morts au cours du processus de construction. [6] La même année, un navire nommé le Golden Lion (néerlandais : Gouden Leeuw ) a fait naufrage àLamey juste au large de la côte sud-ouest de Formose ; les survivants ont été massacrés par les habitants indigènes. [7] L’année suivante, 1623, des commerçants hollandais à la recherche d’une base asiatique arrivèrent pour la première fois sur l’île, avec l’intention d’utiliser l’île comme une station pour le commerce hollandais avec le Japon et les zones côtières de la Chine.

Les Néerlandais ont exigé que la Chine ouvre les ports du Fujian au commerce néerlandais. La Chine a refusé, avertissant les Néerlandais que les Pescadores étaient un territoire chinois. Le gouverneur chinois du Fujian (Fukien), Shang Zhouzuo (Shang Chou-tso), a exigé que les Néerlandais se retirent des Pescadores à Formose, où les Chinois leur permettraient de se livrer au commerce. Cela a conduit à une guerre entre les Néerlandais et la Chine entre 1622 et 1624 qui s’est terminée par le succès des Chinois à obliger les Néerlandais à abandonner les Pescadores et à se retirer à Formose. [8] [9]Les Néerlandais ont menacé que la Chine ferait face à des raids néerlandais sur les ports et la navigation chinois à moins que les Chinois n’autorisent le commerce sur les Pescadores et que la Chine ne commerce pas avec Manille mais uniquement avec les Néerlandais à Batavia, au Siam et au Cambodge. Cependant, les Néerlandais ont découvert que, contrairement aux minuscules royaumes d’Asie du Sud-Est, la Chine ne pouvait pas être intimidée ou intimidée par eux. Après que Shang leur ait ordonné de se retirer à Formose le 19 septembre 1622, les Néerlandais ont attaqué Amoy en octobre et novembre. [10] Les Néerlandais avaient l’intention « d’inciter les Chinois à commercer par la force ou par peur ». en attaquant le Fujian et la navigation chinoise des Pescadores. [11] De longues batteries d’artillerie sont érigées à Amoy en mars 1622 par le colonel Li-kung-hwa pour se défendre contre les Néerlandais. [12]

Lors de la tentative néerlandaise en 1623 de forcer la Chine à ouvrir un port, cinq navires néerlandais ont été envoyés à Liu-ao et la mission s’est soldée par un échec pour les Néerlandais, avec un certain nombre de marins néerlandais faits prisonniers et l’un de leurs navires perdu. En réponse aux Néerlandais utilisant des Chinois capturés pour le travail forcé et renforçant leur garnison dans les Pescadores avec cinq autres navires en plus des six déjà là, le nouveau gouverneur du Fujian, Nan Juyi (Nan Chü-i), a été autorisé par la Chine à commencent les préparatifs pour attaquer les forces hollandaises en juillet 1623. Un raid hollandais fut vaincu par les Chinois à Amoy en octobre 1623, les Chinois faisant prisonnier le commandant hollandais Christian Francs et brûlant l’un des quatre navires hollandais. Yu Zigaoa commencé une offensive en février 1624 avec des navires de guerre et des troupes contre les Hollandais dans les Pescadores avec l’intention de les expulser. [13] L’offensive chinoise atteint le fort hollandais le 30 juillet 1624, avec 5 000 soldats chinois (ou 10 000) et 40 à 50 navires de guerre sous Yu et le général Wang Mengxiong entourant le fort commandé par Marten Sonck, et les Néerlandais ont été contraints de demander la paix le 3 août et se sont pliés devant les demandes chinoises, se retirant des Pescadores à Formose. Les Néerlandais ont admis que leur tentative de force militaire pour contraindre la Chine à commercer avec eux avait échoué avec leur défaite dans les Pescadores. Lors des célébrations de la victoire chinoise sur les « barbares aux cheveux roux », comme les Chinois appelaient les Néerlandais, Nan Juyi (Nan Chü-yi) a fait défiler douze soldats néerlandais qui ont été capturés devant l’empereur à Pékin. [14] [15] [16] [17] Les Hollandais étaient étonnés que leur violence n’ait pas intimidé les Chinois et lors de l’attaque chinoise qui a suivi contre leur fort des Pescadores, car ils les considéraient comme timides et une “troupe timide “, sur la base de leur expérience avec eux en Asie du Sud-Est.[18]

Premières années (1624–1625)

Lorsque les Néerlandais sont arrivés à Taïwan, ils ont trouvé le sud-ouest déjà fréquenté par une population chinoise essentiellement de passage comptant près de 1 500 personnes. [19]

En décidant de s’installer à Taïwan et conformément à la pratique courante à l’époque, les Néerlandais ont construit un fort défensif pour servir de base d’opérations. Il a été construit sur la péninsule sablonneuse de Taoyuan [20] (qui fait maintenant partie de la partie continentale de Taiwan, dans l’actuel district d’Anping ). Ce fort temporaire a été remplacé quatre ans plus tard par le plus important Fort Zeelandia . [21]

Contrôle croissant, pacification des aborigènes (1626-1636)

Le premier ordre du jour était de punir les villages qui s’étaient violemment opposés aux Hollandais et d’unir les aborigènes dans l’allégeance à la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC). La première expédition punitive était contre les villages de Bakloan et Mattau, au nord de Saccam près de Tayowan. La campagne de Mattau a été plus facile que prévu et la tribu s’est soumise après avoir fait raser son village par le feu. La campagne a également servi de menace pour d’autres villages de Tirosen ( Chiayi ) à Longkiau ( Hengchun ).

Alors que la campagne de pacification se poursuit à Formose, en mer, les relations avec les Chinois sont tendues par les tentatives hollandaises de taxer les navires dans le détroit de Taïwan . La guerre a finalement éclaté entre les Ming et les Néerlandais, et l’amiral chinois Zheng Zhilong a vaincu les Néerlandais à la bataille de la baie de Liaoluo en 1633.

Des Missionnaires hollandais furent tués par des aborigènes qu’ils avaient tenté de convertir : « Le catéchiste, Daniel Hendrickx, dont le nom a été souvent mentionné, accompagna cette expédition vers le sud, car sa grande connaissance de la langue formosa et ses rapports familiers avec les indigènes , rendirent ses services très précieux. Arrivé à l’île de Pangsuy, il s’aventura — peut-être avec une trop grande confiance en lui-même — trop loin des autres, et fut soudain entouré d’un grand nombre d’indigènes armés qui, après l’avoir tué, l’emportèrent. en triomphe sa tête, ses bras, ses jambes et d’autres membres, même ses entrailles, laissant derrière lui le tronc mutilé.” [22]

Pax Hollandica et l’éviction des Espagnols (1636-1642)

Suite aux campagnes de pacification de 1635-1636, de plus en plus de villages vinrent aux Hollandais pour prêter allégeance, parfois par peur d’une action militaire hollandaise, et parfois pour les avantages que la protection hollandaise pouvait apporter (nourriture et sécurité). Ces villages s’étendaient de Longkiau au sud (à 125 km de la base néerlandaise de Fort Zeelandia ) à Favorlang au centre de Taïwan, à 90 km au nord de Fort Zeelandia. Le calme relatif de cette période a été appelé la Pax Hollandica (Paix hollandaise) par certains commentateurs [23] (une référence à la Pax Romana ).

Une zone qui n’était pas sous leur contrôle était le nord de l’île, qui depuis 1626 était sous domination espagnole, avec leurs deux colonies à Tamsui et Keelung . La fortification de Keelung a été abandonnée car les Espagnols manquaient de ressources pour l’entretenir, mais le fort de Saint-Domingue à Tamsui était considéré comme un obstacle majeur aux ambitions néerlandaises sur l’île et la région en général.

Après avoir échoué à chasser les Espagnols en 1641, les Néerlandais revinrent en 1642 avec des renforts de soldats hollandais et de guerriers aborigènes dans des navires, parvenant à déloger le petit contingent hispano-philippin de leur forteresse et à les chasser de l’île. Suite à cette victoire, les Hollandais entreprennent de ramener les villages du nord sous leur bannière à l’instar de la campagne de pacification menée la décennie précédente dans le sud.

Présence croissante des Han et Rébellion Guo Huaiyi (1643–1659)

Les Néerlandais ont commencé à encourager l’ immigration Han à grande échelle vers l’île, principalement du sud de Hokkien . La plupart des immigrants étaient de jeunes hommes célibataires qui étaient découragés de rester sur l’île, souvent désignée par Han comme “La Porte de l’Enfer” pour sa réputation d’avoir tué des marins et des explorateurs. [24] Après un soulèvement de Hanin en 1640, la Rébellion Guo Huaiyi en 1652 a vu une Insurrection organisée contre les Néerlandais, alimentée par la colère contre les taxes punitives et les fonctionnaires corrompus. Les Néerlandais ont de nouveau réprimé la révolte durement, 25% des participants à la rébellion ayant été tués sur une période de quelques semaines. [25]

Rébellions aborigènes dans d’autres régions de Taiwan (années 1650)

Plusieurs villages aborigènes se sont rebellés contre les Néerlandais dans les années 1650 en raison de l’oppression, comme lorsque les Néerlandais ont ordonné aux femmes aborigènes d’avoir des relations sexuelles, des peaux de cerf et du riz auprès des aborigènes du bassin de Taipei dans le village de Wu-lao-wan, ce qui a déclenché une rébellion en Décembre 1652 en même temps que la rébellion chinoise. Deux traducteurs néerlandais ont été décapités par les aborigènes Wu-lao-wan et dans un combat ultérieur, 30 aborigènes et deux autres Néerlandais sont morts. Après un embargo sur le sel et le fer sur Wu-lao-wan, les aborigènes ont été contraints de demander la paix en février 1653. [26]

Siège de Zeelandia et fin du gouvernement néerlandais sur Formose (1660–1662)

Traité de paix de 1662, entre le gouverneur Coyett et Koxinga

En 1661, une flotte navale de 200 navires, dirigée par le loyaliste Ming Koxinga , débarqua à Lakjemuyse [ zh ] avec l’intention d’évincer les Néerlandais de Zeelandia et de faire de l’île une base pour les loyalistes Ming. Après un siège de neuf mois , Koxinga a capturé Zeelandia. Koxinga força alors les représentants locaux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à signer un traité de paix à Zeelandia le 1er février 1662 et à quitter l’île. Dès lors, l’île devint la base de Koxinga pour le royaume de Tungning .

Coda : les Néerlandais reprennent Keelung (1664-1668) et d’autres hostilités

Après avoir été évincés de Taïwan, les Néerlandais se sont alliés à la nouvelle dynastie Qing en Chine contre le régime Zheng à Taïwan. Suite à quelques escarmouches, les Néerlandais ont repris la forteresse nord de Keelung en 1664. [27] Zheng Jing a envoyé des troupes pour déloger les Néerlandais, mais ils n’ont pas réussi. Les Néerlandais ont résisté à Keelung jusqu’en 1668, lorsque la résistance aborigène (probablement incitée par Zheng Jing), [28] et le manque de progrès dans la reprise d’autres parties de l’île ont persuadé les autorités coloniales d’abandonner ce dernier bastion et de se retirer complètement de Taiwan. . [29] [30] [31] [32] [33]

Keelung était une possession lucrative pour la Compagnie hollandaise des Indes orientales avec 26% des bénéfices de la société provenant de leurs opérations à Taiwan en 1664. [34]

La marine de Zheng Jing a vaincu une flotte combinée Qing-Hollandaise commandée par le général Han Banner Ma Degong en 1664 et Ma a été tué dans la bataille.

Les Néerlandais ont pillé des reliques et tué des moines après avoir attaqué un complexe bouddhiste à Putuoshan sur les îles Zhoushan en 1665. [35]

La marine de Zheng Jing a exécuté trente-quatre marins hollandais et noyé huit marins hollandais après avoir pillé, tendu une embuscade et coulé le fluyt hollandais Cuylenburg en 1672 dans le nord-est de Taïwan. Seuls vingt et un marins hollandais se sont enfuis au Japon. Le navire allait de Nagasaki à Batavia pour une mission commerciale. [36]

Gouvernement

Le Prinsenvlag affiché par les villages soumis.

Les Néerlandais ont revendiqué l’intégralité de l’île, mais en raison de l’inaccessibilité de la chaîne de montagnes centrale, l’étendue de leur contrôle était limitée aux plaines de la côte ouest, ainsi qu’à des poches isolées sur la côte est. Ce territoire a été acquis de 1624 à 1642, la plupart des villages étant tenus de prêter serment d’allégeance aux Hollandais, puis étant en grande partie laissés à eux-mêmes.

La manière de reconnaître la seigneurie néerlandaise était d’apporter une petite plante indigène (souvent de la Noix de bétel ou de la noix de coco ) plantée dans la terre de cette ville particulière au gouverneur, signifiant l’octroi de la terre aux Néerlandais. Le gouverneur décernerait alors au chef du village une robe et un bâton comme symboles de fonction et un Prinsenvlag (“drapeau du prince”, le drapeau de Guillaume le Silencieux ) à afficher dans leur village.

Gouverneur de Formose

Le gouverneur de Formose ( néerlandais : gouverneur van Formosa ; chinois :台灣長官) était le chef du gouvernement. Nommé par le gouverneur général des Indes orientales néerlandaises à Batavia (aujourd’hui Jakarta , Indonésie), le gouverneur de Formose était habilité à légiférer, à percevoir des impôts, à faire la guerre et à déclarer la paix au nom de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) et donc par extension l’ Etat hollandais .

Il était assisté dans ses fonctions par le Conseil de Tayouan, un groupe composé des différents notables en résidence à Tayouan. Le président de ce conseil était le commandant en second du gouverneur et assumerait ses fonctions si le gouverneur mourait ou était frappé d’incapacité. La résidence du gouverneur était à Fort Zeelandia sur Tayouan (alors une île, aujourd’hui le district d’Anping de la ville de Tainan ). Il y avait un total de douze gouverneurs pendant l’ère coloniale néerlandaise. [37]

Économie

L’ usine de Tayouan (comme on appelait les postes de traite des VOC) allait devenir la deuxième usine la plus rentable de l’ensemble des Indes orientales néerlandaises (après le poste de Hirado / Dejima ), [38] bien qu’il ait fallu 22 ans à la colonie pour rapporter d’abord un profit. [39] Bénéficiant du commerce triangulaire entre eux, les Chinois et les Japonais, ainsi que l’exploitation des ressources naturelles de Formose, les Néerlandais ont pu transformer la baie subtropicale maladive en un atout lucratif. Une économie monétaire a été introduite (utilisant le real espagnol , qui était utilisé par la VOC) et la période a également vu les premières tentatives sérieuses de l’histoire de l’île pour la développer économiquement. [40]

Échange

Cerf Sika de Formose

L’intention initiale d’installer Fort Zeelandia à Tayowan ( Anping ) dans le sud de Formose était de fournir une base pour le commerce avec la Chine et le Japon, ainsi que d’interférer avec le commerce portugais et espagnol dans la région. Les marchandises échangées comprenaient, entre autres, des soies de Chine et de l’argent du Japon.

Après avoir établi leur forteresse, les Néerlandais ont réalisé le potentiel des vastes troupeaux de cerfs sika indigènes de Formose ( Cervus nippon taioanus ) errant dans les plaines occidentales de l’île. Les peaux de cerf résistantes étaient très prisées par les Japonais, qui les utilisaient pour fabriquer des armures de samouraï . D’autres parties du cerf ont été vendues à des commerçants chinois pour la viande et à des fins médicales. Les Néerlandais ont payé les aborigènes pour les cerfs qu’on leur apportait et ont essayé de gérer les stocks de cerfs pour répondre à la demande. Malheureusement, les cerfs dont dépendaient les aborigènes pour leur subsistance ont commencé à disparaître, forçant les aborigènes à adopter de nouveaux moyens de survie. [41]Cependant, la sous-espèce a été maintenue en vie en captivité et la réintroduction ultérieure de la sous-espèce dans la nature a été couronnée de succès. [42] En 1638, les Néerlandais ont exporté 151 400 peaux de cerf de Taïwan vers le Japon. [43] Bien que le nombre de peaux de cerf exportées vers le Japon ait chuté en raison de la diminution de la population de cerfs, le nombre considérable de peaux de cerf allant de 50 000 à 80 000 était toujours exporté. [43] Le thé était également un important produit d’exportation. Après que les Chinois se soient installés à Taïwan, ils ont commencé à cultiver du thé sur des coteaux moins fertiles où le riz ne pouvait pas être cultivé. [43]

Bien que la canne à sucre soit une culture indigène de Taiwan, les autochtones n’avaient jamais été en mesure de fabriquer des granulés de sucre à partir du sucre brut. [44] Les immigrants chinois ont apporté et introduit la technique pour transformer la canne à sucre brute en granulés de sucre. [44] Le sucre est devenu le produit d’exportation le plus important car le but principal de la production de sucre était de l’exporter vers d’autres pays. [45] Le sucre produit à Taïwan rapportait des bénéfices bien plus élevés que le sucre produit à Java. [44] Environ 300 000 catties de sucre, soit un tiers de la production totale, ont été transportées en Perse en 1645. [45]En 1658, Taïwan a produit 1 730 000 catties de sucre et 800 000 catties ont été expédiées en Perse et 600 000 catties au Japon. [45] Le reste a été exporté vers Batavia. [45] Le thé était également un important produit d’exportation. Un autre des principaux produits d’exportation de Taiwan était le soufre collecté près de Keelung et Tamsui .

Taïwan, en particulier Taoyuan , est devenu un important centre de transbordement pour les réseaux commerciaux d’Asie de l’Est. [46] Les produits du Japon, du Fukienn, du Vietnam, de la Thaïlande et de l’Indonésie étaient expédiés à Taïwan, puis exportés vers d’autres pays selon la demande des marchés. [46] Les Néerlandais exportaient de l’ambre, des épices, du poivre, du plomb, de l’étain, du chanvre, du coton, de l’opium et du kapok d’Asie du Sud-Est via Batavia vers la Chine via Taïwan et transportaient de la soie, de la porcelaine, de l’or et des herbes de Chine vers le Japon et l’Europe. via Taïwan. [47] [45]

Agriculture

Les Néerlandais employaient également des Chinois pour cultiver la canne à sucre et le riz destinés à l’exportation; une partie de ce riz et de ce sucre était exportée jusqu’aux marchés de Perse . [48] ​​Les tentatives pour persuader les membres des tribus aborigènes d’abandonner la chasse et d’adopter un mode de vie agricole sédentaire ont échoué parce que « pour eux, l’agriculture présentait deux inconvénients majeurs : premièrement, selon la division sexuelle traditionnelle du travail, c’était le travail des femmes ; deuxièmement, c’était était une corvée à forte intensité de main-d’œuvre.” [49]

Les Néerlandais ont donc importé de la main-d’œuvre de Chine, et l’époque a été la première à voir une immigration chinoise massive sur l’île, un commentateur estimant que 50 à 60 000 Chinois se sont installés à Taiwan pendant les 38 années de domination néerlandaise. [50] Ces colons ont été encouragés avec le transport libre à l’île, souvent sur les navires hollandais et les outils, les boeufs et la graine pour commencer l’agriculture. [40] En retour, les Néerlandais prenaient un dixième de la production agricole comme impôt. [40]

Imposition

Learn more.

Après que les Néerlandais ont pris le contrôle de Taiwan, ils ont immédiatement prélevé une taxe sur tous les droits d’importation et d’exportation. [45] Bien que les taux de cette taxation soient inconnus car il n’y a pas de registres, les Néerlandais ont dû tirer beaucoup de profit des droits d’exportation perçus par les commerçants chinois et japonais. [45] Cela a entraîné des frictions entre les Néerlandais et les Japonais provoquant l’incident de Hamada Yahei en 1628. [51] [45]

Une autre forme d’imposition était la capitation que les Néerlandais prélevaient sur toute personne non néerlandaise âgée de plus de six ans. [45] Dans un premier temps, le taux de la capitation était fixé à un quart de réal alors que les Hollandais, plus tard, l’ont porté à un demi-réal. [45] En 1644, le montant total de la taxe de vote imposée était de 33 700 réaux et en 1644, plus de 70 000 réels ont été imposés. [45] Associée à des politiques restrictives en matière d’occupation des terres et à l’extorsion par des soldats néerlandais, la taxe a servi de base aux grandes insurrections de 1640 et 1652. [52]

Les Néerlandais ont également imposé une taxe sur la chasse. Ils ont vendu une licence pour creuser une fosse pour 15 reals par mois et une licence pour snaring a été vendue pour un real. [45] Pendant la saison de chasse entre octobre 1638 et mars 1639, le montant total de la taxe de chasse était de 1 998,5 réaux. [45] Il n’y avait pas de permis de pêche pendant qu’elle était taxée. [45]

En 1653, les revenus néerlandais de Taiwan étaient estimés à 667 701 gulden 3 stuiver et 12 penning, y compris les revenus de 381 930 provenant des échanges. [45] Cela indique que pour les Néerlandais, la fiscalité est devenue le moyen important de réaliser des bénéfices à Taiwan. [45]

Démographie

Aborigènes taïwanais, d’ Olfert Dapper (1670) : Gedenkwaerdig bedryf

Avant l’arrivée des colons hollandais, Taïwan était presque exclusivement peuplée d’ aborigènes taïwanais ; Peuples austronésiens qui vivaient dans une société de chasseurs-cueilleurs tout en pratiquant l’agriculture itinérante . Il est difficile d’arriver à une estimation du nombre de ces Formosanes indigènes lorsque les Néerlandais sont arrivés, car il n’y avait aucune autorité à l’échelle de l’île en mesure de compter la population, tandis que les aborigènes eux-mêmes ne tenaient pas de registres écrits. Même à l’étendue du plus grand contrôle néerlandais dans les années 1650, il y avait encore de grandes régions de l’île en dehors du giron de l’autorité néerlandaise, ce qui signifie que toutes les statistiques fournies ne concernent nécessairement que la zone de souveraineté néerlandaise.

Origine ethnique

La population de Formose néerlandaise était composée de trois groupes principaux; les aborigènes, le contingent hollandais et les Chinois. Il y avait aussi un certain nombre d’ Espagnols résidant dans le nord de l’île entre 1626 et 1642 dans la région autour de Keelung et Tamsui . Parfois, il y avait aussi une poignée de pirates commerçants nippo-coréens connus sous le nom de Wakō opérant à partir de zones côtières hors du contrôle néerlandais.

Aborigènes

Les peuples natifs de Formose étaient à Taiwan depuis des milliers d’années avant l’arrivée des Néerlandais. Le premier recensement de l’île, mené par les Néerlandais en 1650 alors qu’ils cherchaient le contrôle de toute l’île, a estimé que les Aborigènes étaient au nombre de 64 000 à 68 000 et comprenaient la majorité ethnique de l’île. [53] Ils vivaient dans des villages avec des populations allant de quelques centaines à environ 2 000 personnes pour les plus grandes villes, avec différents groupes parlant différentes langues formosanes qui n’étaient pas mutuellement intelligibles.

Néerlandais

Le contingent néerlandais était initialement composé principalement de soldats, avec quelques esclaves et d’autres travailleurs des autres colonies néerlandaises, en particulier de la région autour de Batavia (aujourd’hui Jakarta ). Le nombre de soldats stationnés sur l’île a augmenté et diminué en fonction des besoins militaires de la colonie, passant d’un minimum de 180 soldats au début à un maximum de 1 800 peu avant l’invasion de Koxinga . Il y avait aussi un certain nombre d’autres membres du personnel, des commerçants et marchands aux Missionnaires et enseignants, ainsi que les Néerlandais amenés avec eux des esclaves de leurs autres colonies, qui servaient principalement d’esclaves personnels pour d’importants Néerlandais.

Les femmes néerlandaises ont été gardées comme partenaires sexuelles par les Chinois après que les Néerlandais ont été expulsés de Taïwan en 1662. Pendant le siège de Fort Zeelandia, au cours duquel les forces loyalistes chinoises Ming commandées par Koxinga ont assiégé et vaincu la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et conquis Taïwan, les Chinois fait prisonniers des femmes et des enfants néerlandais. Le missionnaire néerlandais Antonius Hambroek, deux de ses filles et sa femme faisaient partie des prisonniers de guerre hollandais avec Koxinga. Koxinga a envoyé Hambroek à Fort Zeelandia exigeant qu’il les persuade de se rendre, sinon Hambroek serait tué à son retour. Hambroek retourna au Fort, où se trouvaient deux de ses autres filles. Il a exhorté le Fort à ne pas se rendre, les assurant que les troupes de Koxinga étaient de plus en plus affamées et rebelles, et est retournée au camp de Koxinga. Il fut alors exécuté par décapitation. En plus de cela, une rumeur s’est répandue parmi les Chinois selon laquelle les Néerlandais encourageaient les aborigènes de Taiwan à tuer des Chinois, alors Koxinga a ordonné l’exécution massive de prisonniers masculins néerlandais en représailles. Quelques femmes et enfants ont également été tués. Les femmes et les enfants néerlandais survivants ont ensuite été transformés en esclaves. Koxinga a pris Hambroek’[54] [55] [56] [57] elle a été décrite par le commandant hollandais Caeuw comme “une jeune fille très douce et agréable”. [58] Les autres femmes hollandaises ont été distribuées aux commandants de Koxinga, qui les ont utilisées comme concubines. [59] [60] [61] [62] Le journal quotidien du fort hollandais rapportait que « les meilleurs étaient conservés pour l’usage des commandants, puis vendus aux simples soldats. un homme célibataire, étant ainsi délivré des vexations des femmes chinoises, qui sont très jalouses de leurs maris. [62]

Certaines caractéristiques physiques néerlandaises telles que les cheveux auburn et roux chez les habitants des régions du sud de Taiwan sont une conséquence de cet épisode où les femmes néerlandaises sont devenues les concubines des commandants et soldats chinois. [62] Les femmes hollandaises qui ont été prises comme concubines et épouses esclaves n’ont jamais été libérées. En 1684, certains vivaient en captivité. [63] Un marchand hollandais à Quemoy a été contacté avec un arrangement, proposé par un fils de Koxinga, pour libérer les prisonniers, mais cela n’a abouti à rien. [63]

Les récits en néerlandais enregistrent cet incident de Chinois prenant des femmes néerlandaises comme concubines et la date de la fille de Hambroek. [64] [65] [66] [67]

Peuple Han

Lorsque les Néerlandais sont arrivés à Taiwan, il y avait déjà un réseau de commerçants Han vivant sur l’île, achetant des marchandises (en particulier des produits à base de cerf) aux Formoses indigènes. Ce réseau a été estimé à environ 1 000 à 1 500 personnes, presque tous des hommes, dont la plupart étaient des résidents saisonniers à Taiwan, retournant au Fujian hors saison.

À partir des années 1640, les Néerlandais ont commencé à encourager l’immigration à grande échelle des Han à Formose, fournissant non seulement le transport depuis le Fujian, mais aussi des bœufs et des semences pour que les nouveaux immigrants se lancent dans l’agriculture. Les estimations du nombre de Han à Taiwan à la fin de l’ère néerlandaise varient considérablement, de 10 à 15 000 à 50 à 60 000, bien que l’extrémité inférieure de cette échelle semble plus probable. [ citation nécessaire ]

Autres

Les Néerlandais avaient des esclaves Pampang et Quinamese ( vietnamiens ) dans leur colonie à Taiwan et, en 1643, ils offraient des récompenses aux alliés aborigènes qui reprendraient les esclaves pour eux lorsqu’ils s’enfuiraient. [68] [69] 18 esclaves Quinamese et Java ont été impliqués dans une attaque hollandaise contre les aborigènes de Tammalaccouw, ainsi que 110 Chinois et 225 soldats sous le gouverneur Traudenius le 11 janvier 1642. [70] 7 Quinamese et 3 Javanais ont été impliqués dans une or expédition de chasse avec 200 Chinois et 218 soldats sous le commandement du Sernior Merchant Cornelis Caesar de novembre 1645 à janvier 1646. [71] “Quinam” était le nom néerlandais du seigneur vietnamien Nguyen qui régnait sur la Cochinchine(qui utilisait au 17ème siècle pour désigner la région autour de Quang Nam dans le centre du Vietnam, (Annam) jusqu’à ce qu’en 1860, les Français modifient le terme Cochinchine pour désigner le delta du Mékong dans l’extrême sud, [72] [73] [74 ] [75] [76] [77] [78] [79] et Pampang était un endroit à Java qui était gouverné par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales dans les Indes orientales . Les Néerlandais se sont rangés du côté des seigneurs Trịnh du Tonkin (nord du Vietnam) contre les seigneurs Nguyen de Quinam (Cochinchine) pendant la guerre Trịnh-Nguyễn et étaient donc hostiles à Quinam [80] [81] [82].

Indigènes taïwanais sous Formose néerlandaise

Arrière-plan

Avant la colonisation néerlandaise au XVIIe siècle, les aborigènes taïwanais vivaient dans de nombreux systèmes tribaux autonomes les uns des autres; avec des populations entre mille et cent, un recensement effectué par des colonisateurs hollandais en 1650 a supposé qu’il y avait moins de 50 000 indigènes dans la région des plaines. Malgré des alliances temporaires, des pratiques agricoles similaires et quelques mariages mixtes, les tribus présentaient des différences linguistiques et de structure interne distinctes. Ces différences, associées à la pratique généralisée de la chasse aux têtes, ont amené les groupes de Formose à se méfier et à se méfier des étrangers. [83]

À leur arrivée, les premiers groupes indigènes avec lesquels les Néerlandais ont pris contact étaient les Sinkang (新港), Backloan (目加溜灣), Soelangh (蕭) et Mattauw (麻豆). Les prédispositions antagonistes des tribus indigènes taïwanaises ont conduit à une relation hostile initiale avec les colonisateurs, impliquant plusieurs soulèvements, dont l’ incident de Hamada Yahei de 1628 impliquant le peuple Sinkang et le meurtre de 20 soldats néerlandais en 1629 par la tribu Mattauw. [84] VOC est finalement passé à une stratégie de division pour mieux régner et a ensuite créé une alliance avec les tribus Sinkang et Seolangh contre Mattauw, conquérant simultanément de nombreuses tribus qui ne se conformaient pas à ces ordres. [85]

Ce processus interventionniste comprenait le massacre des autochtones habitant l’île de Lamay en 1642 par les forces hollandaises dirigées par l’officier François Caron. [84] Après ces événements, les aborigènes indigènes ont finalement été contraints à la pacification sous la domination militaire et ont été utilisés pour une variété d’activités de travail pendant la durée de Formose hollandaise. Selon des documents de 1650, les colons hollandais dirigeaient “315 villages tribaux avec une population totale d’environ 68 600, estimée à 40-50% de l’ensemble des indigènes de l’île”. [86] [87]

La religion

L’un des principaux piliers de l’ère coloniale néerlandaise était la conversion des indigènes au christianisme. D’après les descriptions des premiers Missionnaires, la religion indigène était de nature animiste , dans un cas présidée par des prêtresses appelées Inibs .

Les Formosanes pratiquaient également diverses activités que les Néerlandais percevaient comme pécheresses ou du moins non civilisées, notamment l’avortement obligatoire (par massage) pour les femmes de moins de 37 ans, [88] l’infidélité conjugale fréquente, [88] la non-observation du sabbat chrétien et la nudité générale. La Bible chrétienne a été traduite dans les langues aborigènes et évangélisée parmi les tribus. Cela marque le premier cas enregistré de christianisme entrant dans l’histoire taïwanaise et prélude aux pratiques chrétiennes actives expérimentées à Taiwan à l’époque moderne. [86]

Éducation

Les Missionnaires étaient également responsables de la création d’écoles dans les villages sous contrôle néerlandais, enseignant non seulement la religion des colons, mais également d’autres compétences telles que la lecture et l’écriture. Avant l’arrivée des Néerlandais, les habitants natifs n’utilisaient pas l’écriture et les Missionnaires ont créé un certain nombre de schémas de romanisation pour les différentes langues formosanes . Il s’agit du premier enregistrement dans l’histoire d’une langue écrite à Taiwan. [84]

Des expériences ont été faites pour enseigner la langue néerlandaise aux enfants autochtones , mais elles ont été abandonnées assez rapidement après avoir échoué à produire de bons résultats. Au moins un Formosan a reçu une éducation aux Pays-Bas; il a finalement épousé une Hollandaise et était apparemment bien intégré dans la société néerlandaise. [89]

Technologie

La variété unique des ressources commerciales (en particulier les peaux de cerf, la venaison et la canne à sucre), ainsi que la nature intacte de Formose ont conduit à un marché extrêmement lucratif pour le COV. Un journal rédigé par le gouverneur néerlandais Pieter Nuyts affirme que “Taiwan était un excellent port de commerce, permettant de réaliser 100% de bénéfices sur toutes les marchandises”. [90] En monopolisant ces biens, les indigènes taïwanais ont été utilisés comme main-d’œuvre, dont les compétences ont été perfectionnées dans l’emploi dans les fermes de canne à sucre et la chasse au cerf.

De même, les colonisateurs néerlandais ont bouleversé les pratiques agricoles traditionnelles au profit de systèmes plus modernes. Les tribus indigènes des régions agricoles ont appris à utiliser les systèmes occidentaux de gestion des cultures qui utilisaient des technologies écologiques plus durables et efficaces, bien qu’elles soient principalement attribuées au fait qu’en raison de l’exploitation accrue des terres, des moyens de gestion alternatifs étaient nécessaires pour éviter l’extinction des cerfs et des ressources en sucre.

Les Néerlandais ont introduit le creusement de puits [91] ainsi que l’apport de bœufs et de bétail sur l’île.

Militaire

Les aborigènes taïwanais sont devenus un élément important du maintien d’un milieu stable et de l’élimination des conflits pendant la seconde moitié de la domination néerlandaise. Selon les Daily Journals of Fort Zeelandia ( néerlandais : De dagregisters van het kasteel Zeelandia ), les colonisateurs néerlandais employaient fréquemment des hommes de tribus indigènes voisines, notamment Hsin-kang (新港) et Mattau (麻豆) comme fantassins dans la milice générale. , pour augmenter leur nombre lorsqu’une action rapide était nécessaire lors de rébellions ou de soulèvements. Ce fut le cas lors de la révolte de Guo Huaiyi en 1652, où les conspirateurs furent finalement vaincus et maîtrisés par les Néerlandais grâce à l’approvisionnement de plus d’une centaine d’aborigènes taïwanais. [85]

Cependant, les tribus aborigènes taïwanaises qui étaient auparavant alliées aux Néerlandais contre les Chinois lors de la Rébellion Guo Huaiyi en 1652 se sont retournées contre les Néerlandais lors du siège ultérieur de Fort Zeelandia et ont fait défection aux forces chinoises de Koxinga . [92] Les aborigènes (Formosans) de Sincan ont fait défection à Koxinga après qu’il leur ait offert l’amnistie, les aborigènes de Sincan ont ensuite commencé à travailler pour les Chinois et à décapiter les Néerlandais lors d’exécutions, les aborigènes frontaliers dans les montagnes et les plaines se sont également rendus et ont fait défection au Chinois le 17 mai 1661, célébrant leur liberté de l’enseignement obligatoire sous la domination néerlandaise en traquant les Néerlandais, en les décapitant et en saccageant leurs manuels scolaires chrétiens. [93]

Héritage et contributions

Mur de Fort Zeelandia/ Fort Anping . Fort Anthony aujourd’hui.

Aujourd’hui, leur héritage à Taiwan est visible dans le district d’Anping de la ville de Tainan , où les vestiges de leur château Zeelandia sont conservés ; dans la ville de Tainan même, où leur fort Provintia est toujours la structure principale de ce qu’on appelle maintenant la tour à sommet rouge ; et enfin à Tamsui , où le Fort Antonio [94] (qui fait partie du complexe muséal du Fort San Domingo ) est toujours la redoute (fort mineur) la mieux conservée de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales dans le monde. Le bâtiment a ensuite été utilisé par le consulat britannique [95] jusqu’à ce que le Royaume-Uni rompe ses liens avec le KMT (Parti nationaliste chinois ou Kuomintang) et ses relations formelles avec Taïwan.

De même, une grande partie des politiques économiques conduites par les Néerlandais pendant la période coloniale ont ensuite été utilisées comme base pour les débuts du commerce international moderne de Taiwan; les débuts de l’histoire mercantile et de l’économie contemporaine de Taiwan peuvent être attribués aux systèmes portuaires qui ont été facilités pendant la période hollandaise de Formose. [85]

Cependant, le résultat le plus durable de la domination néerlandaise est peut-être l’immigration de Chinois sur l’île. Au début de l’ère hollandaise, on estimait qu’il y avait entre 1 000 et 1 500 Chinois à Taiwan, pour la plupart des commerçants vivant dans des villages aborigènes. [83] Pendant la règle hollandaise de Formosa, les politiques coloniales hollandaises ont encouragé l’immigration active de Chinois de Han afin de solidifier les établissements commerciaux écologiques et agricoles, et d’aider à maintenir le contrôle de la région. Pour ces raisons, à la fin de la période coloniale, Taiwan comptait de nombreux villages chinois abritant des dizaines de milliers de personnes au total, et l’équilibre ethnique de l’île était déjà bien parti pour favoriser les Chinois nouvellement arrivés par rapport aux tribus aborigènes. . [96]De plus, les colons néerlandais ont ouvert la communication entre les deux peuples et ont entrepris de maintenir des relations avec les Chinois Han et les Taïwanais natifs – qui étaient inexistantes auparavant. [84]

Voir également

  • Campagne de pacification néerlandaise sur Formose
  • Guerre de quatre-vingts ans
  • Han taïwanais : Influence de la langue néerlandaise
  • Histoire de Taïwan
  • Landdag

Remarques

  1. ^ Ts’ao (2006) , p. 28.
  2. ^ Davidson (1903) , p. dix.
  3. ^ Cooper (1979) , p. 658.
  4. ^ Freeman (2003) , p. 132.
  5. ^ Thomson (1996) , p. 39.
  6. ^ Davidson (1903) , p. 11.
  7. ^ Blussé (2000) , p. 144.
  8. ^ Covell (1998) , p. 70.
  9. ^ Wright (1908) , p. 817.
  10. ^ Twitchett & Mote (1998) , p. 368.
  11. ^ Berger (1993) , p. 49.
  12. ^ Hughes (1872) , p. 25.
  13. ^ Goodrich & Fang (1976) , p. 1086.
  14. ^ Goodrich & Fang (1976) , p. 1087.
  15. ^ Twitchett & Mote (1998) , p. 369.
  16. ^ Deng (1999) , p. 191.
  17. ^ Parker (1917) , p. 92.
  18. ^ Idéma (1981) , p. 93.
  19. ^ Andrade (2008) , chapitre 6, note 5.
  20. ^ Valentijn (1903) , p. 52 : citant Nuyts, Pieter (10 février 1629)
  21. ^ Davidson (1903) , p. 13.
  22. ^ Campbell, Guillaume (1889). Un compte rendu du succès missionnaire dans l’île de Formosa : traduit de la version originale néerlandaise par Caspar Sibelius, publié à Londres en 1650 et maintenant réimprimé avec de nombreuses annexes . Vol. 1. Londres : Trübner & Co. p. 197 –198. OCLC 607710307 . OL 25396942M . Consulté le 20 décembre 2011 .20 novembre. – Le catéchiste Daniel Hendrickx, dont le nom a été souvent mentionné, accompagna cette expédition dans le sud, car sa grande connaissance de la langue formosa et ses relations familières avec les indigènes rendirent ses services très précieux. Arrivé à l’île de Pangsuy, il s’aventura, peut-être avec une trop grande confiance en lui-même, trop loin des autres, et fut soudain entouré d’un grand nombre d’indigènes armés qui, après l’avoir tué, emportèrent en triomphe sa tête, ses bras , jambes et autres membres, même ses entrailles, laissant derrière lui le tronc mutilé.
  23. ^ Andrade (2008) , chapitre 3.
  24. ^ Keliher (2003) , p. 32.
  25. ^ Andrade (2008) , chapitre 9.
  26. ^ Shepherd1993 , p. 59.
  27. ^ Wills (2000) , p. 276.
  28. ^ Berger 1993 , p. 95.
  29. ^ Wills (2000) , pp. 288–289.
  30. ^ Blussé, Leonard (1er janvier 1989). “Pionniers ou bétail pour l’abattoir? Une réplique à ART Kemasang”. Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde . 145 (2): 357. doi : 10.1163/22134379-90003260 .
  31. ^ Wills (2010) , p. 71.
  32. ^ Cuisinier (2007) , p. 362.
  33. ^ Li (2006) , p. 122.
  34. ^ “Au temps des Hollandais” . taiwantoday.tw . Taïwan aujourd’hui. Mars 1968 . Consulté le 4 mars 2021 .
  35. ^ Pendre, Xing (2016). Conflit et commerce en Asie de l’Est maritime: la famille Zheng et la formation du monde moderne, vers 1620–1720 . La presse de l’Universite de Cambridge. p. 154. ISBN 978-1316453841.
  36. ^ Pendre, Xing (2016). Conflit et commerce en Asie de l’Est maritime: la famille Zheng et la formation du monde moderne, vers 1620–1720 . La presse de l’Universite de Cambridge. p. 190. ISBN 978-1316453841.
  37. ^ Valentijn (1903) , p. 75.
  38. ^ Knapp (1995) , p. 14.
  39. ^ van Veen (2003) .
  40. ^ un bc Roy (2003) , p. 15.
  41. ^ Hsu, Minna J.; Agoramoorthy, Govindasamy ; Desender, Konjev ; Baert, Léon; Bonilla, Hector Reyes (août 1997). “Conservation de la faune à Taiwan”. Biologie de la conservation . 11 (4): 834–836. doi : 10.1046/j.1523-1739.1997.011004834.x . JSTOR 2387316 .
  42. ^ 台灣環境資訊協會-環境資訊中心 (30 juin 2010). “墾丁社頂生態遊 梅花鹿見客 | 台灣環境資訊協會-環境資訊中心” . E-info.org.tw . Consulté le 30 mai 2011 .
  43. ^ un bc Huang, C 2011, ‘Taïwan sous les Néerlandais’ dans Une nouvelle histoire de Taïwan, L’Agence Centrale de Nouvelles, Taipei, p. 70.
  44. ^ a bc Tu, C 2003, ‘The Deutch Verenigde Oostindische Compagnie’ in Ilha Formosa: l’émergence de Taiwan sur la scène mondiale au 17ème siècle, Hwang Chao-sung, Taipei, p. 50.
  45. ^ un bcdefghijklmnop Huang , C 2011 , Taiwan under the Dutch ‘ dans Une nouvelle histoire de Taiwan , The Central News Agency, Taipei , p . 71.
  46. ^ a b Tu, C 2003, ‘The Deutch Verenigde Oostindische Compagnie’ in Ilha Formosa: l’émergence de Taiwan sur la scène mondiale au 17ème siècle, Hwang Chao-sung, Taipei, p. 46.
  47. ^ Lin, ACJ & Keating, JF 2008, “L’ère de la navigation mondiale” dans Island in the stream: une étude de cas rapide de l’histoire complexe de Taiwan, SMC Publishing Inc., Taipei, p. 8.
  48. ^ Glaman (1958) .
  49. ^ Berger (1993) , p. 366.
  50. ^ Knapp (1995) , p. 18.
  51. ^ Lin, ACJ & Keating, JF 2008, “L’ère de la navigation mondiale” dans Island in the stream: une étude de cas rapide de l’histoire complexe de Taiwan, SMC Publishing Inc., Taipei, p. 7.
  52. ^ Roy (2003) , p. 16.
  53. ^ Liu, Jennifer A. (2012). “Fractions aborigènes: énumération de l’identité à Taiwan” . Consortium international sur les politiques de recherche autochtone . 31 (4): 334. doi : 10.1080/01459740.2011.630333 . PMID 22746682 . S2CID 23008277 .
  54. ^ Moffett, Samuel H. (1998). Une histoire du christianisme en Asie : 1500-1900 . L’évêque Henry McNeal Turner étudie la série North American Black Religion. Vol. 2 de Une histoire du christianisme en Asie : 1500-1900. Volume 2 (2, illustré, réimprimé éd.). Livres d’Orbis. p. 222. ISBN 1570754500. Consulté le 10 décembre 2014 .
  55. ^ Moffett, Samuel H. (2005). Une histoire du christianisme en Asie, Volume 2 (2 éd.). Livres d’Orbis. p. 222. ISBN 1570754500. Consulté le 10 décembre 2014 .
  56. ^ Revue gratuite de la Chine, Volume 11 . WY Tsao. 1961. p. 54 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  57. ^ Newman, Bernard (1961). Voyage en Extrême-Orient : à travers l’Inde et le Pakistan jusqu’à Formose . H.Jenkins. p. 169 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  58. ^ Wright, Arnold, éd. (1909). Impressions du XXe siècle sur l’Inde néerlandaise: son histoire, ses habitants, son commerce, ses industries et ses ressources (éd. illustrée). Lloyd’s Greater Britain Pub. Flic. 67 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  59. ^ Heaver, Stuart (26 février 2012). “L’adoration des idoles” . Poste du matin de la Chine du Sud . p. 25. Archivé de l’original le 29 décembre 2014 . Consulté le 10 décembre 2014 . URL alternative
  60. ^ Lach, Donald F.; Van Kley, Edwin J. (1998). L’Asie dans la fabrication de l’Europe, Volume III: Un siècle d’avance. Livre 4 : Asie de l’Est . Vol. L’Asie dans la fabrication de l’Europe Volume III (édition révisée). Presse de l’Université de Chicago. p. 1823. ISBN 0226467694. Consulté le 10 décembre 2014 .
  61. ^ Manthorpe (2008) , p. 72 . Récupéré le 10 décembre 2014.
  62. ^ un bc Manthorpe (2008) , p. 77 . Récupéré le 10 décembre 2014.
  63. ^ un b Covell 1998 , p. 96.
  64. ^ Müller, Hendrik Pieter Nicolaas (1917). Onze vaderen en Chine (en néerlandais). PN van Kampen. p. 337 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  65. ^ Potgieter, Everhardus Johannes; Buijis, Johan Theodoor; van Hall, Jacob Nikolaas; Muller, Pieter Nicolaas; Couac, Hendrik Peter Godfried (1917). De Gids, Volume 81, Partie 1 (en néerlandais). GJA Beijerinck. p. 337 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  66. ^ de Zeeuw, P. (1924). De Hollanders op Formosa, 1624-1662 : een bladzijde uit onze kolonialeen zendingsgeschiedenis (en néerlandais). W. Kirchner. p. 50 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  67. ^ Algemeene konst- en letterbode, Volume 2 (en néerlandais). A. Loosjes. 1851. p. 120 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  68. ^ Chiu (2008) , p. 124 . Récupéré le 10 décembre 2014..
  69. ^ Mateo, José Eugenio Borao (2009). L’expérience espagnole à Taiwan 1626-1642: la fin baroque d’une tentative de la Renaissance (éd illustrée). Presse universitaire de Hong Kong. p. 125. ISBN 978-9622090835.
  70. ^ Chiu (2008) , p. 84 . Récupéré le 10 décembre 2014..
  71. ^ Chiu (2008) , p. 105 . Récupéré le 10 décembre 2014..
  72. ^ Reid, Anthony (1993). L’Asie du Sud-Est à l’ère du commerce, 1450-1680 : expansion et crise . Vol. 2 de l’Asie du Sud-Est à l’ère du commerce, 1450–1680 (éd. illustrée). Presse universitaire de Yale. p. 211. ISBN 0300054122. Consulté le 10 décembre 2014 .
  73. ^ Hoang, Anh Tuan (2007). De la soie pour l’argent : rapports hollandais-vietnamiens ; 1637 – 1700 . Vol. 5 des monographies TANAP sur l’histoire de l’interaction asiatique-européenne (éd. illustrée). BARBUE. p. 239. ISBN 978-9004156012. Consulté le 10 décembre 2014 .
  74. ^ Kleinen, John; Osseweijer, Manon, éd. (2010). Pirates, ports et côtes en Asie : perspectives historiques et contemporaines . Série IIAS/ISEAS sur les questions maritimes et la piraterie en Asie (éd. illustrée). Institut d’études de l’Asie du Sud-Est. p. 71. ISBN 978-9814279079. Consulté le 10 décembre 2014 .
  75. ^ Li, Tana (1998). Nguyễn Cochinchine : le sud du Vietnam aux XVIIe et XVIIIe siècles . G – Série de références, d’information et de sujets interdisciplinaires (éd. illustrée). Publications SEAP. p. 173. ISBN 0877277222. Consulté le 10 décembre 2014 .
  76. ^ Lach, Donald F.; Van Kley, Edwin J. (1993). L’Asie dans la fabrication de l’Europe, Volume III: Un siècle d’avance. Livre 3 : Asie du Sud-Est . Vol. 3 de l’Asie dans la fabrication de l’Europe: Un siècle d’avance (éd. illustré). Presse de l’Université de Chicago. p. 1380. ISBN 0226467554. Consulté le 10 décembre 2014 .
  77. ^ Mazumdar, Sucheta (1998). Sucre et société en Chine : Paysans, technologie et marché mondial . Volume 45 du Harvard Yenching Institute Cambridge, Mass: série de monographies du Harvard-Yenching Institute. Vol. 45 de la série de monographies du Harvard-Yenching Institute (éd. illustrée). Harvard University Asia Center. p. 90. ISBN 067485408X. Consulté le 10 décembre 2014 .
  78. ^ Gunn, Geoffrey C. (2011). Histoire sans frontières: la fabrication d’une région du monde asiatique, 1000-1800 (éd. illustrée). Presse universitaire de Hong Kong. p. 228. ISBN 978-9888083343. Consulté le 10 décembre 2014 .
  79. Lombard, Denys ; Ptak, Roderich, éd. (1994). Asie maritime . Vol. 1 de la Chine méridionale et de l’Asie maritime (éd. illustrée). Otto Harrassowitz Verlag. p. 123. ISBN 344703470X. ISSN 0945-9286 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  80. ^ Volker, T. (1954). Porcelaine et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales : tel qu’enregistré dans les Dagh-Registres du château de Batavia, ceux d’Hirado et de Deshima et d’autres documents contemporains ; 1602-1682 . Vol. 11 de Leyde. Rijksmuseum voor volkenkunde. Mededelingen (éd. illustré). Archives Brill. p. 11 . Consulté le 10 décembre 2014 .
  81. ^ Hoang, Anh Tuan (2007). De la soie pour l’argent : rapports hollandais-vietnamiens ; 1637 – 1700 . Vol. 5 des monographies TANAP sur l’histoire de l’interaction asiatique-européenne (éd. illustrée). BARBUE. p. 210. ISBN 978-9004156012. Consulté le 10 décembre 2014 .
  82. ^ Cheng, Weichung (2013). Guerre, commerce et piraterie dans les mers de Chine (1622-1683) . Vol. Monographies TANAP sur l’histoire de l’interaction asiatique-européenne. BARBUE. p. 133. ISBN 978-9004253537. Consulté le 10 décembre 2014 .
  83. ^ un berger b (1993) .
  84. ^ un bcd Lee , Yuchung . “荷西時期總論 (période hollandaise et espagnole de Taiwan)” . Conseil des affaires culturelles. Archivé de l’original le 3 décembre 2013 . Consulté le 29 septembre 2012 .
  85. ^ un bc Chiu (2008) .
  86. ^ un b Tai (2007) , p. 246.
  87. ^ Tai, Pao-tsun (2007). L’histoire concise de Taiwan . Taïwan : Taïwan Historica. ISBN 9789860109504.
  88. ^ un berger b (1995) .
  89. ^ Everts (2000) , p. 151.
  90. ^ Blussé, JL; van Opstall, ME ; Milde, NOUS ; Ts’ao, Yung-Ho (1986). De dagregisters van het kasteel Zeelandia, Taiwan 1629-1662 (en néerlandais). La Haye : Inst. pour Nederlandse Geschiedenis . Consulté le 19 décembre 2014 . , décrit en anglais dans “The United East India Company (VOC) in Taiwan 1629-1662” . Huygens ING. 4 juin 2014 . Consulté le 19 décembre 2014 .
  91. ^ Murray Rubinstein, (1999) Une nouvelle histoire de Taiwan, ME Sharpe Inc, New York 66.
  92. ^ Covell 1998 , pp. 96–97.
  93. ^ Chiu (2008) , p. 222 . Récupéré le 10 décembre 2014..
  94. ^ Guo, Elizabeth; Kennedy, Brian (9 juillet 2008). “Conte de deux villes” . Revue de l’actualité . Consulté le 10 septembre 2008 .
  95. ^ “Introduction touristique à Hongmaocheng” (en chinois) . Consulté le 21 septembre 2008 .
  96. ^ Andrade (2008) .

Références

  • Andrade, Tonio (2008). Comment Taiwan est devenu chinois: colonisation hollandaise, espagnole et han au dix-septième siècle . Presse universitaire de Columbia. ISBN 978-0-231-12855-1.
  • Blussé, Léonard (1984). “Les Missionnaires protestants néerlandais en tant que protagonistes de l’expansion territoriale du VOC sur Formose”. À Kooiman ; van den Muijzenburg ; van der Veer (éd.). Conversion, compétition et conflit : essais sur le rôle de la religion en Asie . Amsterdam : VU Uitgeverij, Presse universitaire libre. ISBN 9789062560851.
  • Blussé, Léonard (1994). “Rétribution et remords: l’interaction entre l’administration et la mission protestante au début de Formose coloniale”. Dans Prakash, Gyan (éd.). Après le colonialisme : Histoires impériales et déplacements postcoloniaux . Presse universitaire de Princeton. ISBN 9780691037424.
  • Blussé, Léonard (2000). “La Grotte des Esprits occultes”. Dans Blundell, David (éd.). Taïwan austronésien . Californie : Université de Californie. ISBN 9780936127095.
  • Blussé, Léonard; Everts, Nathalie ; Frech, Evelien, éd. (1999). La rencontre de Formose: Notes sur la société aborigène de Formose: une sélection de documents provenant de sources d’archives néerlandaises . Vol. I. Musée Shung Ye des aborigènes de Formose. ISBN 9579976724.
  • Blussé, Léonard; Everts, Natalie, éd. (2000). La rencontre de Formose: Notes sur la société aborigène de Formose: une sélection de documents provenant de sources d’archives néerlandaises . Vol. II. Musée Shung Ye des aborigènes de Formose. ISBN 9579976775.
  • Blussé, Léonard; Everts, Natalie, éd. (2006). La rencontre de Formose: Notes sur la société aborigène de Formose: une sélection de documents provenant de sources d’archives néerlandaises . Vol. III. Musée Shung Ye des aborigènes de Formose. ISBN 9573028735.
  • Campbell, William (1996) [1888]. L’Évangile de saint Matthieu à Formose (dialecte Sinkang) avec les versions correspondantes en néerlandais et en anglais ; Édité à partir de l’édition de Gravius ​​de 1661 . Taipei, Taïwan : Centre des matériaux du Sud. ISBN 9576382998. RCAC 2006478012 .
  • Campbell, Guillaume (1903). Formosa sous les hollandais : Décrit à partir de Contemporary Records . Londres : Kegan Paul. ISBN 9789576380839. OCLC 644323041 .
  • Chiu, Hsin-hui (2008). Le “processus de civilisation” colonial en néerlandais Formose, 1624 – 1662 . (Monographies TANAP sur l’histoire de l’interaction Asie-Europe). Vol. 10 (éd. illustrée). Barbue. ISBN 978-90-04-16507-6. ISSN 1871-6938 . OCLC 592756301 – via Scribd.
    — Chiu, Hsin-hui (2007). Le «processus de civilisation» colonial en néerlandais Formose, 1624-1662 (PDF) (PhD). Université de Leyde.
  • Cuisinier, Harold John (2007). Questions d’échange: commerce, médecine et science à l’âge d’or hollandais . Presse universitaire de Yale. ISBN 9780300134926. OCLC 191734183 . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Cooper, JP, éd. (1979). L’histoire moderne de New Cambridge IV . Vol. Le déclin de l’Espagne et la guerre de trente ans, 1609–59 (réimpression éd.). La presse de l’Universite de Cambridge. ISBN 9780521297134. OCLC 655601868 . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Cuivre, John F. (2003). Taïwan : État-nation ou province ? . Nations du monde moderne (4e éd.). Presse Westview. ISBN 9780813339559.
  • Cuivre, John F. (2007). Dictionnaire historique de Taiwan (3e éd.). Metuchen, New Jersey : Presse d’épouvantail. ISBN 9780810856004.
  • Covell, Ralph R. (1998). Pentecôte des collines de Taiwan: la foi chrétienne parmi les habitants d’origine (éd. illustrée). Maison d’édition Hope. ISBN 9780932727909. OCLC 833099470 .
  • Coyett, Frédéric (1675).‘t Verwaerloosde Formosa [ Formose négligée ] (en néerlandais). par Jan Claesz. ten Hoorn … et Michiel Pieters …
  • Davidson, James W. (1903). L’île de Formose d’hier à aujourd’hui . Londres et New York : Macmillan & co. OL 6931635M .
  • Deng, Gang (1999). Secteur maritime, institutions et puissance maritime de la Chine prémoderne (éd. illustrée). Groupe d’édition Greenwood. ISBN 9780313307126. ISSN 0084-9235 . OL 9616521M .
  • Everts, Natalie (2000). “Jacob Lamay van Taywan: Un formosan indigène qui est devenu un citoyen d’Amsterdam”. Dans Blundell, David (éd.). Taïwan austronésien . Californie : Université de Californie. ISBN 0936127090.
  • Freeman, Donald B. (2003). Détroit de Malacca : porte d’entrée ou gant ? . McGill-Queen’s Press – MQP. ISBN 077357087X. JSTOR j.ctt7zzph . OCLC 50790090 . OL 3357584M . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Goodrich, Luther Carrington; Fang, Chaoying, éd. (1976). Dictionnaire biographique des Ming, 1368-1644 . Vol. 2. Association d’études asiatiques. Comité du projet d’histoire biographique des Ming (éd. illustré). Presse universitaire de Columbia. ISBN 9780231038331. OCLC 643638442 . OL 10195413M .
  • Glamann, Kristof (1958). Commerce hollandais-asiatique, 1620–1740 . La Haye : M. Nijhoff. doi : 10.1007/978-94-009-8361-8 . ISBN 9789400983618.
  • Heyns, Pol ; Cheng, Wei-chung, éd. (2005). Dutch Formosan Placard-book, Marriage, and Baptism Records . Taipei : Fondation Ts’ao Yung-ho pour la culture et l’éducation. ISBN 9867602013.
  • Hugues, George (1872). Amoy et les districts environnants : compilé à partir de documents chinois et autres . De Souza & Compagnie. OCLC 77480774 .
  • Idema, Wilt Lukas, éd. (1981). Leyden Studies in Sinology: Documents présentés à la conférence tenue à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Institut sinologique de l’Université de Leyden, du 8 au 12 décembre 1980 . Sinica Leidensia. Vol. 15. Contributeur Rijksuniversiteit te Leiden. Sinologisch instituut (éd. illustré). Barbue. ISBN 9789004065291.
  • Imbault-Huart, Camille-Clément (1995) [1893]. L’île Formose : Histoire et Description (en français). Taipei : Centre des matériaux du Sud. ISBN 9576382912.
  • Keliher, Macabe (2003). Out of China ou Tales of Formosa de Yu Yonghe: Une histoire de Taiwan au XVIIe siècle . Taipei : Centre des matériaux du Sud. ISBN 9789576386091.
  • Knapp, Ronald G. (1995) [1980]. La frontière insulaire de la Chine: études sur la géographie historique de Taiwan . Hawaï : presse de l’Université d’Hawaï. ISBN 957638334X. OCLC 848963435 .
  • Li, Qingxin (2006). Route maritime de la soie . Traduit par William W. Wang. 五洲传播出版社. ISBN 9787508509327. OCLC 781420577 . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Manthorpe, Jonathan (2008). Forbidden Nation: A History of Taiwan (éd illustrée). Macmillan. ISBN 978-0230614246.
  • Parker, Edward Harper, éd. (1917). La Chine, son histoire, sa diplomatie et son commerce : des premiers temps à nos jours (2e éd.). J.Murray. OCLC 2234675 . OL 6603922M .
  • Roy, Denny (2003). Taïwan : une histoire politique . Ithaca, New York : Cornell University Press. ISBN 9780801488054. OL 7849250M .
  • Berger, John Robert (1993). État d’esprit et économie politique à la frontière de Taiwan, 1600–1800 . Presse universitaire de Stanford. ISBN 9780804720663. OCLC 25025794 .
  • Berger, John Robert (1995). Mariage et avortement obligatoire chez les Siraya du XVIIe siècle . Série de monographies de l’American Ethnological Society, n° 6. Arlington, Virginie, États-Unis : American Anthropological Association. ISBN 9780913167717. OL 783080M .
  • Thomson, Janice E. (1996). Mercenaries, Pirates, and Sovereigns: State-Building and Extraterritorial Violence in Early Modern Europe (réimpression éd.). Presse universitaire de Princeton. ISBN 9781400821242. JSTOR j.ctt7t30p . OCLC 873012076 . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Ts’ao, Yung-ho (2006) [1979].臺灣早期歷史硏究[ Recherche sur l’histoire ancienne de Taiwan ] (en chinois). Taipei : Lianjing. ISBN 9789570806984.
  • Ts’ao, Yung-ho (2000).臺灣早期歷史硏究續集[ Recherche sur l’histoire ancienne de Taiwan : suite ] (en chinois). Taipei : Lianjing. ISBN 9789570821536.
  • Twitchett, Denis C.; Mote, Frederick W., éd. (1998). L’histoire de Cambridge de la Chine : volume 8, la dynastie Ming, partie 2 ; Pièces 1368-1644 . La presse de l’Universite de Cambridge. doi : 10.1017/CHOL9780521243339 . ISBN 9780521243339. OL 25552136M .
  • Valentijn, François (1903) [Publié pour la première fois en 1724 dans Oud en Nieuw Oost-Indiën ]. “Histoire du commerce hollandais” . Dans Campbell, William (éd.). Formosa sous le néerlandais : décrit à partir de documents contemporains, avec des notes explicatives et une bibliographie de l’île . Londres : Kegan Paul. ISBN 9789576380839. RCAC 04007338 .
  • van Veen, Ernst (2003). “Comment les Néerlandais ont dirigé une colonie du XVIIe siècle: l’occupation et la perte de Formose 1624–1662”. Dans Blussé, Léonard (éd.). Autour et à propos de Formose . Centre des matériaux du Sud. ISBN 9789867602008. OL 14547859M .
  • Wills, John E. (2000). “La réoccupation néerlandaise de Chi-lung, 1664–1668”. Dans Blundell, David (éd.). Taïwan austronésien . Californie : Université de Californie. ISBN 9780936127095. OCLC 51641940 .
  • Wills, John E., Jr. (2010). La Chine et l’Europe maritime, 1500-1800 : commerce, colonisation, diplomatie et missions . Contributeurs : John Cranmer-Byng, Willard J. Peterson, Jr, John W. Witek. La presse de l’Universite de Cambridge. doi : 10.1017/CBO9780511973604 . ISBN 978-1139494267. OL 24524224M . Consulté le 10 mars 2014 .
  • Wright, Arnold (1908). Cartwright, HA (éd.). Impressions du XXe siècle sur Hongkong, Shanghai et d’autres ports de traité de Chine : leur histoire, leur population, leur commerce, leurs industries et leurs ressources, Volume 1 . Société d’édition Lloyds Greater Britain. OCLC 706078863 . OL 13518413M .

Lectures complémentaires

  • Andrade, Tonio (2006). “La montée et la chute de Taiwan néerlandais, 1624–1662: la colonisation coopérative et le modèle étatiste d’expansion européenne” . Journal d’histoire mondiale . 17 (4): 429–450. doi : 10.1353/jwh.2006.0052 . S2CID 162203720 .
  • Valentijn, François (1724-1726). Oud en nieuw Oost-Indiën (en néerlandais). Dordrecht : J. van Braam. OL 25412097M .
  • Wills, John E. Jr. (2005). Pepper, Guns, and Parleys: The Dutch East India Company and China, 1622–1681 . Presse Figueroa. ISBN 978-1-932800-08-1. OCLC 64281732 .

Liens externes

Wikimedia Commons a des médias liés à la Formose néerlandaise .
  • Formose au 17ème siècle
  • Gouverneur néerlandais de Taiwan (mandarin)
  • Texte du traité de paix de 1662
  • Exposition sur la période hollandaise de Taiwan à Tamsui
Précédé par Préhistoire de Taiwan
jusqu’en 1624
Formose néerlandaise
1624–1662
succédé par Royaume de Tungning
1662–1683
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More