Émigration suédoise aux États-Unis

0

Au cours de l’ émigration suédoise vers les États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, environ 1,3 million de Suédois ont quitté la Suède pour les états-unis d’Amérique . Alors que la terre de la frontière américaine était un pôle d’attraction pour les ruraux pauvres de toute l’Europe, certains facteurs ont particulièrement encouragé l’émigration suédoise. La répression religieuse pratiquée par l’ Église d’État luthérienne suédoise était largement ressentie, tout comme le conservatisme social et le Snobisme de classe de la monarchie suédoise . . La croissance démographique et les mauvaises récoltes ont rendu les conditions de la campagne suédoise de plus en plus sombres. En revanche, les rapports des premiers émigrants suédois décrivaient le Midwest américain comme un paradis terrestre.

Affiche montrant une coupe transversale du paquebot RMS Aquitania de la Cunard Line , lancé en 1913. Treize des nombreux pionniers suédois américains

Selon Joy K. Lintelman, la migration massive de la Suède vers les États-Unis s’est déroulée en cinq vagues distinctes entre les années 1840 et les années 1920. Au cours de cette période, des centaines de milliers d’émigrants suédois ont fait leur chemin et se sont installés dans les paysages ruraux et urbains des États-Unis. Les facteurs qui ont réduit la migration au filet ont été trouvés des deux côtés de l’Atlantique, les restrictions à l’immigration imposées aux États-Unis et l’amélioration des conditions sociales et économiques en Suède étant les principaux facteurs. [1]

La migration suédoise vers les États-Unis a culminé dans les décennies qui ont suivi la guerre civile américaine (1861–1865). En 1890, le recensement américain faisait état d’une population suédo-américaine de près de 800 000 personnes. Ces taux d’émigration croissants ont suscité de vives inquiétudes en Suède. Cependant, avant qu’une réforme ne puisse être faite pour éviter un flux continu de citoyens suédois fuyant la patrie, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a éclaté et a effectivement mis fin à presque tous les mouvements. A partir du milieu des années 1920, il n’y a plus d’émigration massive suédoise.

Histoire ancienne : le rêve suédo-américain

La Compagnie suédoise des Indes occidentales a établi une colonie sur le fleuve Delaware en 1638, la nommant Nouvelle-Suède . Petite colonie coloniale de courte durée, la Nouvelle-Suède ne comptait à son apogée que quelque 600 colons suédois et finlandais (la Finlande faisant partie de la Suède ). Il a été perdu au profit des Néerlandais en Nouvelle-Hollande en 1655. Néanmoins, les descendants des premiers colons ont maintenu le suédois parlé jusqu’à la fin du 18e siècle. Les rappels modernes de l’histoire de la Nouvelle-Suède se reflètent dans la présence de l’ American Swedish Historical Museum à Philadelphie, du Fort Christina State Park àWilmington, Delaware et The Printzhof à Essington, Pennsylvanie. [ citation nécessaire ]

L’historien HA Barton a suggéré que la plus grande importance de la Nouvelle-Suède était l’intérêt fort et durable pour l’Amérique que la colonie a suscité en Suède. L’Amérique était considérée comme le porte-drapeau du libéralisme et de la liberté personnelle, et est devenue un idéal pour les Suédois libéraux. Leur admiration pour l’Amérique était combinée à la notion d’un âge d’or suédois passé avec d’anciens idéaux nordiques . Soi-disant corrompues par des influences étrangères, les “valeurs suédoises” intemporelles seraient récupérées par les Suédois du Nouveau Monde. Cela est resté un thème fondamental de la discussion suédoise, puis suédo-américaine, sur l’Amérique, bien que les valeurs «intemporelles» recommandées aient changé avec le temps. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Suédois qui réclamaient une plus grande liberté religieuse se référaient souvent à l’Amérique comme à son symbole suprême. L’accent est passé de la religion à la politique au XIXe siècle, lorsque les citoyens libéraux de la Société de classe hiérarchique suédoise regardaient avec admiration le républicanisme américain et les droits civiques. Au début du XXe siècle, le rêve suédo-américain a même adopté l’idée d’un État- providenceresponsable du bien-être de tous ses citoyens. Sous ces idées changeantes courut dès le début le courant qui emporta tout avant lui à la fin du XXe siècle : l’Amérique comme symbole et rêve d’un individualisme sans entraves. [2]

Le débat suédois sur les États-Unis est resté principalement théorique avant le XIXe siècle, car très peu de Suédois avaient une expérience personnelle de la nation. L’émigration était illégale et la population était considérée comme la richesse des nations. [3] Cependant, la population suédoise a doublé entre 1750 et 1850, [4] et comme la croissance démographique a dépassé le développement économique, elle a donné lieu à des craintes de surpopulation basées sur la théorie démographique influente de Thomas Malthus . Dans les années 1830, les lois contre l’émigration sont abrogées. [5]

19ème siècle

Akenson soutient que les temps difficiles en Suède avant 1867 ont produit un fort effet de poussée, mais que pour des raisons culturelles, la plupart des Suédois ont refusé d’émigrer et se sont accrochés à la maison. Akenson dit que l’État voulait maintenir sa population élevée et :

Le besoin des classes supérieures d’une main-d’œuvre bon marché et abondante, la volonté instinctive du clergé de l’Église d’État de décourager l’émigration pour des raisons à la fois morales et sociales, et la déférence des ordres inférieurs envers l’arcade de pouvoirs qui planait au-dessus d’eux – tout cela formait une architecture d’hésitation culturelle face à l’émigration. [6] La propagande anti-émigration suédoise, représentant le rêve de Per Svensson de l’idylle américaine (à gauche) et la réalité de la vie de Per dans le désert (à droite), où il est menacé par un puma, un gros serpent et des Indiens sauvages, vu scalper et éventrer un homme. [7]

Quelques déviants « contre-culturels » du courant dominant sont partis et ont montré la voie. Les dures épreuves économiques de la « Grande Privation » de 1867 à 1869, ont finalement vaincu les réticences et les vannes se sont ouvertes pour produire une « culture de l’émigration ». [8]

Émigration de masse européenne : pousser et tirer

L’émigration européenne à grande échelle vers les États-Unis a commencé dans les années 1840 en Grande-Bretagne, en Irlande et en Allemagne. Cela a été suivi par une vague montante après 1850 de la plupart des pays d’Europe du Nord , et à son tour par l’Europe centrale et méridionale . La recherche sur les forces à l’origine de cette émigration massive européenne s’est appuyée sur des méthodes statistiques sophistiquées. [9] Une théorie qui a gagné une large acceptation est l’analyse de Jérôme en 1926 des facteurs “pousser et tirer” – les impulsions à l’émigration générées par les conditions en Europe et aux États-Unis respectivement. Jérôme a constaté que les fluctuations de l’émigration covariaient davantage avec les développements économiques aux États-Unis qu’en Europe, et en a déduit que l’attraction était plus forte que la poussée. [dix]Les conclusions de Jérôme ont été contestées, mais constituent toujours la base de nombreux travaux sur le sujet. [11] [12]

Les modèles d’émigration dans les pays nordiques — Finlande, Suède, Norvège, Danemark et Islande — présentent des variations frappantes. L’émigration massive nordique a commencé en Norvège, qui a également conservé le taux le plus élevé tout au long du siècle. L’émigration suédoise a commencé au début des années 1840 et avait le troisième taux le plus élevé de toute l’Europe, après l’Irlande et la Norvège. Le Danemark a eu un taux d’émigration constamment faible, tandis que l’Islande a commencé tardivement mais a rapidement atteint des niveaux comparables à la Norvège. La Finlande, dont l’émigration massive n’a commencé qu’à la fin des années 1880, et à l’époque faisant partie de l’ Empire russe , est généralement classée comme faisant partie de la vague d’Europe de l’Est. [11]

Traversée de l’Atlantique

The Emigrants de Knut Ekwall (1843–1912) représente la vision de l’artiste de ce que pourrait être l’expérience transatlantique du XIXe siècle. Date inconnue. In the Land of Promise, Castle Garden , 1884, par Charles Frederic Ulrich , montrant l’ Emigrant Landing Depot à Manhattan

Les premiers émigrants européens voyageaient dans les cales des cargos à voile. Avec l’avènement de l’ère de la vapeur, un mécanisme efficace de transport transatlantique de passagers a été mis en place à la fin des années 1860. Il était basé sur d’énormes paquebots exploités par des compagnies maritimes internationales, notamment Cunard , White Star et Inman . La vitesse et la capacité des grands bateaux à vapeur signifiaient que les billets devenaient moins chers. Depuis les villes portuaires suédoises de Stockholm , Malmö et Göteborg, les compagnies de transport exploitaient divers itinéraires, certains d’entre eux avec des étapes initiales complexes et, par conséquent, un voyage long et éprouvant sur la route et en mer. Ainsi, les agences de transport nord-allemandes comptaient sur le service régulier de bateaux à vapeur Stockholm- Lübeck pour amener les émigrants suédois à Lübeck, et de là sur les services ferroviaires allemands pour les emmener à Hambourg ou Brême . Là, ils embarquaient à bord de navires vers les ports britanniques de Southampton et de Liverpool et changeaient pour l’un des grands paquebots transatlantiques à destination de New York . La majorité des émigrants suédois, cependant, ont voyagé de Göteborg à Hull, au Royaume-Uni , sur des bateaux dédiés gérés par la Wilson Line ., puis en train à travers la Grande-Bretagne jusqu’à Liverpool et les grands navires. [13]

Au cours de la fin du XIXe siècle, les principales compagnies maritimes ont financé les agents d’émigration suédois et payé la production de grandes quantités de propagande d’émigration . Une grande partie de ce matériel promotionnel, tel que des tracts, a été produit par des promoteurs de l’immigration aux États-Unis. La propagande et la publicité des agents des compagnies maritimes ont souvent été accusées d’émigration par la classe dirigeante conservatrice suédoise , qui s’est de plus en plus alarmée de voir la main-d’œuvre agricole quitter le pays. . C’était un cliché suédois du XIXe siècle de blâmer la chute des prix des billets et la propagande pro-émigration du système de transport pour l’ engouementde l’émigration, mais les historiens modernes ont des opinions divergentes sur l’importance réelle de ces facteurs. Brattne et Åkerman ont examiné les campagnes publicitaires et les prix des billets comme une troisième force possible entre le push et le pull . Ils concluent que ni les publicités ni les prix n’ont eu d’influence décisive sur l’émigration suédoise. Alors que les entreprises restent réticentes, à partir de 2007 [mettre à jour], à ouvrir leurs archives aux chercheurs, les sources limitées disponibles suggèrent que les prix des billets ont baissé dans les années 1880, mais sont restés en moyenne artificiellement élevés en raison des cartels et de La fixation des prix . [14]D’autre part, HA Barton affirme que le coût de la traversée de l’Atlantique a chuté de façon drastique entre 1865 et 1890, encourageant les Suédois les plus pauvres à émigrer. [15] Les recherches de Brattne et Åkerman ont montré que les tracts envoyés par les agents de la compagnie maritime aux émigrants potentiels ne célébreraient pas tant les conditions dans le Nouveau Monde que souligneraient simplement le confort et les avantages de la compagnie particulière. Les descriptions de la vie en Amérique étaient sans fard et les conseils généraux aux émigrants étaient brefs et factuels. La publicité dans les journaux, bien que très courante, avait tendance à être répétitive et stéréotypée dans son contenu. [16]

Milieu du XIXe siècle

The Emigrants de SV Helander (1839–1901) : un jeune agriculteur fait ses adieux sobres à ses amis et à sa famille.

La migration de masse suédoise a décollé au printemps 1841 avec le départ de Gustaf Unonius (1810-1902), diplômé de l’Université d’Uppsala , avec sa femme, une femme de chambre et deux étudiants. Ce petit groupe a fondé une colonie qu’ils ont nommée New Upsala dans le comté de Waukesha, Wisconsin , et a commencé à défricher la nature sauvage, plein d’enthousiasme pour la vie frontalière dans “l’une des plus belles vallées que le monde puisse offrir”. [17] Après avoir vécu à Chicago pendant neuf ans, Unonius est devenu désillusionné par la vie aux États-Unis, mais ses rapports faisant l’éloge de la vie de pionnier simple et vertueuse, publiés dans le journal libéral Aftonbladet , avaient déjà commencé à attirer les Suédois vers l’ouest. [citation nécessaire ]

L’exode suédois croissant a été causé par des conditions économiques, politiques et religieuses affectant particulièrement la population rurale. L’Europe était en proie à une dépression économique . En Suède, la croissance démographique et les mauvaises récoltes répétées rendaient de plus en plus difficile de vivre des minuscules parcelles dont dépendaient au moins les trois quarts des habitants. Les conditions rurales étaient particulièrement sombres dans la province pierreuse et impitoyable du Småland , qui est devenue le cœur de l’émigration. Le Midwest américain était un antipode agricole du Småland, car il, rapportait Unonius en 1842, “plus étroitement qu’aucun autre pays au monde ne se rapproche de l’idéal que la nature semble avoir destiné au bonheur et au confort de l’humanité”. [18]Les terres des Prairies du Midwest étaient vastes, limoneuses et appartenaient au gouvernement. À partir de 1841, il a été vendu à des squatters pour 1,25 $ l’acre, (33 $ l’acre (82 $/ha) à partir de 2021), à la suite du Preemption Act de 1841 (remplacé plus tard par le Homestead Act ). Les terres peu coûteuses et fertiles de l’Illinois , de l’Iowa , du Minnesota et du Wisconsin étaient irrésistibles pour les paysans européens pauvres et sans terre. Il a également attiré des agriculteurs plus établis. [ citation nécessaire ]

La liberté politique de la république américaine a exercé une attraction similaire. Les paysans suédois étaient parmi les plus alphabétisés d’Europe et avaient par conséquent accès aux idées égalitaires et radicales européennes qui ont abouti aux révolutions de 1848 . [19] L’affrontement entre le libéralisme suédois et un régime monarchiste répressif a éveillé la conscience politique des défavorisés, dont beaucoup se sont tournés vers les États-Unis pour réaliser leurs idéaux républicains. [ citation nécessaire ]

Les pratiquants religieux dissidents étaient également largement mécontents du traitement qu’ils ont reçu de l’ Église d’État luthérienne par le biais de la loi conventiculaire . Les conflits entre les fidèles locaux et les nouvelles églises étaient les plus explosifs dans les campagnes, où les groupes piétistes dissidents étaient plus actifs et étaient plus directement sous l’œil des forces de l’ordre locales et du curé . Avant que les églises non luthériennes ne soient tolérées en 1809, [20] la répression des formes illégales de culte et d’enseignement provoquait souvent des groupes entiers de piétistes et de piétistes radicaux .partir ensemble, déterminés à former leurs propres communautés spirituelles dans le nouveau pays. Le plus grand contingent de ces dissidents, 1 500 partisans d’ Eric Jansson , est parti à la fin des années 1840 et a fondé une communauté à Bishop Hill, dans l’Illinois . [21] Les baptistes, y compris l’exilé FO Nilsson et les autres prédicateurs Gustaf Palmquist et Anders Wiberg , ont fondé des églises baptistes dans le Midwest. [22] Les Mission Friends , qui ont émigré dans les années 1860, fonderont plus tard les dénominations Evangelical Free Church [23] et Evangelical Covenant Church . [24]Des luthériens tels que Lars Paul Esbjörn – influencé par le piétisme et le méthodisme et se sentant privé d’avancement dans l’église à cause de cela – ont également trouvé de nouvelles opportunités aux États-Unis. Là, il est devenu l’un des fondateurs de l’église évangélique luthérienne d’Augustana . [25] [26] [27] Les pionniers méthodistes suédois comme Victor Witting [ sv ] ont commencé à émigrer dans les années 1840. [28] [29] Les convertis mormons ont également trouvé la liberté religieuse aux États-Unis. [30]

Le premier guide d’émigration suédois a été publié dès 1841, l’année du départ d’Unonius, et neuf manuels ont été publiés entre 1849 et 1855. [31] Des groupes importants de bûcherons et de mineurs de fer ont été recrutés directement par des agents de l’entreprise en Suède. Des agents recrutant des constructeurs de construction pour les chemins de fer américains sont également apparus, le premier en 1854, à la recherche de l’ Illinois Central Railroad . [32]

L’establishment suédois désapprouvait intensément l’émigration. Considérée comme un épuisement de la main-d’œuvre et comme un acte de défi parmi les couches inférieures, l’émigration alarma à la fois les autorités spirituelles et laïques. De nombreux journaux et mémoires d’émigrants présentent une première scène emblématique dans laquelle le clergé local avertit les voyageurs de ne pas risquer leur âme parmi les hérétiques étrangers . La presse conservatrice décrivait les émigrants comme manquant de patriotisme et de fibre morale : “Aucun travailleur n’est plus paresseux, immoral et indifférent que ceux qui immigrent ailleurs.” [33]L’émigration était dénoncée comme une « manie » ou un « engouement » irraisonné, implanté dans une population ignorante par des « agents extérieurs ». La presse libérale rétorque que les « laquais du monarchisme » n’ont pas tenu compte des conditions misérables de la campagne suédoise et du retard des institutions économiques et politiques suédoises. [34] “Oui, l’émigration est bien une ‘manie'”, écrivait sarcastiquement le libéral Göteborgs Handels- och Sjöfartstidning , “La manie de vouloir se rassasier après avoir travaillé sa faim ! L’engouement de vouloir subvenir à ses besoins et à ceux de ses famille de manière honnête !” [35]

On estime que la grande famine suédoise de 1867-1869 , ainsi que la méfiance et le mécontentement concernant la manière dont l’establishment a distribué l’aide humanitaire, ont grandement contribué à l’augmentation de l’émigration suédoise vers les États-Unis. [36] Un autre facteur contributif était la pauvreté de la Suède du XIXe siècle, aggravée par les solutions abusives pratiquées pour compléter le règlement strict sur les soins aux pauvres de 1871 , comme le rotegång , la vente aux enchères des pauvres et les enchères pour enfants . [37]

Fin du 19ème siècle

Ouvrières dans une plantation suédoise de betteraves sucrières de la fin du XIXe siècle . La production de sucre est restée non mécanisée et à forte intensité de main-d’œuvre avec de bas salaires tout au long du XIXe siècle, alimentant le rêve des travailleurs d’opportunités américaines et de machines agricoles modernes. Batteuse à vapeur près de Hallock, Minnesota, 1882 Immigrants suédois à Rush City , Minnesota en 1887. Olof Olsson a émigré de Nerikes kil en 1880.

L’émigration suédoise vers les États-Unis a atteint son apogée dans la période 1870-1900. La taille de la communauté suédo-américaine en 1865 est estimée à 25 000 personnes, un chiffre bientôt dépassé par l’ immigration suédoise annuelle . En 1890, le recensement américain a rapporté une population suédo-américaine de près de 800 000, avec un pic d’immigration en 1869 et de nouveau en 1887. [38] La plupart de cet afflux s’est installé dans le Nord . La grande majorité d’entre eux avaient été des paysans du vieux pays, chassés de la Suède par de désastreuses récoltes [39] et entraînés vers les États-Unis par les terres bon marché résultant du Homestead Act de 1862.. La plupart des immigrants sont devenus des pionniers, défrichant et cultivant les terres vierges du Midwest et étendant les colonies d’avant la guerre civile plus à l’ouest, dans le Kansas et le Nebraska . [40] Une fois que d’importantes communautés agricoles suédoises se sont formées dans la prairie, la plus grande impulsion pour d’autres migrations paysannes est venue des contacts personnels. La «lettre américaine» emblématique adressée aux parents et amis à la maison s’exprimait directement à partir d’une position de confiance et d’expérience commune, porteuse d’une conviction immédiate. Au plus fort de la migration, les lettres américaines familiales pourraient conduire à des réactions en chaîne qui dépeupleraient presque certaines paroisses suédoises, dissolvant des communautés étroitement unies qui se seraient ensuite rassemblées dans le Midwest. [31]

D’autres forces ont œuvré pour pousser les nouveaux immigrants vers les villes, en particulier Chicago. Selon l’historien H. Arnold Barton , le coût de la traversée de l’Atlantique a chuté de plus de moitié entre 1865 et 1890, ce qui a conduit les Suédois de plus en plus pauvres à contribuer à une part croissante de l’immigration (mais comparez Brattne et Åkerman, voir “Crossing the Atlantic”au dessus de). Les nouveaux immigrants étaient de plus en plus jeunes et célibataires. Avec le passage de l’immigration familiale à l’immigration individuelle, une américanisation plus rapide et plus complète s’est produite, car les jeunes célibataires avec peu d’argent ont pris tous les emplois qu’ils pouvaient obtenir, souvent dans les villes. Un grand nombre même de ceux qui avaient été fermiers dans l’ancien pays se sont dirigés directement vers les villes et villages américains, y vivant et y travaillant au moins jusqu’à ce qu’ils aient économisé suffisamment de capital pour se marier et acheter leurs propres fermes. [41] Une proportion croissante est restée dans les centres urbains, combinant l’émigration avec la fuite de la campagne qui se produisait dans la patrie et dans toute l’Europe. [42]

Les jeunes femmes célibataires, le plus souvent, sont passées directement du travail sur le terrain dans les campagnes suédoises à des emplois de femmes de chambre dans les zones urbaines des États-Unis. “La littérature et la tradition ont préservé l’image souvent tragique de l’épouse et de la mère immigrante pionnière”, écrit Barton, “portant son fardeau de difficultés, de privations et de nostalgie sur la frontière sauvage … Plus caractéristique parmi les nouveaux arrivants, cependant, était la jeune femme célibataire … En tant que domestiques en Amérique, elles … étaient traitées comme des membres des familles pour lesquelles elles travaillaient et comme des «dames» par des hommes américains, qui leur montraient une courtoisie et une considération auxquelles elles n’étaient pas du tout habituées à domicile.” [43]Elles trouvèrent facilement un emploi, car les femmes de chambre scandinaves étaient très demandées, et apprirent rapidement la langue et les coutumes. Les conditions de travail étaient bien meilleures qu’en Suède, en termes de salaires, d’heures de travail, d’avantages sociaux et de capacité à changer de poste. [44] [45] En revanche, les hommes suédois nouvellement arrivés étaient souvent employés dans des équipes de travail entièrement suédoises. Les jeunes femmes épousaient généralement des hommes suédois et apportaient avec elles un enthousiasme pour les manières féminines américaines et les raffinements de la classe moyenne. De nombreuses remarques admiratives sont enregistrées à partir de la fin du XIXe siècle sur la sophistication et l’élégance que de simples fermières suédoises gagneraient en quelques années, et sur leur comportement indéniablement américain. [43]

En tant que travailleurs prêts, les Suédois étaient généralement bien accueillis par les Américains, qui les distinguaient souvent comme les « meilleurs » immigrants. Il n’y avait pas de nativisme anti-suédois significatif du genre qui attaquait les nouveaux arrivants irlandais, allemands et, surtout, chinois. Le style suédois était plus familier: “Ce ne sont pas des colporteurs, ni des joueurs d’orgue, ni des mendiants; ils ne vendent pas de vêtements de confection ni ne tiennent de prêteurs sur gage”, écrivait le missionnaire de la Congrégation MW Montgomery en 1885; “ils ne cherchent pas l’abri du drapeau américain simplement pour introduire et favoriser parmi nous … le socialisme, le nihilisme, le communisme … ils ressemblent plus aux Américains qu’à tout autre peuple étranger.” [46]

« Une connaissance d’enfance, bien changée » : la montée rapide en sophistication des simples jeunes paysannes suédoises aux États-Unis.

Un certain nombre d’Américains suédois bien établis et de longue date ont visité la Suède dans les années 1870, faisant des commentaires qui donnent aux historiens une fenêtre sur les contrastes culturels impliqués. Un groupe de Chicago a fait le voyage dans le but de migrer et de passer ses dernières années dans son pays de naissance, mais a changé d’avis face aux réalités de la société suédoise du XIXe siècle. Mal à l’aise avec ce qu’ils décrivaient comme le Snobisme social, l’ivresse omniprésente et la vie religieuse superficielle de l’ancien pays, ils retournèrent rapidement aux États-Unis. [47] Le visiteur le plus notable était Hans Mattson (1832–1893), un des premiers colons du Minnesota qui avait servi comme colonel dans l’ armée de l’Union et avait été le colonel du Minnesota.secrétaire d’état . Il s’est rendu en Suède en 1868-1869 pour recruter des colons au nom du Minnesota Immigration Board , et de nouveau dans les années 1870 pour recruter pour le Northern Pacific Railroad . Considérant le Snobisme de classe suédois avec indignation, Mattson a écrit dans ses Réminiscences que ce contraste était la clé de la grandeur des États-Unis, où “le travail est respecté, alors que dans la plupart des autres pays, il est méprisé avec légèreté”. Il était sardoniquement amusé par l’ancien apparat de la monarchie lors de la cérémonie d’ouverture du Riksdag : “Avec tous les respects pour les anciennes coutumes et manières suédoises, je ne peux que comparer ce spectacle à un grand cirque américain – moins la ménagerie, bien sûr.” [48]

La première visite de recrutement de Mattson est survenue immédiatement après des saisons consécutives de mauvaises récoltes en 1867 et 1868 , et il s’est retrouvé « assiégé par des gens qui souhaitaient m’accompagner en Amérique ». Il a noté que :

… les classes ouvrières et bourgeoises avaient déjà à cette époque une idée assez juste de l’Amérique et du sort qui y attendait les émigrants ; mais l’ignorance, les préjugés et la haine envers l’Amérique et tout ce qui s’y rapporte parmi l’aristocratie, et en particulier les titulaires de charge, étaient aussi impardonnables que ridicules. Ils prétendaient que tout n’était que farce en Amérique, que c’était le paradis des scélérats, des tricheurs et des coquins, et que rien de bon ne pouvait en sortir. [49]

Un immigrant américain plus récent, Ernst Skarstedt , qui a visité la Suède en 1885, a reçu la même impression irritante d’arrogance et d’anti-américanisme de la classe supérieure.. Les classes laborieuses, à leur tour, lui apparaissaient grossières et dégradées, buvant abondamment en public, prononçant à flot des jurons, faisant des plaisanteries obscènes devant les femmes et les enfants. Skarstedt se sentait entouré “d’arrogance d’un côté et d’obséquiosité de l’autre, un mépris manifeste pour le travail subalterne, un désir de paraître plus qu’on n’était”. Ce voyageur aussi entendait sans cesse la civilisation et la culture américaines dénigrées du plus profond des préjugés suédois de la classe supérieure : « Si, en toute modestie, je disais quelque chose sur l’Amérique, il se pourrait qu’en réponse on m’informe que cela ne pouvait pas être ainsi. ou que la question était mieux comprise en Suède.” [50]

L’émigration suédoise a chuté de façon spectaculaire après 1890; la migration de retour a augmenté à mesure que les conditions en Suède s’amélioraient. La Suède a connu une industrialisation rapide en quelques années dans les années 1890 et les salaires ont augmenté, principalement dans les domaines des mines, de la foresterie et de l’agriculture. L’attraction des États-Unis a diminué encore plus fortement que la « poussée » suédoise, car les meilleures terres agricoles ont été prises. Ne grandissant plus mais se sédentarisant et se consolidant, la communauté suédo-américaine semblait en passe de devenir de plus en plus américaine et de moins en moins suédoise. Le nouveau siècle, cependant, a vu un nouvel afflux. [51]

Confusion religieuse

Dans les années 1800-1900, l’Église d’État luthérienne a soutenu le gouvernement suédois en s’opposant à la fois à l’émigration et aux efforts du clergé recommandant la sobriété. Cela a dégénéré à un point où ses prêtres ont même été persécutés par l’église pour avoir prêché la sobriété, et les réactions de nombreux membres de la congrégation à cela ont contribué à une inspiration pour quitter le pays (ce qui était cependant contraire à la loi jusqu’en 1840). [52]

20ième siècle

Commission parlementaire sur l’émigration 1907-1913

Embarquement d’émigrants suédois à Göteborg en 1905

L’émigration a de nouveau augmenté au tournant du XXe siècle, atteignant un nouveau sommet d’environ 35 000 Suédois en 1903. Les chiffres sont restés élevés jusqu’à la Première Guerre mondiale , alarmant à la fois les Suédois conservateurs, qui voyaient dans l’émigration un défi à la solidarité nationale, et les libéraux, qui craignaient la disparition de la main-d’œuvre nécessaire au développement économique . Un quart de tous les Suédois avaient élu domicile aux États-Unis, [53] et un large consensus national a mandaté qu’une commission parlementaire sur l’émigration étudie le problème en 1907. Abordant la tâche avec ce que Barton appelle “la minutie typiquement suédoise”, [54]la Commission a publié ses conclusions et ses propositions en 21 gros volumes. La Commission a rejeté les propositions conservatrices de restrictions légales à l’émigration et a finalement soutenu la ligne libérale consistant à «amener les meilleurs côtés de l’Amérique en Suède» par le biais de réformes sociales et économiques. En tête de liste des réformes urgentes figuraient le suffrage universel masculin , de meilleurs logements et le développement économique général. La Commission espérait surtout qu’une éducation populaire plus large contrecarrerait les “différences de classe et de caste” [55]

L’inégalité de classe dans la société suédoise était un thème fort et récurrent dans les conclusions de la commission. Il est apparu comme un facteur de motivation majeur dans les 289 récits personnels inclus dans le rapport. Ces documents, d’une grande valeur de recherche et d’intérêt humain aujourd’hui, ont été soumis par des Suédois au Canada et aux États-Unis en réponse à des demandes dans des journaux suédo-américains. La grande majorité des réponses exprimaient leur enthousiasme pour leur nouvelle patrie et critiquaient les conditions en Suède. Les expériences amères du Snobisme de la classe suédoise restaient encore en suspens après parfois 40 à 50 ans aux États-Unis. Les écrivains ont rappelé le travail acharné, les salaires misérables et la sombre pauvreté de la vie dans la campagne suédoise. Une femme a écrit du Dakota du Nord comment, dans son Värmlandparoisse d’origine, elle avait dû gagner sa vie dans des ménages paysans dès l’âge de huit ans, commençant à travailler à quatre heures du matin et vivant de « harengs pourris et de pommes de terre, servis en petite quantité pour ne pas me manger malade ». Elle ne voyait “aucun espoir de sauver quoi que ce soit en cas de maladie”, mais pouvait plutôt voir “l’hospice qui m’attendait au loin”. À dix-sept ans, ses frères émigrés lui envoient un billet prépayé pour les États-Unis, et « l’heure de la liberté sonne » [56].

Un an après la publication par la Commission de son dernier volume, la Première Guerre mondiale éclate et réduit l’émigration à un filet. A partir des années 1920, il n’y a plus d’émigration massive suédoise. L’influence de l’ambitieuse Commission d’émigration dans la résolution du problème fait toujours l’objet de débats. Franklin D. Scott a fait valoir dans un essai influent que la loi américaine sur l’immigration de 1924 en était la cause effective. Barton, en revanche, souligne la mise en œuvre rapide de pratiquement toutes les recommandations de la commission, de l’industrialisation à une série de réformes sociales. Il soutient que ses conclusions “ont dû avoir un puissant effet cumulatif sur les dirigeants suédois et sur l’opinion publique au sens large”. [57]

Américains suédois

Birgit Ridderstedt et ses petits fils émigrant au milieu de l’Atlantique, à destination de Portland, Maine, puis de Chicago en 1950

Le Midwest reste le cœur de la communauté suédo-américaine, mais sa position s’affaiblit au XXe siècle : en 1910, 54 % des immigrés suédois et leurs enfants vivent dans le Midwest, 15 % dans les zones industrielles de l’Est et 10 % sur la côte Ouest. Chicago était effectivement la capitale suédo-américaine, abritant environ 10% de tous les Suédois américains – plus de 100 000 personnes – ce qui en faisait la deuxième plus grande ville suédoise au monde (seule Stockholm comptait plus d’habitants suédois). [40]

Se définissant à la fois suédoise et américaine, la communauté suédo-américaine a conservé une fascination pour le vieux pays et sa relation avec lui. Les visites nostalgiques en Suède qui avaient commencé dans les années 1870 se sont poursuivies jusqu’au XXe siècle, et les récits de ces voyages ont constitué un incontournable des maisons d’édition suédo-américaines animées. [58] Les récits témoignent de sentiments complexes, mais chaque contingent de voyageurs américains était fraîchement indigné par la fierté de classe suédoise et le manque de respect suédois pour les femmes. C’est avec une fierté renouvelée de la culture américaine qu’ils sont retournés dans le Midwest. [59]

Répartition des Américains suédois en 2000 par comté, selon le recensement des États-Unis

Lors du recensement américain de 2000 , environ quatre millions d’Américains ont affirmé avoir des racines suédoises. [60] Le Minnesota reste de loin l’état avec le plus d’habitants d’origine suédoise – 9,6% de la population en 2005 [mettre à jour]. [61]

Mémoire

La représentation artistique la plus connue de la migration de masse suédoise est la suite épique de quatre romans The Emigrants (1949–1959) de Vilhelm Moberg (1898–1973). Dépeignant la vie d’une famille d’émigrés à travers plusieurs générations, les romans se sont vendus à près de deux millions d’exemplaires en Suède et ont été traduits dans plus de vingt langues. [62] La tétralogie a été filmée par Jan Troell sous le nom de The Emigrants (1971) et The New Land (1972), et forme la base de Kristina de Duvemåla , une comédie musicale de 1995 par les anciens membres d’ ABBA Benny Andersson et Björn Ulvaeus .[ citation nécessaire ]

En Suède, la ville de Småland de Växjö abrite l’Institut suédois des émigrants ( Svenska Emigrantinstitutet ), fondé en 1965 “pour conserver des archives, des entretiens et des souvenirs relatifs à la période de grande émigration suédoise entre 1846 et 1930”. [63] La Maison des émigrants ( Emigranternas Hus ) a été fondée à Göteborg , le principal port pour les émigrants suédois, en 2004. Le centre présente des expositions sur la migration et dispose d’une salle de recherche pour la généalogie. [64] Aux États-Unis, il existe des centaines d’organisations suédo-américaines actives en 2007 [mettre à jour], pour lesquelles le Swedish Council of Americafonctionne comme un groupe de coordination. Il existe des musées suédo-américains à Philadelphie , Chicago , Minneapolis et Seattle . [40] Les cimetières ruraux tels que le cimetière luthérien suédois de Moline dans le centre du Texas servent également de registre précieux des premiers Suédois à venir aux États-Unis. [65]

Voir également

  • Nordstjernan (journal)
  • Musée historique suédois américain
  • Institut suédois américain
  • Colonisation suédoise des Amériques
  • La langue suédoise aux États-Unis
  • Relations suédo-américaines
  • Emihamn – une base de données des listes de passagers des principaux ports suédois

Remarques

  1. ^ Linteau, Joie. “Je vais en Amérique: les femmes suédoises américaines et la vie de Mina Anderson”, pp. 71-74
  2. ^ Barton, Un peuple divisé , 5–7.
  3. ^ Kalvemark, 94–96.
  4. ^ Voir Beijbom, ” Review Archivé le 2 juin 2006 à la Wayback Machine “.
  5. ^ Barton, Un peuple divisé , 11.
  6. ^ Donald Harman Akenson, L’ Irlande, la Suède et la grande migration européenne, 1815-1914 (McGill-Queen’s University Press; 2011) p 70
  7. Les images illustraient à l’origine un récit édifiant publié en 1869 dans le périodique suédois Läsning för folket , l’organe de la Société pour la propagation des connaissances utiles ( Sällskapet för nyttiga kunskapers spridande ). Voir Barton, A Folk Divided , 71.
  8. ^ Akenson, Irlande, Suède et la grande migration européenne, 1815–1914 pp. 37–39
  9. ^ Åkerman, passim .
  10. ^ Normand, 150-153.
  11. ^ a b Runblom et Norman, 315.
  12. ^ Normand, passim .
  13. ^ Brattne et Åkerman, 179–181.
  14. ^ Brattne et Åkerman, 179–181, 186–189, 199–200.
  15. ^ Barton, 38 ans.
  16. ^ Brattne et Åkerman, 187–192.
  17. ↑ Unonius , cité dans Barton, A Folk Divided , 13.
  18. Cité dans Barton, A Folk Divided, 14.
  19. ^ Cipollo, 115 ans, estime l’alphabétisation des adultes en Suède à 90% en 1850, ce qui la place au plus haut parmi les pays européens qu’il a enquêtés.
  20. ^ Gritsch, Eric W. Une histoire du luthéranisme . Minneapolis : Fortress Press, 2002. p. 180.
  21. ^ Barton, Un peuple divisé , 15-16.
  22. ^ Weaver, C. Douglas (2008). A la recherche de l’église du Nouveau Testament: l’histoire baptiste . Macon, Géorgie : Mercer University Press . p. 232–233. ISBN 9780881461060. OCLC 180752918 .
  23. ^ Gustafson, David M. (2008). DL Moody et Suédois: façonner l’identité évangélique parmi les amis de la mission suédoise, 1867-1899 (PDF) . Université de Linköping , Département de la culture et de la communication. pp. 6, 167. ISBN 9789173939959. OCLC 489777085 .
  24. ^ “Piétisme scandinave”. Encyclopédie de Melton des religions américaines . Récupéré le 29 avril 2022 .
  25. ^ Gustafson, Anita Olson (2018). Chicago suédois : la formation d’une communauté d’immigrants, 1880-1920 . Ithaque : Cornell University Press. ISBN 978-1-60909-246-7. OCLC 1129197373 .
  26. ^ Lagerquist, L. DeAne (1999). Les Luthériens . Westport, Conn. : Greenwood Press. p. 176. ISBN 0-313-27549-1. OCLC 41086635 .
  27. ^ Westin, Gunnar. “Lars Paul Esbjörn” . Svenskt Biografiskt Lexikon (en suédois) . Récupéré le 3 mai 2022 .
  28. ^ Nausner, Michael (octobre 2000). “Les méthodistes suédois en Amérique et leur quête d’identité” (PDF) . Histoire méthodiste . 39 (1).
  29. ^ Barton, H. Arnold (2007). L’Ancien Pays et le Nouveau . Presse de l’UES. p. 38–39. ISBN 9780809389506.
  30. ^ “Le mormonisme en Europe – Le projet de mormonisme et de migration” . Université diplômée de Claremont . Récupéré le 10 mai 2022 .
  31. ^ un b Barton, Un Folk Divisé , 17.
  32. ^ Barton, Un peuple divisé , 18.
  33. Proclamé dans un article du journal Nya Wermlandstidningen en avril 1855 ; cité par Barton, A Folk Divided , 20–22.
  34. ^ Göteborgs Handels- och Sjöfartstidning, 1849, cité dans Barton, A Folk Divided, 24.
  35. ^ 1851, cité et traduit par Barton, A Folk Divided, 24.
  36. ^ Häger, Olle; Torell, Carl; Villius, Hans (1978). Ett satans år : Norrland 1867 . Stockholm : Sveriges Radio. Livre 8358120. ISBN 978-9152215296 (inb.)
  37. ^ Sven Ulric Palme: Hundra år under kommunalförfattningarna 1862–1962: en minnesskrift utgiven av Svenska landskommunernas förbund, Svenska landstingsförbundet [och] Svenska stadsförbundet, Trykt hos Godvil, 1962 [ ISBN manquant ]
  38. Le chiffre exact est de 776 093 personnes (Barton, A Folk Divided , 37).
  39. ^ 1867 et 1868 ont été les pires années pour les mauvaises récoltes, qui ont ruiné de nombreux petits exploitants ; voir Barton, A Folk Divided , 37.
  40. ^ un bc Swenson Center Archivé le 18 avril 2015 à la Wayback Machine .
  41. ^ Beijbom, ” Chicago Archivé le 6 octobre 2013 à la Wayback Machine ”
  42. ^ Barton, Un peuple divisé , 38–41.
  43. ^ un b Barton, Un Folk Divisé , 41.
  44. ^ Joy K. Lintelman (2009). Je vais en Amérique: les femmes suédoises américaines et la vie de Mina Anderson . Société historique du Minnesota. p. 57–58. ISBN 978-0873516365.
  45. ^ Dirk Hoerder; Elise van Nederveen Meerkerk; Silke Neunsinger, éd. (2015). Vers une histoire mondiale des travailleurs domestiques et soignants . Barbue. p. 78. ISBN 978-9004280144.
  46. Cité par Barton, A Folk Divided , 40.
  47. Lettres privées d’Anders Larsson dans les années 1870, résumées par Barton, A Folk Divided , 59.
  48. ^ Cité par Barton, A Folk Divided , 60–61.
  49. ^ Barton, Un peuple divisé , 61–62.
  50. ^ Svensk-amerikanska folket i helg och söcken (Ernst Teofil Skarstedt. Stockholm: Björck & Börjesson. 1917) [ ISBN manquant ]
  51. ^ Barton, Un peuple divisé , 80.
  52. ^ Marque Vår svenska stam på utländsk; Svenska öden och insatser i främmande land ; I västerled, Amerikas förenta stater och Kanada , Éd. Axel Boëthius , Stockholm 1952, Tome I, pp. 92, 137, 273 & 276 ; pour toute la section [ ISBN manquant ]
  53. ^ 1,4 million d’immigrants suédois de première et deuxième génération vivaient aux États-Unis en 1910, alors que la population suédoise à l’époque était de 5,5 millions; voir Beijbom, ” Review Archived 2 June 2006 at the Wayback Machine “.
  54. ^ Barton, Un peuple divisé , 149.
  55. L’expression est tirée dela motion parlementaire libérale originale d’ Ernst Beckman pour instituer la Commission ; cité par Barton, A Folk Divided , 149.
  56. Cité du volume VII de l’enquête de Barton, A Folk Divided , 152.
  57. ^ Barton, Un peuple divisé , 165.
  58. Pour les éditions suédoises américaines, voir Barton, A Folk Divided , 212–213, 254.
  59. ^ Barton, Un peuple divisé , 103 ff.
  60. ^ American FactFinder, Fact Sheet “Swedish” Archivé le 13 septembre 2009 à la Wayback Machine .
  61. ^ American FactFinder: Minnesota, Caractéristiques sociales sélectionnées aux États-Unis, 2005 Archivé le 11 février 2020 sur archive.today .
  62. ^ Biographie de Moberg par JoAnn Hanson-Stone à l’ Institut suédois des émigrants Archivée le 6 octobre 2013 à la Wayback Machine .
  63. ^ “L’Institut suédois des émigrants” . UtvandrarnasHus.se . Svenska Emigrantinstitutet. Archivé de l’original le 6 octobre 2013.
  64. ^ Maison des émigrants Archivé le 13 janvier 2016 à la Wayback Machine .
  65. ^ “Texans suédois” . digital.utsa.edu .

Références

  • Akenson, Donald Harman. (2011) L’Irlande, la Suède et la grande migration européenne, 1815-1914 (McGill-Queens University Press)
  • Åkerman, Sune (1976). Théories et méthodes de recherche sur la migration dans Runblom et Norman, De la Suède à l’Amérique , 19–75.
  • American FactFinder , Recensement des États-Unis, 2000 . Consulté le 30 juin 2007.
  • Andersson, Benny et Ulvaeus, Björn . Kristina de Duvemåla (musical), consulté le 7 mai 2007.
  • Barton, H. Arnold (1994). Un peuple divisé: Suédois de la patrie et Américains suédois, 1840–1940. Uppsala : Acta Universitatis Upsaliensis.
  • Barton, H. Arnold Swedish America in Fifty Years—2050 , un article lu à la Swedish American Historical Society à l’occasion de la célébration en 1996 du Jubilé de l’immigration suédoise. Consulté le 7 mai 2007.
  • Beijbom, Ulf. Chicago, l’Essence de la Terre Promise au Swedish Emigrant Institute . Cliquez sur “Historique”, puis sur “Chicago”. Consulté le 6 mai 2007.
  • Beijbom, Ulf (1996). A Review of Swedish Emigration to America sur AmericanWest.com , consulté le 2 février 2007.
  • Brattne, Berit et Sune Åkerman (1976). L’importance du secteur des transports pour l’émigration massive à Runblom et Norman, De la Suède à l’Amérique , 176-200.
  • Cipolla, Carlo (1966). Alphabétisation et développement en Occident. Harmondworth.
  • Elovson, Harald (1930). Amerika i svensk litteratur 1750–1820. Lund.
  • Glynn, Irial : Emigration Across the Atlantic : Irlandais, Italiens et Suédois comparés, 1800–1950 , Histoire européenne en ligne , Mayence : Institut d’histoire européenne , 2011, récupéré le 16 juin 2011.
  • En ligneLinteau, Joy K. (2009). Je vais en Amérique: les femmes suédoises américaines et la vie de Mina Anderson . Société historique du Minnesota. ISBN 978-0873516365.
  • Kälvemark, Ann-Sofie (1976). Politique d’émigration suédoise dans une perspective internationale, 1840–1925, dans Runblom et Norman, De la Suède à l’Amérique , 94–113.
  • Normand, Hans (1976). Les causes de l’émigration à Runblom et Norman, De la Suède à l’Amérique , 149–164.
  • Runblom, Harald et Hans Norman (éd.) (1976). De la Suède à l’Amérique : une histoire de la migration . Minneapolis : Presse de l’Université du Minnesota.
  • Scott, Franklin D. (1965). L’opposition constructive de la Suède à l’émigration, Journal of Modern History , Vol. 37, n° 3. (sept. 1965), 307–335. dans JSTOR
  • L’ Institut Suédois des Emigrants . Consulté le 30 juin 2007.
  • Swenson Center , un institut de recherche à Augustana College , Illinois. Consulté le 7 mai 2007.

Liens externes

Wikimedia Commons a des médias liés aux immigrants aux États-Unis depuis la Suède .

Presse

  • Nordstjernan – Le journal suédois fondé à New York 1872

Organisations

  • Le New Sweden Centre — musée, visites et reconstitutions
  • La Société historique suédo-américaine est une organisation à but non lucratif fondée en 1948 pour « enregistrer les réalisations des pionniers suédois ». La société publie la revue académique The Swedish-American Historical Quarterly

Des articles

  • L’émigration suédoise vers l’Amérique
  • Les routes des émigrants vers la terre promise en Amérique
  • Le voyage en Amérique
  • Sillgatan : le chemin des émigrants à travers Göteborg
  • Histoire de 3 sœurs émigrées en Amérique depuis la Suède

Musique

  • From Sweden To America 1996 CD : 23 des 31 titres de la sortie vinyle.
  • From Sweden To America 1981 LP : disponible en format numérique sur iTunes et Amazon mp3 .

Marqueurs historiques

  • Premiers colons suédois dans le Wisconsin Marqueurs historiques du Wisconsin
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More