Druuna

0

Druuna est un personnage de bande dessinée érotique de science-fiction et de fantasy créé par le dessinateur italien Paolo Eleuteri Serpieri . La plupart des aventures de Druuna tournent autour d’un avenir Post-apocalyptique , et l’intrigue est souvent un véhicule pour des scènes variées de pornographie hardcore et d’imagerie sexuelle softcore. Druuna est souvent représentée comme peu vêtue ou nue, et les interprétations de haute qualité de Serpieri d’elle sont souvent reproduites sous forme d’affiches.

Druuna
Serpieri Druuna pose 1.jpg Druuna dans une pose typique. Oeuvre de Paolo Eleuteri Serpieri .
Informations sur les publications
Éditeur Dargaud
Première impression Morbus Gravis (1985)
Créé par Paolo Eleuteri Serpieri
Druuna

Druuna a joué dans neuf volumes de la série Morbus Gravis ( Severe Disease ) entre 1985 et 2018. Ces histoires ont figuré en bonne place dans les magazines Métal hurlant et Heavy Metal . Druuna a également figuré dans les nombreux et populaires carnets de croquis de Serpieri, qui se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires en douze langues. [1] Serpieri lui-même apparaît dans de nombreuses histoires en tant que personnage Doc.

Morbus Gravis

Parcelle

Au cours des treize années de publication des aventures de Druuna dans Morbus Gravis , l’intrigue a évolué en plusieurs étapes, différenciées avec de nombreux sauts dans le scénario, avec quelques incohérences concomitantes.

Dans les premiers tomes de la série, l’action se déroule dans un lieu appelé The City, un environnement urbain futuriste mais dégradé. Les humains vivent dans une société exiguë, hostile et décadente, contrôlée par une oligarchie religieuse basée sur la connaissance de la « Vérité ». Dans cette société, les livres sont interdits et le pouvoir est exercé par une bureaucratie militarisée corrompue et despotique.

Bien que jamais clairement énoncée, cette ère actuelle, connue sous le nom de “l’âge de l’homme”, est présumée être la suite d’une guerre. Comme l’ont dit les prêtres, une maladie infectieuse incurable appelée Mal s’est propagée parmi la population qui transforme les gens de manière progressive et rapide en mutants amorphes et tentaculaires. Par mesure de précaution, tous les habitants de la Ville se voient injecter de force un sérum distribué périodiquement dans les établissements de santé surpeuplés. Beaucoup pensent que les personnes jugées “en bonne santé” seront envoyées aux niveaux supérieurs de la ville, un endroit inaccessible à la majorité mais où les personnes sélectionnées jouissent d’une vie meilleure, à l’abri du besoin et des difficultés. De même, les personnes infectées par le “Mal” sont envoyées aux niveaux inférieurs. Druuna et son amant Shastar existent dans cet environnement.

Après une série d’aventures, Druuna découvre que la Cité est en fait un vaisseau spatial géant qui a quitté la Terre après un cataclysme non spécifié et a dérivé dans l’espace pendant des siècles. À un moment donné, Lewis, le capitaine du navire, a délégué le contrôle à l’ordinateur Delta, qui est chargé de créer l’état actuel des choses. (Les prêtres sont en fait des androïdes exploités par Delta.) Delta a transformé Lewis en un être immortel, en utilisant des parties organiques de personnes en bonne santé qui avaient été admises aux niveaux supérieurs de la ville. Maintenant, Lewis, fatigué de l’immortalité, veut mourir, ce qui éliminerait Delta et détruirait la Ville. Ce conflit est en partie responsable de la dégradation progressive de la vie sur le vaisseau/planétoïde.

Druuna est recruté par Lewis pour l’aider à détruire Delta. Ignorant que cela signifierait la destruction de la ville et de tous ses habitants, Druuna trouve Delta et exécute le plan de Lewis. À la fin, Lewis révèle son véritable plan pour détruire la ville, mais avoue également qu’il est tombé amoureux d’elle et change d’avis sur la destruction. À son tour, Lewis met Druuna dans un état similaire à l’hibernation pendant des siècles, attendant une opportunité d’améliorer les conditions de la ville. L’histoire présente alors un homme nommé Will, qui commande un autre navire, semblable à la Ville, qui est devenu, grâce à l’évolution du Mal, un super-organisme. Il est révélé qu’en dehors de la ville, l’humanité n’est pas entièrement éteinte, mais que d’autres groupes d’humains ont survécu, utilisant le génie génétique pour améliorer leurs capacités.

Embarquant sur le vaisseau spatial du commandant Will, Druuna découvre que les esprits de Shastar et Lewis ont été fusionnés et transférés sur l’ordinateur du nouveau vaisseau. La maladie appelée Evil apparaît parmi l’équipage du nouveau navire, alors Will et Doc (l’alter-ego de l’auteur Serpieri) introduisent par télépathie Druuna dans l’esprit de Lewis-Shastar, découvrant les éléments qui composent le sérum antidote. [2] Lorsque Druuna est piégée dans l’esprit de l’ordinateur, Will y entre pour la sauver. Découvrant qu’ils n’ont en fait aucun moyen de développer un remède contre la maladie, ils décident de détruire le navire et l’équipage (ainsi que l’ordinateur qui abrite les esprits fusionnés de Shastar et Lewis). Druuna, Will et quelques autres s’échappent dans une capsule de sauvetage, où ils sont tous mis dans un état d’animation suspendue.

Après que la capsule se soit écrasée sur une planète inconnue, [3] Druuna se réveille seul. Elle est bientôt prise dans une guerre entre deux espèces extraterrestres, dont l’une est composée d’êtres parasites qui ont besoin de spécimens organiques comme hôtes, et l’autre de robots intelligents poursuivant l’objectif de créer de la vie organique. Apparemment, la planète est la Terre des milliers d’années après qu’une guerre entre les hommes et les machines ait entraîné l’extinction des premiers. Les machines veulent recréer leurs créateurs pour essayer de comprendre l’humanité. Will réapparaît brièvement et est kidnappé. Shastar réapparaît également, travaillant maintenant avec les machines dans leur objectif de récupérer l’espèce humaine. Dans ce but, ils décident de cloner Druuna. [4]

Style et contenu

Learn more.

La série Morbus Gravis se distingue par son contenu explicite en termes de violence graphique et de sexe. Le volume 3, Creatura , en fait, présente une pénétration sexuelle presque totalement explicite , et les trois livres suivants présentent une pénétration totalement non censurée. Les réimpressions Heavy Metal diffèrent des versions autonomes en ayant des parties hardcore censurées via des bulles de parole / pensée surdimensionnées. En vol. 5, Mandragora , plusieurs pages ont été simplement excisées. La série est revenue à une représentation non explicite de la pénétration dans de telles scènes avec vol. 7, La planète oubliée .

Personnage

Dans la plupart des cas, le rôle de Druuna est celui d’un Objet sexuel consentant , se soumettant à des avances sexuelles de toutes sortes avec peu ou pas de plainte, autre que la moue triste occasionnelle , bien qu’elle ait été violée à plus d’une occasion dans la série. Serpieri affirme que l’approche du personnage des plaisirs sexuels est un défi aux mœurs judéo-chrétiennes sur la sexualité. [5]

Dans l’album Druuna X , Serpieri déclare qu’il a stylisé Druuna comme influencé par l’apparition de Valérie Kaprisky dans le film La Femme publique , mais à cause de l’influence des copieuses bandes dessinées occidentales qu’il avait dessinées à ce moment-là, dans les premières pages de Morbus Gravis Druuna semblait présenter des traits du visage amérindiens , par rapport à l’apparence ultérieure vers laquelle elle a évolué. [5]

Liste des apparitions

  • Morbus Gravis
    • Morbus Gravis (Dargaud, 1985) ISBN 3-933187-69-9 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 10, #2 été 1986
    • Druuna (Dargaud, 1987) ISBN 2-908406-63-2 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 12, #1 Printemps 1988
    • Creatura (Bagheera, 1990) ISBN 3-933187-71-0 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 16, # 4 (le magazine le répertorie comme Vol. 17, # 4) novembre 1992
    • Carnivora (Bagheera, 1992) ISBN 3-933187-72-9 – réimprimé dans Heavy Metal: Software Special Edition Vol. 7, #2, 1993.
    • Mandragora (Bagheera, 1995) ISBN 2-908406-32-2 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 19, n° 4 septembre 1995
    • Aphrodisia (Bagheera, 1997) ISBN 2-908406-69-1 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 21, n° 4 septembre 1997
    • La Planète oubliée ( The Forgotten Planet ) (Bagheera, 2000) ISBN 2-908406-60-8 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 25, #2 Mai 2001
    • Clone (Bagheera, 2003) ISBN 2-908406-72-1 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine Vol. 27, n° 5 novembre 2003
    • Animation : Les Origines (Glénat BD, 2016) ISBN 2344013539
    • Venuta Dal Vento ( Venu du vent ) (Lo Scarabeo, 2018) ISBN 978-88-6527-564-1
  • Carnets de croquis Serpieri
    • Serpieri Obsession: À la recherche de Druuna (Heavy Metal Magazine, 1993) ISBN 978-1-882931-23-1
    • Druuna X (Heavy Metal Magazine, décembre 1993) ISBN 978-1-882931-03-3
    • Druuna X 2 (Heavy Metal Magazine, 1998) ISBN 1-882931-41-6
    • Serpieri: La douce odeur de la femme (Heavy Metal Magazine, 2000) ISBN 1-882931-60-2
    • Croquis ( Serpieri Sketchbook )(Bagheera, 2001) ISBN 2-908406-36-5 – réimprimé dans Heavy Metal Magazine , 2001. ISBN 1-882931-14-9
    • Serpieri Sketchbook 2 (Heavy Metal Magazine, 2002) ISBN 1-882931-90-4

Dans d’autres médias

Le personnage est également apparu dans le Jeu vidéo critique et commercial Druuna : Morbus Gravis .

Références

  1. ^ Lambik. “Serpieri” .
  2. ^ Mandragore (Bagheera, 1995).
  3. ^ La Planète oubliée ( La planète oubliée ) (Bagheera, 2000).
  4. ^ Clone (Bagheera, 2003).
  5. ^ un b Serpieri, Paolo Eleuteri, avant-propos. Druna X. (Heavy Metal Magazine, décembre 1993).

Liens externes

  • Thèmes écoféministes dans l’ article Morbus Gravis de Serpieri dans Interdisciplinary Comics Studies
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More