Douze Olympiens

0

Dans la religion et la mythologie grecques anciennes , les douze Olympiens sont les principales divinités du panthéon grec , généralement considérées comme Zeus , Héra , Poséidon , Déméter , Athéna , Apollon , Artémis , Arès , Héphaïstos , Aphrodite , Hermès et Hestia ou Dionysos . . [2] Ils étaient appelés Olympiens parce que, selon la tradition, ils résidaient surMont Olympe .

Fragment d’un relief hellénistique (1er siècle avant JC-1er siècle après JC) représentant les douze Olympiens portant leurs attributs en procession; de gauche à droite : Hestia (sceptre), Hermès (bonnet ailé et bâton), Aphrodite (voilée), Arès (casque et lance), Déméter (sceptre et gerbe de blé), Héphaïstos (bâton), Héra (sceptre), Poséidon ( trident), Athéna (hibou et casque), Zeus (coup de foudre et bâton), Artémis (arc et carquois), Apollon (lyre), du Walters Art Museum . [1]

Bien qu’Hadès était un dieu grec ancien majeur et était le frère de la première génération d’Olympiens (Zeus, Poséidon, Héra, Déméter et Hestia), son royaume était le monde souterrain , loin de l’Olympe, et donc il n’était généralement pas considéré comme l’un des Olympiens.

Outre les douze Olympiens, il y avait de nombreux autres groupements cultuels de douze dieux.

Olympiens

Les Olympiens étaient une race de divinités , composées principalement d’une troisième et quatrième génération d’êtres immortels, vénérés comme les principaux dieux du panthéon grec et ainsi nommés en raison de leur résidence au sommet du mont Olympe . Ils ont acquis leur suprématie dans une guerre des dieux de dix ans , au cours de laquelle Zeus a mené ses frères et sœurs à la victoire sur la génération précédente d’êtres immortels au pouvoir, les Titans . Ils formaient une famille de dieux, dont la plus importante était constituée de la première génération d’Olympiens, descendants des Titans Cronos et Rhéa : Zeus , Poséidon , Héra , Déméter .et Hestia , ainsi que les principaux descendants de Zeus : Athéna , Apollon , Artémis , Ares , Aphrodite , [3] Héphaïstos , Hermès et Dionysos . Bien qu’Hadès était une divinité majeure du panthéon grec et était le frère de Zeus et de l’autre première génération d’Olympiens, son royaume était loin de l’Olympe dans le monde souterrain , et donc il n’était généralement pas considéré comme l’un des Olympiens. [4] Les dieux olympiques peuvent être opposés aux dieux chtoniens [5]y compris Hadès, par mode de sacrifice, ce dernier recevant les sacrifices dans un bothros ( βόθρος , “fosse”) ou mégaron ( μέγαρον , “chambre engloutie”) [6] plutôt qu’à un autel.

Le nombre canonique des dieux olympiens était de douze, mais outre les (treize) principaux olympiens énumérés ci-dessus, il y avait de nombreux autres résidents de l’Olympe, qui pourraient donc être considérés comme des olympiens. [7] Heracles est devenu un résident d’Olympe après son apothéose et s’est marié avec un autre résident olympien Hebe . [8] Dans l’ Iliade , la déesse Thémis , qui figure parmi les douze Titans , habite l’Olympe aux côtés des autres dieux, [9] faisant d’elle à la fois un Titan et une Olympienne. Selon Hésiode, les enfants du Styx : Zelus (Envy), Nike(Victoire), Kratos (Force) et Bia (Force), “n’ont pas de maison en dehors de Zeus, ni d’habitation ni de chemin sauf celui où Dieu les conduit, mais ils habitent toujours avec Zeus”. [10] Certains autres qui pourraient être considérés comme des Olympiens incluent les Muses , les Graces , Iris , Dione , Eileithyia , les Horae et Ganymède . [11]

Douze dieux

Outre les douze Olympiens, il y avait de nombreux autres groupements cultuels de douze dieux dans toute la Grèce antique. La première preuve de la pratique religieuse grecque impliquant douze dieux ( grec : δωδεκάθεον , dōdekátheon , de δώδεκα dōdeka , “douze” et θεοί theoi , “dieux”) n’est pas antérieure à la fin du VIe siècle av. [12] Selon Thucydide , un autel des douze dieux fut établi dans l’ agora d’ Athènes par l’ archonte Pisistrate (fils d’ Hippias et petit-fils du tyranPisistrate ), vers 522 av. [13] L’autel est devenu le point central à partir duquel les distances d’Athènes ont été mesurées et un lieu de supplication et de refuge. [14]

Olympie avait apparemment aussi une tradition ancienne de douze dieux. [15] L ‘ Hymne homérique à Hermès (vers 500 avant JC) demande au dieu Hermès de diviser un sacrifice de deux vaches qu’il a volées à Apollon, en douze parties, sur les rives de la rivière Alphée (vraisemblablement à Olympie):

Learn more.

Évangélisme

Shastra

Duché d’Amalfi

Évangélisme

Ensuite, Hermès, au cœur joyeux, traîna les riches viandes qu’il avait préparées et les posa sur une pierre lisse et plate, et les divisa en douze portions distribuées par tirage au sort, rendant chaque portion tout à fait honorable. [16]

Pindare, dans une ode écrite pour être chantée à Olympie c. 480 avant JC, Héraclès sacrifie, aux côtés d’ Alphée , aux “douze dieux régnants”: [17]

Il [Héraclès] a entouré l’ Altis tout autour et l’a délimité à l’air libre, et il a fait de la zone d’encerclement un lieu de repos pour festoyer, honorant le ruisseau de l’Alphée avec les douze dieux régnants. [18]

Une autre des odes olympiennes de Pindare mentionne “six doubles autels”. [19] Herodorus d’Heraclea (vers 400 av. J.-C.) a également Héraclès fondant un sanctuaire à Olympie, avec six paires de dieux, chaque paire partageant un seul autel. [20]

De nombreux autres lieux avaient des cultes des douze dieux, notamment Délos , Chalcédoine , Magnésie sur le Méandre et Leontinoi en Sicile . [21] Comme pour les douze Olympiens, bien que le nombre de dieux ait été fixé à douze, la composition variait. [22] Alors que la majorité des dieux inclus en tant que membres de ces autres cultes de douze dieux étaient des olympiens, des non-olympiens étaient aussi parfois inclus. Par exemple, Hérodore d’Héraclée a identifié les six paires de dieux à Olympie comme suit : Zeus et Poséidon, Héra et Athéna, Hermès et Apollon, les Grâces et Dionysos, Artémis et Alphée , et Cronos et Rhéa .. [23] Ainsi, alors que cette liste comprend les huit Olympiens : Zeus, Poséidon, Héra, Athéna, Hermès, Apollon, Artémis et Dionysos, elle contient également trois non-Olympiens clairs : les parents Titan de la première génération d’Olympiens, Cronos et Rhéa, et le dieu du fleuve Alphée, le statut des Grâces (ici apparemment compté comme un seul dieu) n’étant pas clair.

Platon a relié «douze dieux» aux douze mois et implique qu’il considérait Pluton comme l’un des douze en proposant que le dernier mois lui soit consacré ainsi qu’aux esprits des morts. [24]

Le poète romain Ennius donne les équivalents romains (les Dii Consentes ) sous forme de six compléments masculin-féminin, [25] préservant la place de Vesta (grec Hestia), qui a joué un rôle crucial dans la religion romaine en tant que déesse d’État maintenue par les vestales .

Lister

Il n’y a pas de liste canonique unique des douze dieux olympiens. Les treize dieux et déesses grecs, ainsi que leurs homologues romains, le plus souvent considérés comme l’un des douze Olympiens, sont énumérés ci-dessous.

grec romain Image Fonctions et attributs
Zeus Jupiter Jupiter Smyrna Louvre Ma13.jpg Jupiter Smyrne Louvre Ma13.jpg Roi des dieux et souverain du mont Olympe ; dieu du ciel, de la foudre, du tonnerre, de la loi, de l’ordre et de la justice.
Le plus jeune enfant des Titans Cronus et Rhéa. Frère et époux d’Héra et frère de Poséidon, Hadès, Déméter et Hestia. Il a eu de nombreuses liaisons avec des déesses et des mortels, tels que sa sœur Demeter, le Titan Leto , les mortels Leda et Alcmene , et plus encore. [26]

Ses symboles incluent la foudre, l’aigle, le chêne, le taureau, le sceptre et la balance.

Héra Junon Hera Campana Louvre Ma2283.jpg Héra Campana Louvre Ma2283.jpg Reine des dieux et déesse du mariage, de la femme, de l’accouchement et de la famille.
La plus jeune fille de Cronos et Rhéa. Sœur et épouse de Zeus. Étant la déesse du mariage, elle essayait fréquemment de se venger des amants de Zeus et de leurs enfants.
Ses symboles incluent le paon, le coucou et la vache.
Poséidon Neptune 0036MAN Poseidon.jpg 0036MAN Poséidon.jpg Dieu des mers, de l’eau, des tempêtes, des ouragans, des tremblements de terre et des chevaux.
Le deuxième fils de Cronos et Rhéa. Frère de Zeus et d’Hadès. Marié à la Néréide Amphitrite ; bien que, comme beaucoup de dieux grecs masculins, il ait eu de nombreux amants.
Ses symboles incluent le cheval, le taureau, le dauphin et le trident.
Déméter Cérès Demeter Altemps Inv8546.jpg Demeter Altemps Inv8546.jpg Déesse de la moisson, de la fertilité, de l’agriculture, de la nature et des saisons. Elle présidait aux Céréales et à la fertilité de la terre.
La deuxième fille de Cronos et Rhéa. Aussi l’amant de Zeus et de Poséidon, et la mère de Perséphone , Despoine , Arion .
Ses symboles incluent le coquelicot, le blé, la torche, la corne d’abondance et le cochon.
Athéna Minerve Mattei Athena Louvre Ma530 n2.jpg Mattei Athéna Louvre Ma530 n2.jpg Déesse de la sagesse, de l’artisanat et de la guerre. [27]
Fille de Zeus et des Métis océanides , elle s’est élevée de la tête de son père à l’âge adulte et en armure de combat complète. Ses symboles incluent le hibou et l’olivier.
Apollon /
Apollon
Apollon Apollo of the Belvedere.jpg Apollon du Belvédère.jpg Dieu de la lumière, du Soleil, de la prophétie , de la philosophie , du tir à l’arc, de la vérité, de l’inspiration, de la poésie, de la musique, des arts, de la beauté virile, de la médecine, de la guérison et de la peste.
Le fils de Zeus et de Léto , et le frère jumeau d’Artémis.
Ses symboles incluent le soleil, l’arc et la flèche, la lyre, le cygne et la souris.
Artémis Diane Diana of Versailles.jpg Diane de Versailles.jpg Déesse de la chasse, du désert, de la virginité, de la lune, du tir à l’arc, de l’accouchement, de la protection et de la peste.
La fille de Zeus et de Léto , et la sœur jumelle d’Apollon.
Ses symboles incluent la lune, le cheval, le cerf, le chien de chasse, l’ourse, le serpent, le cyprès et l’arc et la flèche.
Arès Mars Ares Canope Villa Adriana b.jpg Ares Canope Villa Adriana b.jpg Dieu de la guerre, de la violence, de l’effusion de sang et des vertus viriles.
Fils de Zeus et d’Héra, tous les autres dieux le méprisaient sauf Aphrodite. Son nom latin, Mars, nous a donné le mot « martial ».
Ses symboles incluent le sanglier, le serpent, le chien, le vautour, la lance et le bouclier.
Aphrodite Vénus NAMA Aphrodite Syracuse.jpg NAMA Aphrodite Syracuse.jpg Déesse de l’amour, du plaisir, de la passion, de la procréation, de la fertilité, de la beauté et du désir.
La fille de Zeus et de l’Océanide Dioné, ou peut-être née de l’écume de la mer après que le sang d’ Uranus a coulé dans la mer après avoir été castré par son plus jeune fils, Cronos , qui a ensuite jeté les organes génitaux de son père dans la mer. Mariée à Héphaïstos, bien qu’elle ait eu de nombreuses aventures adultères, notamment avec Ares. Son nom nous a donné le mot « aphrodisiaque », tandis que son nom latin, Vénus, nous a donné le mot « Vénérien ».
Ses symboles incluent la colombe, l’oiseau, la pomme, l’abeille, le cygne, le myrte et la rose.
Héphaïstos Vulcain Vulcan Coustou Louvre MR1814.jpg Vulcain Coustou Louvre MR1814.jpg Maître forgeron et artisan des dieux; dieu de la forge, de l’artisanat, de l’invention, du feu et des volcans.
Le fils d’Héra, soit par Zeus, soit par parthénogenèse . Marié à Aphrodite. Son nom latin, Vulcain, nous a donné le mot « volcan ».
Ses symboles incluent le feu, l’enclume, la hache, l’âne, le marteau, la pince et la caille.
Hermès Mercure Hermes Ingenui Pio-Clementino Inv544.jpg Hermes Ingenui Pio-Clementino Inv544.jpg Messager des dieux; dieu du voyage, du commerce, de la communication, des frontières, de l’éloquence, de la diplomatie, des voleurs et des jeux. Il était aussi le guide des âmes mortes.
Le fils de Zeus et de la nymphe Maia . Le deuxième plus jeune olympien, juste plus âgé que Dionysos.
Ses symboles incluent le caducée (bâton enlacé de deux serpents), les sandales et le bonnet ailés, la cigogne et la tortue (dont il a utilisé la carapace pour inventer la lyre).
La plupart des listes des “douze Olympiens” se composent des onze ci-dessus plus Hestia ou Dionysos
hestia Vesta Hestia Giustiniani.jpg Hestia Giustiniani.jpg Déesse du foyer, du feu et du bon ordre de la domesticité et de la famille; elle est née dans la première génération olympienne et était l’une des douze premières olympiennes.
Elle est le premier enfant de Cronos et Rhéa, la sœur aînée d’Hadès, Déméter, Poséidon, Héra et Zeus.

Certaines listes des Douze Olympiens l’omettent en faveur de Dionysos, mais la spéculation selon laquelle elle lui aurait donné son trône afin de maintenir la paix semble être une invention moderne.

Dionysos /
Bacchus
Bacchus Dionysos Louvre Ma87 n2.jpg Dionysos Louvre Ma87 n2.jpg Dieu du vin, de la vigne, de la fertilité, de la fête, de l’extase, de la folie et de la résurrection. Dieu protecteur de l’art théâtral .
Le fils de Zeus et de la princesse thébaine mortelle Sémélé . Marié à la princesse crétoise Ariane . Le plus jeune dieu olympien, ainsi que le seul à avoir une mère mortelle.
Ses symboles incluent la vigne, le lierre, la coupe, le tigre, la panthère, le léopard, le dauphin, la chèvre et la pomme de pin.

Généalogie

Arbre généalogique des grands olympiens [28]
Uranus Gaïa
Organes génitaux d’Uranus Cronos Rhéa
ZEUS HÉRA POSÉIDON Enfers DÉMÈTRE HESTIA
un [29]
b [30]
ARES HÉPHAESTUS
Métis
ATHÉNA [31]
Léto
APOLLON ARTÉMIS
Maïa
HERMÈS
Sémélé
DIONYSOS
Dioné
un [32] b [33]
APHRODITE

Voir également

  • Portail de la Grèce antique
  • icon iconPortail religieux

Remarques

  1. ^ Walters Art Museum , numéro d’accession 23.40 .
  2. ^ Hansen, p. 250 ; Burkert, p. 125 et suiv. ; Dowden, p. 43 ; Chadwick, p. 85 ; Müller, p. 419 et suiv. ; Pache, pp. 308 et suiv. ; Thomas, p. 12 ; Shapiro, p. 362 ; Long, p. 140–141 ; Morford, p. 113 ; Dur p. 80 .
  3. Selon Homère , Aphrodite était la fille de Zeus ( Iliade 3.374 , 20.105 ; Odyssée 8.308 , 320 ) et de Dione ( Iliade 5.370–71 ), voir Gantz, pp. 99–100. Cependant, selon Hesiod , Theogony 183–200 , Aphrodite est née des organes génitaux sectionnés d’Uranus, voir Gantz, pp. 99–100.
  4. ^ Hansen, p. 250 ; Morford, p. 113 ; Dur p. 80 .
  5. ^ Chadwick, p. 85 .
  6. ^ Dillon, p. 114 .
  7. ^ Ogden, pp. 2-3 ; Dowden, p. 43 ; Hansen, p. 250 ; Burkert, p. 125.
  8. ^ Hérodote , 2.43–44 .
  9. ^ Homère , Iliade 15.88
  10. ^ Hésiode , Théogonie 386–388 .
  11. ^ Juste qui pourrait être appelé un olympien n’est pas tout à fait clair. Par exemple, Dowden, p. 43 , décrit Héraclès, Hébé, les Muses et les Grâces comme des Olympiens, et à la p. 45 , répertorie Iris, Dione et Eileithyia parmi les Olympiens homériques, tandis que Hansen, p. 250 , décrit Héraclès, Hébé, les Horae et Ganymède comme des résidents notables de l’Olympe, mais dit qu’ils “ne sont généralement pas classés comme Olympiens”.
  12. ^ Dowden, p. 43 ; Rutherford, p. 43.
  13. ^ Rutherford, pp. 43–44; Thucydide , 6.54.6–7 .
  14. ^ Gadbéry, p. 447.
  15. ^ Dowden, p. 43 ; Rutherford, p. 44 ; Long, p. 58–62 (T 13), 154–157.
  16. ^ Long, pp. 61–62 (T 13 G), 156–157; Hymne homérique à Hermès , 128-129 .
  17. ^ Dowden, p. 43 ; Rutherford, p. 44 ; Long, p. 59–60 (T 13 C), 154–155.
  18. ^ Pindare , Olympien 10.49 .
  19. ^ Rutherford, p. 44 ; Long, p. 58 (T 13 A), 154 ; Pindare , olympien 5.5 .
  20. ^ Dowden, p. 43 ; Rutherford, p. 47 ; Long, p. 58–59 (T 13 B), 154 ; FGrH 31 F34a-b.
  21. ^ Rutherford, p. 45 ; Délos : Long, pp. 11 , 87–90 (T 26), 182 ; Chalcédoine : Long, pp. 56 – 57 (T 11 D), 217 – 218 ; Magnesia on the Meander : Long, pp. 53–54 (T 7), 221 – 223 ; Leontinoi : Long, pp. 95 – 96 (T 32), p. 157 .
  22. Long, pp. 360–361, répertorie 54 dieux grecs (et romains), y compris les treize Olympiens mentionnés ci-dessus, qui ont été identifiés comme membres d’un ou plusieurs groupements cultuels de douze dieux.
  23. ^ Dowden, p. 43 ; Rutherford, p. 47 ; Dur, p. 81 ; Long, p. 58–59 (T 13 B), 141, 154 ; FGrH 31 F34a-b.
  24. ^ Rutherford, pp. 45–46; Platon , Les Lois 828 bd .
  25. ^ “Mythologie grecque”. Encyclopédie Americana . Vol. 13. 1993. p. 431.
  26. ^ Hamilton, Édith. Mythologie : contes intemporels de dieux et de héros . Tierney, Jim. (75e anniversaire illustré éd.). New York. ISBN 978-0-316-43852-0. OCLC 1004059928 .
  27. ^ Inc, Merriam-Webster (1995). Encyclopédie de la littérature de Merriam-Webster . Merriam Webster. p. 81 . ISBN 9780877790426.
  28. Ce tableau est basé surla Théogonie d’ Hésiode , sauf indication contraire.
  29. ↑ Selon Homère , Iliade 1.570–579 , 14.338 , Odyssée 8.312 , Héphaïstos était apparemment le fils d’Héra et de Zeus, voir Gantz, p. 74.
  30. Selon Hésiode , Théogonie 927-929 , Héphaïstos a été produit par Héra seule, sans père, voir Gantz, p. 74.
  31. Selon Hésiode , Théogonie 886–890 , des enfants de Zeus par ses sept épouses, Athéna fut la première à être conçue, mais la dernière à naître ; Zeus a imprégné Métis puis l’a avalée, plus tard Zeus lui-même a donné naissance à Athéna “de sa tête”, voir Gantz, pp. 51–52, 83–84.
  32. Selon Hésiode , Théogonie 183–200 , Aphrodite est née des parties génitales coupées d’Uranus, voir Gantz, pp. 99–100.
  33. Selon Homère , Aphrodite était la fille de Zeus ( Iliade 3.374 , 20.105 ; Odyssée 8.308 , 320 ) et de Dione ( Iliade 5.370–71 ), voir Gantz, pp. 99–100.

Références

  • Burkert, Walter , Religion grecque , Harvard University Press , 1985. ISBN 0-674-36281-0 .
  • Chadwick, John, Le monde mycénien , Cambridge University Press, 1976. ISBN 9780521290371 .
  • Dillon, Matthew, Filles et femmes dans la religion grecque classique . Londres : Routledge. (2002). ISBN 0415202728 .
  • Dowden, Ken, “Olympian Gods, Olympian Pantheon”, dans A Companion to Greek Religion , éditeur Daniel Ogden, John Wiley & Sons, 2010. ISBN 9781444334173 .
  • Gadbery, Laura M., “Le sanctuaire des douze dieux dans l’agora athénienne: une vue révisée”, Hesperia 61 (1992), pp. 447–489.
  • Gantz, Timothy, Early Greek Myth: A Guide to Literary and Artistic Sources , Johns Hopkins University Press, 1996, Deux volumes: ISBN 978-0-8018-5360-9 (Vol. 1), ISBN 978-0-8018-5362 -3 (Vol. 2).
  • Hansen, William , William F. Hansen, Mythologie classique : Un guide du monde mythique des Grecs et des Romains , Oxford University Press, 2005. ISBN 9780195300352 .
  • Hard, Robin, The Routledge Handbook of Greek Mythology: Basé sur le “Handbook of Greek Mythology” de HJ Rose , Psychology Press, 2004, ISBN 9780415186360 . Google Livres .
  • Hérodote ; Histoires , AD Godley (traducteur), Cambridge : Harvard University Press, 1920 ; ISBN 0674991338 . Version en ligne à la bibliothèque numérique Perseus .
  • Hésiode , Theogony , dans The Homeric Hymns and Homerica avec une traduction en anglais par Hugh G. Evelyn-White , Cambridge, Massachusetts., Harvard University Press; Londres, William Heinemann Ltd. 1914. Version en ligne à la Perseus Digital Library .
  • Homère , L’Iliade avec une traduction en anglais par AT Murray, Ph.D., en deux volumes . Cambridge, Massachusetts., Harvard University Press ; Londres, William Heinemann, Ltd. 1924. Version en ligne à la Perseus Digital Library . L’Iliade (Murray) – via Wikisource .
  • Homère ; L’Odyssée avec une traduction en anglais par AT Murray, Ph.D., en deux volumes . Cambridge, Massachusetts., Harvard University Press ; Londres, William Heinemann, Ltd. 1919. Version en ligne à la bibliothèque numérique Perseus . Vol. I , Vol. II aux archives Internet .
  • Homeric Hymn to Hermes (4) , in The Homeric Hymns and Homerica with an English Translation by Hugh G. Evelyn-White , Cambridge, Massachusetts., Harvard University Press; Londres, William Heinemann Ltd. 1914. Version en ligne à la Perseus Digital Library .
  • Long, Charlotte R., Les douze dieux de la Grèce et de Rome , Brill Archive, 1er janvier 1987. Google Books .
  • Morford, Mark PO, Robert J. Lenardon, Mythologie classique , Huitième édition, Oxford University Press, 2007. ISBN 978-0-19-530805-1 .
  • Müller, Karl Otfried, Ancient Art and Its Remains: Or, A Manual of the Archaeology of Art , traduit par John Leitch, B. Quaritch, 1852.
  • Ogden, Daniel “Introduction” à A Companion to Greek Religion , Daniel Ogden éditeur, John Wiley & Sons, 2010. ISBN 9781444334173 .
  • Pache, Corinne Ondine, “Dieux, grecs” dans L’Encyclopédie d’Oxford de la Grèce antique et de Rome, Volume 3 , Oxford University Press. 2010. ISBN 9780195170726 .
  • Pindare , Odes , Diane Arnson Svarlien. 1990.
  • Platon , Lois de Platon en douze volumes , vol. 10 & 11 traduits par RG Bury. Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press ; Londres, William Heinemann Ltd. 1967 & 1968. Version en ligne à la Perseus Digital Library .
  • Rutherford, Ian, “Canonizing the Pantheon: the Dodekatheon in Greek Religion and its Origins” dans The Gods of Ancient Greece: Identities and Transformations , éditeurs Jan N. Bremmer, Andrew Erskine, Edinburgh University Press 2010. ISBN 978-0748637980 . Version en ligne .
  • Shapiro, HA, “Chapitre 20: Dieux olympiens à la maison et à l’étranger” dans A Companion to Greek Art , éditeurs Tyler Jo Smith, Dimitris Plantzos, John Wiley & Sons, 2012. ISBN 9781118273371 .
  • Thomas, Edmund, “Du panthéon des dieux au Panthéon de Rome” dans Panthéons : Transformations d’une idée monumentale , éditeurs Richard Wrigley, Matthew Craske , Ashgate Publishing, Ltd., 2004. ISBN 9780754608080 .
  • Thucydide , Thucydide traduit en anglais ; avec introduction, analyse marginale, notes et indices. Tome 1. , Benjamin Jowett. traducteur. Oxford. Presse Clarendon. 1881. Version en ligne à la bibliothèque numérique Perseus .
You might also like
Leave A Reply

Your email address will not be published.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More